(3) – Métamorphose Spirituelle

2 Corinthiens 5, verset 17 :
Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles

Voilà la définition du mot « métamorphose » dans le dictionnaire Hachette :

Métamorphose n. f.

1. Changement d’une forme en une autre. La métamorphose des bourgeons en fleurs et en feuilles. ¶ Spécial. Changement d’apparence d’origine surnaturelle qui rend un être méconnaissable.

2. Ensemble des transformations successives que subissent les larves de certains animaux (amphibiens, insectes, etc.) pour atteindre l’état adulte.

3. Fig. Changement complet dans l’apparence, l’état, la nature d’une personne ou d’une chose. Métamorphoses d’un comédien, d’un paysage.

Lorsque nous lisons les définitions 1, 2, ou 3 de ce que mot peut signifier, un seul constat en ressort, c’est un changement total. Quelque soit « la chose » qui passe un jour par une métamorphose, un changement flagrant s’opère avec et en elle. Les choses anciennes une fois métamorphosées sont passées, elles ont disparues. Toutes choses sont devenues nouvelles pour ce qui est né de cette métamorphose, à l’identique de ce que l’apôtre Paul dit aux Corinthiens, d’une personne passée un jour de sa vie, par la nouvelle naissance spirituelle en CHRIST.

2 Corinthiens 5, versets 16 et 17 :
Ainsi, dès maintenant, nous ne connaissons personne selon la chair; et si nous avons connu Christ selon la chair, maintenant nous ne le connaissons plus de cette manière.
Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.

Une des métamorphoses que nous connaissons plus ou moins bien dans ses détails, est celle d’une chenille en un papillon. La chenille, après avoir vécue son temps de vie de chenille, se transforme en un cocon de la chrysalide, et va ensuite donner naissance au papillon. Comment une chenille peut-elle se transformer en papillon ? Ils sont tellement différents l’un de l’autre ! Le but de cet article n’est pas de faire un cours sur la métamorphose d’une chenille en un papillon, mais d’imager, la métamorphose de l’homme animal en un homme spirituel.

Avant-propos :

Aujourd’hui, bon nombre de « croyants » prétendent être nés de DIEU par la foi en Sa Parole, manifestée en son Fils JESUS-CHRIST notre Seigneur. Mais tristement, par leur vie, leurs écrits, leurs actes, beaucoup témoignent du contraire. Pour s’en convaincre, il suffit de voir la multitude des assemblées d’hommes ou de sectes qui existent dans ce monde, qui sous le couvert des écrits de la Bible, ou, au Nom de DIEU et son ESPRIT-SAINT, et également du Nom du Seigneur JESUS, vivent des jalousies, des animosités, des disputes, des divisions, des querelles, des méchancetés de toutes sortes, etc…, qui sont les manifestations visibles des mauvaises œuvres de la chair pécheresse, ou, d’un mauvais arbre portant de mauvais fruits, comme nous l’enseigne par Sa Parole JESUS notre Seigneur dans :

Matthieu 7, versets 17 à 20 :
Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits.
Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits.
Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu.
C’est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.

Comment est-ce possible qu’une telle vie mauvaise persiste en ces personnes qui prétendent être nées de DIEU ? Notre Seigneur JESUS ne promet-IL pas de donner « Sa Vie » par son Esprit de Vie, au moyen du SAINT-ESPRIT de DIEU son Père, à quiconque croit La Parole son Père, par l’intermédiaire de sa Parole (Matthieu 17, verset 5 – Jean 14, verset 21) ?

Ce qui est à l’origine de ce triste état de vie spirituelle, c’est l’incrédulité. La plupart persistent à penser, raisonner, étudier les écrits de la Bible, cherchant désespérément des solutions humaines pour combler leur vide spirituel intérieur, plutôt que de croire DIEU et Sa Parole faite chair en son Fils, telle qu’Elle est écrite et nous est enseignée par le SAINT-ESPRIT (Jean 6, versets 60 à 69). Beaucoup LE lisent, LE prêchent, L’enseignent autour d’eux, mais tout au fond de leur cœur encore de pierre, ils ne croient pas qu’à DIEU le Père des esprits, rien est impossible (Luc 1, versets 35 à 37 et Matthieu 19, versets 24 à 26).

Ils ne croient pas que DIEU peut les transformer, à l’Image de JESUS son Fils, Saint, Pur, et Irrépréhensible dans son être entier (2 Corinthiens 3, versets 14 à 18 et Philippiens 3, verset 21). Non pas lorsqu’ils seront avec Lui dans son royaume céleste, mais déjà sur cette terre, pendant les jours de leur chair, afin de servir la Gloire de DIEU, dans un esprit/âme et corps spirituel nouveau. Pourtant, là est l’Amour de DIEU le Père, qu’IL manifeste à toutes les âmes vivantes terrestres encore esclaves du péché, en leur offrant Sa Grâce au moyen du don de la Vie de son Fils unique en rançon pour le péché. DIEU veut opérer avec et en elles une « métamorphose », un changement radical et total de leur être tout entier encore corrompu par le péché. DIEU veut faire d’eux, des nouvelles créatures totalement libres du péché et de Satan, en les rendant semblable à LUI par le don de La Vie de l’Esprit de son Fils, au moyen du SAINT-ESPRIT. Ce que l’apôtre Paul écrit également dans sa lettre aux Romains.

Romains 8, versets 29 et 30 :
Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.
Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés.

Fin de l’avant-propos.

La métamorphose spirituelle ne peut opérer son œuvre, que, s’il y a quelque chose à métamorphoser !

Sans l’œuf du papillon, duquel éclot une chenille, comment parviendrait-elle à être métamorphosée dans son être entier, en un papillon ? C’est impossible et impensable, pour la simple raison que DIEU l’a voulu ainsi pour le développement du papillon. DIEU n’a pas créé une chenille pour qu’elle devienne papillon, mais IL a créé le papillon, duquel sortiront des œufs, qui après leurs éclosions, seront des chenilles. DIEU a créé le papillon pour qu’un jour, celui-ci puisse à son tour donner naissance à d’autres papillons, même si pendant un temps de sa vie, il doit passer par la forme d’une chenille.

Ainsi en est-il de l’homme à son origine sur la terre. DIEU ne l’a pas créé pour être séparé de Lui éternellement, ou encore mourir sur la terre. IL ne l’a pas créé non plus pour être esclave de lui-même par ses passions et ses désirs de toutes sortes, ni devenir esclaves de ses semblables, ou de Satan et ses serviteurs (ses anges déchus ou âmes vivantes corrompues). Si nous lisons bien les écrits de la Genèse, chapitres 1, 2, et 3, c’est tout le contraire. DIEU a créé l’homme à son Image, c’est-à-dire totalement libre de choix, prenant de son ESPRIT-SAINT pour donner la vie à l’homme terrestre, lui faisant ainsi don pour son corps de chair tiré de la terre, d’un souffle de vie, ou, un esprit/âme de vie (Genèse 2, verset 7).

