(6) – Préservé de la chute.

Jude 1, versets 24 et 25 :
Or, à celui qui peut vous préserver de toute chute et vous faire paraître devant sa gloire irrépréhensibles et dans l’allégresse,
à Dieu seul, notre Sauveur, par Jésus Christ notre Seigneur, soient gloire, majesté, force et puissance, dès avant tous les temps, et maintenant, et dans tous les siècles ! Amen !

Il n’existe qu’un seul « Evangile » qui affranchi et rend réellement libre un enfant né de DIEU (Jean 8, verset 36), celui de La Parole de DIEU qui nous est annoncé et donné par « Le » Fils, JESUS-CHRIST, venu en chair sur terre (Jean 1, verset 14). Pourtant, nombreux sont les enseignements « prônés » à l’inverse de cette Vérité qui est donnée à l’Eglise par l’ESPRIT-SAINT. En cela rien d’étonnant, l’esprit de l’antéchrist étant plus que jamais à l’œuvre dans ce monde, préparant la venue du « fils de la perdition » (2 Thessaloniciens 2, versets 3 à 12). Mais combien prennent garde à cela ?

Comment reconnaitre dans ce monde, cet esprit de l’antéchrist qui ne cesse de séduire et tromper bien des enfants de DIEU ?

Jude 1, versets 1 à 3 :
Jude, serviteur de Jésus Christ, et frère de Jacques, à ceux qui ont été appelés, qui sont aimés en Dieu le Père, et gardés pour Jésus Christ:
que la miséricorde, la paix et la charité vous soient multipliées !
Bien aimés, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes.

Lorsque nous lisons la lettre de l’apôtre Jude, nous pouvons voir que « l’esprit de l’antéchrist » s’est glissé dans l’Eglise, par l’enseignement de faux frères. C’est pourquoi, il exhorte l’Eglise à combattre « pour la foi », qui a été transmise aux Saints une fois pour toutes, et non pas seulement « par la foi » qui a été transmise aux Saints une fois pour toutes. A première vue, l’expression : « combattre pour la foi… », peut sembler quelque peu « erronée », ou mal adaptée. La tendance serait de dire : « combattre par la foi… ». Non, il n’y a aucune erreur, car il n’existe qu’un seul Evangile, qui, par une seule foi, sauve l’Eglise du DIEU vivant, et La garde « de la chute », c’est-à-dire vierge « du péché » (Ephésiens 4, verset 5). L’apôtre Jude aimerait que les enfants de DIEU, demeurent avec une foi ferme dans « la foi de CHRIST », persévérant avec assurance en ce qu’ils ont un jour reçu de DIEU le Père, par la vie, la mort, et la résurrection de son Fils, JESUS le Fils de l’homme.

L’apôtre Jude rappelle à l’Eglise, que, leur « foi », c’est de demeurer ferme en ce qu’ils sont, par et en la « chair de CHRIST » (Colossiens 2, versets 11 et 12), sans le péché en eux depuis leur nouvelle naissance (Jean 1, versets 12 et 13). Qu’ils sont aimés de DIEU leur Père, et gardés « Saints » et irrépréhensibles pour JESUS-CHRIST, par la sanctification de son Esprit de Vie (Romains 8, versets 9 à 11), et le renouvellement du SAINT-ESPRIT en eux (Tite 3, versets 4 à 6, 2 Thessaloniciens 2, verset 13, et 1 Pierre 1, verset 2). L’assurance dans laquelle ils doivent demeurer fermes, est que Celui qui les a un jour appelés à sa seule gloire, peut aussi les préserver de toute chute (au singulier), et les faire paraître devant sa gloire irrépréhensibles et dans l’allégresse (Romains 6, versets 4 à 7, 1 Jean 3, versets 9, 1 Jean 5, versets 5 à 18,. 1 Pierre 4, verset 1 et 2, et 1 Thessaloniciens 5; versets 23 et 24).

L’auteur de l’épitre aux Hébreux l’enseigne également, en employant d’autres formulations de mots.

Hébreux 4, versets 14 à 16 :
Ainsi, puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons.
Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché.
Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.

