(28) – Être Enfant de DIEU…

Qu’est-il écrit au sujet de l’origine d’un Enfant de DIEU :

Jean 1, versets 9, 12 et 13 :
Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme…
Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés,
non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu.

La Grâce d’être appelé Enfant de DIEU.

1 Jean 3, versets 1 et 2 :
Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu ! Et nous le sommes. Si le monde ne nous connaît pas, c’est qu’il ne l’a pas connu.
Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est.

Lorsqu’une personne (homme/femme) dans ce monde témoigne être un Enfant né de DIEU, sa démarche personnelle sur terre pendant les jours de sa chair n’est pas une « chose » insignifiante au regard de DIEU son Père Céleste. Bien au contraire, cet Enfant né de DIEU ne s’engage pas seulement par sa Vie Nouvelle à parler de DIEU autour de lui comme le font les religieux, les assemblées d’hommes, les sectes qui foisonnent dans ce monde corrompu. L’Enfant né de DIEU atteste par sa Vie qu’il est un Fils ou une Fille né(e) de l’ESPRIT SAINT qu’est DIEU son Père Céleste. Il témoigne que la Vie qu’il a reçu de son Père Céleste vient de Sa Parole qu’IL a fait chair en lui par le don de l’ESPRIT de Vie de son Fils JESUS homme reçu au moyen du SAINT-ESPRIT (1 Jean 4/2, Tite 3/ 4 à 7).

N’est-ce pas ce qu’enseigne l’apôtre Paul à l’Eglise ?

Galates 4, versets 6 et 7 :
Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils, lequel crie: Abba ! Père!
Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu.

1 Corinthiens 6, versets 19 et 20 :
Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ?
Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu.

Être Enfant de DIEU est le résultat de La Grâce que DIEU le Père accorde à quiconque LE croit par le biais de Sa Parole qu’IL a faite chair en son Fils JESUS homme (Jean 1/14, Matthieu 17/5). Cela implique automatiquement pour l’Enfant né de DIEU que sa Nouvelle Nature qui lui vient d’en Haut ne peut pas vivre dans ce monde en se conformant à la volonté de l’esprit de ce monde (l’esprit de l’antéchrist) qui maintient continuellement celui-ci dans sa corruption (1 Corinthiens 2/12, Romains 12/1 et 2, Jacques 4/4). Lors de sa Nouvelle Naissance l’Enfant né de DIEU n’est pas passé par « un nettoyage partiel » de son esprit/âme corrompu d’autrefois. Le jour de sa Nouvelle Naissance, il est né entièrement nouveau (2 Corinthiens 5/16 et 17). Ce jour là il a reçu de DIEU son Père, l’ESPRIT de Vie de son Fils qui n’est pas de ce monde (Jean 8/23, Galates 4/6, etc…). Il a reçu cet ESPRIT de Vie du Fils par « sa » Foi en « sa conformité personnelle » dans le baptême en la mort de CHRIST (JESUS homme) ainsi qu’en « sa conformité » dans la résurrection de son Seigneur (Romains 6/3 à 7, Colossiens 2/8 à 15). Dès sa Nouvelle Naissance, il a été totalement affranchi et rendu réellement libre de son corps du péché d’autrefois (son esprit/âme/corps corrompu) par lequel Satan le maintenait captif et esclave du péché (Jean 8/34 à 36). C’est ce qui différencie un Enfant de DIEU d’un enfant de ce monde qui est encore esclave du péché dans sa chair liée à l’esprit qu’est Satan. L’Enfant né de DIEU est totalement libre du choix de sa vie étant conduit par l’ESPRIT-SAINT en lui (Ezéchiel 36/25 à 27, 1 Corinthiens 2/14 et15, Tite 1/15 et 16), contrairement à un enfant de ce monde toujours esclave de son corps du péché, il ne le peut pas, cela lui est impossible de le vivre combien même il le désirerait de tout son cœur (Romains chapitre 7).

Ecouter ou entendre DIEU…Que doit faire un Enfant né de DIEU ?

Matthieu 17, versets 1 à 5 :
Six jours après, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques, et Jean, son frère, et il les conduisit à l’écart sur une haute montagne.
Il fut transfiguré devant eux; son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière.
Et voici, Moïse et Élie leur apparurent, s’entretenant avec lui.
Pierre, prenant la parole, dit à Jésus: Seigneur, il est bon que nous soyons ici; si tu le veux, je dresserai ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie.
Comme il parlait encore, une nuée lumineuse les couvrit. Et voici, une voix fit entendre de la nuée ces paroles : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection : écoutez-le !