Malheureusement, après la création de l’homme, nous connaissons les conséquences directes « du péché de Satan », que le premier Adam a laissé pénétrer en sa chair (en son esprit/âme et corps), par sa désobéissance au commandement de DIEU son Créateur. C’est à ce moment là qu’est né « le péché » de l’homme dans sa chair, c’est-à-dire, c’est à ce moment là, que le péché de l’esprit qu’est Satan, corrompit son esprit/âme et corps terrestre. Plus les années passaient, plus la nature corrompue de l’homme terrestre n’a fait que de se dégrader. Satan étant continuellement à l’œuvre en l’esprit/âme de l’homme pour parfaire cette corruption de l’âme vivante, désormais esclave de son corps du péché (Genèse chapitre 6). DIEU a fait toutes choses bonnes en son temps; mettant dans le cœur de l’homme la pensée de l’éternité, bien qu’il ne puisse pas saisir son Œuvre du commencement jusqu’à la fin. DIEU a fait les hommes droits; mais ils ont cherché beaucoup de détours (Ecclésiaste 3, verset 11 et Ecclésiaste 7, verset 29).

L’homme animal, ou, l’âme vivante terrestre corrompue qui ne veut pas de DIEU dans sa vie, peut se révolter contre LUI. Il peut faire tous les efforts possibles pour rejeter de son esprit la pensée qu’il est tributaire de DIEU, s’appuyant de toutes ses forces sur ses facultés terrestres par sa volonté, sa science, sa sagesse, son intelligence, etc…Néanmoins, tous ses efforts pour tenter d’effacer de son esprit son origine, demeureront vains. Au plus profond de lui, il sait qu’il ne s’est pas créé tout seul, même s’il ne veut pas le reconnaitre publiquement. Mais il mourra dans son péché, s’il ne veut pas un jour se repentir et passer par cette « métamorphose », qui pourrait faire de lui une nouvelle créature. Par contre, l’homme terrestre qui veut DIEU dans sa vie, malgré qu’il se voit dans son être entier totalement corrompu à cause du péché en lui, il est malheureux et souffre intérieurement de cet éloignement d’avec DIEU. DIEU le Père qui est miséricordieux, lent à la colère et riche en bonté, entend lorsqu’un malheureux crie à LUI, et IL vient à son secours.

Psaume 34, verset 7 :
Quand un malheureux crie, l’Éternel entend, Et il le sauve de toutes ses détresses.

Les âmes vivantes terrestres qui souffrent dans leur être intérieur à cause de leur nature pécheresse, sont toutes fatiguées et chargés de cette vie « de mort », dans laquelle elles sont retenues esclaves contre leur gré (Romains 7, versets 14 à 25). Par la « métamorphose » de leur être entier en la Vie Nouvelle de CHRIST, DIEU de Père des esprits peut, et veut transformer totalement leur être entier. Pour cela, il leur suffit d’accepter de LE croire au travers de Sa Parole faite chair en son Fils, JESUS le Fils de l’homme, sans y rajouter ou lui retrancher (Matthieu 17, verset 5).

Satan, ses démons, et ses serviteurs terrestres (hommes ou femmes corrompus) agissent toujours contre DIEU et son CHRIST. L’esprit de l’antéchrist dans ce monde corrompu, est parvenu à inculquer à l’homme esclave de sa corruption, une dévalorisation constante de l’importance de La Parole de DIEU concernant « sa vie » éternelle, à un tel point qu’il ne croit plus DIEU, ni en son amour, ni en sa miséricorde pour lui. Beaucoup ne veulent pas de DIEU dans leur vie, et se complaisent en le mensonge de cet esprit séducteur et trompeur. Leur fin sera la perdition éternelle. Pour les âmes vivantes qui souffrent intérieurement de cet état de vie, malheureusement, Satan déguisé en ange de lumière, est parvenu à inculquer à leur esprit/âme, une mauvaise façon de croire. Ils ne croient plus de la bonne manière, c’est pour cela qu’ils n’arrivent plus à comprendre DIEU le Père, qui par son Fils, promet de leur donner du repos pour leur âme (Matthieu 11, versets 28 à 30 et Hébreux chapitre 4).

Croire DIEU, ne veut pas forcément dire « comprendre » de suite, DIEU, et les détails de son plan pour notre vie personnelle. Croire DIEU, ne signifie pas suivre une assemblée d’hommes, ou des raisonnements humains, ou se comparer aux autres, ou encore, se conformer au plus grand nombre, etc…Croire DIEU, veut dire avoir la foi en acceptant Sa Parole comme étant « La Vérité » absolue pour « ma » propre vie personnelle, et non pas par rapport à autrui (Jean 21, versets 20 à 22). Croire DIEU, c’est reconnaitre que l’homme terrestre est limité dans la connaissance de « son » Créateur, et malgré ce temps d’ignorance, de continuer à croire Sa Parole, sachant qu’IL est La Vérité, qu’IL ne ment pas et ne se trompe jamais. Croire DIEU, c’est tenir pour vrai que tout a été créé par Sa Parole, et pour son Fils JESUS notre Seigneur (Jean 1, versets 1 à 4), tant soient les choses visibles, que les choses invisibles. DIEU dit et la chose existe (Colossiens 1, verset 16 et Hébreux 11, verset 3). Croire DIEU, ne veut pas dire penser, ou raisonner humainement pour DIEU et Sa Parole. Voilà ce que DIEU dit de LUI dans :

Esaïe 55, versets 6 à 11 :
Cherchez l’Éternel pendant qu’il se trouve; Invoquez-le, tandis qu’il est près.
Que le méchant abandonne sa voie, Et l’homme d’iniquité ses pensées; Qu’il retourne à l’Éternel, qui aura pitié de lui, A notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner.
Car mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, Dit l’Éternel.
Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, Et mes pensées au-dessus de vos pensées.
Comme la pluie et la neige descendent des cieux, Et n’y retournent pas Sans avoir arrosé, fécondé la terre, et fait germer les plantes, Sans avoir donné de la semence au semeur Et du pain à celui qui mange,
Ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche: Elle ne retourne point à moi sans effet, Sans avoir exécuté ma volonté Et accompli mes desseins

Petit rappel de la définition du mot « croire » par le dictionnaire Hachette :

croire v.

