(7) – Atteindre la Perfection.

Dans les écrits de la Bible, trois mots y sont mentionnés : Parfait, Accompli, Perfection.

Parfait = Qui réunit toutes les qualités; sans nul défaut.
Accompli = Qui est parfait en son genre.
Perfection = Qualité de ce qui est parfait, état de ce qui a une qualité au degré le plus élevé.

Concernant la « Perfection » du dernier Adam, JESUS le Fils de l’homme, le Nouvel homme spirituel créé selon DIEU, l’auteur de l’épître aux Hébreux écrit :

Hébreux 5, versets 7 à 10 :
C’est lui qui, dans les jours de sa chair, ayant présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été exaucé à cause de sa piété,
a appris, bien qu’il fût Fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes,
et qui, après avoir été élevé à la perfection, est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel,
Dieu l’ayant déclaré souverain sacrificateur selon l’ordre de Melchisédek.

En ce qui concerne le Seigneur JESUS, Lui-même dit à ses disciples :

Matthieu 5, verset 48 :
Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.

Luc 6, verset 40 :
Le disciple n’est pas plus que le maître; mais tout disciple accompli sera comme son maître.

Quand à sa vie avec CHRIST, l’apôtre Paul écrit pour sa part :

Philippiens 3, versets 12 à 16 :
Ce n’est pas que j’aie déjà remporté le prix, ou que j’aie déjà atteint la perfection; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j’ai été saisi par Jésus Christ.
Frères, je ne pense pas l’avoir saisi; mais je fais une chose: oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant,
je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus Christ.
Nous tous donc qui sommes parfaits, ayons cette même pensée; et si vous êtes en quelque point d’un autre avis, Dieu vous éclairera aussi là-dessus.
Seulement, au point où nous sommes parvenus, marchons d’un même pas.

Pourtant, est-ce humainement qu’il faille chercher à « interpréter » ces mots cités dans la Bible, pour avoir une juste compréhension des choses d’en Haut ? Que dit l’apôtre Paul concernant les choses spirituelles ?

1 Corinthiens 2, versets 11 à 16 :
Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu.
Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce.
Et nous en parlons, non avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit, employant un langage spirituel pour les choses spirituelles.
Mais l’homme animal ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge.
L’homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne.
Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l’instruire ? Or nous, nous avons la pensée de Christ.

DIEU notre Père, qui est miséricordieux, compatissant, lent à la colère, et riche en bonté, ne montre-t-IL pas, « Le Chemin », qui permet à toutes âmes vivantes terrestres, d’entrer dans « Sa Perfection » (Colossiens 1, versets 21 à 23) ? N’a-t-IL pas tout fait par, et en son Fils JESUS-CHRIST, afin que toutes les âmes soient affranchies, et rendues réellement libres du péché ? Ce « péché », qui maintient grand nombre d’âmes terrestres, toujours captives de leur corps du péché. N’est-ce pas ce que dit notre Seigneur JESUS, La Parole de DIEU faite chair ?

Jean 5, versets 39 et 40 :
Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle: ce sont elles qui rendent témoignage de moi.
Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie !

Petit rappel.

Pour bien comprendre ce que signifient spirituellement, les mots « parfait, accompli, et perfection », il faut que l’enfant né de DIEU, ait déjà bien compris, ce qu’est par la foi, la mort de « son » vieil homme. Pour cela, il lui faut prendre comme seul Modèle pour sa vie nouvelle, JESUS homme, duquel, tous les enfants nés de DIEU, ont part à « La Vie » spirituelle céleste, par la Sanctification au moyen de son Esprit de Vie (Jean 6, versets 50 et 51, Jean 12, versets 23 et 24). L’enfant né de DIEU doit porter ses regards, uniquement sur JESUS le Fils de l’homme, qui est le Chef et le consommateur de la foi (Hébreux 12, verset 2), car sa nouvelle vie spirituelle, n’a son origine que par la foi en La Parole de DIEU (Hébreux 11, verset 6). Dans les écrits de la Bible, il est fait mention par l’apôtre Paul, de la mort du vieil homme avec son corps du péché, qui est détruit, par la foi, en l’Œuvre Parfaite de DIEU, manifestée en son Fils JESUS-CHRIST. C’est de cette mort, que commence, « La Perfection », de DIEU le Père, en son enfant nouveau né.

Romains 6, versets 6 et 7 :
sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché;
car celui qui est mort est libre du péché.

Cette « mort » par la foi, du vieil homme avec son corps du péché, sous entend pour l’enfant né de DIEU, la mort de son être tout entier, son esprit/âme et corps corrompu, par l’esprit qu’est Satan. C’est dans « ce corps du péché », que Satan y a fait sa demeure par « son péché » (Romains 7, versets 14 à 24). Le « péché », qu’il avait inculqué par sa séduction et son mensonge dans le jardin d’Eden, à Eve et au travers d’elle, à Adam (Genèse, chapitre 3).