Un grand nombre ne font « qu’écouter » DIEU le Père au travers des écrits de la Bible et se sont engagés avec joie à suivre « ses commandements » mais sans vraiment vouloir « entendre » ce que l’ESPRIT leur enseigne par le biais de ces mêmes écrits, à savoir que sous la Nouvelle Alliance DIEU le Père a donné qu’un seul et unique commandement à quiconque veut vivre en Sa Présence. Dans la Nouvelle Alliance le seul et unique commandement qui est donné à l’Eglise est celui-ci : « écoutez-Le…en parlant de son Fils son CHRIST ». Ce qui veut dire en clair : « Entendez ma Parole au travers de Celle de mon Fils ». Cela est non seulement vrai pour l’ensemble du peuple d’Israël, mais l’est aussi pour quiconque veut désormais vivre en la présence de DIEU le Père. Croire pouvoir « ignorer » ce commandement, c’est se leurrer (Jean 14/6). Lorsque nous lisons les écrits de la Bible (les quatre évangiles), nous pouvons remarquer que le Seigneur JESUS emploie aussi le verbe « écouter », non pas dans le sens « d’écouter sa personne », mais c’est toujours dans le sens « d’entendre » au travers de ses paroles ce que l’ESPRIT-SAINT de son Père en Lui veut « révéler » à l’esprit/âme d’une personne encore sous l’esclavage et l’influence du péché dans sa chair, ou encore ce qu’IL lui révèlera après qu’IL aura fait don aux hommes de l’ESPRIT-SAINT (Jean 6/57, Jean 7/16-17, 28 et 29, Jean 8/23,26,28,42,etc…). Ce qui est confirmé par l’expression que le Seigneur JESUS utilise fréquemment envers ceux qui l’écoutent.

« Que celui qui a des oreilles, entende ce que l’ESPRIT dit aux Eglises ».

Ecouter / Entendre (définition du dictionnaire).

Ecouter v. tr. 1. Prêter l’oreille pour entendre.

Entendre v. tr. I. 1. Litt. Percevoir le sens de, saisir par l’intelligence, comprendre.

Il y a donc bien une différence entre le fait d’écouter et celui d’entendre. Lorsque « j’écoute » un bruit, de la musique, une parole ou autre chose, j’utilise mes facultés auditives, mes deux « oreilles ». Une fois que j’ai « écouté », alors seulement je peux « entendre » c’est-à-dire je peux percevoir le sens ou comprendre ce que je viens d’écouter. Cette « faculté » qui nous donne l’intelligence de percevoir ou de comprendre au travers des différentes choses que nous écoutons, nous voyons, nous touchons, nous goûtons, nous respirons, etc…nous vient de notre esprit/âme qui donne vie à notre corps terrestre mortel. L’homme à sa création est « une âme vivante terrestre » c’est-à-dire, il est un corps de chair que DIEU (qui est ESPRIT SAINT) a façonné à son Image à partir de la poussière de la terre (Genèse 1/27) et dans lequel IL a insufflé Sa Vie sous la forme d’un esprit de vie (ou son souffle de vie) (Genèse 2/7, Genèse 2/21 à 24). Qu’il le veuille ou non, l’homme est « tributaire » de DIEU son Créateur qui a donné vie à son corps terrestre par le don la Vie venant de son ESPRIT (Ezéchiel 37/5à 10, Zacharie 12/1, Proverbes 18/14, Apocalypse 11/11, etc…). Au commencement, l’intelligence de l’homme n’était pas limitée qu’aux choses d’en bas puisque celle-ci se développait en lui parce que son esprit/âme était constamment « en communion » avec l’ESPRIT SAINT qu’est DIEU le Père des esprits (Job 32/8, 38/36, Ecclésiaste 3/10 et 11). Le jour où le « péché » est entré dans ce monde par le biais de la femme et également par la désobéissance de l’homme envers le commandement de DIEU, cette « communion » a été interrompue par DIEU lui-même (Genèse chapitre 3). L’esprit de l’homme/femme étant corrompu par Satan, DIEU a limité son « intelligence » aux choses terrestres, aux choses d’en bas. C’est ce que l’apôtre Paul explique aux Corinthiens en leur démontrant la limite de l’intelligence de l’esprit/âme de l’homme terrestre (l’homme animal). A moins que DIEU le Père se « révèle » à l’esprit/âme de l’homme terrestre (Proverbes 9/10), il lui sera impossible de comprendre les choses d’en Haut, temps qu’il demeurera esclave de son corps du péché (esprit/âme/corps) dans ce monde totalement corrompu par le péché.