I. v. tr.
1.
Tenir pour vrai, estimer comme véritable.

Le mot « croire » ne prête à aucune confusion. Ou, l’enfant de DIEU croit DIEU, et de ce fait, il croit Sa Parole et lui obéit, ou, il ne croit pas DIEU ! Il n’y a pas de position intermédiaire qui permettrait de croire « partiellement » DIEU par Sa Parole. Croire, c’est avoir « la foi » ! C’est le commencement qui permet à l’homme terrestre de visualiser spirituellement « La Vie » éternelle, que DIEU promet de donner à quiconque LE croit par Sa Parole faite chair en son Fils.

Hébreux 11, verset 1 :
Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas.

Et encore dans Hébreux 11, verset 6 :
Or sans la foi il est impossible de lui être agréable; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent.

Lorsqu’on lit de la métamorphose d’une chenille en un papillon, l’image donnée est semblable à la naissance d’un enfant de DIEU, né de la Loi selon la lettre, étant sous sa garde par le SAINT-ESPRIT avec lui (et non pas en lui – Jean 14, verset 17), en vue de la foi de CHRIST qui, lorsqu’elle lui sera révélée, le transformera par une nouvelle naissance en un enfant de DIEU, né de sa foi en Sa Parole faite chair, étant quand à lui désormais, sous la garde de la Loi de l’Esprit de Vie de CHRIST en lui, par le SAINT-ESPRIT en lui (Jean 1, versets 12 à 14). C’est ce que l’ESPRIT par les écrits de l’apôtre Paul, nous enseigne dans :

Galates 3, versets 22 à 29 :
Mais l’Écriture a tout renfermé sous le péché, afin que ce qui avait été promis fût donné par la foi en Jésus Christ à ceux qui croient.
Avant que la foi vînt, nous étions enfermés sous la garde de la loi, en vue de la foi qui devait être révélée.
Ainsi la loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi.
La foi étant venue, nous ne sommes plus sous ce pédagogue.
Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus Christ;
vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ.
Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus Christ.
Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d’Abraham, héritiers selon la promesse.

Dans le monde, il n’y a pas cinquante mille façons d’être réconcilier avec DIEU. Soit nous sommes sauvés, soit nous sommes perdus éternellement ! Pour les âmes vivantes terrestres qui pensent pouvoir vivre avec DIEU, tout en aimant et servant le monde, en étant un peu chaud et un peu froid, c’est-à-dire « tiède », je leur recommande vivement de lire ce que l’ESPRIT dit aux Eglises dans Apocalypse 3, versets 14 à 22. Comme je l’ai écrit dans cet article : « La métamorphose spirituelle ne peut opérer son œuvre, que si il y a quelque chose à métamorphoser ».

Petit rappel.

Dans un premier temps, DIEU s’est choisi un homme, Abraham, duquel est né de la promesse, son peuple, ses enfants (Genèse chapitre 22). Ensuite bien des années après, par Moïse, DIEU le Père a donné à son peuple qu’IL s’est choisi, Sa Loi écrite sur des tables de pierre pour des cœurs « encore » de pierre (Exode chapitre 24, versets 12 à 18). Cette Loi selon la lettre, par l’offrande de sacrifices d’animaux vivants pour l’expiation des péchés commis, permettait de purifier l’être entier de l’homme, afin de le garder dans la sainteté devant DIEU, en vue de sa délivrance totale du péché, par la foi en la Parole de son Fils, JESUS le Fils de l’homme, dont la venue était annoncée d’avance par les prophètes dans les Ecritures. Ce que confirment les écrits de l’apôtre Paul dans :

Galates 3, versets 22 et 23 :
Mais l’Écriture a tout renfermé sous le péché, afin que ce qui avait été promis fût donné par la foi en Jésus Christ à ceux qui croient.
Avant que la foi vînt, nous étions enfermés sous la garde de la loi, en vue de la foi qui devait être révélée.
Ainsi la loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi.

Dans un deuxième temps, DIEU le Père, par le don de son Fils en l’envoyant sur la terre dans une chair semblable à celle des hommes (Philippiens 2, verset 7), DIEU a donné à son peuple, une nouvelle Loi, la Loi de l’Esprit de Vie de CHRIST, qui va lui permettre après sa « métamorphose », c’est-à-dire après sa nouvelle naissance, de l’aimer et de LE servir dans un Esprit Saint Nouveau ayant un cœur de chair, c’est-à-dire, une âme pure, dans un corps lavé d’une eau pure et purifié de toutes ses souillures. Ce qui était annoncé d’avance dans les Ecritures, par le prophète Ezéchiel.

Ezéchiel 36, versets 25 à 27 :
Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés; je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles.
Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau; j’ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair.
Je mettrai mon esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois.

L’enfant de DIEU sous la garde de la Loi.

Malheureusement à notre époque, l’enseignement le plus répandu parmi les enfants de DIEU encore sous la garde de la Loi, c’est : « qu’une personne lorsqu’elle se repend sincèrement de ses péchés, elle n’est plus sous la Loi de DIEU, puisqu’elle a reçu par la foi dans son cœur, JESUS-CHRIST le Seigneur, étant l’accomplissement de la Loi, à sa place.»

En cela c’est vrai, JESUS le CHRIST de DIEU, est par sa « chair », l’accomplissement de la Loi de DIEU qui gardait captif du péché dans son corps du péché, quiconque vivait par elle (Romains chapitre 7). En venant sur terre pour accomplir la volonté de DIEU son Père (Hébreux 10, verset 5 à 10), ce n’est pas l’accomplissement de la lettre de la Loi que JESUS a accompli dans sa totalité pendant les jours de sa chair, mais l’accomplissement de la Loi de l’ESPRIT de DIEU son Père en Lui, pour l’accomplissement des Ecritures (accomplir La Parole de DIEU). C’est par cette Loi de l’ESPRIT et l’obéissance à celle-ci, que DIEU a gardé l’esprit/âme et corps de son Fils (sa chair), réellement libre du péché et de la condamnation de la lettre de la Loi. C’est pour cela que concernant la Loi de DIEU selon la lettre, JESUS notre Seigneur dit dans :

Matthieu 5, versets 17 à 20 :
Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir.
Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé.
Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux.
Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux.

