(11) – Le baptême de la régénération.

Ou encore appelé :

La Nouvelle Naissance.

Tite 3, versets 3 à 7 :
Car nous aussi, nous étions autrefois insensés, désobéissants, égarés, asservis à toute espèce de convoitises et de voluptés, vivant dans la méchanceté et dans l’envie, dignes d’être haïs, et nous haïssant les uns les autres.
Mais, lorsque la bonté de Dieu notre Sauveur et son amour pour les hommes ont été manifestés,
il nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint Esprit,
qu’il a répandu sur nous avec abondance par Jésus Christ notre Sauveur,
afin que, justifiés par sa grâce, nous devenions, en espérance, héritiers de la vie éternelle.

Avant propos, sur le baptême de la régénération.

Afin de bien comprendre, ce qu’est vivre par la foi, le baptême de la régénération, ou encore appelé la nouvelle naissance, il est bon de se rappeler, que lorsque nous lisons la Bible, l’Ancien ou le Nouveau Testament, ce sont des années de la vie des auteurs, qui passent au travers de quelques-uns de leurs écrits. Derrière ces nombreuses années de témoignages de la vie de ces personnes, il y a toujours un commencement, ensuite un développement, pour arriver à une finalité. Ce commencement, est toujours l’appel de DIEU dans le coeur de l’homme, qui par l’obéissance à cet appel, se transforme ensuite en une marche par la foi. Celui qui marche par la foi en l’appel de DIEU, montre par là, qu’il se conforme désormais à Sa Parole, qu’Elle soit verbale ou écrite.

Si nous prenons les écrits de l’Ancien Testament, qui annonçaient la venue de CHRIST, bien des hommes (ou femmes) attendant la manifestation de CHRIST en chair dans leur vie, se sont endormis (ou sont morts physiquement) dans l’espérance de l’accomplissement de La Parole de DIEU à leur égard (Hébreux chapitre 11). Par contre, si nous prenons les écrits du Nouveau Testament, après la venue de CHRIST, étant l’accomplissement des Écritures, c’est-à-dire, l’accomplissement de La Parole de DIEU, jusqu’à la perfection (Hébreux 5, versets 5 à 10), pour ceux qui sont appelés par Lui (Jean 6, versets 44 et 45), il ne leur est plus nécessaire d’attendre de voir CHRIST en chair (et os), puisque, IL est, par DIEU le Père, Sa Parole faite chair, pour leur justification, si, par la foi, ils écoutent et obéissent à son commandement nouveau (Matthieu 17, verset 5). La foi et l’obéissance à La Parole de CHRIST, fera que DIEU le Père, par l’Esprit Saint du Fils, donné au moyen du SAINT-ESPRIT, se manifestera en chair par eux, et ils seront ainsi nés nouveaux par CHRIST (1 Jean 4, versets 1 à 4, Jean 6, versets 50 à 58), comme l’apôtre Paul l’enseigne dans ses lettres adressées aux Églises.

Galates 2, versets 20 :
J’ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi.

Romains 8, versets 29 et 30 :
Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.
Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés.

2 Corinthiens 3, versets 15 à 18 :
Jusqu’à ce jour, quand on lit Moïse, un voile est jeté sur leurs coeurs;
mais lorsque les coeurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté.
Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.
Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.

Par DIEU le Père, les enfants nés de sa volonté, sont ainsi transformés à l’image de son Fils, par le SAINT-ESPRIT en eux (Tite 3 versets 3 à 7), et sont déjà, par la Vie du Fils, transportés dans son Royaume, en esprit et en vérité (Colossiens 1, versets 12 à 14). C’est un fait acquis, même si pendant les jours de la chair de l’enfant né de DIEU, son corps physique continu de se détruire (ou vieillir), et finit par mourir (Jean 10, versets 27 à 30, Jean 8, verset 51). Le corps physique de l’homme animal ou spirituel, n’ayant aucune influence quant au salut de l’âme (Jean 6, versets 63, et, Jean 11, versets 25 et 26).

Cette métamorphose, de l’homme animal, en un homme spirituel, par La Parole et la puissance de DIEU le Père, l’ESPRIT, c’est ce que notre Seigneur JÉSUS nomme, dans l’évangile de Jean, « La Nouvelle Naissance » (Jean 3, versets 1 à 8). Cette nouvelle naissance de l’homme spirituel, créé uniquement selon la volonté de DIEU (Jean 1, versets 12 et 13), se concrétisera, avec et dans l’homme de foi (Hébreux 11, versets 6), par une croissance spirituelle en constante évolution, au moyen de l’Esprit Saint du Fils en lui (Galates 4, versets 6 et 7), qui lui inculquera progressivement par le SAINT-ESPRIT, la connaissance de CHRIST (Jean 14 verset 21, Jean 16, versets 13 à 15), afin qu’à son tour, il puisse accomplir toute la volonté de DIEU son Père sur la terre, en attendant le jour de CHRIST, ou son départ vers Lui (la fin de la vie terrestre). C’est DIEU le Père qui le fera en son enfant par le moyen de son ESPRIT-SAINT (Ezéchiel 36, verset 27).

Fin.

Quelques mots sur la personnalité de l’apôtre Paul.

Avant de commencer à développer ce sujet sur le Baptême de la régénération, ou encore appelé, la Nouvelle Naissance, il est bon de préciser, ce qui ressort de la personnalité de l’apôtre Paul, cela par rapport à ses visites, ou ses lettres adressées à l’Église. Quand l’apôtre Paul écrit aux différentes Églises, il sait très bien, que toutes les personnes qui forment ces assemblées d’hommes et de femmes, ne sont pas forcément, toutes passées dans leur vie, par la conversion de CHRIST (la nouvelle naissance). Il suffit de lire correctement toutes ses lettres, pour voir que bien souvent, tout comme le Seigneur JESUS, il utilise « le conditionnel », lorsqu’il s’adresse à ses frères. L’apôtre Paul, englobe aussi bien dans ses écrits, les Juifs, que les Grecs (les païens repentis), qui sont, les enfants de DIEU, nés sous la garde de la Loi, mais toujours esclaves de leur corps du péché, et d’autre part, il s’adresse également à ses frères Juifs ou Grecs convertis par CHRIST, qui sont, les enfants nés de la volonté de DIEU, par la foi en Sa Grâce, au moyen de Sa Parole faite chair en son Fils, JESUS homme, mais qui pour certains, ont encore un entendement humain quand à la connaissance de CHRIST (2 Corinthiens 5, versets 16 et 17).

Par ses lettres adressées à l’Eglise, dans ces mêmes assemblées d’hommes qui se réunissent sous le couvert du Nom du Seigneur JESUS, il met également à la Lumière de CHRIST, les œuvres des ténèbres de certains (Galates 5, versets 19 à 21), pratiquées par de faux frères, de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres de CHRIST, des ministres de Satan, déguisés en ministres de justice, etc…(2 Corinthiens 11, versets 13 à 15, Galates 2, verset 4). Cela démontre bien, que déjà à l’époque de l’apôtre Paul, combien l’esprit de l’antéchrist agissait puissamment sous l’apparence de La Lumière, essayant de séduire et tromper l’Eglise, par de fausses doctrines et enseignements, dans le but de la séparer de CHRIST, la déchoir de La Grâce, qui s’obtient uniquement par la foi en l’Œuvre de DIEU, par l’Esprit de Vie de JESUS-CHRIST (Romains 8, verset 9).

Ayant l’ESPRIT, l’apôtre Paul n’est pas « dupe », il sait parfaitement bien qui est qui, mais son but n’est pas de détruite, ou d’éteindre le lumignon du fume (la petite foi) des âmes encore esclaves de leur corps du péché, mais de les amener à vivre une réelle liberté, par une foi vivante en l’Œuvre Parfaite de DIEU, manifestée en chair, par son Fils JESUS homme (Jean 8, versets 34 à 36). Néanmoins, cela n’empêche pas, que l’apôtre Paul, ne fait aucun compromis avec « le péché » et le monde, même si pour cela, il doit être moins aimé de ses frères en leur disant la Vérité. Il est important de bien considérer la vie de l’apôtre Paul, et de toujours se rappeler, qu’il est Juif de naissance, et quoiqu’il soit né nouveau par CHRIST, étant affranchi du joug de la Loi selon la lettre, il n’en demeure pas moins, un observateur selon l’ESPRIT (1 Corinthiens 9, versets 19 à 23). La Loi de DIEU est bonne, n’étant pas « abolie », mais accomplie par CHRIST (Matthieu 5, verset 16), Elle demeure désormais dans l’esprit/âme saint nouveau de ses enfants, ses Fils ou ses Filles (1 Thessaloniciens 5, versets 23 et 24).

Malheureusement, beaucoup refusent de voir cette façon d’être de l’apôtre Paul, ou celle de ses frères en CHRIST, Jean, Pierre, Jacques, Jude, etc.., qui agissent de la même manière que lui, dans leurs différentes lettres, lorsqu’ils s’adressent aux Eglises, pour leur édification. Beaucoup, refusent l’enseignement de notre Seigneur JESUS, qui ne laisse aucune possibilité de confusion, entre « la chair du péché » de l’homme animal (un esprit corrompu, ayant son âme souillé, dans son corps physique tiré de la terre), et « la chair » du Fils de l’homme (un esprit Saint, ayant une âme pure, dans un corps spirituel physique formé par DIEU son Père). Volontairement, certains(es) « tronquent » ce côté véridique des lettres de l’apôtre Paul (ainsi que des autres écrits de la Bible), se voilant la face, supprimant systématiquement, ce qui gêne, et entrave leur entendement et enseignements humains, afin de servir leurs propres intérêts, et non ceux de CHRIST (Philippiens 2, versets 20 et 21).

Comme déjà souligné dans cet article, l’apôtre Paul ne voulant « blesser » personne par ses paroles dites ou écrites, il emploie souvent le conditionnel « si ».

Romains 8, verset 9 :
Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas.

Dans ce verset cité, voilà un des exemples donnés, du parlé au « conditionnel » de l’apôtre Paul, lorsqu’il s’adresse à l’Eglise, au milieu d’une assemblée d’hommes (et de femmes). Dans cet exemple précis, il commence par dire : « Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit…, ». Par le « vous », c’est incontestable, il s’adresse à l’Eglise, mais de suite après, il rajoute : « si du moins… l’Esprit de Dieu habite en vous ». Malgré qu’il s’adresse à l’Eglise pour son édification, Paul émet une réserve, il se « démarque » de ceux qui prétendent être l’Eglise, mais qui ne le sont pas forcément, marchant toujours selon « la chair » (selon le vieil homme). Puis, il termine sa phrase par : « Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. ». Plus clair, l’apôtre Paul ne peut pas être. Sans l’Esprit du Fils (Galates 4, versets 6 et 7), donné par DIEU le Père au moyen de son ESPRIT-SAINT (Tite 3, versets 3 à 7), il n’y a pas de Vie Nouvelle (Ezéchiel 36, versets 25 à 27), mais uniquement une vie, vécue dans l’illusion de vivre une vie nouvelle (Jacques 4, versets 1 à 10), en se trompant soi-même par de faux raisonnements (Jacques 1, versets 21 à 25).

Lorsqu’il a plu a DIEU le Père, de se révéler à l’apôtre Paul, par Sa Grâce au moyen de son Fils, celui-ci avait bien compris que dans sa vie, il y a eu un temps, où, quoique sous la garde de la Loi, il servait DIEU, avec un entendement humain, terrestre, charnel et diabolique, étant lui-même toujours esclave du péché (Romains 7, versets 22 à 24). Sous cet esclavage, (Saül) appelé ensuite Paul, a ainsi commis toutes sortes d’atrocités, qu’il pensait être dans la volonté de DIEU, et Sa Parole (Actes 26, versets 9 à 12, 1 Timothée 1, versets 12 à 14). Il a agit ainsi, jusqu’au jour, où CHRIST s’est révélé à lui, et l’a converti en Lui, lui donnant son Esprit de Vie, par le don du SAINT-ESPRIT (Actes 9, versets 1 à 22). Mais cela n’a été pour l’apôtre Paul, que le commencement de « sa Vie Nouvelle ».