1 Corinthiens 2, versets 6 à 16 :
Cependant, c’est une sagesse que nous prêchons parmi les parfaits, sagesse qui n’est pas de ce siècle, ni des chefs de ce siècle, qui vont être anéantis;
nous prêchons la sagesse de Dieu, mystérieuse et cachée, que Dieu, avant les siècles, avait destinée pour notre gloire,
sagesse qu’aucun des chefs de ce siècle n’a connue, car, s’ils l’eussent connue, ils n’auraient pas crucifié le Seigneur de gloire.
Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l’œil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont point montées au cœur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment.
Dieu nous les a révélées par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu.
Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu.
Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce.
Et nous en parlons, non avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit, employant un langage spirituel pour les choses spirituelles.
Mais l’homme animal ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge.
L’homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne.
Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l’instruire ? Or nous, nous avons la pensée de Christ.

Comme déjà écrit plus avant dans cet article, un grand nombre ne font « qu’écouter » DIEU le Père au travers des écrits de la Bible et se sont engagés avec joie à suivre « ses commandements » mais sans jamais vraiment vouloir « entendre » ce que l’ESPRIT leur enseigne par le biais de ces mêmes écrits, à savoir que sous la Nouvelle Alliance DIEU le Père a donné qu’un seul et unique commandement à quiconque veut vivre en Sa Présence.

Matthieu 17, versets 1 à 5 :
Six jours après, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques, et Jean, son frère, et il les conduisit à l’écart sur une haute montagne.
Il fut transfiguré devant eux; son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière.
Et voici, Moïse et Élie leur apparurent, s’entretenant avec lui.
Pierre, prenant la parole, dit à Jésus: Seigneur, il est bon que nous soyons ici; si tu le veux, je dresserai ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie.
Comme il parlait encore, une nuée lumineuse les couvrit. Et voici, une voix fit entendre de la nuée ces paroles : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection : écoutez-le !

« Ecouter » seulement ce que DIEU dit au travers des écrits de la Bible sans vouloir « entendre » ce que l’ESPRIT de La Parole de DIEU veut inculquer à l’esprit/âme d’un Enfant de DIEU au travers de La Parole de Vie de JESUS homme (le Fils de l’homme – Matthieu 16/13), cela correspond à vouloir être en communion avec DIEU le Père au travers d’un entendement terrestre, un raisonnement humain qui ne cesse de fluctuer au gré de sentiments liés aux différentes circonstances de la vie de tous les jours. Cette manière de faire correspond à ce que l’apôtre Paul écrit à l’Eglise de Corinthe.

2 Corinthiens 5, versets 16 et 17 :
Ainsi, dès maintenant, nous ne connaissons personne selon la chair; et si nous avons connu Christ selon la chair, maintenant nous ne le connaissons plus de cette manière.
Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.

C’est comme le dit le Seigneur JESUS, vouloir essayer de mettre « du vin nouveau » dans une vieille outre. Le Seigneur JESUS ne dit pas que cela ne peut pas se faire. IL dit que celui(celle) qui fait cela, la finalité de sa vie sera désastreuse, il(elle) perdra tout (Matthieu 9/17). Voilà ce qui fait qu’un grand nombre se sont engagés à suivre le Seigneur JESUS en « écoutant » ce qu’IL dit au travers des écrits de la Bible, mais sans vouloir « l’entendre ». L’histoire le démontre au travers de la multitudes des religions et des sectes de toutes sortes qui foisonnent dans ce monde corrompu. Beaucoup se sont imaginés pouvoir vivre un Evangile « terrestre » qu’ils(elles) se sont créés au gré de leurs pensées, leurs raisonnements, leurs désirs, leurs goûts, etc… et qu’ils(elles) adaptent en fonction de l’évolution qui se vit au travers des siècles (1 Timothée 4/1) plutôt que de s’en tenir uniquement à ce que le Seigneur JESUS enseignait du temps de son vivant sur cette terre et continue de le faire du Haut des cieux par le moyen de son ESPRIT-SAINT qui au travers de l’Eglise (Le Corps de CHRIST), convainc ce monde corrompu en ce qui concerne le péché, la justice, le jugement et agira ainsi jusqu’au jour de son retour (Jean 14/15 à 27 et Jean 16/7 à 16, Apocalypse 22/12à 20).