La Loi de DIEU selon la lettre en elle-même est bonne, mais impossible à l’homme encore esclave du péché par son corps du péché, de la pratiquer sans jamais pécher, c’est-à-dire, sans jamais désobéir au commandement. JESUS le Fils de DIEU étant sorti de DIEU sans péché, né sur terre par la Volonté et la Puissance de son Père (Luc 1, verset 35 et Hébreux 10, verset 5), en demeurant par la foi et l’obéissance en Sa Parole et Sa Volonté par l’ESPRIT-SAINT en Lui, (l’accomplissement des Ecritures), IL s’est gardé Lui-même du péché et de Satan, l’instigateur du péché (1 Jean 5, verset 18), selon ce qu’IL dit de Lui-même quand à « sa chair » dans :

Jean 14, verset 30 :
Je ne parlerai plus guère avec vous; car le prince du monde vient. Il n’a rien en moi;

Croire que la Loi selon la lettre a été accomplie par CHRIST, et que depuis sa mort, et sa résurrection par la Puissance de DIEU, cette Loi est abolie pour les enfants de DIEU encore sous la garde de la Loi, ou pour ceux qui sont nés de la Grâce de DIEU par la foi, cela est une doctrine contraire à la foi en la Parole de CHRIST. La Loi selon la lettre demeure toujours la Parole de DIEU, elle est pendant un temps de la vie de l’enfant sous la garde de cette Loi, comme un pédagogue qui va l’amener à la foi de CHRIST (Galates 3, versets 19 à 29). Pour l’enfant né de la Grâce de DIEU par la foi en Sa Parole faite chair (Jean 1, versets 12 à 14), cette Loi de liberté à l’égard de la Loi selon la lettre, qui était en l’Esprit/âme du Fils de DIEU, est désormais en son enfant par l’esprit/âme nouveau, (âme = cœur de chair nouveau, ou entendement nouveau), qui lui est donné par DIEU lors de la sanctification de son être tout entier, par l’Esprit de Vie du Fils au moyen du SAINT-ESPRIT (Ezéchiel 36, versets 25 à 27).

Enseigner qu’une personne qui se repend sincèrement, encore sous la garde de la Loi, ou convertie par CHRIST au moyen de la foi, qu’elle n’est plus tenue d’observer la Loi de DIEU, cela est une tromperie de Satan et de ses serviteurs. Vouloir supprimer ou ignorer la Loi selon la lettre, et l’œuvre parfaite de DIEU à laquelle elle contribue en tant que « pédagogue » pour amener les âmes à la foi de CHRIST, se serait dire qu’une chenille qui a son origine en la nature du papillon, n’aurait pas besoin de passer par les différentes étapes de sa métamorphose pour devenir un papillon. Cela est impossible, la chenille doit passer par la métamorphose de son être entier, cela fait partie intégrante du processus de sa nature de papillon, afin de faire d’elle une nouvelle créature, un papillon. Il en est de même pour quiconque veut être réconcilié avec DIEU, et sauvé de la perdition éternelle par son Fils JESUS-CHRIST notre Seigneur.

Afin de bien comprendre cette métamorphose.

Pour le peuple de DIEU (les Hébreux, appelés par la suite, les Juifs), JESUS le Fils de l’homme est pour eux, l’Olivier franc. Seuls les enfants nés de la promesse faite à Abraham, sont regardés comme étant « enfants de DIEU ». Sur cet Olivier, demeureront uniquement les enfants qui auront envers La Parole de DIEU, la même foi qu’Abraham (Romains 9, versets 3 à 8).

Par contre, un « païen » appelé à la repentance par l’ESPRIT-SAINT de DIEU au moyen de la lettre de la Loi (les écrits de la Bible), comme l’écrit l’apôtre Paul dans sa lettre aux Romains (Chapitre 11), par sa repentance sincère, le pardon de ses péchés, et sa foi en JESUS-CHRIST, cela fait qu’il est également « enté » sur l’Olivier franc, mais contrairement à sa nature d’olivier sauvage d’où il a été « coupé ». Retenez bien cette expression : « Olivier sauvage » que l’apôtre Paul emploie pour les païens convertis par le Seigneur, cela à son importance.

Lorsque nous lisons attentivement Romains 11, le « païen » qui se repent sincèrement, qui passe de « la mort » spirituelle, c’est-à-dire de sa vie sans DIEU, à la Loi de DIEU selon la lettre, et qu’ensuite DIEU le Père « ente » sur l’Olivier franc (Jean 6, verset 37), ce « païen » n’est pas tiré d’un « arbre » quelconque. Quoiqu’il ne soit pas de descendance Juive, il entre dans le plan de DIEU pour le salut des âmes, à cause de la promesse faite par DIEU à Abraham, par qui, toutes les nations seront bénies en sa postérité (Genèse 22, verset 18). Ainsi, « le païen » qui croit en La Parole de DIEU, il entre dans cette bénédiction étant un « olivier sauvage » à cause de sa foi en La Parole de DIEU. Simplement, il a poussé en dehors du peuple que DIEU s’est choisi (Actes 10, versets 34 et 35). Par sa foi, ce « païen » converti par CHRIST, et ayant l’amour de la Vérité pour être sauvé, est ainsi rendu participant de la racine et de la graisse de l’Olivier franc (La Vie de l’ESPRIT – Romains 11, versets 16 à 27). L’apôtre Paul avait pris l’exemple de l’Olivier franc, JESUS notre Seigneur quand à Lui, prend pour illustrer cette « métamorphose », l’image d’un cep avec ses sarments et du vigneron qui veille sur celui-ci.

Jean 15, versets 1 à 3 :
Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron.
Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit.
Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée.

Ce qu’il ne faut également jamais oublier lorsque nous lisons la Bible, c’est que le Seigneur JESUS, s’adresse premièrement au peuple de DIEU c’est-à-dire, aux Juifs de naissance. Lorsqu’IL les appelle « ses enfants » dans le Nouveau Testament, c’est par l’ESPRIT-SAINT de DIEU en Lui qu’IL parle à « son peuple » et l’enseigne. IL ne s’adresse pas aux « païens » encore sans foi ni Loi, mais uniquement aux brebis perdues de la maison d’Israël (Matthieu 15, verset 24). Néanmoins, nous pouvons lire à plusieurs reprises que certains « païens » parmi les Juifs, sont exhaussés par le Seigneur, à cause de leur foi en Sa Parole.

Le « païen » repenti et converti par le Seigneur, est semblable à un « greffon » encore rempli de sa propre sève d’olivier sauvage. Une fois « greffé » sur l’Olivier franc, il devient participant de la nature de Celui-ci. C’est la sève de l’Olivier franc qui doit fusionner avec la sève du « greffon », le pénétrer et nourrir, permettant ainsi que celui-ci s’épanouisse et porte du fruit semblable à la nature de Celui sur lequel il demeure et tire désormais sa subsistance. Si le greffon ne laisse pas la sève de l’Olivier franc fusionner avec lui pour ne faire qu’une seule sève, le pénétrer et le nourrir, il finira par sécher. Comme JESUS notre Seigneur nous le dit, tout sarment (branche) qui est en Lui, ou un greffon qui est « enté » sur Lui par Son Père et qui ne porte pas de fruit, c’est DIEU Lui-même qui se charge de le retrancher, et cela qu’il soit Juif de naissance ou païen converti.

Jean 15, versets 4 à 6 :
Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi.
Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire.
Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent.