Il est faux de penser que jusqu’à ce que CHRIST soit formé en lui, que l’apôtre Paul a commencé sa vie en CHRIST, sans être passé dans celle-ci, par le développement naturel d’un petit enfant nouveau né, qui désormais par l’Esprit de Vie de CHRIST, et son obéissance à l’ESPRIT-SAINT en lui, avait tout à apprendre nouveau de « La Vie », qui avait été faite « chair » en lui (Galates 2, verset 20, Jean 6, versets 50 à 58, et 1 Jean 4, versets 1 à 3). Relisez bien ce que Paul écrit de sa vie dans ses lettres, et particulièrement dans sa lettre aux Galates, chapitre 1, et le début du chapitre 2, ce sont des années de vie qui passent…sans consulter « la chair et le sang ». Si JESUS le Fils de l’homme, notre Seigneur, a du apprendre l’obéissance à l’ESPRIT, afin d’accomplir la volonté de son Père (Esaïe 7, versets 14 et 15), à plus forte raison, tous les enfants nés de DIEU, nés sur terre, nés de Sa Volonté, par l’Esprit de Vie du Fils, passeront par ce même apprentissage (Hébreux 5, versets 5 à 10, et, 2 Corinthiens 3, versets 15 à 18).

Le « baptême de la régénération », ou encore appelé : La Nouvelle Naissance.

La Nouvelle Naissance, est un sujet qui a déjà fait couler beaucoup d’encre, et créer bien des polémiques, parmi ceux qui prétendent vivre en nouveauté de Vie. Comme l’enseigne notre Seigneur JESUS, et ses apôtres, entre enfants de DIEU, il ne devrait pas y avoir de « discussions » stériles, pire encore, des divisions, méchancetés, etc…puisque chacun(e), étant né de la volonté de DIEU le Père (Jean 1, verset 12 et 13), a reçu du Seigneur, son Esprit de Vie, par le moyen du SAINT-ESPRIT (Romains 8, verset 9). Est-ce que CHRIST, se « querellait », ou était-IL divisé avec le SAINT-ESPRIT de son Père (Philippiens 2, versets 1 à 16) ? L’Evangile que l’apôtre Paul enseigne, par sa foi en l’Œuvre Parfaite de DIEU pour sa propre vie, et qu’il donne en exemple à l’Eglise, produit, par CHRIST en lui, une réelle nouvelle vie, qui se manifeste dans sa vie par le Fruit de l’ESPRIT.

Voilà ce que témoigne l’apôtre Paul de sa vie, par l’Evangile de CHRIST. Il met premièrement en évidence, par quel « Esprit », il est vivifié, et le Sanctifié dans son être entier.

Galates 4, versets 6 et 7 :
Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos coeurs l’Esprit de son Fils, lequel crie: Abba ! Père !
Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu.

Ensuite, l’apôtre Paul confirme La Vie de l’Esprit, de Celui qui est en « sa chair » (sanctifiée), et par lequel, il peut désormais vivre dans la foi de Celui qui l’a sauvé.

Galates 2, verset 20 :
J’ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi.

Pour terminer, l’apôtre Paul montre clairement, que l’œuvre de sa foi, en l’Esprit du Fils, qui le conduit dans son être entier, se manifeste obligatoirement, par le bon Fruit de « l’Arbre de Vie », l’ESPRIT-SAINT de DIEU en lui.

Galates 5, versets 22 à 25 :
Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance;
la loi n’est pas contre ces choses.
Ceux qui sont à Jésus Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.
Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi selon l’Esprit.

Alors, pourquoi toutes ces divisions, parmi ceux ou celles qui prétendent vivre et marcher en nouveauté de Vie ? Pourquoi toutes ces sectes, sous la forme d’assemblées diverses, d’hommes et de femmes, qui foisonnent dans ce monde corrompu ? Toutes ces assemblées, s’étant « démarquées » l’une de l’autre, par une « étiquette », assemblée de ci, assemblée de ça, etc…instaurant ses règles, ses doctrines, ses traditions, ses dogmes, etc… revendiquant toutes ces façons d’être et de faire, sous le couvert de La Parole de DIEU le Père, et le Nom du Seigneur JÉSUS, l’ESPRIT. L’apôtre Paul, n’enseigne-t-il pas le contraire à l’Eglise ?

Ephésiens 4, versets 5 à 7 :
Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation;
il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême,
un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous.
Mais à chacun de nous la grâce a été donnée selon la mesure du don de Christ.

Il y a un seul Corps et un seul ESPRIT, et non pas une foule de « petits corps » indépendants les uns des autres. Pour s’en convaincre, il suffit de lire ce que l’apôtre Paul écrit dans sa lettre qu’il adresse à l’Eglise de Corinthe, cela au chapitre 12. Si nous prétendons être des enfants « nés » de DIEU, et que nous pratiquons toujours les mauvaises œuvres de la « chair » (les œuvres d’un esprit/âme corrompu), soyons honnêtes envers le Seigneur, envers nous-mêmes, et surtout envers notre prochain, à qui nous témoignons être Saints, purs, et irrépréhensibles par CHRIST devant DIEU, alors qu’en réalité, nous savons pertinemment, que ce n’est pas le cas dans notre être intérieur, demandant sans cesse « pardon » à DIEU, pour toutes les mauvaises choses que nous commettons, en pensées ou en actions, avec notre nature toujours pécheresse. Ne nous trompons pas par de faux raisonnements, acceptons de voir La Vérité en face, par rapport à ce qu’est notre vraie nature d’homme animal, temps que le Seigneur ne nous a pas convertis à Lui (Luc 22, versets 31 et 32), en nous donnant son Esprit de Vie, par le SAINT-ESPRIT (Jean 8, versets 34 à 36, et Jean 20, versets 21 et 22).

L’esclavage du péché, que l’enfant de DIEU subit, par son corps du péché, lorsqu’il est sous la garde de La Loi.

Voilà ce que l’apôtre Paul écrivait, dans le but d’expliquer à ses frères Juifs, ou païens repentis, ce que lui-même subissait, et vivait autrefois, lorsqu’il était encore esclavage du péché, par son corps du péché, cela, pendant le temps de sa vie, en tant que Juif, sous la garde de la Loi (mais non pas pécheur d’entre les païens).

Romains 7, versets 14 à 25 :
Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle; mais moi, je suis charnel, vendu au péché.
Car je ne sais pas ce que je fais: je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais.
Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne.
Et maintenant ce n’est plus moi qui le fais, mais c’est le péché qui habite en moi.
Ce qui est bon, je le sais, n’habite pas en moi, c’est-à-dire dans ma chair: j’ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien.
Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas.
Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui le fais, c’est le péché qui habite en moi.
Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi.
Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur;
mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres.
Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ?…
Grâces soient rendues à Dieu par Jésus Christ notre Seigneur !… Ainsi donc, moi-même, je suis par l’entendement esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché.

Quoique, ayant selon son homme intérieur, l’entendement à vouloir servir DIEU de tout son cœur, cette vie d’esclave du péché, était loin de satisfaire l’apôtre Paul. Bien au contraire, du plus profond de son coeur il ressort un crie de détresse : « Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ? » L’apôtre Paul, donne la solution qui remédie à sa délivrance totale du péché, et de son corps du péché pour sa propre vie, lorsqu’il dit : « Grâces soient rendues à DIEU par JÉSUS-CHRIST notre Seigneur ! ». Malheureusement, peu tiennent compte de ce qu’il écrit, pour la simple raison, que la plupart déforment les paroles de l’apôtre Paul, lorsqu’il dit ensuite : « Ainsi donc, moi-même, je suis par l’entendement esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché. ». Ils en déduisent systématiquement, que l’apôtre Paul, après sa nouvelle naissance, avec son esprit, voulait bien servir DIEU, mais que « sa chair » (du péché), l’en empêchait. Effectivement, c’est bien ce que l’apôtre dit, mais non pas après sa nouvelle naissance, mais avant celle-ci, lorsqu’il vivait sous la garde de la Loi, dans son corps du péché. Pour s’en convaincre, il suffit de relire le chapitre 7 en entier, et tout particulièrement, le verset premier.

Romains 7, verset 1 :
Ignorez-vous, frères, car je parle à des gens qui connaissent la loi, que la loi exerce son pouvoir sur l’homme aussi longtemps qu’il vit ?

Quand l’apôtre Paul, écrit : « Ainsi donc, moi-même, je suis par l’entendement esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché. », il s’adresse à ses frères Juifs, qui connaissent la Loi, des personnes bien vivantes, qui pratiquent la Loi, en vue du salut de leur âme. Pourtant, l’apôtre Paul, explique bien à ces mêmes frères, au chapitre 6 dans sa lettre aux Romains, que lui-même est mort, en CHRIST, et par CHRIST. Ce qu’il atteste également de la même façon, aux Galates (Galates 2, verset 20), et aux Colossiens (Colossiens 2, versets 11 à 15). Il leur montre clairement, que par la foi en l’Œuvre Parfaite de DIEU le Père, manifestée en son Fils, JESUS homme, non seulement son vieil homme a été crucifié avec CHRIST, pour que son corps du péché soit détruit, et ainsi être libre du péché, mais que cela est également valable, pour quiconque croira DIEU le Père, par Sa Parole faite chair en son Fils.

Romains 6, versets 1 à 11 :
Que dirons-nous donc ? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde ?
Loin de là ! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché ?
Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés ?
Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.
En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection,
sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché;
car celui qui est mort est libre du péché.
Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui,
sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n’a plus de pouvoir sur lui.
Car il est mort, et c’est pour le péché qu’il est mort une fois pour toutes; il est revenu à la vie, et c’est pour Dieu qu’il vit.
Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus Christ.

Ce sont ces paroles de l’apôtre Paul, que certains(es) ne comprennent pas encore correctement pour leur vie nouvelle, alors que par d’autres, elles sont volontairement ignorer, ainsi que les passages similaires dans la Bible. Mais nous y reviendrons plus en détail dans la suite de cet article. En attendant, Frères et Sœurs, ne prétendons pas en nous-mêmes, que si nous pratiquons, ne serait-ce que de temps à autre, en pensées, ou en actions avec notre corps, les mauvaises œuvres de la chair corrompue, que nous marchons dans La Lumière. Agir ainsi, c’est mentir à ce que l’ESPRIT-SAINT nous montre de nous-mêmes. C’est nous séduire nous-mêmes, comme l’enseigne l’apôtre Jean, le frère en CHRIST de Paul.

1 Jean 1, versets 5 à 10 :
La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c’est que Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en lui de ténèbres.
Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons, et nous ne pratiquons pas la vérité.
Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché.
Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous.
Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.
Si nous disons que nous n’avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n’est point en nous.

Comme le disent l’apôtre Paul, dans Romains 7, et également l’apôtre Jean, dans sa première lettre adressée à l’Église, prétendre que notre esprit/âme n’est pas esclave du péché de l’esprit qu’est Satan, dans notre corps du péché, avant la nouvelle naissance, c’est mentir à l’ESPRIT (Jean 16, versets 8 à 11). Prétendre qu’avant la nouvelle naissance, nous n’avons jamais commis des péchés (même en pensée), c’est aussi mentir. C’est ce que l’apôtre Jean explique aux petits enfants de DIEU, par son enseignement dans sa lettre (1 Jean 2, versets 1 à 6). Mais ensuite, après la nouvelle naissance, continuer de prétendre que le péché habite encore en l’enfant né de DIEU, agir ainsi, c’est associer et vouloir faire cohabiter ensemble, dans un même cœur, l’ESPRIT de Vérité, et l’esprit mensonger qu’est Satan. L’Esprit nouveau du Fils qui est placé, par l’ESPRIT-SAINT de DIEU le Père, est « Le » nouveau cœur, le cœur de chair du nouvel homme spirituel créé selon DIEU (Galates 4, versets 6 et 7), dans le corps de chair physique de son enfant, qui lui, est lavé d’une eau pure de toutes ses souillures. Le cœur de pierre du vieil homme, est enlevé, en même temps que son corps du péché est détruit sur la croix avec CHRIST, par le « baptême » dans sa mort (Romains 6, versets 6). Voilà le vrai Evangile, qu’enseignent l’apôtre Paul, ou Jean, ou leurs frères en CHRIST. Pour s’en convaincre, il suffit de relire correctement Ezéchiel 36, versets 25 à 27.

De nombreuses personnes tronquent les écrits des apôtres, ainsi que d’autres écrits de la Bible, pour leur faire dire ce qu’ils ne disent pas, ou enseigner ce qu’ils n’enseignent pas. Prenons un exemple, l’apôtre Jean écrit :

1 Jean 2, verset 1 :
Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ le juste.

1 Jean 2, verset 6 :
Celui qui dit qu’il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même.

L’apôtre Jean n’écrit pas :

« Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que progressivement, vous appreniez à ne plus pécher du tout. Et si quelqu’un continue de pécher de temps à autre, du moment qu’il demande pardon au Seigneur, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ le juste. »

L’apôtre Jean n’écrit pas non plus :

« Celui qui dit qu’il demeure en Lui doit apprendre à se purifier progressivement du péché en lui, et ainsi ne plus pécher pour marcher aussi comme IL a marché lui-même. »

Non, Frères et Sœurs de CHRIST, l’apôtre Jean, ne dit pas cela ! Il dit : « Celui qui dit qu’il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même. ». Pour ne pas se laisser tromper, il suffit de lire ce que l’apôtre Jean, écrit ensuite dans sa lettre :

1 Jean 3, versets 5 à 10 :
Or, vous le savez, Jésus a paru pour ôter les péchés, et il n’y a point en lui de péché.
Quiconque demeure en lui ne pèche point; quiconque pèche ne l’a pas vu, et ne l’a pas connu.
Petits enfants, que personne ne vous séduise. Celui qui pratique la justice est juste, comme lui-même est juste.
Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les oeuvres du diable.
Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu.
C’est par là que se font reconnaître les enfants de Dieu et les enfants du diable. Quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, non plus que celui qui n’aime pas son frère.