Ce qu’il faut savoir et retenir, c’est que le Seigneur JESUS, en tant qu’homme, n’est pas mort « partiellement » sur la croix. Tout comme l’homme mortel, c’est son être entier qui passe par ce qu’on appelle, la mort terrestre. Néanmoins, ce qui le différencie de l’être entier des hommes encore pécheurs par nature, c’est que Lui, a été crucifié, avec son être entier Saint, pur, irrépréhensible devant DIEU. JESUS le Fils de l’homme, est passé par la mort terrestre, non pas à cause de « son péché », ou, « de péchés » qu’IL aurait commis pendant les jours de sa chair, mais à cause de La Parole de DIEU son Père (Jean 12, versets 27, et Matthieu 26, versets 38 et 39), cela, dans le but d’anéantir dans « la chair », « le péché » de Satan, et celui de l’homme terrestre (Romains 8, versets 1 à 4). Par la mort physique de son « être entier », Saint, pur, irrépréhensible devant DIEU, JESUS détruit ainsi une fois pour toutes, le « péché » du monde, et celui du vieil homme terrestre, qui garde captif du péché son être entier corrompu, par son corps esclave du péché (Jean 1, versets 29 à 33).

N’ayant pas le « péché » en Lui dès sa naissance terrestre, ni n’ayant permis à Satan de faire pénétrer « le péché » en Lui (de la désobéissance), pendant tous les jours de sa chair, DIEU son Père, par la Puissance de son ESPRIT-SAINT, l’a ressuscité d’entre les morts, avec son corps de chair physique. Seul, le « péché » aurait pu retenir l’esprit/âme de JESUS dans le séjour des morts, et son corps physique sans vie, dans le tombeau. C’est pourquoi, lorsque, par la foi, l’enfant né de DIEU s’identifie en la mort de CHRIST pour son vieil homme, avec son corps du péché, il doit croire également, que c’est son être entier, qui est mort, et détruit avec et en CHRIST sur sa croix, une fois pour toutes (Esaïe, chapitre 53). Ce « corps du péché », qui le maintenait autrefois, esclave du péché, et de l’esprit qu’est Satan, est définitivement détruit une fois pour toutes, par et en CHRIST (Ephésiens 2, versets 1 à 3).

L’enfant né de DIEU, doit toujours avoir à l’esprit, parce que cela est écrit ainsi dans La Parole de DIEU, que l’être entier corrompu, représente « la chair », ou « le vieil homme avec son corps du péché ». C’est cette « chair » corrompue, que notre Seigneur JESUS porte avec Lui, et en Lui sur sa croix (Colossiens 2, versets 11 et 12), par le biais de « sa chair » nouvelle, qui lui vient d’en Haut (Hébreux 10, verset 5), étant sanctifiée par l’ESPRIT-SAINT de DIEU en Lui (Jean 6, versets 51 à 58). L’enfant né de DIEU, en s’identifiant par la foi dans le baptême en la mort de JESUS homme, et en sa résurrection (Luc 12, verset 50, Marc 10, versets 38 et 39), le CHRIST de DIEU, l’affranchi, et le rend réellement libre de son corps du péché (Jean 8, versets 34 à 36). Il naît nouveau, ayant une nouvelle nature sans « le péché », ni des péchés en elle, comme cela est annoncé d’avance dans les Ecritures, par le prophète Ezéchiel, au chapitre 36, versets 25 à 27. C’est aussi ainsi, que l’enseigne l’apôtre Paul dans ses différentes lettres écrites pour l’édification de l’Eglise.

Romains 6, versets 3 à 11 :
Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés ?
Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.
En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection,
sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché;
car celui qui est mort est libre du péché.
Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui,
sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n’a plus de pouvoir sur lui.
Car il est mort, et c’est pour le péché qu’il est mort une fois pour toutes; il est revenu à la vie, et c’est pour Dieu qu’il vit.
Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus Christ.

Ephésiens 2, versets 1 à 10 :
Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés,
dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l’air, de l’esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion.
Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres…
Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés,
nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c’est par grâce que vous êtes sauvés);
il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ,
afin de montrer dans les siècles à venir l’infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus Christ.
Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu.
Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie.
Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions.

Enfants de DIEU, n’oubliez jamais que la vie spirituelle, et la marche selon l’ESPRIT, se reçoivent, et se comprennent uniquement par la « Foi », et l’obéissance en La Parole de DIEU notre Père (Hébreux 11, verset 6, et Hébreux 12, versets 1 à 3). Cette Parole, ayant été faite chair en son Fils, JESUS-CHRIST notre Seigneur. Après avoir compris ce qu’est, « être mort à soi-même » (une fois pour toutes), il est important de ne jamais revenir en arrière sur la « mort » de notre vieil homme (Luc 9, versets 58 à 62), afin de pouvoir saisir pleinement par la foi, le développement de la nouvelle naissance d’un enfant né de DIEU (2 Corinthiens 5, versets 16 à 18).

Etre Parfait, être accompli, où, être parvenu à la Perfection ?