Notre Seigneur JESUS mentionne encore une troisième catégorie de personnes, qui elles, s’auto proclament « enfants de DIEU ». Ces personnes ne portent jamais le fruit de l’Olivier franc, pour la simple raison qu’elles ne sont pas au départ de la nature d’un « olivier » (même sauvage). Ces gens ont leur origine en toutes sortes de mauvais arbres. Ils n’ont pas la foi, ni en eux l’amour de la Vérité pour êtres sauvés (2 Thessaloniciens 2, versets 9 et 10). DIEU ne les a jamais « entés » sur son Olivier franc, c’est pour cela que JESUS le Fils de l’homme dit qu’IL ne les a jamais connus. Ce sont des imposteurs, des loups ravisseurs, des usurpateurs, des ouvriers d’iniquité ayant pour seul père, Satan, l’instigateur du péché, et le père du mensonge.

Matthieu 7, versets 15 à 23 :
Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs.
Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons ?
Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits.
Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits.
Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu.
C’est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.
Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.
Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom?
Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité.

Le commencement pour vivre une « métamorphose », passe par La Parole de DIEU.

Tout comme la chenille qui tire son origine de la nature du papillon, de même, les enfants de DIEU, tous sont issus de la même origine, ils sont un jour nés de La Parole de DIEU. Et cela qu’ils soient encore sous la garde de la Loi en vue de la révélation de la foi, ou, qu’ils soient par la foi sous la Loi de l’Esprit de Vie de CHRIST en eux. Tous sans exception, par l’ESPRIT avec eux, ou en eux (Jean 14, verset 17), ont commencé un jour de leur vie par l’enseignement de La Parole de DIEU, pour terminer dans l’obéissance de la foi à Celle-ci.

Jean 6, versets 44 et 45 :
Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire; et je le ressusciterai au dernier jour.
Il est écrit dans les prophètes: Ils seront tous enseignés de Dieu. Ainsi quiconque a entendu le Père et a reçu son enseignement vient à moi.

Le Juif ou le païen repenti, encore sous la garde de la Loi, qui a en lui l’amour de la Vérité, tôt ou tard, est convaincu par l’ESPRIT qu’il est un homme pécheur (Jean 16, versets 7 à 11), et que quoiqu’il aime DIEU, il est toujours esclave de son corps du péché et de Satan (Romains chapitre 7). Sa foi et son obéissance à la Parole de DIEU faite chair par JESUS le Fils de l’homme, vont le conduire au baptême d’eau. Ce baptême d’eau est celui de Jean Baptiste pour la repentance, et la rémission des péchés (Marc 1, verset 4). Il n’est pas la purification des souillures du corps, mais l’engagement d’une bonne conscience envers DIEU, et s’il demeure en LUI par la foi et l’obéissance à La Parole du Fils, sa foi le sauvera. Il recevra dès le jour de sa nouvelle naissance de DIEU le Père, l’Esprit de Vie de son Fils par le don du SAINT-ESPRIT.

Luc 3, versets 16 et 17 :
(Jean-Baptiste) il leur dit à tous: Moi, je vous baptise d’eau; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint Esprit et de feu.
Il a son van à la main; il nettoiera son aire, et il amassera le blé dans son grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s’éteint point.

Ainsi donc, le Juif ou le païen repenti, quoiqu’il soit pécheur par nature, est toujours esclave de son corps du péché tant qu’il n’est pas encore passé par la nouvelle naissance (Jean 3, versets 3 à 8), néanmoins, il n’est plus un homme « pécheur » d’entre les païens (Galates 2, verset 15), puisque La Parole de DIEU le Justifie (Jean 15, versets 3). Ses péchés lui sont pardonnés, le sang de JESUS le sanctifie devant DIEU (Jean 17, versets 17 à 19). Il fait partie intégrante du peuple de DIEU qui est gardé par le SAINT-ESPRIT. Il est affranchi de la Loi selon la lettre, étant mort à cette Loi, par la Loi (Galates 2, verset 19), au moyen de la Parole de CHRIST, à laquelle il a commencé de croire et obéir. Il entre ainsi dans la Grâce de DIEU pour le salut de son âme, qui par son obéissance de la foi, va lui être révélée. Si le repenti, Juif ou païen demeure dans la foi au Fils de DIEU par l’obéissance à Sa Parole, DIEU le Père des esprits, va sauver son âme du péché et de la mort éternelle (Apocalypse 20, versets 10 à 15), en le libérant une fois pour toute de son corps du péché (Romains 6, versets 1 à 11).

Un seul commandement donné par DIEU le Père, pour quiconque veut sauver son âme.

Un seul « commandement » (celui de la Nouvelle Alliance) est donné par DIEU le Père aux disciples de CHRIST. Et quiconque « le » mettra en pratique par la foi et l’obéissance, alors seulement la « métamorphose » pour quiconque croit, deviendra possible par la mort de son vieil homme esclave de son corps du péché, en un nouvel homme affranchi et réellement libre du péché en son être entier. Ce commandement donné par l’ESPRIT aux disciples est :

Matthieu 17, verset 5 :
Comme il parlait encore, une nuée lumineuse les couvrit. Et voici, une voix fit entendre de la nuée ces paroles: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection: écoutez-le !

Le Juif ou le « païen » qui aime La Vérité jusqu’à perdre sa vie pour Elle (Jean 12, versets 24 à 26), recevra de DIEU le pouvoir de devenir son enfant (Jean 1, verset 12 et 13), recevant par l’Esprit de CHRIST en lui, l’affranchissement de la lettre de la Loi, et la délivrance de son corps du péché par une nouvelle naissance spirituelle, le rendant réellement libre du péché (Jean 8, versets 34 à 36), quand à la loi du péché qui le retenait autrefois captif du péché, et qui agissait contre son gré dans ses membres (Romains 7, versets 14 à 24).

La Vie Nouvelle par CHRIST… sans l’obéissance de la foi ! Une illusion en bien des personnes qui prétendent être « enfants nés de DIEU ».

Il ne faut pas oublier, quoique le Juif ou le païen passé par une repentance sincère suivie du baptême d’eau, et le fait qu’il n’est plus un « homme pécheur » d’entre les païens, cela ne fait pas systématiquement du repenti, un homme nouveau libre du péché et de Satan. Son esprit/âme et corps sont toujours « le corps du péché » ou « la chair » pécheresse. C’est ce que JESUS notre Seigneur nous enseigne en prenant comme exemple, certains Juifs qui avaient cru en Lui, et qui pensaient être libres du péché.

Jean 8, versets 31 à 36 :
Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui: Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples;
vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira.
Ils lui répondirent: Nous sommes la postérité d’Abraham, et nous ne fûmes jamais esclaves de personne; comment dis-tu: Vous deviendrez libres ?
En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché.
Or, l’esclave ne demeure pas toujours dans la maison; le fils y demeure toujours.
Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres.