Un grand nombre d’enfants de DIEU, prétendent être « nées de DIEU par CHRIST », et persistent à témoigner qu’ils sont, ou seront toujours dépendants et tributaires de leur « chair pécheresse » ou de leur « corps du péché », le temps qu’ils demeureront sur cette terre, dans leur corps de chair. Cela n’est pas l’Evangile de JESUS-CHRIST. Notre Seigneur affranchi et rend réellement libre du péché, et de son corps du péché (sa chair pécheresse = esprit/âme et corps corrompu), quiconque croit DIEU son Père par Sa Parole (Jean 8, versets 34 à 36, et Matthieu 11, versets 28 à 30). Bien entendu, « croire » sous entend, demeurer en Lui par l’obéissance de la foi en Sa Parole, et non pas en la pensée et le raisonnement de l’homme terrestre.

Pourquoi bien des enfants de DIEU, prétendent que vivre sans le péché en l’homme nouveau né, et sans qu’il « chute » ou pèche (sans désobéir à l’ESPRIT-SAINT en lui), n’est pas une vie possible à vivre déjà ici-bas ?

Ce n’est pas le Seigneur JESUS, qui empêche, ou ne veut pas se révéler à l’enfant de DIEU encore sous la garde de la Loi, en vue de sa nouvelle naissance par la révélation de la foi (Galates 3, versets 22 à 25). Ce qui fait obstacle à la révélation de la Vie Nouvelle, est dû à une confusion « de vie », entre la marche selon la chair, et la marche selon l’Esprit. Cette confusion, a comme origine, l’incrédulité. A cause de cela, l’enfant de DIEU demeure toujours esclave du péché, et partagé, entre sa vieille nature, et la nouvelle nature qui ne lui est pas encore révélée, du fait qu’il ne croit pas que c’est « son » vieil homme, (ou, sa chair pécheresse), représenté par « son corps du péché », c’est-à-dire, son être entier = esprit/âme et corps corrompu, qui doit définitivement par la foi, mourir et demeurer, dans le baptême en la mort de CHRIST. JESUS le Fils de l’homme est mort sur la croix, avec son être entier, et non pas partiellement (Luc 23, verset 46 = son esprit, Matthieu 26, verset 38 = son âme, et Matthieu 27, versets 57 à 60 = son corps physique).

N’est-ce pas également ce que l’apôtre Paul enseigne dans sa lettre adressée aux Romains.

Romains 6, versets 3 à 7 :
Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés ?
Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.
En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection,
sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché;
car celui qui est mort est libre du péché.

C’est toujours l’incrédulité qui empêche le « repenti », même sincère, d’entrer dans le repos de DIEU (Hébreux, chapitre 4), par le moyen de Sa Grâce manifestée en son Œuvre Parfaite en son Fils, pour le salut des âmes vivantes. Ce n’est que par la Foi et l’obéissance en La Parole de DIEU faite chair en son Fils JESUS-CHRIST, que l’entrée dans le Royaume de DIEU lui sera accordée (Galates 3, versets 22 à 29). Ce triste état de vie qui garde l’enfant de DIEU toujours esclave de son corps du péché (Romains, chapitre 7), vient de ce qu’il écoute et obéit à l’homme terrestre encore charnel. Il suit ses pensées, ses raisonnements, sa science, son intelligence, sa « sagesse », etc…, de ce fait, l’esprit de l’antéchrist, Satan déguisé en ange de lumière, peut agir librement en l’esprit/âme de l’enfant, afin de le tromper et le garder toute sa vie terrestre, esclave de son corps du péché.

Cet article, a pour but de mettre en évidence cette « incrédulité » de l’enfant de DIEU, qui persiste à demeurer dans ce qui n’est pas écrit, mais qui est uniquement tiré de la pensée et du raisonnement d’hommes ou de femmes encore esclaves du péché, par leur corps du péché, « la chair » corrompue.

Pourtant, contre cette incrédulité, « le remède » existe, elle n’est pas une fatalité !

Apocalypse 14, verset 12 :
C’est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus.