Comme déjà écrit dans cet article, nous n’avons qu’un seul Modèle, « de Vie », qui nous a été donné par DIEU notre Père, c’est son Fils unique, JESUS le Fils de l’homme (Matthieu 17, verset 5 – Actes 4, versets 11 et 12). JESUS, le Fils unique, est sorti « Parfait » de DIEU son Père, comme LUI-même est Parfait de toute éternité (Colossiens 1, versets12 à 20, Matthieu 5, verset 48). Notre Seigneur JESUS, quoique « Parfait » selon son Esprit/âme et corps spirituel céleste, qu’IL avait dès le commencement avec son Père (Jean 17, verset 5), en acceptant de venir sur terre, pour accomplir toute la volonté de son Père, IL s’est volontairement « dépouillé » de Lui-même (Philippiens 2, verset 7). Lorsque nous lisons de la vie de JESUS notre Seigneur, il nous est « facile » d’appliquer à « sa vie », ce mot « dépouiller ». Mais avons-nous vraiment cherché à savoir ce que signifie le mot « dépouiller », dans la vie pour JESUS notre Seigneur ? De quoi donc s’est-IL « dépouillé », puisqu’IL était l’Egal de son Père ? Notre Seigneur JESUS s’est « dépouillé » temporairement de sa nature divine, afin de « revêtir » la nature mortelle d’un simple homme terrestre, constituée de chair et sang, afin que DIEU son Père, par son obéissance dans « sa chair » mortelle, puisse condamner à mort, le péché, et son instigateur, Satan (Romains 8, verset 3).

Lorsque l’on prend le dictionnaire, voilà ce que le mot « dépouiller » veut dire :

dépouiller. Enlever la peau de (un animal).
2. Déposséder. Dépouiller qqn de ses biens. v. pron. Se dépouiller en faveur de qqn.
II. Litt. 1. Quitter, perdre (ce qui enveloppait).
2. Fig. Abandonner, renoncer à. Dépouiller sa morgue.

Par JESUS le Fils de l’homme, nous avons une parfaite « image » de ce qu’est, « se dépouiller » d’une « nature » (céleste), pour en revêtir une autre (terrestre). Comprenez-moi bien, lorsque j’écris : « se dépouiller » d’une « nature », pour en revêtir une autre », cela ne veut pas dire qu’en venant sur terre, JESUS le Fils de DIEU, n’était plus de « nature divine » selon l’ESPRIT. La preuve que non, il suffit de lire Luc 1, verset 35, pour s’en convaincre. Il faut également savoir, que notre Seigneur JESUS, ne s’est pas « dépouillé » plusieurs fois de sa « nature céleste », pour « revêtir » une « nature terrestre ». S’il est vrai que l’enfant né de DIEU, ne peut pas comparer, le « dépouillement » de sa nature pécheresse d’autrefois, par rapport au « dépouillement » de la nature céleste de JESUS, venant sur terre pour paraitre comme un simple homme, néanmoins, il peut par l’ESPRIT-SAINT en lui, se laisser enseigner de la Vie de CHRIST (Jean 16, versets 12 à 16). S’il agit ainsi, laissant ses pensées, et ses raisonnements humains de côté, il va pouvoir utiliser dans un sens spirituel, le mot « dépouiller », tout en gardant pour « sa vie nouvelle », l’exactitude de ce mot.

Si, l’enfant né de DIEU, applique à sa vie passée, ou, son vieil homme avec son corps du péché, « l’image » exacte de la définition du mot « dépouiller », combien de fois pensez-vous qu’il devra « enlever » la peau de sa vieille nature corrompue, ou, qu’il devra « se dépouiller » de son vieil homme, une fois que « son » corps du péché est détruit, par la foi en l’Œuvre Parfaite de DIEU, manifestée en son Fils, JESUS-CHRIST notre Seigneur ? Se « dépouiller », une fois pour toutes, de son corps du « péché, cela veut dire, se « dépouiller » de « sa chair » une fois pour toutes (esprit/âme et corps corrompu). Maintenant, posons-nous cette question : Qu’en est-il pour nous tous et toutes, enfants nés de DIEU, qui prétendons, nous être un jour, « dépouillés », de notre vieille nature, ou notre vieil homme avec son corps du péché, afin de vivre par la foi, la mort et la résurrection de CHRIST en nous ? Car, n’est-ce pas là, la Vie par la foi de l’enfant né de DIEU, que l’apôtre Paul décrit dans sa lettre adressée à l’Eglise ?

Colossiens 2, versets 10 à 15 :
Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité.
Et c’est en lui que vous avez été circoncis d’une circoncision que la main n’a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair:
ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l’a ressuscité des morts.
Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses;
il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la croix;
il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix.

Pour pouvoir accomplir toute la volonté de son Père, JESUS s’est volontairement « déposséder », ou « dépouiller » temporairement de ses biens célestes, de sa nature divine de toute éternité (qui était immortelle), pour paraitre sur terre « semblable » à un simple homme (et non pas identique). Cela veut dire que « la chair » de JESUS homme, c’est-à-dire, son esprit/âme, pouvait être corruptible, et son corps physique que DIEU Lui avait formé de chair et de sang, pouvait être également vulnérable, aux conséquences du péché (Hébreux 2, versets 14 et 15, et Hébreux 4, verset 15). Néanmoins, pour notre Seigneur JESUS, être « semblable » aux hommes mortels, ou, avoir une nature pouvant être « corruptible et vulnérable » aux conséquences du péché dans le monde, ne voulait pas dire pour autant, qu’IL était « corrompu » dans sa nature et son corps physique venant d’en Haut (1 Corinthiens 15, versets 45 à 49).

Comme déjà écrit dans cet article, lorsque l’enfant né de DIEU, se laisse conduire par l’ESPRIT-SAINT, dans sa Vie, en la connaissance de CHRIST, les mots qui sont employés dans les écrits de la Bible, prennent un sens spirituel, tout en conservant l’image exacte de la pensée de l’Esprit de Vie de CHRIST, comme l’apôtre Paul l’a écrit, dans 1 Corinthiens 2, versets 11 à 16. C’est pourquoi, il est bien d’avoir une bonne compréhension, du mot « semblable », et « identique », afin d’en connaitre la bonne définition, et ce qui diffère entre eux :

identique. 1. Se dit d’objets ou d’êtres distincts qui, en tous points, sont semblables.

semblable 1. De même apparence, de même nature. Cas semblables. Être semblable à son frère.