1 Jean 4, verset 17 :
Tel il est, tels nous sommes aussi dans ce monde: c’est en cela que l’amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l’assurance au jour du jugement.

1 Jean 5, verset 18 :
Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche point; mais celui qui est né de Dieu se garde lui-même, et le malin ne le touche pas.

Notre Seigneur JESUS, n’a pas « purifié » progressivement « sa chair », c’est-à-dire, sa nature de nouvel homme créé selon DIEU (son esprit/âme avec son corps de chair), dans le but de la « sanctifier », par son obéissance à l’ESPRIT-SAINT en Lui. Notre Seigneur, n’a pas « pécher » de moins en moins (c’est-à-dire, n’a pas désobéit de moins en moins à l’ESPRIT en Lui), jusqu’à ce qu’IL sache comment ne plus pécher. Nous pourrions prendre ainsi l’ensemble de la lettre de l’apôtre Jean, et nous verrions, que l’apôtre ne se contredit pas. Tout comme l’apôtre Paul, et ses autres frères en CHRIST, il ne laisse aucune possibilité à l’esprit de l’antéchrist, de s’introduire dans le Corps de CHRIST, l’Eglise du DIEU vivant. Voilà ce que l’apôtre Jean, écrit aux petits enfants, aux jeunes gens, et aux pères de ceux-ci, qui sont un jour passés par la nouvelle naissance, qui est la conversion par CHRIST.

1 Jean 2, versets 12 à 14 :
Je vous écris, petits enfants, parce que vos péchés vous sont pardonnés à cause de son nom.
Je vous écris, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous écris, jeunes gens, parce que vous avez vaincu le malin. Je vous ai écrit, petits enfants, parce que vous avez connu le Père.
Je vous ai écrit, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous ai écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts, et que la parole de Dieu demeure en vous, et que vous avez vaincu le malin.

Si beaucoup de confusion, existe en bien des enfants de DIEU, encore sous la garde de la Loi, cela vient de faux enseignements, que l’esprit de l’antéchrist, déguisé en ange de lumière, a inculqué aux fil des années, à leur esprit/âme, et cela, qu’ils soient Juifs, ou qu’ils soient païens repentis, les maintenant ainsi, sous son esclavage. Si l’esprit de l’antéchrist peut agir ainsi, c’est à cause de l’incrédulité des enfants de DIEU, qui persistent à croire ce mauvais esprit, qui tronque subtilement les écrits de la Bible, pour en supprimer La Vérité de l’Évangile de JÉSUS-CHRIST. Prenons un autre exemple de la façon d’opérer de l’esprit de l’antéchrist, en ce qu’enseigne l’apôtre Jean à l’Eglise. Il écrit :

1 Jean 3, versets 8 et 9 :
Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les oeuvres du diable.
Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu.

Pour un grand nombre qui prétendent vivre en nouveauté de Vie, plutôt que d’accepter au travers de ces deux versets (entre autres), La Vérité de l’ESPRIT de La Parole de DIEU, qui tranche dans leur vie, tout ce qui est du vieil homme, c’est-à-dire, tout ce qui est de « leur chair » (leur esprit/âme corrompu) (Hébreux 4, verset 12 et 13), et le sépare du nouvel homme spirituel créé selon DIEU, ils préfèrent écouter l’esprit de l’antéchrist, qui tronque la vérité du verset 9, et la remplace subtilement par son mensonge, sous l’apparence de La Vérité (ou, sous l’apparence de la Lumière de CHRIST). Un doute ? Reprenons ce que l’apôtre Jean écrit : « Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu ».

La plupart, ne contestent pas ce que l’apôtre Jean écrit, étant bien conscients, qu’un enfant de né DIEU, ne peut pas pécher, consciemment. Néanmoins, bien des enfants de DIEU sont trompés, par l’enseignement de faux apôtres, ou faux ministres de CHRIST, ou faux frères, qui subtilement, ont modifié le sens de cette expression : « Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché… », et prétendent que cela signifie, qu’un enfant né de DIEU, du moment que dans sa vie nouvelle, il ne fait pas « du péché » une « pratique » régulière, continuelle, ou intentionnelle, mais qu’il pèche par « inadvertance », il peut, après s’être repenti du, ou de ses péchés commis, continuer de vivre ainsi, tout en prétendant être nés de CHRIST, ayant l’ESPRIT. Pourtant, « le péché », n’est-il pas la désobéissance à ce que l’ESPRIT, nous montre de faire, ou ne pas faire ?

En clair, ces faux ministres de CHRIST, enseignent à l’Église, du moment que l’enfant de DIEU, après avoir eu la connaissance de la vérité, dans ce qu’il est tenté, et qu’il sait faire ce qui est bien (la volonté de DIEU, par l’ESPRIT), mais, sous prétexte qu’il se laisse tenter et commet le mal, à cause des « faiblesses de sa chair » (comme beaucoup aiment à le dire), quoiqu’il pèche (désobéit à DIEU, l’ESPRIT), il lui suffit après coup de se repentir, et, le Sang du Seigneur JESUS le purifie, de son, ou ses péchés commis, et cela, autant de fois, que les « faiblesses de sa chair », le pousseront à commettre le péché, JÉSUS-CHRIST Le Juste, étant son Avocat auprès du Père. Ce n’est pas cela que notre Seigneur JESUS enseigne par sa Vie et Sa Parole, ni aucun de ses serviteurs, les apôtres ou autres.

Beaucoup commencent mal leur vie spirituelle, à cause de faux enseignements, qu’ils appliquent dans leur vie, pour être « la Vie Nouvelle en CHRIST », et passent ainsi pour certains(es), sans même s’en rendre compte, par la porte large, qui mène sur un chemin spacieux, qui les conduira inévitablement à la perdition, si, ils persistent dans cette mauvaise voie par leur incrédulité (Matthieu 7, versets 13 à 23, et, Apocalypse 3, versets 14 à 22). Pourtant, lorsque nous lisons correctement 1 Jean 3, verset 9, c’est le verbe « pratiquer », conjugué au présent, qui est utilisé dans ce verset. Voilà la définition de ce verbe :

pratiquer v. tr.
(1). Mettre en pratique, mettre à exécution. Pratiquer une méthode rigoureuse.
(2). S’adonner, se livrer habituellement à (une activité, une occupation); exercer (un métier).
(3). Accomplir fidèlement les actes commandés par (une religion). Pratiquer un culte. ¶ Absol. Il est encore croyant mais ne pratique plus.

La plupart, n’utilisent pas la définition (1), ou (3), de ce verbe, mais utilisent la définition (2), parce qu’il est plus facile d’en tordre le sens, par l’emploie d’un jeu de mots, dans le but de se donner une bonne conscience, par rapport à leurs mauvais comportements, dont ils sont parfaitement conscients. Mauvaises œuvres de la chair, issues d’une vie toujours esclave du péché, et qui provoque en eux, leur désobéissance au Seigneur, l’ESPRIT. C’est ce que l’apôtre Paul explique à ses frères Juifs, dans sa lettre aux Romains, au chapitre 7. Cette « désobéissance » étant plus forte que leur volonté, s’extériorise avec leur corps, par la manifestation des œuvres mauvaises de la chair corrompue.

Pourtant, l’apôtre Jean écrit : « Quiconque est né de Dieu ne pratique PAS le péché, … ». Nous lisons bien : « ne pratique PAS le péché,… » ! Lorsque l’apôtre Jean rajoute l’adverbe « PAS » après le verbe « pratiquer », celui-ci, devrait mettre fin à toutes formes de polémiques parmi les enfants de DIEU, qui prétendent aimer La Vérité. Voilà ce que l’adverbe « PAS », exprime toujours dans une phrase :

pas : adverbe de négation. I. (En corrélation avec ne.)
1. (Après le verbe ou après l’auxiliaire.) Je ne parle pas.
2. (Avant le verbe à l’infinitif et, le cas échéant, avant les pronoms atones.) Ne pas fumer.

L’adverbe « PAS », est une négation, c’est-à-dire, une action de nier, entres autres choses, nier un comportement, ou nier un acte qui est en contradiction complète avec quelque chose. Placé avec un mot, ou un groupe de mots, l’adverbe « PAS », sert à rendre un énoncé négatif. « Non », ou, « ne… pas », sont des négations (selon la définition du dictionnaire).

De ce fait, dans ce verset, que nous prenions la définition (1) du verbe « pratiquer » : « Mettre en pratique, mettre à exécution. Pratiquer une méthode rigoureuse ».

Ou, la définition (2) : « S’adonner, se livrer habituellement à (une activité, une occupation); exercer (un métier) ».

L’apôtre Jean, en plaçant l’adverbe « PAS », ou la négation « NE…PAS », veut toujours dire la même chose. Il dit :

« Quiconque est né de DIEU, ne met PAS en pratique, ou, ne met PAS à exécution, le péché (ou la désobéissance). Il ne s’adonne PAS au péché, ou, il ne se livre PAS au péché, ce n’est pas une habitude pour lui. Il ne peut PAS « pratiquer le péché », c’est-à-dire, il ne peut PAS pratiquer la désobéissance, parce que la semence de DIEU (l’Esprit du Fils) demeure en lui (au moyen du SAINT-ESPRIT), et il ne peut PAS pécher (ou ne peut PAS désobéir), parce que ce n’est pas dans sa nature nouvelle, comme CHRIST, il est né de DIEU, du même ESPRIT. »

Voilà vraiment ce que l’apôtre Jean écrit à l’Eglise, par rapport à sa vie avec et en CHRIST. (Tout comme l’apôtre Paul, Jean ne dit jamais, que l’enfant né de DIEU, si petit soit-il, au commencement de sa nouvelle Vie spirituelle, parce qu’il « ne pratique pas le péché », d’une manière continue dans sa vie de tous les jours, mais qu’occasionnellement, il lui arrivait de pécher (de désobéir à la volonté de l’ESPRIT), il a systématiquement en JESUS-CHRIST, un avocat auprès du Père, son Sang le purifiant « du péché » en lui, et des péchés qu’il aurait commis. Voilà ce qui est réellement enseigné par l’ESPRIT, pour les enfants nés de DIEU).

1 Jean 3, versets 1 à 10 :
Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu ! Et nous le sommes. Si le monde ne nous connaît pas, c’est qu’il ne l’a pas connu.
Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est.
Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui-même est pur.
Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi.
Or, vous le savez, Jésus a paru pour ôter les péchés, et il n’y a point en lui de péché.
Quiconque demeure en lui ne pèche point; quiconque pèche ne l’a pas vu, et ne l’a pas connu.
Petits enfants, que personne ne vous séduise. Celui qui pratique la justice est juste, comme lui-même est juste.
Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les oeuvres du diable.
Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu.
C’est par là que se font reconnaître les enfants de Dieu et les enfants du diable. Quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, non plus que celui qui n’aime pas son frère.

Beaucoup, confondent toujours, entre ce qu’est « le péché », et « les péchés ». Celui qui ne pratique PAS « le péché », ne commet PAS non plus, « des péchés ». La vie nouvelle en JÉSUS-CHRIST, est aussi simple que ça, à croire et à vivre, mais la plupart ont choisi de vivre ce qu’ils nomment, « la vie nouvelle », par une purification constante de la nature corrompue du vieil homme, dans le but de se sanctifier.

Le pouvoir de donner sa vie, ou de la reprendre.