La Parole de DIEU est un ensemble indivisible. Quoique ce verset soit écrit par l’apôtre Jean pour un temps et pour des faits précis, il n’en demeure pas moins vrai, et toujours d’actualité aujourd’hui, quand à La Vérité qu’il révèle à l’Eglise. JESUS le Fils de l’homme est « Le Chef » et « Le Consommateur » de la foi (Hébreux 12, verset 2). C’est pourquoi notre Seigneur JESUS dit :

Matthieu 11, versets 27 à 30 :
Toutes choses m’ont été données par mon Père, et personne ne connaît le Fils, si ce n’est le Père; personne non plus ne connaît le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler.
Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.
Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.
Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.

DIEU le Père des esprits (Hébreux 12, verset 9), Duquel est « sorti » JESUS son Fils (Jean 8, verset 42), confirme par un seul commandement donné dans le Nouveau Testament, que « La Vie » Nouvelle n’est, et ne se reçoit qu’en son Fils JESUS-CHRIST notre Seigneur.

Matthieu 17, verset 5 :
Comme il parlait encore, une nuée lumineuse les couvrit. Et voici, une voix fit entendre de la nuée ces paroles: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection: écoutez-le !

Luc 10, verset 22 :
Toutes choses m’ont été données par mon Père, et personne ne connaît qui est le Fils, si ce n’est le Père, ni qui est le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler.

Il n’y a que par la Vie Nouvelle au moyen de la foi en DIEU le Père, et Sa Parole faite chair en son « Fils », JESUS homme, que l’enfant né de DIEU sera préservé de toute chute.

Apocalypse 14, versets 12 :
C’est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus.

Jude 1, versets 24 et 25 :
Or, à celui qui peut vous préserver de toute chute et vous faire paraître devant sa gloire irrépréhensibles et dans l’allégresse,
à Dieu seul, notre Sauveur, par Jésus Christ notre Seigneur, soient gloire, majesté, force et puissance, dès avant tous les temps, et maintenant, et dans tous les siècles ! Amen !

A première vue, lorsque nous lisons ces versets de l’apôtre Jean, et ceux de Jude, ils ne semblent pas avoir de liens directs entre eux. Pourtant, un ne va pas sans l’autre, un complète l’autre. Ces versets enseignent à l’Eglise la même chose, c’est par « le Fils » que La Vie Nouvelle éternelle est acquise. C’est par la persévérance en La Parole de DIEU le Père, et l’obéissance à son commandement donné à l’Eglise (Matthieu 17, verset 5), que l’enfant né de DIEU sera préservé « de toute chute » par l’Esprit de Vie de CHRIST en lui, qui sanctifie son être entier, et sera gardé vierge du péché par le SAINT-ESPRIT auquel il obéit (Romains 8, verset 9). C’est DIEU le Père qui le fera paraître devant sa gloire irrépréhensible et dans l’allégresse, à sa seule gloire (Ezéchiel 36, verset 27, et 1 Thessaloniciens 5, verset 24).

C’est pourquoi l’enfant né de DIEU, doit, non seulement persévérer dans la foi, mais aussi combattre pour cette foi qui lui vient de DIEU son Père par JESUS-CHRIST (Ephésiens 4, verset 5). C’est DIEU le Père, qui, par l’écoute attentive et l’obéissance de son enfant à l’enseignement de l’ESPRIT-SAINT en lui, dans les petites choses de la vie de tous les jours (Psaume 40), le conduira toujours dans Sa Vérité (Jean 16, versets 12 à 15), afin de le garder déjà ici-bas, irrépréhensible et dans l’allégresse pour le jour du retour de son Fils dans sa gloire. L’apôtre Paul l’enseigne également ainsi aux Thessaloniciens.

1 Thessaloniciens 5, versets 23 et 24 :
Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus Christ !
Celui qui vous a appelés est fidèle, et c’est lui qui le fera.

Beaucoup d’enfants de DIEU, ont lu dans les évangiles l’histoire de Thomas. Malheureusement, combien s’efforcent dans leur propre vie, de se persuader qu’ils ne sont pas comme « Thomas », et pourtant, vivent la même « incrédulité » que lui. Combien s’attendent toujours à voir, ressentir, ou toucher, etc… La Parole de DIEU faite chair, plutôt que de « La » croire, et « La » recevoir par la foi, et demeurer en Elle comme étant La Vérité, sans y rajouter des « pensées » ou « raisonnements » humains au détriment de « cette Vérité » ?