C’est pourquoi, quiconque « obéit » au commandement de DIEU le Père : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection : écoutez-le ! », il(elle) ne peut pas se tromper. Il(elle) ne peut pas être séduit(e), il(elle) ne peut pas « pécher », c’est-à-dire, désobéir consciemment à la volonté de l’ESPRIT en lui(elle) (Jean 8/12, Jean 12/46, 1 Jean 3/5 à 10, 1 Jean 5/18, etc…). Pour quiconque croit DIEU le Père et lui obéit en écoutant son Fils, il(elle) ne peut « qu’entendre » ce que l’ESPRIT dit à l’Eglise au travers de La Parole du Fils. A ce moment précis, aucune excuse n’est possible, aucun « échappatoire » n’est envisageable pour quiconque aime La Vérité plus que sa vie. Pour celui(celle) qui dit : « Je ne savais pas », ou encore : « Je n’avais pas compris », il(elle) lui suffit tout simplement de lire les Paroles du Seigneur JESUS et de les croire comme étant La Parole de DIEU le Père pour sa propre Vie Nouvelle et d’agir en conséquence, car le Seigneur n’est pas homme pour mentir. Sa Parole est vraie !

Matthieu 7, versets 7 et 8 :
Demandez, et l’on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l’on vous ouvrira.
Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe.

Croire que l’Evangile de DIEU le Père qu’IL a manifesté aux hommes par le biais de son Fils JESUS homme peut être interprété différemment en fonction des évènements liés aux époques qui ont traversés le temps depuis que le Seigneur est monté au ciel auprès de Son Père, le croire ainsi (ou le vivre ainsi), c’est être déjà séduit par l’esprit de l’antéchrist sans même s’en être rendu compte. C’est de l’ESPRIT SAINT qu’est DIEU le Père qu’est « sorti » le Seigneur JESUS (Jean 8/42) et c’est le même ESPRIT SAINT qui atteste aujourd’hui La Parole de CHRIST à l’esprit/âme de quiconque veut Le suivre et recevoir Sa Vie (Hébreux chapitre 4). Ce que le Seigneur JESUS annonçait du temps de sa vie terrestre aux nombreuses personnes qui faisaient route avec Lui, IL le disait au Nom de DIEU son Père (Jean 12/44 à 50). Ce qui était vrai autrefois l’est toujours à ce jour. CHRIST étant La Parole de DIEU faite chair (Jean 1/14), Celle-ci demeure « immuable ».

Bien calculer « la dépense » avant de s’engager à suivre le Seigneur JESUS, c’est primordial pour un Enfant de DIEU.

Luc 14, versets 25 à 35 :
De grandes foules faisaient route avec Jésus. Il se retourna, et leur dit:
Si quelqu’un vient à moi, et s’il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut être mon disciple.
Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suis pas, ne peut être mon disciple.
Car, lequel de vous, s’il veut bâtir une tour, ne s’assied d’abord pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi la terminer,
de peur qu’après avoir posé les fondements, il ne puisse l’achever, et que tous ceux qui le verront ne se mettent à le railler,
en disant: Cet homme a commencé à bâtir, et il n’a pu achever ?
Ou quel roi, s’il va faire la guerre à un autre roi, ne s’assied d’abord pour examiner s’il peut, avec dix mille hommes, marcher à la rencontre de celui qui vient l’attaquer avec vingt mille ?
S’il ne le peut, tandis que cet autre roi est encore loin, il lui envoie une ambassade pour demander la paix.
Ainsi donc, quiconque d’entre vous ne renonce pas à tout ce qu’il possède ne peut être mon disciple.
Le sel est une bonne chose; mais si le sel perd sa saveur, avec quoi l’assaisonnera-t-on ?
Il n’est bon ni pour la terre, ni pour le fumier; on le jette dehors.
Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.

(Afin de ne pas mal interpréter ces versets ci-dessus, il est conseillé de lire Matthieu, le chapitre 10).

Un « mauvais calcul » peut être à l’origine de la dégradation de la vie spirituelle d’un Enfant né de DIEU. Lorsqu’une personne est passée par une repentance sincère et s’est laissée convertir par le Seigneur, il y a toujours une « cause » qui est à l’origine de sa conversion. La cause n’étant que le point de départ d’une situation quelconque que DIEU utilise pour attirer l’attention et parler au cœur de l’homme/femme encore esclave du péché. La cause peut être très différente en fonction de chaque individu. Elle peut être liée à du sentimentalisme, à de la sensiblerie, à de l’émotion, à un état de désespoir. Elle peut être encore perçue dans un état de désarroi sous la forme d’une contrainte suite à de la peur, etc… DIEU par le moyen de « la cause », touche l’âme (le côté terrestre) de l’esprit de l’homme. DIEU utilise l’âme de l’homme pour interpeller son esprit et lui montrer dans quel état il se trouve réellement (Romains 7).