Je ne cesserai de le répéter dans mes articles, par la Grâce de DIEU notre Père, nous n’avons reçu qu’UN seul Modèle de Vie, JÉSUS-CHRIST le Fils de l’homme, par et en lequel, DIEU notre Père, nous rendra semblable à son image, par son ESPRIT SAINT en nous (Romains 8, verset 29 et 30). Il est regrettable que bien des enfants de DIEU, n’osent pas par la foi, s’identifier pleinement à JÉSUS-CHRIST, leur Seigneur. Le diable, leur faisant croire qu’en agissant ainsi, ils sont orgueilleux, prétentieux, et manquent d’humilité, etc., etc.,… autant d’accusations, et de condamnations mensongères, lancées comme des flèches dans le cœur des petits enfants de DIEU, venant du père du mensonge (Jean 8, verset 44). S’il est vrai, que nous ne serons jamais la personne de JÉSUS, le Fils de l’homme, puisque JÉSUS, le CHRIST de DIEU est Unique, il est tout aussi vrai, que nous sommes ses Frères et Sœurs, nés du même Père. Nous sommes un royaume, des sacrificateurs (Apocalypse 1, versets 4 à 6), tout comme le Fils l’est sur sa maison (Hébreux 3, versets 5 et 6, Hébreux 5, versets 5 et 6, Hébreux 10, versets 21). Cela c’est La Vérité, dans laquelle il faut demeurer ferme par la foi, laissant l’ESPRIT SAINT, nous instruire et nous conduire à marcher de mieux en mieux, par et dans cette Vérité, étant affranchi et réellement libre du péché et de Satan, à la seule gloire de DIEU notre Père (Jean 8, versets 34 à 36, Matthieu 11, versets 27 à 30).

Tout comme notre Seigneur JESUS, le Fils de l’homme, avait reçu de son Père, le pouvoir de LUI donner sa vie, en l’offrant comme rançon pour le péché, ou de la reprendre, et retourner vers DIEU son Père (Jean 10, versets 17 et 18), ainsi en est-il également, de l’enfant né de DIEU. Par sa nouvelle naissance, en la mort de son vieil homme, par la foi dans le baptême en la mort de CHRIST pour le péché, il s’est « offert à DIEU » avec son être corrompu (esprit/âme et corps), au travers de la chair et du sang de CHRIST (Jean 6, versets 50 à 58). C’est CHRIST, qui désormais, le Sanctifie dans son être entier, par son Esprit de Vie, au moyen du SAINT-ESPRIT (Jean 20, versets 21 à 23). Tout comme le Père a laissé le Fils, libre du choix de sa vie, ainsi en est-il maintenant pour l’enfant né de DIEU, étant affranchi de l’esclavage de Satan, réellement libre du péché dans son corps de chair. Il est désormais, libre du choix de sa vie (2 Corinthiens 3, verset 16, Jean 10, verset 9). Il peut désormais demeurer en Lui (Jean 15, versets 1 à 6), ou, à tout moment, reprendre sa vie d’autrefois, et renier l’ESPRIT (Matthieu 10, versets 32 et 33), pour retourner vivre dans le monde (Matthieu 16, versets 24 et 25), et en assumer les conséquences pour le salut de son âme.

Commettre le « péché » (la désobéissance).

Il y a de plus en plus de prédicateurs dans ce monde, qui tordent le sens des écrits de la Bible, en prêchant la liberté de CHRIST, aux enfants de DIEU, alors qu’eux-mêmes, sont toujours esclaves du péché dans leur corps du péché. C’est pour cela, qu’à cause de l’incrédulité du plus grand nombre, une grande confusion demeure parmi les enfants de DIEU, et que peu comprennent, et vivent réellement, cette liberté d’un enfant né de DIEU, qui lui, est bien conscient, que, s’il est sauvé, c’est parce qu’il est totalement libre du péché dans son être entier, esprit/âme et corps, il est Saint, un Fils ou une Fille de DIEU, et cela uniquement par La Grâce de DIEU, qui lui a été manifestée, en JÉSUS, le Fils de l’homme, Le CHRIST de DIEU. Cette Grâce de DIEU le Père, par et dans laquelle, au moyen de sa foi et de son obéissance à l’ESPRIT SAINT en lui, il demeure ferme. En agissant ainsi, il ne permet pas à Satan, de placer à nouveau, son levain du péché (1 Corinthiens 5, versets 7 et 8), dans le nouvel l’homme spirituel qu’il est, « une pâte nouvelle, sans levain du péché ».

C’est ainsi que l’ESPRIT, l’enseigne et le fait vivre à l’apôtre Jean.

1 Jean 5, verset 18 :
Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche point; mais celui qui est né de Dieu se garde lui-même, et le malin ne le touche pas.

Pour beaucoup après s’être repentis, « pécher contre DIEU », cela signifie dans leur propre vie, désobéir à ce qui est écrit dans la Bible (Ancien et Nouveau Testament). Ce n’est pas faux en soi, mais cette façon de faire, n’est rien d’autre, que pratiquer l’obéissance à la Parole de DIEU, par une marche selon la lettre. Nous lisons, et nous mettons en pratique, cela au Nom du Seigneur, l’ESPRIT. L’enfant de DIEU, le Juif, ou le païen repenti, qui vit ainsi, marche l’un comme l’autre, sous la garde de la Loi de DIEU écrite pour des cœurs encore de pierre, mais chacun, avec une approche différente, quant à sa compréhension par rapport à l’obéissance aux commandements de DIEU. Pour le Juif, cela se caractérise par l’obéissance au contenu de La Thora, et pour le païen, par l’obéissance au contenu du Nouveau Testament. L’un comme l’autre, s’ils ne se laissent pas convertir un jour par CHRIST (Luc 22, versets 32, Matthieu 18, verset 3), ils sont toujours sous l’ancienne Alliance, marchant selon la lettre, toujours esclaves de leur corps du péché.

Par contre, l’enfant né de DIEU quand à lui, il marche sous la Nouvelle Alliance, et « pécher contre DIEU », pour lui, c’est uniquement, désobéir à la Loi de l’Esprit de Vie de CHRIST en lui (Romains 8, versets 1 et 2). La Loi selon la lettre, précède La Grâce, néanmoins, La Grâce, n’abolit pas, ni n’exclu la Loi selon la lettre. Désormais, la mise en pratique journalière de la Loi de DIEU pour l’enfant né de DIEU, ne se fait que par l’ESPRIT (Ezéchiel 36, verset 27), et c’est DIEU le Père, qui atteste en l’esprit de son enfant, s’il pèche, ou, ne pèche pas, c’est à dire, si son enfant lui désobéit ou non, pendant les jours de sa chair.

C’est pour cela que l’apôtre Jean, enseigne qu’un enfant réellement né de DIEU, ne peut pas pécher consciemment, parce que l’Esprit du Fils, qui est la semence de DIEU, demeure en lui, par le SAINT ESPRIT (Romains 8, verset 9). Lorsqu’un enfant né de DIEU connait la volonté de DIEU, lorsque que le SAINT ESPRIT lui montre, ou lui demande de faire, ou ne pas faire quelque chose, il est impossible pour lui, de prétendre s’être détourné par « inadvertance » du commandement, ou de la volonté de DIEU à son égard, puisqu’il est parfaitement conscient de ce qu’il fait. S’il, agit ainsi, il désobéit volontairement (il pèche consciemment), en toute connaissance, des conséquences de sa désobéissance, pour le salut de son âme, et de ce que sa désobéissance peut provoquer à l’égard de son prochain.

Néanmoins, il faut faire la part des choses, et demeurer juste. La croissance d’un petit enfant né de DIEU, jusqu’à ce qu’il soit arrivé à la stature parfaite de CHRIST, ne se fait pas à coup « de baguette magique ». Celle-ci va aller en progressant, au fur et à mesure, de sa foi et de son obéissance à l’ESPRIT SAINT en lui. Un enfant, peut commettre des erreurs (non pas le péché), par manque de la connaissance de CHRIST en lui (Colossiens 3, verset 10), qu’il connait dans un premier temps de sa vie nouvelle, uniquement avec une connaissance selon « la chair » (selon l’homme terrestre), c’est à dire, selon une compréhension d’en bas, et non pas d’en Haut, selon l’ESPRIT (2 Corinthiens 5, versets 16 et 17). C’est le temps pendant lequel, l’ESPRIT-SAINT, apprend à l’enfant à se séparer en son esprit/âme nouveau, de la connaissance humaine qu’il a acquise par la Loi selon la lettre, pendant le temps de sa marche sous la garde de Celle-ci (Galates 3, versets 23 et 24), et la remplace progressivement, au fur et à mesure de sa croissance spirituelle, par la Loi de l’Esprit de Vie du Fils (Romains 8, versets 1 et 2).

Ainsi, jusqu’à ce que CHRIST soit totalement formé en lui (Galates 4, verset 19), à cause de son âge spirituel, il peut lui arriver de manquer de discernement, et ainsi, faire les choses, non pas selon la volonté de DIEU, mais selon sa propre volonté. De ce fait, un enfant peut inconsciemment, mal agir dans l’Église, ou en dehors de celle-ci, étant convaincu que c’est l’ESPRIT de DIEU, qui le conduit à faire telle ou telle chose, ou dire telle ou telle chose. Bien sûr, le diable, étant toujours à l’affût d’une telle situation (1 Pierre 5, verset 8), au moyen de serviteurs, ses esprits séducteurs et méchants à son service, ils vont tout faire, pour envenimer cette situation, essayer de semer le trouble en l’esprit de l’enfant, se faisant passer pour des anges de lumière, en lui faisant croire que ce qu’il fait est juste, parce que cela est écrit. L’enfant né de DIEU, n’a pas à craindre, ce n’est pas parce qu’il se trompe, qu’il pèche systématiquement contre DIEU. S’il écoute toujours ce que l’ESPRIT lui dit et lui montre de faire, en fonction de son âge spirituel, il apprendra bien vite à rejeter le mal, et choisir le bien (Esaïe 7, verset 14 et 15). Il demeurera dans La Lumière de La Vie et conduit par Elle, ainsi, il ne marchera pas dans les ténèbres (Jean 8, verset 12).

Lorsque je dis qu’un enfant, peut mal agir dans l’Église, ou en dehors de Celle-ci, cela ne veut pas dire, que celui-ci, sous le couvert d’une bonne conscience qu’il s’est forgé, peut couvrir les mauvaises oeuvres de la chair corrompue, tout continuant de mentir, ou voler, tricher, ou encore agir avec méchanceté à l’égard de son prochain, etc… Non, car les mauvaises oeuvres de la chair du péché sont manifestes (Galates 5, verset 19 à 21). Celui ou celle qui agit ainsi, n’est pas né de DIEU, il (elle) n’a jamais connu DIEU, où, pire encore, l’a renié depuis bien longtemps (Hébreux 6, versets 4 à 8, Hébreux 10, versets 26 à 31). Je veux dire simplement, qu’un enfant, agissant de sa propre volonté, peut être convaincu de faire le bien, parce qu’il a lu dans la Bible d’agir de telle manière, dans telle situation, et ainsi provoquer « le mal » qu’il ne veut pas, en voulant pratiquer, ou appliquer La Parole de DIEU à la lettre, ou selon la lettre, dans une situation précise, alors que ce n’est pas la volonté de DIEU à son égard. Il peut sans le vouloir, faire du tord à l’Eglise, ou encore à son prochain.

Ainsi, l’enfant de DIEU au fur et à mesure de sa croissance spirituelle, quoiqu’il puisse agir selon sa volonté, et non celle de DIEU son Père, il agit dans un premier temps, par ignorance. Chaque enfant de DIEU, ayant sa propre personnalité, son caractère (Marc 3, verset 17), pour le convaincre qu’il se trompe, DIEU son Père, peut utiliser toutes sortes de moyens extérieurs à sa vie, ses serviteurs les anges, Sa Parole écrite (la Bible), l’Église (ses frères ou ses sœurs en CHRIST), les païens, le monde et ce qu’il renferme, ou encore, une circonstance dans sa vie, etc… C’est pour cela, dès que le Seigneur montre à son enfant, d’une manière ou d’une autre, que ce qu’il fait, n’est pas juste, et que celui-ci se repent d’avoir agit selon sa volonté, qu’il a pris pour être la volonté de DIEU son Père à son égard, et que si nécessaire, il rectifie envers son prochain ce qu’il a mal fait, selon ce que le Seigneur lui montre de faire, il demeure toujours dans l’obéissance, il ne pèche pas. DIEU notre Père, n’impute pas à son enfant, « le péché » (la désobéissance volontaire), par rapport à ce qu’il n’a pas encore (la maturité), ou ne sait pas encore discerner entre ce qu’il pense, et ce que DIEU lui montre, comme étant bien ou mal. C’est pour cela qu’un enfant né de DIEU, doit apprendre à connaître la volonté de DIEU son Père (Romains 12, versets 1 et 2). C’est ce qu’il va faire (Marc 4, versets 26 à 29), s’il demeure obéissant dans les circonstances et détails de la vie de tous les jours. A chaque jour suffit sa peine.