Avez-vous remarqué ce qui diffère entre, être « identique », et être « semblable » ?

Par leur nature d’en bas, les hommes terrestres, sont tous « identiques », parce qu’ils sont, en tous points, « semblables », les uns par rapport aux autres, du fait de leur esclave « au péché », à cause du péché, qui se transmet de pères en fils, par « la chair » pécheresse (esprit/âme et corps corrompu), héritée de Adam et Eve (Romains 3, versets 9 à 19, Galates 3, versets 22).

C’est pourquoi, notre Seigneur JESUS, homme spirituel, né d’en Haut, sur la terre (Luc 1, verset 35), par sa nature héritée de DIEU son Père, étant vierge du péché en son esprit/âme et corps physique (Hébreux 10, verset 5), IL n’est pas « identique », aux hommes terrestres mortels, quand au « péché » dans sa nature. IL est rendu par DIEU le Père, « semblable » aux hommes mortels, quand à « sa chair » d’homme (Marc 14, versets 34 à 38), qui peut être corruptible, et vulnérable, à cause du péché dans le monde. IL n’est pas « identique » en tous points, à la « nature terrestre » des hommes corrompus.

Il est bon également, de faire la même comparaison entre les mots « corruptible », « corruption », et « corrompu », afin de connaitre la définition de chacun de ces mots, et ce qui les différencie entre eux :

corruptible 1. Qui est sujet à la corruption (sens 1). Produit corruptible.
2. Que l’on peut circonvenir, détourner de son devoir par des dons, des avantages. Un juge corruptible.

corruption 1. Altération d’une substance par putréfaction. Corruption de la viande.
2. (Sens littéraire). Altération, déformation. Corruption du goût. Corruption d’un texte.
3. (Sens figuratif). Dépravation (des mœurs, de l’esprit, etc.). La corruption de la jeunesse.
4. Moyens employés pour circonvenir qqn, le détourner de son devoir. Corruption de fonctionnaire.

corrompu. 1. Altéré par décomposition.
2. (Sens figuratif). Dépravé. Âme corrompue.
3. Qui s’est laissé corrompre (sens 3) ou que l’on peut corrompre. Fonctionnaire corrompu.

Tout comme les mots « identique », et « semblable », avez-vous bien lu, ce qui diffère, entre les mots « corruptible », « corruption », et « corrompu » ?

C’est donc avec cette nature nouvelle, sans le péché en elle, « semblable » à celle des hommes terrestres, c’est à dire, « corruptible et vulnérable » aux conséquences du péché, que JESUS le Fils de l’homme, s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix (Philippiens 2, versets 5 à 11). Il est très important pour l’enfant né de DIEU, de bien retenir cela, afin de pouvoir ensuite, faire la différence entre ces trois expressions :

1.) « Être Parfait » selon DIEU le Père (Jean 1, versets 12 à 14).

2.) « Être accompli », selon l’homme (Luc 6, verset 40, Jean 13, versets 16 et 17, Jean 15, verset 20).

3.) « Être parvenu à la Perfection » du dernier Adam (Hébreux 5, versets 7 à 10).

La confusion entre être Parfait, être accompli, où, être parvenu à la Perfection.

Ce que l’enfant né de DIEU ne doit pas confondre, c’est la différence entre ces trois expressions mentionnées dans les écrits de la Bible. Pour ne pas se tromper, il faut toujours laisser l’ESPRIT-SAINT nous conduire dans « Sa Vérité », car IL prendra toujours ce qui est à CHRIST, et nous l’enseignera (Jean 16, versets 12 à 16). Il ne faut pas oublier, c’est uniquement par l’Esprit de Vie du Fils de l’homme (Romains 8, verset 9), que naissent les Frères et Sœurs de CHRIST (Jean 12, versets 23 et 24), au moyen du don de l’ESPRIT-SAINT de DIEU (Ezéchiel 36, versets 25 à 27, et Tite 3, versets 4 à 7).

JESUS le Fils de DIEU de toute éternité, s’étant « dépouillé » de Lui-même, pour paraitre comme un simple homme, naît, tout de même d’en Haut, dès sa naissance terrestre (Luc 1, verset 35). Quoiqu’IL naisse homme « corruptible et vulnérable » aux conséquences du péché, IL demeure « Parfait » quand à sa nature, son être entier. Le mot « Parfait » signifiant : Qui réunit toutes les qualités; sans nul défaut. JESUS est Saint, quand à son esprit, pur dans son âme (ou son cœur, ses sens et facultés terrestres), et vierge du péché dans son corps de chair et sang, que DIEU son Père lui a formé (Hébreux 10, verset 5, Jean 14, verset 30). Cependant, au commencement de sa vie terrestre, JESUS le Fils, n’est pas né sur terre « accompli » en tant que « homme » selon « la chair ». Le mot « Accompli » signifiant : Qui est parfait en son genre.