Jean 20, versets 26 à 31 :
Huit jours après, les disciples de Jésus étaient de nouveau dans la maison, et Thomas se trouvait avec eux. Jésus vint, les portes étant fermées, se présenta au milieu d’eux, et dit : La paix soit avec vous !
Puis il dit à Thomas : Avance ici ton doigt, et regarde mes mains; avance aussi ta main, et mets-la dans mon côté; et ne sois pas incrédule, mais crois.
Thomas lui répondit : Mon Seigneur et mon Dieu ! Jésus lui dit :
Parce que tu m’as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n’ont pas vu, et qui ont cru !
Jésus a fait encore, en présence de ses disciples, beaucoup d’autres miracles, qui ne sont pas écrits dans ce livre.
Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom.

Il est sûr que JESUS n’a pas rejeté Thomas à cause de son « incrédulité » passagère (le temps de la révélation). IL ne lui a pas fait non plus le reproche qu’il « péchait » par incrédulité. Néanmoins, le constat que le Seigneur fait vis-à-vis de Thomas est sans équivoque. JESUS lui montre que « sa foi » qu’il avait en Lui, ne reposait pas sur « Sa Parole » qu’il avait reçue et entendu de Lui pendant plusieurs années de vie commune passée à ses côtés. La « foi » de Thomas concernant la personne de JESUS, reposait sur ce qu’il voyait de ses yeux, et ressentait en son « âme » dans son corps.

La « foi » d’un enfant né de DIEU, qui le fait marcher par la vue, par les pensées, les raisonnements humains, ou le sentimentalisme, ou, par « l’intelligence et la science » de ce monde, n’est pas la vraie « Foi » (Ephésiens 4, verset 5). Cette « foi » est terrestre, sujette à l’incrédulité, que Satan exploite au maximum pour tromper et perdre les âmes. Heureux ceux qui ont cru sans avoir vu, dit notre Seigneur, là est la vraie foi qui sauve quiconque croit DIEU le Père, par Sa Parole faite chair en son Fils. DIEU a donné comme seul et unique commandement à l’Eglise, celui « d’écouter » son Fils, c’est-à-dire d’écouter et de recevoir « La Parole du Fils », comme étant « Sa Parole » en tant que DIEU le Père. JESUS avait « foi » pour sa vie terrestre, sa mort et sa résurrection, en La Parole de son Père (ce qui était annoncé d’avance par les Ecritures). C’est cette « Foi » que JESUS notre Seigneur a vécu sur terre pendant les jours de sa chair, à l’égard de son Père et Sa Volonté. Cette « foi » par l’obéissance à l’ESPRIT-SAINT en Lui, était agréable à son Père comme un « sacrifice vivant » de bonne odeur.

Hébreux 10, versets 5 à 10 :
C’est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit: Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, Mais tu m’as formé un corps;
Tu n’as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour le péché.
Alors j’ai dit: Voici, je viens (Dans le rouleau du livre il est question de moi) Pour faire, ô Dieu, ta volonté.
Après avoir dit d’abord: Tu n’as voulu et tu n’as agréé ni sacrifices ni offrandes, Ni holocaustes ni sacrifices pour le péché (ce qu’on offre selon la loi),
il dit ensuite: Voici, je viens Pour faire ta volonté. Il abolit ainsi la première chose pour établir la seconde.
C’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus Christ, une fois pour toutes.

Hébreux 12, versets 1 et 2 :
Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte,
ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu.