Si nous lisons le chapitre 8 en entier, nous verrons qu’il ne suffit pas de dire : « Je crois au Seigneur JESUS et sa Parole » pour prétendre être né de Lui (Romains 8, verset 9). L’homme terrestre, pécheur par nature, s’il demeure dans l’obéissance au commandement de DIEU (Matthieu 17, verset 5) par la foi en la Parole de JESUS le Fils de l’homme, il est déjà gardé sous le couvert de « l’affranchissement » du Fils par l’ESPRIT-SAINT de DIEU, comme l’étaient les apôtres par la présence de JESUS sur terre, avant sa crucifixion. Cela ne voulait pas dire pour autant qu’ils avaient reçu « La Vie » nouvelle en eux et qu’ils étaient sauvés. Après la montée de JESUS vers son Père, c’est le SAINT-ESPRIT qui se charge de Le représenter sur terre, et continue son œuvre avec les âmes vivantes terrestres (Jean 16, versets 8 à 14). La Grâce de DIEU est « gratuite », néanmoins, sous condition, celle de demeurer en Lui par la foi et l’obéissance à Sa Parole, l’ESPRIT (Matthieu 18, verset 3). Ce ne sont pas les efforts, la connaissance des Ecritures, les sacrifices, etc,…qu’une personne Juive ou païenne repentie fera pour plaire à DIEU, qui le justifieront devant sa Face. Il est justifié par le don de la vie de JESUS que Lui-même a offert à DIEU son Père en sacrifice comme rançon pour le péché.

Par l’ESPRIT-SAINT, la lettre de la Loi accomplit son œuvre parfaite en le repenti sincère, ne lui permettant pas de se tromper lui-même par de faux raisonnements que Satan inculque à son esprit/âme toujours esclave de son corps du péché. L’ESPRIT sépare âme et esprit, jointures et moelles; IL juge les sentiments et les pensées du cœur encore de pierre :

Hébreux 4, versets 9 à 13 :
Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du cœur.
Nulle créature n’est cachée devant lui, mais tout est à nu et à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte.

Le SAINT-ESPRIT agit ainsi dans ces cœurs encore de pierre, jusqu’au jour où l’âme du repenti, Juif ou païen, chargée du péché et fatiguée de trainer le poids de son corps du péché par lequel elle demeure loin du Seigneur (Matthieu 11, versets 28 à 30), elle se prendra elle-même en dégout et voudra perdre définitivement sa vie pécheresse. Ce jour là, Juif ou païen, par la foi il criera à DIEU comme l’apôtre Paul : « Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ?… » (Romains 7, verset 24), en ne s’appuyant pour le salut de son âme, que sur « La Parole » de CHRIST et ses promesses. Alors seulement et uniquement par la foi en Sa Parole, CHRIST se révèlera à son esprit, et la « métamorphose » de la nouvelle naissance va s’opérer avec et en lui. Avec son être entier, son vieil homme et son corps du péché (sa chair pécheresse), il va mourir par la foi en entrant par le baptême en la mort de CHRIST, dans une parfaite conformité en sa mort pour le péché dans la chair, et en sa résurrection quand à la Vie selon l’ESPRIT (Luc 12, verset 50, Marc 10, versets 38 et 39), pour ressusciter avec et en LUI par la Puissance de DIEU, en un nouvel homme spirituel réellement libre du péché et de Satan.

Romains 6, versets 1 à 7 :
Que dirons-nous donc ? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde ?
Loin de là ! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché ?
Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés ?
Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.
En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection,
sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché;
car celui qui est mort est libre du péché.

C’est ainsi que DIEU le Père des esprits agit pour « métamorphoser » son enfant sous la garde de Sa Loi selon la lettre, en un enfant né par la foi en Sa Parole faite chair, par l’Esprit de Vie de son Fils au moyen du SAINT-ESPRIT, selon qu’il est écrit :

Ezéchiel 36, versets 25 à 27 :
Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés; je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles.
Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau; j’ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair.
Je mettrai mon esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois.

Ou encore dans Colossiens 2, versets 11 à 15 :
Et c’est en lui que vous avez été circoncis d’une circoncision que la main n’a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair:
ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l’a ressuscité des morts.
Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses;
il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la croix;
il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix.

Comme pour la chenille qui doit un jour devenir papillon parce que sa nature n’est qu’en l’origine d’un papillon, de même, la nature de l’homme terrestre a toujours son origine en DIEU par son souffle de vie qu’IL lui a donné (son esprit/âme), même si désormais depuis le péché du premier Adam et sa femme Eve, celui-ci est totalement corrompu (Genèse 6, verset 3).

A l’image de la « chenille » qui après s’être nourri par ses propres efforts jusqu’à ne plus pouvoir faire autre chose que d’attendre de se transformer en chrysalide, afin de se métamorphoser en un papillon, ainsi en est-il de l’homme pécheur par nature, Juif ou païen, qui s’est repenti sincèrement. Pendant un temps de sa vie, après avoir fait par ses propres efforts tout ce qu’il pouvait pour plaire à DIEU, afin d’essayer de se purifier du péché et des péchés de sa vieille nature, se persuadant ainsi avoir reçu de LUI une nouvelle vie, il se rend compte que tout est vain. Rien ne change en lui, il est toujours esclave du péché par son corps du péché. Il finit par s’abandonner totalement en La Parole de JESUS-CHRIST son Sauveur et Seigneur, en renonçant à lui-même définitivement.

Lorsque la chenille est arrivée à la maturité de sa vie de chenille, sa vie semble s’arrêter subitement, elle entre dans une sorte « de mort », qui va la transformer en une chrysalide. A ce moment là, ce n’est plus la chenille qui agit par ses propres efforts pour devenir un papillon, c’est DIEU qui par Sa puissance de création a donné à la chenille dans la chrysalide un corps comme bon lui semble (1 Corinthiens 15, versets 36 à 38). Une fois ce corps formé par DIEU, la chenille n’existe plus, elle est devenue une nouvelle créature, un papillon. Désormais, les choses anciennes sont passées pour la chenille; voici, toutes choses sont devenues nouvelles par l’émergence du papillon. Lorsque nous voyons un papillon, nous ne voyons pas une chenille. Il ne sert à rien d’attendre du papillon de le voir se comporter comme une chenille. Pour le papillon, sa vie de chenille a disparue, il est temps pour lui de prendre son envol et d’assumer sa nouvelle vie qui est en conformité avec sa nature de papillon.