JESUS homme, sera « parfait en son genre », qu’après avoir grandit physiquement, et spirituellement (Esaïe 7, versets 14 et 15, et Luc 2, verset 52). Ce développement physique et spirituel, se fera jusqu’au jour, où, poussé par l’ESPRIT, IL passera par le baptême d’eau (Matthieu 3, versets 13 à 17), et sera ensuite conduit dans le désert, pour y être tenté par le diable, dans « sa chair » d’homme » (Luc 4, versets 1 à 14). A ce moment de sa vie terrestre, JESUS est « accompli », c’est-à-dire, IL est « parfait en son genre », étant arrivé à sa maturité d’homme spirituel terrestre, étant parfaitement capable, par l’ESPRIT-SAINT en Lui, de séparer dans son être intérieur, les sens, les facultés et sentiments humains (son âme), de son esprit de Vie qui lui vient de son Père. Cela ne s’est pas fait en un jour, environ, trente années de la vie terrestre de JESUS, sont passées…En toutes ces années, que de choses peuvent s’être passées dans sa vie !

Néanmoins, JESUS le Fils de l’homme, n’a pas encore atteint « La Perfection » de Fils de DIEU, en tant que : « Le » Premier homme nouveau né, le « dernier Adam », par Lequel, après sa résurrection, vont naître, et vivre, de son Esprit de Vie, en nouveauté de vie, tous ses Frères et Sœurs spirituels sur terre (1 Corinthiens 15, versets 45). C’est pourquoi, JESUS, s’offrant à son Père comme sacrifice vivant, en rançon pour le péché du monde, et celui de l’homme terrestre (Jean 1, versets 29 à 34), va devoir par la foi, en tant « qu’homme », apprendre à écouter et obéir à l’ESPRIT de son Père en Lui (Psaume 40, versets 7 à 11), afin d’accomplir toute sa volonté jusqu’à « La Perfection », c’est-à-dire, jusque dans les plus petits détails annoncés d’avance pour Lui, dans les Ecritures. Le mot « Perfection » signifiant : Qualité de ce qui est parfait, état de ce qui a une qualité au degré le plus élevé. C’est au travers de toutes les choses annoncées d’avance « pour Lui » dans les Ecritures, que JESUS homme, par le fait de toujours faire ce qui est agréable à son Père (Jean 8, versets 28 et 29), c’est à dire, par le fait de ne jamais désobéir à l’ESPRIT, donc, ne jamais « pécher », va souffrir jusqu’à supporter avec et dans « sa chair » (esprit/âme et corps saint, pur, irrépréhensible), la mort de la croix, la malédiction pour toute âme vivante pendue au bois (Jean 6, verset 51, Hébreux 5, versets 7 à 10, et Esaïe 53).

Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que JESUS homme, tant qu’IL était dans ce corps de chair corruptible, IL ne pouvait pas entrer dans le Royaume de DIEU son Père, à cause des Ecritures. IL lui fallait passer par la mort physique de ce corps, puisque la mort de l’homme terrestre, est la conséquence directe de la désobéissance envers le commandement de DIEU, premièrement par Satan, et ensuite Eve et Adam (Genèse 2, versets 16 et 17, et Genèse 3). Ce corps corruptible de JESUS homme (et non pas corrompu), doit revêtir l’incorruptibilité, pour pouvoir entrer dans le Royaume de DIEU. Tant que JESUS vivait sur terre, cette « malédiction » qui donnait « la mort » au corps de chair corrompu de l’homme terrestre, n’était pas encore vaincue (Genèse 3, versets 17 à 19). C’est la résurrection de CHRIST, par la Puissance de DIEU son Père, dans son corps de chair qu’IL lui avait formé (Hébreux 10, verset 5), et avec lequel, JESUS n’a jamais péché pendant les jours de sa chair, que DIEU le Père, met définitivement fin à la mort du corps physique de l’homme spirituel nouveau né, créé selon LUI, dans une Justice et une Sainteté que produit La Vérité (Luc 24, versets 36 à 40, et Ephésiens 4, versets 20 à 25).

Après la résurrection de JESUS, ce qui diffère de son retour à DIEU dans son Royaume, comme IL l’annonce dans l’évangile de Jean, au chapitre 17, c’est qu’IL y retourne avec son corps de chair d’homme, ressuscité d’entre les morts, et glorifié par DIEU son Père (Jean 20, verset 17). Son corps « corruptible et vulnérable » au péché et à la mort, a revêtu l’incorruptibilité et l’immortalité, comme l’écrit l’apôtre Paul, concernant la finalité de la vie terrestre, de la descendance de CHRIST sur terre.

1 Corinthiens 15, versets 53 à 55 :
Car il faut que ce corps corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l’immortalité.
Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite: La mort a été engloutie dans la victoire.
O mort, où est ta victoire ? O mort, où est ton aiguillon ?

Lorsque JESUS-CHRIST monte au ciel pour paraitre devant la face de son Père, c’est en tant que « Fils » de toute éternité, dans une « chair », Esprit/âme et corps d’homme (Daniel 7, versets 13 et 14, Luc 24, versets 36 à 45). C’est seulement ainsi, étant désormais à la droite de DIEU son Père, que JESUS, le CHRIST de DIEU, au moyen de l’ESPRIT-SAINT, a rétabli par son obéissance de la foi (Esaïe 42, versets 1 à 9, et Hébreux 12, versets 1 à 4), « La Perfection » de DIEU, en l’homme spirituel vivant sur la terre. Cette « Perfection », que Adam et Eve, n’avaient jamais pu accéder, à cause de leur désobéissance au commandement de DIEU, étant tous deux, devenus esclaves du « péché » de l’esprit qu’est Satan (Ezéchiel 28, versets 13 à 15, Genèse, chapitre 3).