L’auteur de l’épitre aux Hébreux, dit la même chose que l’apôtre Jude. Il ne dit pas que l’enfant né de DIEU doit rejeter tout fardeau, et le péché en lui, il écrit, qu’il doit « rejeter tout fardeau, et le péché qui l’enveloppe si facilement », ce qui n’est pas du tout la même chose. Lorsque l’ESPRIT-SAINT, par divers écrits de la Bible, s’adresse à l’esprit de l’enfant né de DIEU, il faut qu’il croit uniquement ce qui est écrit, même si dans un premier temps, il ne comprend pas tout. Néanmoins, il doit être prudent, quand à la traduction de la Bible qu’il utilise, car nombreuses à notre époque, sont celles qui tronquent subtilement « La Vérité du vrai Evangile de CHRIST », étant créés à partir de l’intelligence et raisonnement humains, dans le but de satisfaire « la chair » encore pécheresse. L’enfant de DIEU doit apprendre à ne pas écouter « celui » qui s’adresse à son esprit, et qui le fait raisonner humainement au détriment de La Vérité, et le pousse à modifier par sa pensée ce qui est écrit, dans le but d’avoir systématiquement des réponses à ses diverses interrogations. Cette voix extérieure qui s’adresse à son esprit, ne vient pas de DIEU le Père, elle vient de l’esprit de l’antéchrist, Satan, déguisé en ange de lumière pour le séduire, le tromper et le perdre. L’enfant de DIEU, ne doit pas croire en fonction de ce qu’il pense, voit, ou ressent, etc…si, ses pensées, ses sens ou sentiments, le détournent de la Vérité en la Vie du Fils pour sa Vie Nouvelle, qu’il vit par la foi en l’Œuvre Parfaite de DIEU le Père.

C’est ce que l’apôtre Paul écrivait dans sa lettre adressée aux Galates.

Galates 4, versets 1 à 11 :
Or, aussi longtemps que l’héritier est enfant, je dis qu’il ne diffère en rien d’un esclave, quoiqu’il soit le maître de tout;
mais il est sous des tuteurs et des administrateurs jusqu’au temps marqué par le père.
Nous aussi, de la même manière, lorsque nous étions enfants, nous étions sous l’esclavage des rudiments du monde;
mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi,
afin qu’il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l’adoption.
Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils, lequel crie: Abba ! Père!
Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu.
Autrefois, ne connaissant pas Dieu, vous serviez des dieux qui ne le sont pas de leur nature;
mais à présent que vous avez connu Dieu, ou plutôt que vous avez été connus de Dieu, comment retournez-vous à ces faibles et pauvres rudiments, auxquels de nouveau vous voulez vous asservir encore ?
Vous observez les jours, les mois, les temps et les années!
Je crains d’avoir inutilement travaillé pour vous.

C’est pourquoi, il est important pour l’enfant né de DIEU, de combattre non seulement par la foi, mais également « pour » la foi qui a été transmise aux Saints une fois pour toutes. Combien même Satan accuserait un enfant de DIEU, et le condamnerait dans son cœur en lui rappelant ce qu’il était, ou faisait comme étant mal, autrefois, lorsqu’il était esclave dans son corps du péché et sans l’ESPRIT de Vie dans sa vie, il ne faut pas qu’il s’en occupe. Il ne faut pas qu’il y prête attention, cela vient de l’extérieur, c’est avec cela que Satan l’enveloppe si facilement pour le troubler, le tromper et essayer de la perdre en le faisant douter de La Parole de DIEU. Il faut qu’il se repose par la foi, en l’Œuvre Parfaite de DIEU son Père pour le salut de son âme par l’ESPRIT, qu’IL lui a manifestée par et en son Fils, JESUS le Fils de l’homme. L’enfant né de DIEU est une nouvelle créature, les choses anciennes sont passées pour lui, toutes choses sont devenues nouvelles (2 Corinthiens 5, verset 17), même si pendant un temps, il y a encore de la confusion dans sa marche selon l’ESPRIT. Cela ne remet pas en cause sa nouvelle naissance, par sa vie avec et en CHRIST sans le péché en lui. C’est simplement que pendant un temps, il ne connait CHRIST que selon « la chair », c’est-à-dire, selon son entendement humain, et non pas selon la chair pécheresse d’autrefois (2 Corinthiens 5, verset 16). JESUS étant La Parole de DIEU faite « chair », avec et en l’enfant né de DIEU, IL est plus grand que « l’Accusateur » qui le condamne dans son cœur (1 Jean 3, versets 18 à 24). CHRIST est venu en chair, et c’est dans cette « chair » sans péché, que l’enfant né de DIEU est sanctifié par son Esprit de Vie, ayant en lui le SAINT-ESPRIT de DIEU, qui a fait de son corps, son Saint Temple éternel. C’est la Seule Vérité venue de DIEU le Père, dans et par Laquelle l’enfant né de DIEU doit avoir « foi », et demeurer ferme dans l’obéissance de cette foi par le SAINT-ESPRIT, qui lui enseignera toute La vie de CHRIST (Jean 16, versets 12 à 16).