Ainsi en est-il pour le Juif ou le païen qui s’est repenti sincèrement, ayant été pendant un temps conduit par l’ESPRIT sous la garde de la Loi, lui, également, une fois « métamorphosé » en un nouvel homme spirituel par DIEU son Père, au moyen de l’Esprit de Vie de son Fils par le don du SAINT-ESPRIT en lui, il faut qu’il prenne son « envol ». Tout comme pour le papillon qui n’a plus rien en lui de la chenille, de même, l’enfant né de DIEU doit marcher non plus d’après sa vie d’autrefois lorsqu’il était esclave de son corps du péché. Il faut qu’il demeure par la foi en sa nouvelle nature et la Vie nouvelle que CHRIST Lui donne par son Esprit de Vie. Il a désormais, par CHRIST en lui, un esprit/âme Saint dans un corps de chair purifié, vierge du péché (Ezéchiel 36, versets 25 à 27).

Cela est le développement normal de l’enfant de DIEU sous la garde de la Loi, en vue de la foi qui lui sera révélée…si…il entend et reçoit par la foi et l’obéissance, les paroles de JESUS son Seigneur, que l’ESPRIT va lui rappeler.

Jean 14, verset 26 :
Mais le consolateur, l’Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.

Ou encore dans Matthieu 18, verset 3 :
(JESUS) et dit: Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux.

Conclusion :

Le Seigneur c’est l’ESPRIT, et là où est l’ESPRIT du Seigneur, là est la liberté.

Quoique l’homme terrestre avec son esprit/âme et corps de chair aspire de tout son cœur à ne vivre que selon DIEU, jamais il ne le pourra, s’il demeure avec son être entier dans cet état de « vie ancienne », esclave du péché et de Satan, par son corps du péché (la chair corrompue – Romains chapitre 7). Il doit croire DIEU, qui veut le faire entrer dans « son repos » par et en son Fils (Hébreux chapitre 4)

Matthieu 11, versets 28 à 30 :
En ce temps-là, Jésus prit la parole, et dit: Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants.
Oui, Père, je te loue de ce que tu l’as voulu ainsi.
Toutes choses m’ont été données par mon Père, et personne ne connaît le Fils, si ce n’est le Père; personne non plus ne connaît le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler.
Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.
Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.
Car mon joug est doux, et mon fardeau léger

C’est la métamorphose naturelle de l’homme esclave de son corps du péché, vivant sous la garde de la Loi (à l’image de la vie de la chenille), pour passer à l’état d’homme spirituel libre du péché, vivant par l’Esprit de Vie de CHRIST en Lui au moyen du SAINT-ESPRIT de DIEU (l’image de la vie du papillon). Sa nature pécheresse en Adam doit disparaitre totalement pour ne laisser place qu’à la nature spirituelle nouvelle qui est en CHRIST et sa « chair » JESUS le Fils de l’homme, le dernier Adam (Jean 6, versets 50 à 58).

DIEU qui est miséricordieux, lent à la colère et riche en bonté, attend patiemment le bon vouloir des âmes vivantes terrestres, de leur propre volonté et par un libre choix de vie (Hébreux 10, versets 5 à 10), à entrer avec leur nature pécheresse par la porte étroite qu’est JESUS son Fils, et à trouver en Lui le chemin resserrer qui mène à La Vie (Matthieu 7, versets 13 et 14). La porte étant passée (par la repentance sincère), la « métamorphose » de DIEU peut commencer. Comme pour la chenille dans sa chrysalide qui a renoncé à sa vie de chenille pour être transformée en un papillon, l’homme animal pécheur en passant par « la porte étroite », a aussi de sa propre volonté renoncé de demeurer dans cet état de vie d’homme pécheur. Entrer par la porte qu’est JESUS, c’est mourir par la foi avec son vieil homme et son corps du péché, en entrant par La Parole de DIEU faite chair, dans une parfaite conformité du baptême de la mort de CHRIST avec sa chair sans péché, pour le péché du monde et tout ce qui est de la chair pécheresse (esprit/âme et corps corrompu).

Jean 12, versets 23 à 26 :
Jésus leur répondit: L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié.
En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit.
Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle.
Si quelqu’un me sert, qu’il me suive; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, le Père l’honorera.

Passer la porte étroite n’est que le commencement de la Grâce de DIEU qui nous permet d’entrevoir La Vie. Ensuite, comme nous le dit notre Seigneur, faut-il encore trouver « le chemin resserré » qui mène à La Vie, et le suivre par la foi pendant tous les jours de notre chair, jusqu’au jour où nous entreront physiquement dans La Vie (la fin de la vie terrestre),

1 Corinthiens 15, versets 47 à 49 :
Le premier homme, tiré de la terre, est terrestre; le second homme est du ciel.
Tel est le terrestre, tels sont aussi les terrestres; et tel est le céleste, tels sont aussi les célestes.
Et de même que nous avons porté l’image du terrestre, nous porterons aussi l’image du céleste.

N’oublions pas ce que l’apôtre Jean écrit dans sa première épitre :

1 Jean 4, verset 17 :
Tel il est, tels nous sommes aussi dans ce monde: c’est en cela que l’amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l’assurance au jour du jugement.

Comme JESUS le Fils de l’homme a vécu pendant tous les jours de sa chair, sans le péché dans sa chair nouvelle créé selon DIEU, de même, l’homme spirituel créé selon DIEU par sa nouvelle naissance (Jean 1, versets 12 et 13), vivra par la foi dans sa chair nouvelle spirituelle sans péché, qu’il a héritée de la nature du Fils de l’homme par sa résurrection d’entre les morts.

Colossiens 2, versets 11 et 12 :
Et c’est en lui que vous avez été circoncis d’une circoncision que la main n’a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair:
ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l’a ressuscité des morts.

Ce n’est uniquement qu’après avoir trouvé ces « deux étapes » de la nouvelle vie spirituelle en CHRIST, que le Juif, comme le païen converti par CHRIST, sera mené dans La Vie, par La Vie (Matthieu 7, verset 14). Pour trouver le chemin resserré et y marcher, l’homme spirituel doit repartir à zéro dans « La Vie ». Par un abandon total en le Seigneur, l’ESPRIT, de sa propre volonté, il lui faut faire « un trait définitif » sur son entendement d’homme terrestre. Il lui faut impérativement devenir comme un petit enfant qui a tout à apprendre nouveau de son Père et de sa nouvelle nature. Sans cela, il lui sera impossible d’entrer dans le Royaume de DIEU

Matthieu 18, versets 3 et 4 :
et dit: Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux.
C’est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux.

Posons-nous la question : Que fait un petit enfant pour « se » rendre humble ? Si nous avons la réponse, pour notre vie (et non pas par rapport à autrui – Jean 21, versets 21 et 22), ne nous contentons pas de le « savoir », mais mettons en pratique ce « savoir » en nous mettons à l’œuvre dans toutes les circonstances et détails de tous les jours, en laissant notre entendement terrestre être renouvelé constamment par l’ESPRIT-SAINT en nous, qui veut nous conduire uniquement dans la Vie de CHRIST (Jean 14, verset 23 et Jean 16, versets 13 à 16). Sur ce chemin resserré, il n’y a pas de place pour l’entendement terrestre, ni pour les intérêts humains.