Être « Parfait » selon DIEU, pour l’enfant de DIEU :

C’est être un enfant né de DIEU, sans « le péché en lui ». C’est-à-dire, un enfant saint, pur, irrépréhensible, possédant un corps de chair lavé d’une eau pure, par DIEU (Matthieu 3, versets 13 à 17, et 1 Pierre 3, versets 21 et 22). Cette vie nouvelle, s’obtient une fois pour toutes, dès la conversion qu’opère DIEU le Père, en Sanctifiant l’être entier d’une âme vivante, par le don l’Esprit de Vie de son Fils, au moyen du SAINT-ESPRIT (Romains 8, verset 9). JESUS notre Seigneur, nomme cette « conversion » par la foi en La Parole de son Père faite chair en Lui, la nouvelle naissance (Jean 3, versets 1 à 8). C’est aussi pour cela que nous sommes appelés Enfants de DIEU, Frères et Sœurs de JESUS (1 Jean 3, versets 1 et 2, Hébreux 2, versets 9 à 13).

Être « accompli » selon CHRIST, pour l’enfant de DIEU :

C’est donner volontairement « sa vie » terrestre à CHRIST, afin de la retrouver spirituelle et nouvelle en DIEU le Père, comme notre Seigneur JESUS l’a vécu dans les jours de sa chair (Jean 10, versets 17 et 18, et Jean 12, versets 23 à 28). Néanmoins, à la différence de notre Seigneur JESUS, dans lequel le péché n’était pas (Jean 14, verset 30), pour l’homme encore esclave de son corps du péché, être « accompli » comme le Fils de l’homme, ce développement commence par le fait de croire La Parole de DIEU, et passer par une repentance sincère, et le baptême d’eau (pour autant qu’il soit possible d’être pratiqué, au moment de la repentance). L’enfant reçoit le pardon de ses péchés (non pas parce qu’il est baptisé d’eau, mais parce qu’il croit DIEU – Marc 16, verset 16). Sa foi en La Parole de DIEU, se concrétisant dans sa vie, par son engagement à avoir une bonne conscience envers DIEU, par son obéissance à « Sa Parole » faite chair en son Fils JESUS-CHRIST (1 Pierre 3, versets 21 et 22).

Par cette obéissance de la foi, et sa fidélité en La Parole de DIEU, l’ESPRIT-SAINT, va le conduire jusque dans la mort de CHRIST, avec son vieil homme et son corps du péché (Romains 7, verset 24). De cette mort, l’enfant de DIEU, naît nouveau, son être entier étant entré par la foi, dans le Royaume de DIEU, par la Sanctification de l’Esprit de Vie de CHRIST, que DIEU son Père lui fait don, au moyen de son SAINT-ESPRIT, faisant de lui, une nouvelle créature parfaite (Romains 6, versets 3 à 11, et Tite 3, versets 4 à 7). A l’image de JESUS homme, l’homme spirituel nouveau né, va également apprendre cette vie d’homme terrestre nouvelle par CHRIST en lui, laissant dans la mort de CHRIST, sa vie d’autrefois dans son corps du péché. Il sera « accompli » dans sa vie spirituelle, comme CHRIST l’était dans la sienne (Luc 6, verset 40), dès que son entendement « d’enfant » saura choisir le bien, et rejeter le mal (Esaïe 7, versets 14 et 15), et ensuite, dès que son endentement « d’homme », saura séparer par la foi, sa vie nouvelle, de sa vieille nature (1 Pierre 5, versets 6 à 11).

Atteindre la « Perfection » de CHRIST, pour l’enfant de DIEU :

N’est que le développement progressif, et visible, de la nature nouvelle déjà « parfaite », de l’enfant né de DIEU (1 Corinthiens 2, verset 6). Cette nature « parfaite » venant d’en Haut, n’a pas à être rendue parfaite, par tout un tas de « sacrifices », ou, d’œuvres de toutes sortes. Elle ne dépend, que de l’écoute, et l’obéissance personnelle de l’enfant né de DIEU, à la volonté de l’ESPRIT de Vérité en lui (Psaume 40, versets 7 à 9). C’est son obéissance personnelle, par la foi en La Parole, et la volonté de DIEU son Père dans sa vie nouvelle, comme l’a été l’obéissance personnelle de JESUS, le Fils de l’homme, à la volonté de son Père (Hébreux 5, versets 7 à 10), qui fera que l’enfant de DIEU, se développera, en son esprit/âme nouveau par le SAINT-ESPRIT en lui (Colossiens 3, versets 9 et 10). C’est l’ESPRIT-SAINT, qui donnera à l’enfant de DIEU pour sa vie personnelle, la révélation de la Vie de l’Esprit/âme (ou cœur nouveau) du CHRIST de DIEU, le Fils de l’homme (Jean 16, versets 12 à 16). Cette « révélation », se fera au travers des circonstances, et surtout, des « détails », de sa vie de tous les jours (Jean 3, versets 11 et 12). A chaque jour suffit sa peine.

L’incompréhension.