Un jour, le Seigneur JESUS s’adressa aux Juifs qui avaient cru en Lui, et leur dit :

Jean 8, versets 28 à 36 :
Jésus donc leur dit: Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous connaîtrez ce que je suis, et que je ne fais rien de moi-même, mais que je parle selon ce que le Père m’a enseigné.
Celui qui m’a envoyé est avec moi; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable.
Comme Jésus parlait ainsi, plusieurs crurent en lui.
Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui: Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples;
vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira.
Ils lui répondirent: Nous sommes la postérité d’Abraham, et nous ne fûmes jamais esclaves de personne; comment dis-tu: Vous deviendrez libres ?
En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché.
Or, l’esclave ne demeure pas toujours dans la maison; le fils y demeure toujours.
Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres.

L’enfant né de DIEU ne doit pas faire comme ces Juifs, enfants de DIEU par élection, néanmoins toujours sous la garde de la Loi, qui « croyaient » DIEU, selon leurs pensées et raisonnement humains, mais qui dans leur cœur, voulaient tuer JESUS, parce que « Sa Parole » allait à l’encontre de leur volonté, à l’encontre de ce qu’ils pensaient d’eux-mêmes. Le fait d’être à leurs yeux des « enfants d’Abraham », suffisait pour qu’ils se croient « justifiés » par DIEU, et « exemptés » de passer par la Nouvelle Naissance par le Fils (Jean 3, versets 1 à 8). Ils n’aimaient pas La Vérité (pour mieux comprendre, je conseille de lire Jean 8, versets 28 à 59). L’enfant de DIEU doit croire DIEU son Père par Sa Parole faite chair en son Fils, le Premier-né d’entre plusieurs frères (Hébreux 11, verset 6), sans s’attendre à ressentir, entendre, ou voir des manifestations spéciales, ou encore, vouloir comprendre humainement le « processus » de « La Vie », qu’engendre la foi.

Pour l’enfant né de DIEU, la foi, est une ferme assurance des choses que DIEU son Père lui promet et lui donne en son Fils, JESUS le Fils de l’homme. Ainsi, lorsqu’il perd totalement sa vie, son vieil homme, esprit/âme et corps corrompu, par la foi en Sa Parole faite chair en Le Fils, et persévère à demeurer en Lui, comme étant La seule Vérité dans ce monde qui l’affranchi de la lettre de la Loi, et lui donne une vie nouvelle libre du péché et de l’esprit qu’est Satan, les promesses de DIEU deviennent dans son être entier, une démonstration de ce qu’il ne voyait pas, ni ne vivait, avant que la foi de CHRIST ne lui soit révélée (Hébreux 11, versets 1, et Romains 10, verset 17). Satan est un adversaire rusé, le père du mensonge, il est sans pitié, ni miséricorde pour les âmes vivantes terrestres qui ne veulent plus vivre sous le joug de « son esclavage ». L’enfant né de DIEU, doit croire uniquement ce que le Seigneur dit et il le verra s’accomplir dans sa vie. En notre Seigneur JESUS homme, Satan n’avait rien (Jean 14, verset 30). Il en est de même pour l’enfant né de DIEU, par sa foi en La Parole faite chair avec et en lui par le Fils, Satan n’a rien en lui, parce qu’il est né de DIEU, et de personne d’autre (Jean 1, versets 12 et 13).

Lorsque l’apôtre Jude écrit :

Jude 1, versets 24 et 25 :
Or, à celui qui peut vous préserver de toute chute et vous faire paraître devant sa gloire irrépréhensibles et dans l’allégresse,
à Dieu seul, notre Sauveur, par Jésus Christ notre Seigneur, soient gloire, majesté, force et puissance, dès avant tous les temps, et maintenant, et dans tous les siècles ! Amen !