Lorsque la chenille s’est transformée en un papillon, sa métamorphose ne dure que le temps de la vie de la chenille (ou de sa mort en tant que chenille), et non pas le temps de la vie du papillon. Une fois la chenille transformée à l’image du papillon, c’est le papillon qui prend vie et son envol, les choses anciennes de la chenille ont totalement disparues. Ce n’est plus une chenille, qui va tantôt être un papillon, ou un papillon qui va être tantôt une chenille. Ce n’est que le papillon qui désormais va devoir apprendre à vivre en tant que tel. Mais comme c’est sa nature d’être un papillon, cela ne lui est pas difficile de le vivre. Il en est de même pour l’enfant né de DIEU, tout est différent en lui et pour lui au commencement de sa vie nouvelle, mais cela n’est pas difficile pour lui de le vivre, puisque sa nature il la tient de l’ESPRIT de CHRIST en lui. DIEU prend soin de son enfant et par l’ESPRIT-SAINT, se révèle à l’homme nouveau qu’il est, en le transformant de jour en jour, en la même Image de Celui dont il tire Sa Vie.

2 Corinthiens 3, verset 18 :
Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit

Cette magnifique Œuvre de DIEU en son enfant se fait dans le repos de DIEU manifesté en la Paix de CHRIST. De même que JESUS le fils de l’homme était le Royaume de DIEU sur terre, de même, en nous ses enfants, sommes déjà par la foi, dans son Royaume. Il ne sert à rien de vouloir « bousculer » ce temps de croissance, par toutes sortes d’œuvres pieuses, de sacrifices, de rituels, ou d’artifices, etc…tout cela est humain, charnel et diabolique. Il suffit simplement de demeurer ferme dans la foi et l’obéissance par l’ESPRIT de Vie en nous par La Parole de CHRIST, et de s’approprier toutes ses promesses.

Marc 4, versets 26 à 29 :
Il dit encore: Il en est du royaume de Dieu comme quand un homme jette de la semence en terre;
qu’il dorme ou qu’il veille, nuit et jour, la semence germe et croît sans qu’il sache comment.
La terre produit d’elle-même, d’abord l’herbe, puis l’épi, puis le grain tout formé dans l’épi;
et, dès que le fruit est mûr, on y met la faucille, car la moisson est là.

Lorsque DIEU a créé le papillon, là où l’œil de l’homme terrestre ne voit encore qu’un œuf de papillon, ou une chenille, ou une chrysalide, DIEU, voit déjà sa créature le papillon, dans sa finalité. Ainsi en est-il également de la métamorphose par DIEU de l’homme animal pécheur, en un nouvel homme spirituel. Une fois transformé par DIEU en un homme spirituel à l’image de son Fils, la métamorphose n’a plus lieu d’être. L’homme animal pécheur n’existe plus, les choses anciennes sont passées, elles ont disparues.

Aussi vrai qu’il était impossible à une chenille de s’élancer dans les airs pendant le temps de sa vie de chenille, ainsi en est-il de l’impossibilité de ne jamais pécher au Juif ou du païen repenti sous la garde de la Loi, toujours esclave de son corps du péché. Après être passé par la métamorphose de son être entier, la chenille ne peut toujours pas voler, puisqu’elle n’existe plus. Dans sa chrysalide elle a totalement disparue pour laisser émerger un papillon. Ainsi en est-il également de l’homme spirituel nouveau né, il n’est plus un Juif ou un païen repenti, qui va essayer de se débarrasser progressivement de son corps du péché par tout un tas d’efforts et de sacrifices inutiles dans le but de plaire à DIEU, puisque son vieil homme a été crucifié avec CHRIST, afin que son corps du péché soit détruit, et cela justement pour qu’il ne soit plus esclave du péché. Car celui qui est mort est libre du péché (Romains 6, versets 6 et 7). Il n’est plus Juif, ou païen, il est désormais Frère de JESUS-CHRIST par son Esprit de Vie au moyen du SAINT-ESPRIT en lui (Romains 8, verset 9). Il est un enfant né de DIEU par la foi en Sa Parole faite chair (Jean 1, versets 12 à 14), Saint et réellement libre du péché, afin de vivre désormais de et dans sa chair spirituelle héritée de CHRIST, sans jamais pécher (1 Jean 5, verset 18), à la seule gloire de DIEU son Père par JESUS-CHRIST ressuscité.

Comme il n’est pas difficile à un papillon de voler dans les airs, puisque c’est dans sa nature de papillon d’être ainsi, ainsi en est-il également pour l’homme spirituel. Cette vie nouvelle sans pécher, c’est à dire sans désobéir à DIEU son Père ne lui est pas difficile à vivre, puisque c’est dans sa nature d’être ainsi (1 Jean 3, versets 5 à 10), cette « sa nature » lui venant de l’Esprit de Vie de CHRIST. Sa vie nouvelle consiste à croitre en marchant selon l’ESPRIT en Lui, ce qui veut dire, apprendre à écouter le Seigneur par l’ESPRIT, et lui obéir dans les circonstances et détails d’une journée après l’autre (A chaque jour suffit sa peine). La Loi de DIEU selon l’ESPRIT de CHRIST n’est pas pénible. JESUS dit :… « Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger ». Cette Vie selon l’ESPRIT n’a rien de comparable avec la vie sous la Loi selon la lettre.

Psaume 40, versets 7 à 9 :
Tu ne désires ni sacrifice ni offrande, Tu m’as ouvert les oreilles; Tu ne demandes ni holocauste ni victime expiatoire.
Alors je dis: Voici, je viens Avec le rouleau du livre écrit pour moi.
Je veux faire ta volonté, mon Dieu! Et ta loi est au fond de mon cœur

L’enfant né de DIEU est un Fils qui appartient à DIEU son Père. Il est né de LUI par Sa Parole faite chair en son Fils JESUS-CHRIST notre Seigneur. Pour lui, les choses anciennes sont passées, sa vie d’autrefois lorsqu’il était esclave de la corruption de Satan dans son corps du péché, ne sont plus ! Toutes choses sont devenues nouvelles pour lui (2 Corinthiens 5, versets 16 et 17). C’est ce que confirme la Parole de DIEU dans :

Jean 1, versets 12 à 14 :
Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés,
non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu.
Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.

DIEU notre Père vous bénisse et vous garde dans son repos, par Sa Paix manifestée en son Fils bien-aimé, JESUS-CHRIST notre Seigneur.

Patrick PETITOT. (22-02-2011)

Ce contenu a été publié dans Patrick PETITOT. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.