Comme déjà écrit dans cet article, le Seigneur, laissera toujours libre du choix de sa vie, son enfant, ou le prochain (2 Corinthiens 3, verset 17). Le choix pour l’enfant né de DIEU est simple, perdre sa volonté par amour pour DIEU son Père, et CHRIST son Seigneur, par l’écoute et l’obéissance à l’ESPRIT (Psaume 40, versets 7 à 9), afin de conserver sa vie nouvelle (Jean 12, verset 25), ou retourner vivre selon sa volonté sans l’ESPRIT, et la perdre à jamais (Matthieu 10, versets 32 et 33). Mais il peut arriver que l’enfant pour des raisons qui lui sont personnelles, persiste volontairement dans sa mauvaise voie, et qu’il ne veuille pas se repentir, à la voix du Seigneur dans son cœur, au travers de ses différentes mises en garde. Une telle attitude, démontre sa détermination à vouloir volontairement demeurer dans ce qui est mal, et qu’il agit sous l’influence d’esprits mauvais, à qui il obéit. Il consommera avec son esprit saint, « le péché » dans son corps d’enfant nouveau-né, et en assumera les conséquences éternelles pour son âme (Jean 15, versets 1 à 6). Laisser un peu de levain du péché, pénétrer dans la pâte sans levain, finira tôt ou tard, par faire lever toute la pâte, c’est inévitable. Malheureusement, beaucoup ne prennent cela pas en compte pour leur vie personnelle, puisque pour la plupart, quoiqu’ils leur arrivent de « pécher » (de désobéir à l’ESPRIT), ils ont un « avocat » auprès du Père. L’auteur de l’épître aux Hébreux, montre la triste finalité d’une telle vie.

Hébreux 6, versets 4 à 8 :
Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint Esprit,
qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir,
et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie.
Lorsqu’une terre est abreuvée par la pluie qui tombe souvent sur elle, et qu’elle produit une herbe utile à ceux pour qui elle est cultivée, elle participe à la bénédiction de Dieu;
mais, si elle produit des épines et des chardons, elle est réprouvée et près d’être maudite, et on finit par y mettre le feu.

Hébreux 10, versets 26 à 31 :
Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés,
mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles.
Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins;
de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce ?
Car nous connaissons celui qui a dit: A moi la vengeance, à moi la rétribution ! et encore: Le Seigneur jugera son peuple.
C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant.

La confusion entre la vie sous garde de la Loi, et la Vie, par la foi en La Grâce de DIEU.

Avant la venue de JÉSUS sur terre, et après que la Loi de DIEU fût donnée à Moïse, les enfants du peuple Hébreux (appelés par la suite le peuple Juif), naissaient systématiquement, sous la garde de la Loi selon la lettre. De pères en fils, les enfants naissaient « saints » devant DIEU, et non pécheurs d’entre les païens (Galates 2, verset 15). Non pas parce qu’ils étaient « saints » par une nature sans péché en elle, mais parce que DIEU le Père, leur permettait par l’obéissance à Sa Parole, et au moyen de l’observation des commandements, et de sacrifices d’animaux, de se sanctifier à ses yeux.

Lévitiques 11, verset 45 :
Car je suis l’Éternel, qui vous ai fait monter du pays d’Égypte, pour être votre Dieu, et pour que vous soyez saints; car je suis saint.

Lévitiques 20, versets 7 et 8 :
Vous vous sanctifierez et vous serez saints, car je suis l’Éternel, votre Dieu.
Vous observerez mes lois, et vous les mettrez en pratique. Je suis l’Éternel, qui vous sanctifie.

A notre époque, les promesses de DIEU pour son Peuple (les Juifs) n’ont pas changées. Ils sont « saints » légitimement devant DIEU, à cause de l’élection et des promesses. Néanmoins, après la venue sur terre, de JÉSUS le Fils de l’homme, l’esprit de l’antéchrist, continue de séduire et de tromper le peuple de DIEU, gardant une partie de celui-ci, dans l’incrédulité, face à La Parole de DIEU et Sa Vérité. Ceux qui sont incrédules, demeurent ainsi, rebelles et éloignés de DIEU, par leur désobéissance volontaire au commandement de DIEU (Matthieu 17, verset 5), qu’IL leur a manifesté en Son Fils, JÉSUS-CHRIST « Le » Seigneur (Romains 11, versets 28 et 29).

A partir de la venue de JESUS-CHRIST sur terre, de sa vie terrestre, sa mort, et sa résurrection par la puissance de DIEU, la Sanctification de DIEU pour ses enfants, ne se reçoit plus « de pères en fils », par l’observation de la Loi selon la lettre, donnée pour des cœurs de pierre. La Sanctification de DIEU pour ses enfants quels qu’ils soient, se reçoit désormais, par la foi dans le « baptême » de la régénération, qui s’obtient par le don de l’Esprit de Vie du Fils, que DIEU le Père, lui accorde, au moyen du SAINT-ESPRIT (Galates 4, versets 3 à 7, et, Tite 3, versets 4 à 8). C’est l’Esprit du Fils, donné par le SAINT ESPRIT, qui sanctifie l’enfant né de DIEU dans son être entier (2 Thessaloniciens 2, verset 13, et, 1 Pierre 1, versets 1 à 5). Néanmoins, ce n’est pas pour autant, que la Loi de DIEU, par l’observation et la mise en pratique de ses commandements est abolie, bien au contraire. C’est seulement après la nouvelle naissance, que l’enfant né de DIEU, peut réellement mettre en pratique Sa Loi, par l’Esprit de Vie de CHRIST en lui. Ce que confirme l’auteur de la lettre aux Hébreux.

Hébreux 10, versets 14 à 17 :
Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés.
C’est ce que le Saint Esprit nous atteste aussi; car, après avoir dit:
Voici l’alliance que je ferai avec eux, Après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leurs coeurs, Et je les écrirai dans leur esprit, il ajoute:
Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités.

Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que ce qui est valable à ce jour pour le peuple de DIEU, les Juifs, l’est tout aussi, pour nous tous, « les païens », qui un jour, après l’appel de DIEU dans nos cœurs, par l’ESPRIT (Jean 16, versets 8 à 11), nous nous sommes repentis de notre vie sans DIEU. Nous tous, dans un premier temps, nous sommes passés d’une vie sans DIEU, à Sa Grâce, par l’observation de Sa Loi selon la lettre, que nous avons reçu, par la foi en La Parole de son Fils, JESUS-CHRIST (Romains 10, verset 17). Si un jour nous avons obtenue miséricorde, et sommes passés de la mort à la Vie, ce n’est pas par nos œuvres, si pieuses étaient-elles pour plaire à DIEU, alors que nous vivions et marchions toujours sous la garde de la Loi, esclaves du péché, commettant des péchés, par notre corps du péché (Romains 7, versets 14 à 21).

Cette Grâce, comme ce mot l’indique, vient de DIEU. Elle nous a été faite uniquement, parce que DIEU notre Père, a créé en nous par Sa Parole, « la foi » qui nous a permis de « LE » croire, par son Œuvre Parfaite, qu’IL nous a manifestée en son Fils JESUS-CHRIST notre Seigneur, nous faisant don de l’Esprit de Vie de son Fils, au moyen du SAINT-ESPRIT (Romains 11, versets 16 à 22), tout comme IL l’a fait pour l’apôtre Paul, et tous ses frères et sœurs de CHRIST. C’est cette foi qui vient de DIEU par CHRIST (Jean 6, versets 44 et 45), et notre obéissance volontaire à l’ESPRIT, qui sauve notre âme de la perdition éternelle, et nous gardera sur terre, saints et irrépréhensibles pour le jour de CHRIST. DIEU le Père, qui nous a appelés est Fidèle, et c’est LUI qui le fera (1 Thessaloniciens 5, versets 23 et 24, Ezéchiel 36, verset 27).

Malheureusement, pour bien des enfants de DIEU, passés par une repentance sincère et le pardon des péchés, la première chose qui leur est enseignée au commencement de leur croissance spirituelle, c’est qu’une fois, qu’ils se sont repentis et fait baptisés d’eau, ils reçoivent automatiquement « La Vie Nouvelle ». Oui, le Seigneur annonce le Salut de DIEU son Père (Sa Bonne Nouvelle), à toutes les âmes terrestres qui veulent bien LE croire. Oui, quiconque croit DIEU le Père, et Sa Parole faite chair en son Fils, sera sauvé…mais uniquement sous certaines conditions (Jean 3, versets 3 à 8). Pour s’en convaincre, il suffit de relire correctement les quatre évangiles, et entres autres passages, ce que notre Seigneur dit à ses disciples.

Matthieu 18, versets 2 et 3 :
Jésus, ayant appelé un petit enfant, le plaça au milieu d’eux,
et dit: Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux.

Bien des enfants de DIEU, commencent leur vie spirituelle, ayant un amour sincère pour DIEU et Sa Parole, avec un cœur honnête, cela par rapport à la foi et la connaissance qu’ils ont de CHRIST, lors de leur repentance sincère. Malheureusement, on leur fait croire, qu’en leur corps de chair, il existe deux personnalités, l’esprit et la chair, qui s’opposeront systématiquement dans leur corps, toute leur vie terrestre. Il est vrai que l’ESPRIT-SAINT, s’opposera toujours à la volonté d’une âme vivante terrestre, qui n’est pas passée par la nouvelle naissance, même si celle-ci, veut servir DIEU (Romains 7, versets 22 et 23, Jacques 4, versets 1 à 10).

Sous la garde de la Loi de DIEU, en vue de la foi de CHRIST, qui doit être révélée, afin de pouvoir vivre en nouveauté de Vie.

Apocalypse 14, verset 12 :
C’est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus.

Hébreux 12, versets 1 et 2 :
Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte,
ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu.

Galates 3, versets 22 à 29 :
Mais l’Écriture a tout renfermé sous le péché, afin que ce qui avait été promis fût donné par la foi en Jésus Christ à ceux qui croient.
Avant que la foi vînt, nous étions enfermés sous la garde de la loi, en vue de la foi qui devait être révélée.
Ainsi la loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi.
La foi étant venue, nous ne sommes plus sous ce pédagogue.
Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus Christ;
vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ.
Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus Christ.
Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d’Abraham, héritiers selon la promesse.

Dans tous ces versets cités, il ressort une seule et même chose, La Grâce de DIEU, qui ne se reçoit que par la foi en Sa Parole, qu’IL a faite chair en son Fils, JÉSUS le Fils de l’homme. Avant la venue sur terre, de JESUS le Fils de l’homme, cette vie dans la sanctification, par la purification constante des péchés de « la chair corrompue », était possible pour les enfants de DIEU (le peuple Juif), vivants sous la garde de la Loi. Néanmoins, une telle vie de purification constante de « la chair », n’amenait jamais les enfants de DIEU, dans La Sainteté de DIEU, par une vie naturelle leur venant d’en Haut, ainsi qu’à la perfection dans l’obéissance à Sa Parole, cela à cause du péché en eux, dont ils étaient esclaves par leur corps du péché (Hébreux 7, versets 11 et 12, et verset 28, et Hébreux, chapitres 8, 9, 10…). Ce même « péché » de l’esprit qu’est Satan, que tout homme animal naissant sur terre, a hérité de la désobéissance au commandement de DIEU, par Adam et Eve (Genèse 3).

L’enfant de DIEU (le Juif), pouvait servir L’ETERNEL son DIEU, malgré son entendement partagé, et son cœur encore de pierre, qui lui venait de son esprit corrompu, et l’âme de celui-ci, souillée par le péché. Pour ce faire, DIEU, ayant prévu dans sa Loi, par l’observation des commandements de celle-ci, une pratique de vie, reposant sur de bonnes œuvres, ainsi que l’offrande de sacrifices d’animaux, pour l’expiation des péchés de l’ensemble du peuple de DIEU. Cela, permettait à l’enfant de DIEU qui mettait en pratique pour sa vie, les commandements et les ordonnances de la Loi, de se garder pur du péché conscient (la désobéissance volontaire au commandement), et ainsi, conservait une bonne conscience devant DIEU. Cette vie pieuse, avait pour effet, la bénédiction de DIEU sur l’enfant de DIEU, et sa famille, ou inversement, la correction ou la malédiction, pour l’enfant volontairement désobéissant (Deutéronome chapitre 5, et suite…).

Si par inadvertance, la conscience d’un enfant de DIEU, était entachée, parce qu’il s’était contrevenu à la Loi (une désobéissance involontairement aux commandements), il pouvait, en passant par les Juges établis sur Israël, régler le ou les litiges, ou, encore, aller voir le Sacrificateur, afin d’offrir individuellement, un sacrifice pour l’expiation de son ou ses péchés (Matthieu 8, verset 4). Mais toute cette pratique de la Loi, ne supprimait pas « le péché », et son origine, en l’enfant de DIEU, qui était toujours gardé captif du péché par son corps du péché, hérité de Adam et de Eve (Romains 7). La Loi de DIEU, écrite pour des cœurs encore de pierre, leur rappelant sans cesse, cet héritage du péché dans leur « chair » (leur esprit/âme et corps corrompu).