Beaucoup d’enfants de DIEU, confondent entre, être « identiques » dans la « Perfection » de JESUS, le Fils de DIEU de toute éternité (Colossiens 1, versets 15 à 17), et, « être rendus » sur terre, par l’ESPRIT-SAINT en eux, semblables à JESUS, « homme » (spirituel), jusqu’à atteindre dans leur vie nouvelle, par l’obéissance de leur foi, la même « Perfection » qu’a été la sienne par la foi, à la Parole, et la volonté de DIEU son Père, pendant tous les jours de sa chair. Personne sur terre, ou dans les cieux, ne sera « identique » à JESUS le Fils, et le CHRIST de DIEU !

DIEU notre Père, ne demandera jamais à son enfant, de vivre l’Œuvre à laquelle JESUS son Fils a été appelé à vivre, en tant que « Sauveur du monde ». Avant Lui, il n’y a personne (Proverbes 8, versets 22 à 36), et après Lui, il n’y a personne d’autre que Lui, par Lequel, nous sommes sauvés (Actes 4, versets 11 et 12). IL est l’Alpha et l’Oméga, le Commencement et la Fin (Apocalypse 22, verset 13). Ce que le Seigneur JESUS a accompli, n’est plus à faire, ou à refaire. Tout est accompli par Lui, et en Lui, une fois pour toutes (Jean 19, verset 30) ! Ce que DIEU notre Père désire de son enfant, c’est qu’il soit trouvé obéissant, et toujours fidèle, dans ce qui lui est demandé de faire pendant les jours de sa chair (Jean 21, versets 20 à 22), comme est demeuré fidèle à la volonté de son Père, JESUS le nouvel « homme », vivant et marchant par l’ESPRIT-SAINT en Lui, pendant tous les jours de sa chair. Cette vie nouvelle, et marche selon l’ESPRIT, jusqu’à atteindre dans sa propre existence, « la Perfection » de la foi du Fils de l’homme, n’est pas impossible à vivre pour l’enfant né de DIEU.

Hébreux 4, versets 14 à 16 :
Ainsi, puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons.
Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché.
Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.

Hébreux 10, versets 19 à 23 :
Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire
par la route nouvelle et vivante qu’il a inaugurée pour nous au travers du voile, c’est-à-dire, de sa chair,
et puisque nous avons un souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu,
approchons-nous avec un cœur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure.
Retenons fermement la profession de notre espérance, car celui qui a fait la promesse est fidèle.

DIEU notre Père, connaissant l’âge spirituel de son enfant, ne place jamais « la barre » plus haute qu’il ne peut la franchir. Notre Seigneur JESUS en donne l’exemple par cette parabole.

Matthieu 25, versets 14 à 19 :
Il en sera comme d’un homme qui, partant pour un voyage, appela ses serviteurs, et leur remit ses biens.
Il donna cinq talents à l’un, deux à l’autre, et un au troisième, à chacun selon sa capacité, et il partit.
Aussitôt celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla, les fit valoir, et il gagna cinq autres talents.
De même, celui qui avait reçu les deux talents en gagna deux autres.
Celui qui n’en avait reçu qu’un alla faire un creux dans la terre, et cacha l’argent de son maître.
Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint, et leur fit rendre compte….

Bien sur, cette parabole ne se limite pas au verset 19. Pour voir sa finalité, il faut lire jusqu’au verset 30. Par cette parabole, j’ai simplement voulu faire ressortir, que DIEU notre Père, ne demande pas à son enfant, plus qu’IL ne lui a confié, et peut supporter. Ce que DIEU veut de son enfant qui naît de LUI, par la foi en Sa Parole, et qui est à ses yeux, « Le Fruit » de l’ESPRIT de Vie de son Fils, c’est qu’il entre par la foi dans son repos, et y demeure ferme (Hébreux 4), en devenant par l’ESPRIT-SAINT en lui, une même plante avec Lui, par la conformité dans sa mort, aussi bien que, par la conformité dans sa résurrection (Jean 6, versets 48 à 63). C’est en demeurant ferme dans l’obéissance de la foi en cette communion d’Esprit/âme et corps du Fils de l’homme (la chair et le sang de CHRIST), que le témoignage de l’enfant de DIEU, vivant affranchi et réellement libre du péché, et de Satan, glorifiera DIEU notre Père, par JESUS-CHRIST notre Seigneur.

Jacques 1, versets 1 à 4 :
Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés,
sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience.
Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien.

1 Pierre 5, versets 10 et 11 :
Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables.
A lui soit la puissance aux siècles des siècles ! Amen !

Ce qu’il ne faut jamais oublier :

Frères et Sœurs en CHRIST, ce que beaucoup oublient de voir, et de considérer attentivement, lorsqu’ils lisent les écrits de la Bible, ce sont les années de vie de chacune des personnes qui témoignent de leur vie personnelle avec le Seigneur JESUS. Leur développement spirituel avec CHRIST, est réparti sur une vie, et non pas sur le temps qu’il faut pour écrire une lettre aux Eglises. Beaucoup oublient que si ces témoins peuvent écrivent leurs lettres d’exhortations aux Eglises, c’est parce qu’eux-mêmes, sont un jour passés dans leur vie personnelle, à l’Ecole de DIEU, par le moyen de l’obéissance de la foi, en l’enseignement par le SAINT-ESPRIT, de la Vie de CHRIST en eux.