Il n’encourage pas ses frères et sœurs à se relever régulièrement de « leurs chutes » (au pluriel), comme beaucoup aiment à s’en convaincre, mettant la faute sur « les faiblesses » de leur chair du péché, sous entendu, les péchés qu’ils commettent par le péché en eux. Le Seigneur JESUS n’emploie pas cette expression dans l’évangile de Matthieu, chapitre 26, verset 41, et Marc 14, verset 38. IL fait mention de la chair « faible », c’est à dire, de la nature de l’homme à sa création, son « âme terrestre » est faible, puisque c’est par l’âme (ou les sens, facultés de l’esprit de l’homme), que Satan est parvenu à corrompre l’esprit de vie de l’homme, et ainsi l’être entier dans son corps (Genèse 3, versets 1 à 6). A ce moment de la vie terrestre du premier Adam, l’ESPRIT-SAINT n’est pas encore en lui, Adam et Eve, ayant été rejetés du paradis de DIEU (Genèse 3, versets 22 à 24). C’est aussi pour cela que l’apôtre Paul fait mention « d’un renouvellement » du SAINT-ESPRIT, et non pas du don « nouveau » de l’ESPRIT-SAINT de DIEU le Père, pour l’homme (Tite 3, versets 4 à 6). Avant la désobéissance de l’homme au commandement de DIEU (son péché), la vie éternelle terrestre pour l’homme, lui était déjà donnée au moyen de l’ESPRIT-SAINT de Vie de DIEU le Père, représenté par l’Arbre de Vie et son fruit, qui se trouvait dans le paradis terrestre de DIEU (le jardin d’Eden).

Comme l’était « la chair », c’est à dire, l’être entier, esprit/âme et corps de Adam et Eve sans l’ESPRIT en eux, lors de leur désobéissance au commandement de DIEU, ainsi était faible la chair (esprit/âme) dans le corps des disciples du Seigneur. JESUS ne parle pas des « faiblesses de la chair », qui seraient des « péchés » commis en toute connaissance de la volonté de DIEU. Cette expression « les faiblesses » de la chair en tant que « des péchés », vient d’un enseignement de Satan, qui trompe bien des enfants de DIEU, toujours esclaves de leur corps du péché. Dans les divers écrits de la Bible, il est mentionné plusieurs fois le mot « faiblesse », mais jamais il est écrit qu’il s’agirait de « péchés » de « la chair » (esprit/âme et corps corrompu), commis par les enfants nés de DIEU. Je n’ai retenu qu’un passage dans l’épitre aux Hébreux, qui met fin à toutes formes de polémiques, quand à l’interprétation et l’utilisation de ce mot « faiblesse », dans la vie nouvelle de l’enfant né de DIEU.

Hébreux 4, versets 14 à 16 :
Ainsi, puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons.
Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché.
Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.

Si dans ces versets, le mot « faiblesses » est synonyme de « péchés » provoqués par « le péché » dans la chair, ou, seraient « les faiblesses » dans la chair du nouvel homme créé selon DIEU (comme beaucoup l’applique à leur vie nouvelle), cela voudrait dire que JESUS homme, a été tenté par « le péché » qui se trouvait dans « sa chair » (en l’âme de son esprit et corps Saint). Ce n’est pas ce que le Seigneur JESUS dit de Lui, dans Jean 14, versets 30. Personnellement, je dirais que celui qui lit correctement ces versets, se condamne lui-même, à chaque fois qu’il se repose sur cette expression « les faiblesses de sa chair », pour s’excuser, et se consoler de son ou ses péchés qu’il commet, puisqu’il a la possibilité en lui par l’ESPRIT-SAINT, d’être secouru dans tous ses besoins, afin de palier à « ses faiblesses », et ainsi faire ce qui est bien aux yeux de DIEU son Père. Le Modèle de vie de l’enfant né de DIEU, est semblable à l’Image de CHRIST en lui, par son Esprit de Vie, dont «la vie lui est inculquée par le SAINT-ESPRIT (2 Corinthiens 3, versets 17 et 18, et Colossiens 3, verset 10).

JESUS le Fils de l’homme, est venu sur terre dans une chair semblable à celle du péché, et non pas identique à celle du péché (Romains 8, verset 3). Cela veut dire, que JESUS le Fils de l’homme, possédait un esprit Saint vierge du péché, ayant une « chair faible » c’est-à-dire, une âme, avec des sens et facultés terrestres, qui était vulnérable et corruptible (et non pas corrompue), à cause du péché dans le monde, tout comme le premier Adam avant sa désobéissance (2 Corinthiens 13, verset 4). Il en était ainsi, tant que le Seigneur JESUS, homme, n’avait pas accompli toute la Volonté de Son Père par et dans « sa chair », sur terre, et dans les régions inférieures de la terre (Ephésiens 4, versets 9, et 1 Pierre 3, versets 18 à 20). C’est par la foi et l’obéissance à La Parole de son Père, qui lui était inculquée par le SAINT-ESPRIT en Lui, que JESUS est gardé, et s’est gardé lui-même du péché, pendant tous les jours de « sa chair » (1 Jean 5, verset 18).