Par la venue sur terre, de JESUS le Fils de l’homme, la Loi a été changée.

Hébreux 7, versets 11 et 12 :
Si donc la perfection avait été possible par le sacerdoce Lévitique, car c’est sur ce sacerdoce que repose la loi donnée au peuple, qu’était-il encore besoin qu’il parût un autre sacrificateur selon l’ordre de Melchisédek, et non selon l’ordre d’Aaron ?
Car, le sacerdoce étant changé, nécessairement aussi il y a un changement de loi.

Ce « changement » de la Loi par DIEU le Père, ne veut pas dire pour autant, que la première Loi a été abolie, par la seconde (Matthieu 5, versets 17 à 20). Mais pour que cela puisse se faire, IL fallait que DIEU trouve « un homme » totalement Saint, en son esprit/âme et corps physique. Sur terre, un tel homme est impossible à trouver, parce que « le péché » de l’esprit qu’est Satan, a corrompu l’ensemble de l’humanité, y compris une partie du monde céleste (les anges rebelles à DIEU). DIEU le Père, a donc envoyé son propre Fils JESUS, dans une chair semblable (non pas identique), à celle du péché des fils de l’homme.

Hébreux 7, versets 26 à 28 :
Il nous convenait, en effet, d’avoir un souverain sacrificateur comme lui, saint, innocent, sans tache, séparé des pécheurs, et plus élevé que les cieux,
qui n’a pas besoin, comme les souverains sacrificateurs, d’offrir chaque jour des sacrifices, d’abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux du peuple, car ceci, il l’a fait une fois pour toutes en s’offrant lui-même.
En effet, la loi établit souverains sacrificateurs des hommes sujets à la faiblesse; mais la parole du serment qui a été fait après la loi, établit le Fils, qui est parfait pour l’éternité.

Ainsi, par JESUS le Fils de l’homme, sorti de DIEU (Jean 8, verset 42), la première Loi (selon la lettre, donnée pour de cœurs de pierre), a été totalement accomplie, non plus en suivant « la lettre de la Loi », mais par l’observation de la Volonté de DIEU, inculquée par l’ESPRIT SAINT, en l’esprit du Fils, ayant une âme pure, c’est-à-dire, un cœur de chair, ou, des sens, des facultés et sentiments purs. DIEU, ayant fait du corps physique de son Fils, son Saint Temple (Jean 14, versets 10 et 11). Ainsi, DIEU le Père des esprits, par sa présence en « la chair » (ou le corps) de son Fils homme (Jean 10, verset 38), a inculqué en son esprit/âme la Loi de son ESPRIT de Vie (Jean 7, versets 15 à 17). IL a permis ainsi, que « le dernier Adam » sur terre, créé selon Sa Volonté, soit, le Premier homme spirituel sur terre, né totalement libre du péché dans son être entier. Par la foi et l’obéissance à La Volonté son de Père, annoncée d’avance pour Lui, dans les Ecritures, IL a été gardé Saint et pur, dans son être entier, par l’ESPRIT-SAINT en Lui. JESUS le Fils de l’homme, à la seule Gloire de DIEU son Père, s’est ainsi préservé « du péché » (1 Jean 5, verset 18), et a conservé son esprit Saint, ayant son âme pure, dans son corps de chair d’homme, que son Père lui a formé (Hébreux 10, verset 12, Hébreux 10, verset 5).

JESUS le Fils de l’homme, est « Le grain de blé » semé par DIEU son Père, dans son champ (Jean 12, versets 23 à 25), qui dans un premier temps est son peuple, la maison d’Israël, parmi lesquels, IL appelle ses enfants perdus, et ensuite, d’autres qui ne sont pas de cette bergerie (les païens ayant la foi d’Abraham) (Matthieu 15, verset 24, Jean 10, versets 14 à 16). Lorsque JESUS, le Fils de l’homme, ressuscite d’entre les morts avec son corps de chair, par la Puissance de son Père, l’ESPRIT, IL est le Premier Né d’entre les morts, le Premier Né des enfants de la promesse (Romains 9, versets 6 à 8), qui naîtront après Lui, de son Esprit de Vie. L’Esprit de Vie de CHRIST, est « Le fruit » du grain de blé tombé en terre (un esprit/âme nouveau, pour la vie du corps physique), donné selon la volonté de DIEU, pour le salut de l’âme, de quiconque LE croit, premièrement du Juif, et ensuite, du Grec (le païen).

Jean 1, versets 12 et 13 :
Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés,
non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu.

C’est la Loi de l’ESPRIT de Vie, ou, La Volonté de DIEU selon l’ESPRIT, accomplie par JÉSUS le Fils de l’homme (Hébreux 10, versets 5 à 10), que DIEU le Père, va inculquer désormais, en l’esprit/âme de tous ses enfants, qui naîtront de l’Esprit de son Fils, par le moyen du SAINT ESPRIT (Galates 4, versets 6 et 7, Tite 3, versets 4 à 8, Ezéchiel 36, versets 25 à 27).

Chasse l’esclave et son fils.

Le péché de l’esprit qu’est Satan, qui se manifeste sur terre, par le corps du péché de l’homme animal, n’héritera jamais du Royaume des cieux. Ni son esprit corrompu ayant son âme souillée, ni son corps de chair, demeurant sous la malédiction de DIEU (Genèse 3, versets 17 à 19), n’hériteront du Royaume de DIEU. C’est ce que l’apôtre Paul enseigne à l’Eglise.

Galates 4, verset 30 :
Mais que dit l’Écriture ? Chasse l’esclave et son fils, car le fils de l’esclave n’héritera pas avec le fils de la femme libre.

Galates 5, verset 17 :
Car la chair a des désirs contraires à ceux de l’Esprit, et l’Esprit en a de contraires à ceux de la chair; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez.

Chasse l’esclave et son fils ! Voilà ce que l’apôtre Paul enseigne à l’Eglise. Il faut chasser de nous une fois pour toutes, l’esprit corrompu, et son âme souillée avec son corps de chair, qui forme notre être entier, l’âme vivante terrestre, ou encore appelé, le vieil homme, le corps du péché (Colossiens 2, versets 11 à 15). En l’esprit de l’homme animal, son âme lui est insécable et indissociable, puisqu’elle est ses sens, ses sentiments, ses facultés, terrestres, etc…, dans son corps de chair physique. Beaucoup, à l’appel du Seigneur dans leur cœur, par leur repentance sincère, et le pardon de leurs péchés, ont accepté un jour, que le Seigneur chasse « l’esclave » de leur vie, qu’IL les débarrasse de leur esprit corrompu, par lequel, ils sont maintenus sous la servitude du péché, ce qui les empêche de servir DIEU, avec un esprit nouveau ayant un entendement nouveau (Romains 7, versets 14 à 24).

Pourtant, c’est bien ce que JESUS a fait, avec quiconque Le croit, et s’identifie en Lui, par la foi et l’obéissance, en La Parole de DIEU son Père, au moyen de sa vie, sa mort et sa résurrection (Romains 6, versets 1 à 11). Malheureusement, la plupart, persistent vouloir à conserver en eux, « le fils de l’esclave ». L’esclave, est comparable à l’esprit de vie de l’homme animal, elle est le mauvais arbre qui porte de mauvais fruits. C’est sa nature de porter des mauvais fruits, cela ne peut pas être changé (Matthieu 7, versets 17 à 19). Le fils de l’esclave, est son fruit, il est né de sa nature de mauvais arbre. Lui non plus ne peut pas être changé, il sera toujours un mauvais fruit. Le « fils de l’esclave », est comparable à l’âme souillée de l’esprit de vie corrompu de l’homme animal, étant les sens, les facultés, les sentiments terrestres, etc… du vieil homme, de l’homme charnel vendu au péché, et dans lequel, n’habite rien de bon.

Beaucoup, demeurent incrédules, lorsque l’ESPRIT, par La Parole de DIEU, leur montre qu’il faut chasser, « l’esclave et son fils », ou se dépouiller de leur corps du péché, dans lequel, l’esprit corrompu et son âme souillée, ne fait qu’une seule est même chair (la chair du péché). Ils essayent tant bien que mal, de sanctifier « l’esclave » (leur esprit corrompu), par « une purification » progressive des souillures, « du fils de l’esclave » (l’âme souillée de leur esprit corrompu), dans l’espoir, d’améliorer sa condition de vie terrestre, pensant ainsi avoir comme finalité, une Vie nouvelle éternelle, dans le Royaume de DIEU. Agir ainsi, c’est peines perdues, et sacrifices inutiles. Notre Seigneur JESUS est clair à ce sujet : « Personne ne met une pièce de drap neuf à un vieil habit…, et, on ne met pas non plus du vin nouveau dans de vieilles outres… » (Matthieu 9, versets 16 et 17).

A l’inverse de l’esclave et son fils, il y a, également la femme libre et son fils. Le bon arbre, qui porte de bons fruits. DIEU le Père, et son Fils. L’ESPRIT-SAINT et l’Esprit/âme du Fils de l’homme. La Nouvelle Naissance, quand à elle, fait passer l’homme animal esclave de son corps du péché, à l’état d’homme spirituel parfait selon DIEU le Père, l’ayant rendu semblable à l’image de son Fils.

Hébreux 10, versets 14 à 22 :
Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés.
C’est ce que le Saint Esprit nous atteste aussi; car, après avoir dit:
Voici l’alliance que je ferai avec eux, Après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leurs coeurs, Et je les écrirai dans leur esprit, il ajoute:
Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités.

Romains 8, versets 29 et 30 :
Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.
Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés

Un « Fils ou une Fille » né de la volonté de DIEU le Père, a désormais en lui, ou en elle, l’Esprit de Vie de JESUS, le Fils de l’homme. De ce fait, il ou elle, a le même entendement que Lui (Philippiens 2, versets 5 à 8), même si au commencement de sa vie nouvelle, il ou elle, n’a pas l’impression de remarquer un changement de personnalité. C’est normal, pour voir un changement, il faut repartir à zéro dans sa vie, en renonçant définitivement, à vouloir comprendre les choses d’en Haut avec un entendement d’en bas. Il faut devenir comme un petit enfant qui vient de naître, et qui a tout à apprendre nouveau de La Vie (Matthieu 18, verset 3). C’est l’Esprit du Fils, que l’enfant né de DIEU reçoit dans son cœur nouveau, par le moyen du SAINT-ESPRIT de DIEU son Père. C’est la foi, et l’obéissance à La Parole de DIEU, au moyen de l’enseignement de CHRIST, qui vont faire croître spirituellement, l’enfant né de DIEU, à l’image du Fils (2 Corinthiens 3, verset 18).

Néanmoins, son corps de chair et os, demeurera toujours corruptible et mortel sur terre, même après la nouvelle naissance. A la différence, que par la foi en l’Œuvre Parfaite de DIEU, ce corps physique, n’est plus corrompu, puisque « le péché » n’étant plus en l’homme spirituel (Ezéchiel 36, versets 25 à 27). Ce n’est que le jour du retour du Seigneur, ou, à la résurrection des morts, que le corps physique corruptible et mortel, sera, transformé en un corps incorruptible et immortel, comme celui de notre Seigneur JESUS, le Fils de l’homme (1 Corinthiens 15, versets 51 à 54). C’est pourquoi, il important de ne pas confondre, entre la définition du mot « corruptible », et celle du mot « corrompu ».

corruptible adj.
1. Qui est sujet à la corruption (sens 1). Produit corruptible.
2. Que l’on peut circonvenir, détourner de son devoir par des dons, des avantages. Un juge corruptible.

corrompu, ue adj.
1. Altéré par décomposition.
2. Fig. Dépravé. Âme corrompue.
3. Qui s’est laissé corrompre (sens 3) ou que l’on peut corrompre. Fonctionnaire corrompu.

La différence entre, le corps physique de l’homme terrestre, et le corps de physique de l’homme spirituel, créé selon DIEU.

Romains 8, versets 19 à 23 :
Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu.
Car la création a été soumise à la vanité, non de son gré, mais à cause de celui qui l’y a soumise,
avec l’espérance qu’elle aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu.
Or, nous savons que, jusqu’à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’enfantement.
Et ce n’est pas elle seulement; mais nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps.