Tous ces hommes de DIEU, n’étaient pas des « surhommes ». Leur développement dans la Vie et la connaissance de CHRIST, ou leur force spirituelle, leur venait de DIEU, parce qu’ils ne recherchaient qu’à faire la volonté du Seigneur, afin de servir uniquement « ses intérêts ». C’est par le choix volontaire, d’un renoncement constant quand à leur propre volonté (Matthieu 16, verset 24, et Luc 9, versets 57 à 62), par rapport à ce qu’ils aimaient, pensaient, raisonnaient, ressentaient humainement, etc…(étant désormais des hommes libres du péché, et de choix de vie par CHRIST), qu’ils sont parvenus par la foi, dans leur propre chair (esprit/âme et corps nouveau), semblables, quand à la perfection dans l’obéissance à l’ESPRIT, selon l’Image de l’Esprit de Vie du Fils de l’homme vivant en eux, et par Lequel, ils vivent éternellement.

Romains 8, versets 26 à 30 :
De même aussi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables;
et celui qui sonde les cœurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints.
Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein.
Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.
Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés.

Souvent, parmi les enfants de DIEU, sont cités les versets dans Philippiens 3, à savoir que l’apôtre Paul n’avait pas encore atteint « la Perfection » de CHRIST, pendant le temps de sa vie terrestre. En réalité, ces versets sont souvent utilisés par certains(es), uniquement dans le but de « justifier » une conscience devant DIEU, encore souillée. Soit par ignorance, soit par incrédulité. Satan étant celui qui les « accuse » dans leur conscience (leur esprit). Ce qui est le plus triste, c’est que très rarement, sont cités les écrits de ce même apôtre Paul, qui, en fin de vie terrestre, écrit à son frère Timothée, dans sa deuxième lettre au chapitre 4, que, la « couronne de justice » lui est réservée, ainsi qu’à tous ses frères et sœurs qui demeureront fidèles à l’Evangile du Seigneur JESUS, afin de l’encourager à combattre le bon combat de la foi. L’apôtre Paul, confirme à Timothée, qu’il a bien atteint dans sa propre vie, cette « Perfection » de l’obéissance de la foi, à l’image de celle du Fils de l’homme. Et, il lui montre aussi pourquoi, beaucoup n’ont aucun développement, et pire encore, abandonneront la foi, et se détournent de La Vérité, afin de suivre des doctrines de démons, dans le but de satisfaire les passions et les désirs de « la chair » corrompue, par l’esprit qu’est Satan.

2 Timothée 4, versets 1 à 8 :
Je t’en conjure devant Dieu et devant Jésus Christ, qui doit juger les vivants et les morts, et au nom de son apparition et de son royaume,
prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant.
Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désires,
détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables.
Mais toi, sois sobre en toutes choses, supporte les souffrances, fais l’œuvre d’un évangéliste, remplis bien ton ministère.
Car pour moi, je sers déjà de libation, et le moment de mon départ approche.
J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi.
Désormais la couronne de justice m’est réservée; le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement.

Par la foi, l’enfant né de DIEU, possède la vie éternelle, et la « Perfection » de DIEU son Père, par l’Esprit de Vie du Fils et le SAINT-ESPRIT en lui (Romains 8, verset 9). Néanmoins, quoi que étant un « Fils spirituel Parfait », il demeure physiquement sur terre, encore loin du Seigneur, à cause de son corps de chair terrestre corruptible (et non pas corrompu, Ezéchiel 36, versets 25 à 27). Cela de la même manière que l’était JESUS avant lui, pendant les jours de sa chair, tant que son corps de chair terrestre n’était pas passé par l’incorruptibilité, et l’immortalité. L’enfant né de DIEU prendra possession de l’accomplissement physique de « La Perfection de DIEU » son Père, le jour où, son corps terrestre, sera transformé en un corps glorieux céleste, par la puissance de DIEU, comme l’a été celui de JESUS le Fils de l’homme, le Premier Né d’entre les morts. N’est-ce pas ce que l’apôtre Paul enseigne à l’Eglise ?

1 Corinthiens 15, versets 40 à 49 :
Il y a aussi des corps célestes et des corps terrestres; mais autre est l’éclat des corps célestes, autre celui des corps terrestres.
Autre est l’éclat du soleil, autre l’éclat de la lune, et autre l’éclat des étoiles; même une étoile diffère en éclat d’une autre étoile.
Ainsi en est-il de la résurrection des morts. Le corps est semé corruptible; il ressuscite incorruptible;
il est semé méprisable, il ressuscite glorieux; il est semé infirme, il ressuscite plein de force;
il est semé corps animal, il ressuscite corps spirituel. S’il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel.
C’est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant.
Mais ce qui est spirituel n’est pas le premier, c’est ce qui est animal; ce qui est spirituel vient ensuite.
Le premier homme, tiré de la terre, est terrestre; le second homme est du ciel.
Tel est le terrestre, tels sont aussi les terrestres; et tel est le céleste, tels sont aussi les célestes.
Et de même que nous avons porté l’image du terrestre, nous porterons aussi l’image du céleste.

DIEU notre Père vous bénisse. La Paix de notre Seigneur JESUS soit votre partage.

Patrick PETITOT. (17-04-2011)

Ce contenu a été publié dans Patrick PETITOT. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.