L’apôtre Jude encourage ses frères et sœurs en leur montrant que La Parole du Seigneur JESUS, est conforme par sa vie, sa mort, et sa résurrection, à l’accomplissement total de La Parole de DIEU son Père, pour le salut du monde et celui des âmes vivantes terrestres. Ainsi « La Vie » de DIEU en son enfant par l’Esprit de Vie de son Fils, au moyen du SAINT-ESPRIT, le rend semblable à Lui, sans péché, et le préserve de « toute chute », s’il demeure dans l’obéissance de la foi en Celui qui vit en lui et le sanctifie dans son être entier (1 Thessaloniciens 5, versets 23 et 24).

Avez-vous remarquez ce que l’apôtre Jude écrit :

Jude 1, verset 24 :
Or, à celui qui peut vous préserver de toute chute et vous faire paraître devant sa gloire irrépréhensibles et dans l’allégresse, etc…

L’apôtre n’écrit pas :

« Or, à celui qui peut vous pardonner et vous relever de toutes vos chutes… et vous fera paraître devant sa gloire irrépréhensibles et dans l’allégresse, quand vous serez dans son royaume … »

Pour l’enfant né de DIEU, de la même manière que JESUS son Frère ainé, est né (ou sorti) du même ESPRIT de Vie que Celui de DIEU son Père (Luc 1, verset 35, et Jean 8, verset 42), a été préservé de « toute chute » (au singulier), pendant tous les jours de sa chair au moyen de son amour et son obéissance à La Parole de son Père, par l’enseignement de l’ESPRIT-SAINT en Lui (Jean 8, versets 28 et 29), de même, l’enfant né de DIEU sera préservé de toute désobéissance volontaire à La Parole de DIEU son Père, s’il demeure à l’écoute et dans l’obéissance de la foi en La Parole de CHRIST qui lui est inculquée par le SAINT-ESPRIT en lui (Jean 14, versets 18 à 23, Jean 16, versets 13 à 16, et 1 Jean 5, verset 18).

Conclusion :

Romains 8, versets 29 et 30 :
Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.
Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés.

Enfants de DIEU, Frères et Sœurs de JESUS-CHRIST, bien-aimés(es) de DIEU, lorsque vous lisez ces versets de l’apôtre Paul, ne confirment-ils pas les écrits de l’apôtre Jude ? Croyez La Parole de DIEU faite chair, en Celle de JESUS le Fils de l’homme, qui par sa vie, sa mort, et sa résurrection par la puissance de l’ESPRIT-SAINT de DIEU son Père, sauvera vos âmes de la perdition éternelle. Demeurez ferme dans la foi qui a été transmise aux Saints, une fois pour toutes. Vous ne tarderez pas à voir s’accomplir, et se développer dans votre vie nouvelle, cette réelle liberté des enfants nés de DIEU, que vous vivrez à la seule gloire de DIEU notre Père et son Fils, JESUS-CHRIST notre Seigneur. Demeurez par votre obéissance au SAINT-ESPRIT en vous, ferme dans « la foi » de CHRIST, cette foi, qui vient d’en Haut, par et dans laquelle vous serez préservés de « toute chute », et ainsi gardés irrépréhensibles devant DIEU notre Père jusqu’au jour de CHRIST.

Apocalypse 22, verset 17 :
Et l’Esprit et l’épouse disent: Viens. Et que celui qui entend dise : Viens. Et que celui qui a soif vienne; que celui qui veut, prenne de l’eau de la vie, gratuitement.

DIEU notre Père vous bénisse et que Sa Paix manifestée en son Fils JESUS-CHRIST notre Seigneur soit votre partage.

Patrick PETITOT. (26-03-2011)

Ce contenu a été publié dans Patrick PETITOT. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.