L’enfant né de DIEU, se doit de connaitre la vraie raison (selon les Ecritures), qui fait que son corps de chair physique, après sa nouvelle naissance, demeure « corruptible » (non pas corrompu), et donc mortel. Cela lui évitera, d’entrer dans bien des doctrines de démons, ou enseignements pernicieux, qui l’empêchent de s’épanouir spirituellement dans La Grâce de DIEU, par la Foi en JESUS-CHRIST son Seigneur. Ces mauvais esprits, qui culpabilisent le cœur de bien des enfants de DIEU, leur faisant croire qu’ils manquent de foi, ou de quelques autres dons de l’ESPRIT, puisque leur corps physique est toujours plus ou moins sujet aux maladies, se détruit, et fini par mourir.

En ce qui concerne le corps de chair physique, et la matière dont il est formé par DIEU à son origine, il est écrit :

Genèse 2, verset 7 :
L’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant.

L’esprit/âme terrestre, que DIEU a donné (ou soufflé) à l’homme animal, vient de DIEU le Père des esprits. Sans « le souffle » de vie, aucune vie n’est possible pour un corps physique terrestre. Ce que nous pouvons lire dans les Ecritures, c’est que DIEU, a tout d’abord créé un corps à l’homme terrestre, en le formant à partir de la poussière de la terre. Le corps étant totalement formé (ou tiré) de la terre, ou du sol, à ce moment là seulement, DIEU y souffle « la vie », ou, y place, un esprit de vie, qui fusionne (si je puis l’écrire ainsi), avec le corps physique (formé de chair et os), et devient ainsi, une âme vivante terrestre. L’esprit de vie de l’homme animal, ayant une volonté, des sens, des facultés, des sentiments terrestres, etc…, placé par DIEU le Père des esprits, dans un corps de chair tiré de la poussière de la terre. C’est ainsi que DIEU forma l’homme à son image, selon ce qui est réellement écrit de lui, et de son corps physique, avant que « le péché » de l’esprit qu’est Satan, ne vienne corrompre son esprit/âme (ses sens, ses facultés, ses sentiments terrestres, etc…), et que celui-ci, par son corps de chair, extériorise sa corruption intérieure, souillant ainsi son être entier.

Lorsque nous lisons Genèse 2, versets 16 et 17, DIEU, avait déjà prévu la mort physique de l’homme, en cas de désobéissance de sa part. Ce n’est donc pas « le péché » de Satan, ou de l’homme, qui donne la mort au corps physique de l’homme animal, c’est DIEU par Sa Parole, au moyen du commandement. Néanmoins, c’est bien « à cause » du péché de Adam (et non pas celui de Eve), que le corps physique est mort (c’est-à-dire, ne demeure plus éternel sur la terre). Le « péché » de l’esprit qu’est Satan, ou celui de l’homme (sa désobéissance au commandement), n’a fait que provoquer l’inévitable, c’est-à-dire, l’accomplissement de La Parole de DIEU à son égard, selon qu’il est écrit :

Genèse 3, versets 17 à 19 :
Il dit à l’homme: Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre: Tu n’en mangeras point ! le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie,
il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l’herbe des champs.
C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière.

Si nous lisons attentivement ce que DIEU dit à l’homme, nous voyons dans un premier temps, le commandement (Genèse 2, versets 16 et 17), et ensuite seulement par la désobéissance, son accomplissement (Genèse 3, versets 17 à 19). La conséquence de la désobéissance au commandement, a fait que, lorsque DIEU, a maudit le sol (ou, la terre), et ensuite chassé l’homme de son paradis, IL lui a ainsi interdit, l’accès à l’Arbre de Vie et son Fruit (Genèse 3, versets 22 à 24). L’homme animal, est désormais coupé de la vie éternelle terrestre pour son corps, qui petit à petit par le vieillissement, se détruit progressivement, jusqu’à ce qu’il meure, et retourne dans la terre d’où il a été tiré, et son esprit/âme, retournant à Celui qui lui a donné (Ecclésiaste 12, verset 7). Néanmoins, sans être Sanctifiée par DIEU le Père des esprits, une « âme » corrompue terrestre (ou, un esprit/âme terrestre), ne peut pas paraître en Sa présence dans son Royaume. D’où, le séjour des morts, une prison pour l’esprit/âme terrestre de l’homme animal, toujours corrompu par le péché en lui (1 Pierre 3, versets 18 à 20). De même, DIEU a également créé, un abîme de ténèbres, une prison réservée pour les anges (ou esprits) rebelles et déchus (2 Pierre 2, verset 4).

Un doute au sujet de la malédiction du sol, qui englobe dans celle-ci, tout ce qui est tiré de ce même sol, et par la même occasion, le corps de chair physique de l’homme animal ? Depuis l’apparition du péché de Satan en l’homme, c’est la création toute entière, qui en subit directement les conséquences. Si elle subit cela, ce n’est pas parce qu’elle a péché, ou, que le péché est en elle, mais c’est « à cause du péché » de Adam, que la malédiction de DIEU, s’étant sur tout ce qui vient du sol. Toutes vies terrestres meurent un jour, et pourquoi cela ? Tout ce qui est tiré de la terre (ou du sol) se détruit, et meurt tôt ou tard, que cela soit animal, ou végétal. Toutes les bêtes qui sont sur la terre (animaux, oiseaux, poissons, etc…), ont-elles un jour « péché », ou désobéit au commandement de DIEU, pour subir le même sort que l’homme pécheur ? Voilà ce que dit l’apôtre Paul, au sujet de la création, et du joug qui pèse sur elle, « à cause du péché », et non pas « parce qu’elle a péché ».

Romains 8, versets 19 à 23 :
Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu.
Car la création a été soumise à la vanité, non de son gré, mais à cause de celui qui l’y a soumise,
avec l’espérance qu’elle aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu.
Or, nous savons que, jusqu’à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’enfantement.
Et ce n’est pas elle seulement; mais nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps.

Pour comprendre ce que l’apôtre Paul enseigne au sujet du corps physique de l’homme animal, retenez bien cette différence qu’il y a entre l’expression : « le corps de chair est mort, à cause du péché », et : « le corps de chair est mort, parce qu’il a péché ». Voilà ce que l’apôtre Paul écrit à l’Eglise, concernant le corps de chair de l’enfant né de DIEU.

Romains 8, versets 9 à 11 :
Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas.
Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice.
Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.

L’apôtre Paul écrit : « Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché,… ». Ce corps, est « l’enveloppe » physique de l’esprit de vie de l’homme terrestre, qui est formé par DIEU, au moyen de la poussière de la terre (Genèse 2, verset 7). Comme cela est écrit, le corps physique de l’homme est devenu corruptible et mortel, après que « le péché » ait corrompu l’esprit/âme de vie de l’homme. Si le corps physique de l’enfant né de DIEU, demeure corruptible, et « mortel », après la nouvelle naissance, c’est « à cause » du péché, et non pas, « parce que » le péché demeure en lui, c’est-à-dire, en ses organes de chair et os. Il faut bien faire la différence entre ces deux expressions : « à cause du péché », et, « parce que le péché demeure en lui ». N’oublions pas, qu’après la nouvelle naissance de l’enfant né de DIEU, c’est l’esprit/âme nouveau, qu’il a reçu de CHRIST (Galates 4, versets 6 et 7, et Romains 8, verset 15), qui donne La Vie, à son corps de chair corruptible (mais non plus corrompu), qui lui, est lavé d’une eau pure de toutes ses souillures (Ezéchiel 36, versets 25 à 27).

C’est pour cela que notre Seigneur JESUS dit à ses disciples :

Jean 6, verset 63 :
C’est l’esprit qui vivifie; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie.

Pour bien comprendre, il faut toujours se rappeler, que nous n’avons qu’UN Seul Modèle de Vie Nouvelle, par et en Lequel, nous pouvons croitre spirituellement, c’est JESUS le Fils de l’homme, notre Seigneur. Pourtant, CHRIST, en qui le péché n’a jamais été, et qui n’a jamais commis des péchés (Jean 14, verset 30), est bien mort, avec son corps de chair physique sur la croix. Comment est-ce possible que son corps meure, puisque ce corps de chair, était sans le péché en lui, plus encore, ayant été formé par DIEU le Père pour son Fils (Hébreux 10, verset 5) ? Comme CHRIST, les enfants nés de DIEU, sont réellement libres du péché dans leur être entier, et sont transformés à l’image du Fils, par DIEU le Père, comme l’apôtre Paul l’enseigne :

Romains 8, versets 29 et 30 :
Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.
Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés.

Si les enfants nés de DIEU sont prédestinés à être semblables à l’image du Fils, après avoir été appelés, justifiés, glorifiés, par DIEU le Père, quelle partie de leur être ne l’est pas, qu’il soit intérieur, ou le corps physique, l’être extérieur ? Lorsque l’apôtre Paul écrit cela à l’Eglise :

1 Corinthiens 15, versets 42 à 49 :
Ainsi en est-il de la résurrection des morts. Le corps est semé corruptible; il ressuscite incorruptible;
il est semé méprisable, il ressuscite glorieux; il est semé infirme, il ressuscite plein de force;
il est semé corps animal, il ressuscite corps spirituel. S’il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel.
C’est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant.
Mais ce qui est spirituel n’est pas le premier, c’est ce qui est animal; ce qui est spirituel vient ensuite.
Le premier homme, tiré de la terre, est terrestre; le second homme est du ciel.
Tel est le terrestre, tels sont aussi les terrestres; et tel est le céleste, tels sont aussi les célestes.
Et de même que nous avons porté l’image du terrestre, nous porterons aussi l’image du céleste.

Nous sommes bien d’accord que « physiquement », cette vie dans un corps spirituel glorifié, aucun enfant né de DIEU, ne la vivra sur cette terre pendant les jours de sa chair, excepté, si nous sommes encore en vie lors du retour de notre Seigneur (1 Corinthiens 15, versets 51 et 52). Nous sommes également d’accord de dire comme l’apôtre Paul, que tout ce qui nous est enseigné par l’ESPRIT-SAINT, en ce qui concerne notre homme intérieur créé selon DIEU, cela est spirituel (1 Corinthiens 2). Donc, La Vie nouvelle que nous possédons, et vivons par et en CHRIST, c’est uniquement par la foi en La Grâce de DIEU, au moyen de l’ESPRIT. C’est pourquoi, il faut recevoir La Parole de DIEU, par ESPRIT et accepter Sa Vérité (même si pendant un temps, Elle dépasse notre entendement humain), afin de pouvoir vivre pleinement sur terre, la vie « du nouvel homme spirituel », comme l’apôtre Paul le vit, et l’écrit à l’Eglise :

Colossiens 2, versets 11 et 12 :
Et c’est en lui que vous avez été circoncis d’une circoncision que la main n’a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair:
ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l’a ressuscité des morts.

Ephésiens 2, verset 6 :
il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ,

Romains 6, versets 4 à 7 :
Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.
En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection,
sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché;
car celui qui est mort est libre du péché

Hébreux 10, verset 14 :
Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés.

Dans ces versets cités, y voyez-vous une contradiction avec ce que l’apôtre Paul écrit dans 1 Corinthiens 15, versets 42 à 49 ? Non, Frères et Sœurs, l’apôtre Paul ne se contredit pas, bien au contraire. Le corps de chair, n’est plus sous la malédiction de tout qui est tiré de la terre, à cause du péché du premier Adam, puisque l’homme spirituel, est né d’en Haut, esprit/âme et corps. L’apôtre Paul, dans ses lettres adressées à l’Eglise, démontre bien qu’il s’est approprié par la foi, pour son être tout entier, esprit/âme et corps, La Vie Nouvelle, que CHRIST lui donne par son Esprit de Vie, au moyen du SAINT-ESPRIT (Jean 20, versets 21 à 23). DIEU le Père, ayant créé son enfant en JÉSUS-CHRIST, le corps de chair physique de celui-ci, entre également par la foi, dans son Œuvre Parfaite. C’est ce que l’apôtre Paul enseigne à l’Église d’Éphèse.

Ephésiens 2, versets 8 à 10 :
Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu.
Ce n’est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie.
Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions.

Nous sommes « l’ouvrage », de DIEU créés en JESUS-CHRIST, c’est-à-dire, le résultat de son travail (Esaïe 53, verset 11). Pourquoi l’homme nouveau spirituel créé selon DIEU (2 Corinthiens 5, versets 16 et 17), n’aurait-il pas, par la foi, un esprit saint possédant une âme pure (un cœur de chair), dans un corps de chair physique, totalement lavé des souillures du péché, quoique toujours corruptible et mortel (mais non plus corrompu), jusqu’au jour de CHRIST (1 Corinthiens 15, versets 47 à 54) ? N’est-ce pas pourtant cela qu’enseignent les Ecritures dans Ezéchiel 36, versets 25 à 27, ainsi que l’apôtre Paul, et ses frères dans leurs lettres adressées à l’Eglise ? Nous voyons bien, par l’exemple du corps de notre Seigneur JESUS, que ce n’est pas le « péché » dans la chair et os (ou organes), qui donne le pouvoir à Satan de faire mourir un corps physique (ou l’être entier), mais bien DIEU le Père, au moyen de Sa Parole. Ce que nous confirme notre Seigneur JESUS par ces deux exemples, entres autres, cités dans les évangiles.

Jean 19, verset 11 :
Jésus répondit : Tu n’aurais sur moi aucun pouvoir, s’il ne t’avait été donné d’en haut. C’est pourquoi celui qui me livre à toi commet un plus grand péché.

Matthieu 10, verset 28 :
Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme; craignez plutôt celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne.

Seul DIEU notre Père, peut faire périr l’âme (l’esprit de vie terrestre de l’homme animal) et son corps physique dans la géhenne. Pour le premier Adam, c’est donc, DIEU le Père, par Sa Parole, annoncée d’avance, qui agit sur son « âme » (son esprit/âme), et son corps de chair. C’est pourquoi, un corps physique, étant sujet à la corruption, signifie, que le corps de chair de l’homme animal, étant formé à partir de la terre (ou du sol), à cause du péché de Adam, demeurera toujours corruptible et mortel par la volonté de DIEU, donnée par Sa Parole (le commandement), et demeurera ainsi pour l’âme vivante terrestre, jusqu’au renouvellement de toutes choses (Apocalypse 21, versets 1 à 7). De même, pour le dernier Adam, JESUS, le Fils de l’homme, c’est aussi La Parole de DIEU annoncée d’avance, qui agit sur son « âme », et son corps de chair (Psaumes 16, versets 8 à 10, Psaume 34, verset 2, Esaïe 53). Ce qui est vrai pour JESUS le Fils de l’homme, l’est également pour tous ses Frères et Sœurs, qui sont nés de son Esprit de Vie.

Ainsi, lorsque nous parlons de l’homme spirituel créé nouveau selon DIEU, son corps de chair, tout est toujours corruptible et mortel sur terre, mais non plus corrompu. L’acte dont les ordonnances qui nous condamnaient et subsistait contre nous, qui nous empêchait de paraitre avec notre être entier (esprit/âme et corps corrompu) en la présence de DIEU le Père, a été détruit à l’instant même, où CHRIST mourrait crucifié, avec son corps de chair sur la croix (Matthieu 27, versets 50 à 52). Ayant été ensevelis avec Lui par le baptême en sa mort, IL nous a « circoncis » spirituellement en Lui, de notre « corps du péché », nous dépouillant ainsi, de notre « chair corrompue », et de ce fait, de tout ce qui faisait de nous, des hommes (ou des femmes) « charnels », vendus au péché. Par la foi, notre vieil homme, notre être entier (esprit/âme et corps corrompu), est mort une fois pour toutes, avec et en CHRIST sur Sa Croix, mais Gloire à DIEU, nous avons été ressuscités en Lui et avec Lui, par la foi en la puissance de DIEU notre Père, qui l’a ressuscité des morts. C’est ainsi que l’apôtre Paul l’enseigne, et pas autrement.

Colossiens 2, versets 11 à 15 :
Et c’est en lui que vous avez été circoncis d’une circoncision que la main n’a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair:
ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l’a ressuscité des morts.
Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses;
il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la croix;
il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix.

C’est pourquoi, l’homme nouveau né créé selon DIEU, étant par sa foi en La Parole de DIEU, rendu semblable à JESUS le Fils de l’homme (Romains 8, versets 29 et 30), quoiqu’il ait toujours un corps de chair corruptible et mortel (mais non plus corrompu), le nouvel homme spirituel qu’il est, sait que par CHRIST en lui, il est « un Fils » ou « une Fille » de DIEU, déjà avec Lui dans son Royaume. Non pas parce qu’il se repose sur ce qu’il voit (visions ou dons), ou sur le ressentir (sentiments humains), mais tout simplement, parce que DIEU son Père, l’atteste dans son esprit, ou, si vous préférez, l’atteste dans son cœur (l’âme de son esprit).

Galates 4, versets 6 et 7 :
Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos coeurs l’Esprit de son Fils, lequel crie: Abba ! Père !
Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu.

Romains 5, versets 1 et 2 :
Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ,
à qui nous devons d’avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l’espérance de la gloire de Dieu.

Colossiens 1, versets 12 et 13 :
Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière,
qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour,
en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés.

Il faut toujours bien faire la différence, entre, la définition ces deux mots, « corruptible », et « corrompu », lorsque nous parlons du corps de chair physique de l’homme terrestre, ou, du corps physique du nouvel homme spirituel créé selon DIEU. C’est pourquoi notre Seigneur JESUS, sachant qu’IL allait être crucifié avec « sa chair » (ou son être entier), dit que « la chair » (ou, le corps de chair physique), n’a pas d’importance, pour le salut d’une âme vivante (Jean 6, verset 63). Le Seigneur veut nous montrer, que si pour Lui, son être entier (son esprit/âme, avec son corps de chair), était vivifié par l’ESPRIT-SAINT de DIEU son Père en Lui, de même, l’enfant né de DIEU, qui demeure ferme par la foi, dans l’Œuvre Parfaite de DIEU son Père, son esprit/âme dans son corps de chair, ne formant désormais « qu’une seule chair » en Lui par son Esprit de Vie (Jean 6, versets 50 à 58), est tout comme Lui, vivifié par l’ESPRIT-SAINT de son Père, également en lui (Jean 20, versets 21 à 23, Galates 2, verset 20). Comme l’ESPRIT-SAINT a ressuscité CHRIST d’entre les morts (1 Pierre 3, versets 18 et 19), et a transformé son corps de chair corruptible et mortel, en un corps glorieux, incorruptible et immortel (Luc 24, versets 36 à 44), de même, l’ESPRIT-SAINT de DIEU, redonnera au corps de son enfant à sa résurrection, « La Vie » physique éternelle, le transformant à sa seule gloire et celle du Fils, en un corps glorieux, incorruptible et immortel (1 Corinthiens 15, versets 50 à 58). C’est aussi pour cela, que l’apôtre Paul, étant lui-même revêtu d’un corps de chair corruptible et mortel, mais non plus corrompu, pouvait écrire à l’Eglise de Corinthe :

2 Corinthiens 4, verset 16 :
C’est pourquoi nous ne perdons pas courage. Et lors même que notre homme extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour.

Le « baptême » de la régénération, crée automatiquement, La Vie Nouvelle.

Voilà ce que l’apôtre Paul enseigne à l’Eglise :

Romains 8, versets 29 et 30 :
Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.
Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés.

2 Corinthiens 3, versets 16 à 18 :
mais lorsque les coeurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté.
Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.
Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.

Au risque de me répéter dans cet article, pour l’enfant né de DIEU, il existe vraiment une Vie Nouvelle, qui lui vient d’en Haut, une vie spirituelle qui fera de lui un être nouveau, ayant un entendement nouveau (2 Corinthiens 5, versets 16 et 17). Cette Vie Nouvelle, il la recevra uniquement par la foi, et, en le seul « baptême » (Ephésiens 4, versets 4 à 6), qui affranchi et rend réellement libre du péché et de Satan, quiconque croit DIEU, par son Fils JESUS-CHRIST, Sa Parole faite chair. Pour cela, une seule chose est nécessaire, le vieil homme (l’être entier), avec son corps du péché, doit mourir, par et dans la foi en l’Œuvre Parfaite de DIEU notre Père, qu’IL nous a manifestée en son Fils, JESUS homme. Le Seigneur est venu sur terre, pour ôter le péché du monde (l’iniquité de Satan), et celui de l’homme terrestre (sa désobéissance au commandement de DIEU), en portant la condamnation de celui-ci, dans sa chair (Romains 8, versets 1 à 4). Voilà « le baptême » par lequel, le Fils est passé pour « sa chair » (Luc 12, verset 50), afin que notre vieil homme, l’être entier de l’homme animal, avec son corps du péché, meure une fois pour toutes, par et en Lui, par la foi, en l’Œuvre Parfaite de DIEU notre Père, pour le salut et le repos de notre âme (Matthieu 11, versets 28 à 30, Hébreux, chapitre 4).

C’est ce « seul » baptême, qui donne « La Vie Nouvelle », et que l’enfant né de DIEU passera également dans sa vie (Marc 10, versets 38 et 39), qui, reçu par la foi en La Parole de DIEU faite chair, permet à une âme vivante terrestre, encore sous l’esclavage du péché (Romains 7), de passer par une « régénération » totale de son être entier (esprit/âme et corps). Une Vie Nouvelle spirituelle, dans laquelle, il demeure ferme par la foi et son obéissance à l’ESPRIT-SAINT en lui. C’est ainsi qu’est annoncée d’avance dans les Ecritures, la Nouvelle Naissance, ayant son origine en l’Esprit de Vie de CHRIST, pour le salut de tous les enfants de DIEU, Juifs ou païens repentis, étant un jour, convertis par CHRIST.

Ezéchiel 36, versets 25 à 27 :
Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés; je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles.
Je vous donnerai un coeur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau; j’ôterai de votre corps le coeur de pierre, et je vous donnerai un coeur de chair.
Je mettrai mon esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois.

Conclusion.

DIEU le Père, par l’enseignement de la vie du Fils, ne permet pas de prendre du neuf, pour l’assortir à du vieux. IL ne permet pas de prendre du nouvel homme spirituel (JESUS le dernier Adam), pour rapiécer le vieil homme animal (le premier Adam) (Matthieu 9, versets 16 et 17). DIEU le Père, ne permet pas de prendre son ESPRIT-SAINT, par l’Esprit de Vie de son Fils, pour rapiécer le vieil homme, afin de l’assortir tant bien que mal, à l’esprit/âme corrompu du dernier Adam, pensant ainsi, pouvoir « LE » faire cohabiter avec l’esprit de Satan, qui corrompt l’homme animal dans son être entier. Le croire ainsi, c’est aller à l’encontre de l’enseignement de l’ESPRIT, donné à l’Eglise par l’apôtre Paul.

2 Corinthiens 6, versets 14 à 18 :
Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité ? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ?
Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial ? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle ?
Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit: J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.
C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai.
Je serai pour vous un père, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout puissant.

DIEU le Père des esprits, ne permet pas que le corps de son enfant, qu’IL sanctifie totalement par sa présence en lui, au moyen de son ESPRIT-SAINT (Jean 14, versets 16 à 27), soit en même temps, son Saint Temple, et un repère de démons.

1 Corinthiens 6, versets 19 :
Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ?
Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu.

Voilà, La Vérité, qu’enseigne le vrai Evangile de DIEU notre Père, c’est-à-dire, La Bonne Nouvelle, qu’IL a manifestée en son Fils bien-aimé, JESUS-CHRIST notre Seigneur, pour affranchir et rendre réellement libres du péché et de Satan, toutes les âmes vivantes terrestres, encore esclaves de celui-ci. Avant le « baptême de la régénération », il y obligatoirement, le passage par une repentance sincère. Lorsque le Seigneur appelle à la repentance le Juif, ou le païen, et qu’ensuite, IL le converti en Lui (Luc 22, verset 32), l’un comme l’autre, sans exception, pendant un temps de sa vie, est placé par DIEU le Père, sous la garde de la Loi de DIEU (Jean 6, versets 44 et 45), et cela, en vue de la foi, qui lui sera révélée par et en CHRIST, s’il demeure obéissant et fidèle à son commandement, donné pour l’Eglise.

Matthieu 17, verset 5 :
Comme il parlait encore, une nuée lumineuse les couvrit. Et voici, une voix fit entendre de la nuée ces paroles : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection : écoutez-le !

Malheureusement, beaucoup demeurent « incrédules », au point de rejeter cette Grâce, qui leur permettrait de vivre affranchis et réellement libres du péché, qui les maintient toujours captifs dans leur corps du péché. JESUS n’a pas donné sa vie pour que ses enfants soient toujours esclaves du péché et de Satan. IL a offert Sa Vie (d’en Haut), à DIEU son Père, en rançon pour le péché, afin de paraitre comme un simple homme, pour que ses Frères et Soeurs qui naîtront de Lui, de son Esprit de Vie, soient réellement libres de servir DIEU leur Père, dans un ESPRIT nouveau, comme Lui-même est né libre par l’ESPRIT.

Jean 10, verset 9 :
Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages

C’est ce que l’apôtre Paul vit par et en JESUS-CHRIST, et le confirme à l’Eglise en écrivant :

…car celui qui est mort est libre du péché…

DIEU notre Père vous bénisse. Paix et Joie dans le Seigneur JESUS.

Patrick PETITOT. (17-08-2011)

Ce contenu a été publié dans Patrick PETITOT. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.