Quelque soit « la cause » qui est à l’origine de la repentance d’une personne, « sa conversion » par le Seigneur JESUS se fera toujours en son « esprit » sans s’occuper des différentes facultés liées à son âme terrestre. DIEU s’adresse toujours à l’esprit de l’homme, c’est pourquoi ce qui va émerger de la volonté de l’esprit de l’homme par le biais de « la cause », c’est ce qui subsistera et déterminera sa vie terrestre en tant qu’Enfant né de DIEU. Si sur terre « sa motivation intérieure » à suivre par la Foi le Seigneur JESUS dans sa mort pour pouvoir vivre en Lui Sa Vie n’est pas que l’Amour de La Vérité qu’il a reçu en son esprit/âme au travers de Celui qui l’a aimé le premier (1 Jean 4/19), la finalité de la vie spirituelle de cet Enfant sera tôt ou tard vouée à l’échec. Bien calculer « la dépense » avant de s’engager à suivre le Seigneur JESUS, c’est primordial pour un Enfant de DIEU. C’est le seul Evangile à suivre pour quiconque aspire de tout son cœur à être totalement affranchi et rendu réellement libre du péché dans son être entier (esprit/âme/corps) à la seule Gloire de DIEU le Père (Jean 8/34 à 36, Romains 6, etc…). C’est pourquoi le Seigneur JESUS dit à quiconque « écoute » ses Paroles :

« Que celui qui a des oreilles pour entendre entende »

Le point de départ de la « Vie » spirituelle d’un Enfant né de DIEU.

Matthieu 15, versets 1 à 6 :
Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron.
Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit.
Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée.
Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi.
Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire.
Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent.

Une confusion peut subsister en bien des Enfants de DIEU sur le fait de croire qu’une fois convertis par le Seigneur JESUS, ils sont capables de marcher sur terre selon leur bon vouloir, selon leur interprétation de La Vérité de l’Evangile de DIEU. La Vie terrestre d’un Enfant de DIEU est constituée d’innombrables « détails » au travers desquels l’ESPRIT en lui attire son attention et le place toujours devant le bon choix pour sa Vie nouvelle. Si l’Enfant qui « écoute » le Seigneur apprend par l’ESPRIT en lui à « l’entendre » au travers de toutes choses qu’IL met en évidence dans sa vie de tous les jours, de mieux en mieux à la seule gloire de DIEU son Père, il va apprendre à discerner Sa Volonté et va dissocier de celle-ci « sa volonté propre » (2 Corinthiens 5/4). Sa croissance spirituelle va se faire progressivement jour après jour à l’image d’un petit enfant qui vient de naître sur terre. L’Enfant né de DIEU va apprendre à vivre par l’ESPRIT de CHRIST en lui, la même communion que le Seigneur JESUS avait avec son Père pendant les jours de sa chair (2 Corinthiens 3/17 et 18).

C’est ainsi que l’ESPRIT-SAINT (ou l’ESPRIT de Vie de CHRIST) agit dans la Nouvelle Vie d’un Enfant de DIEU (Romains 8/9). L’Enfant de DIEU ne connait rien de cette Vie Nouvelle de laquelle il est « sorti », né d’en Haut, né de l’ESPRIT de Vie du Fils (Ephésiens 2/10, Galates 4/6). A sa naissance, il ne connait encore ni DIEU son Père (Luc 10/22), ni son Royaume dans lequel il va croitre en lui sur terre avec son Esprit/âme/corps Saint (1 Corinthiens 3/16, Luc 17/20 et 2). Il va devoir sur terre tout apprendre nouveau de cette Vie d’en Haut et cela se fera par l’ESPRIT-SAINT de DIEU en lui qui va inculquer à son esprit/âme Saint, la Vie de CHRIST, la Vie de JESUS le Fils de l’homme (Jean 14/21 à 26, Jean 16/12 à 16). Ainsi, jour après jour l’ESPRIT-SAINT en l’Enfant de DIEU lui donne ce qui est nécessaire pour la croissance de sa Vie spirituelle en développant « son intelligence » dans les choses d’en Haut qu’IL inculque à son esprit/âme Saint, dans son corps lavé de toutes ses souillures (Ezéchiel 36/25 à 27). Croissant dans l’Amour inconditionnel pour son Seigneur, l’Enfant de DIEU qui demeure dans cet Amour au travers de La Vie d’en Haut que l’ESPRIT-SAINT va lui inculquer, il(elle) sera heureux(se) dans son développement spirituel pendant tous les jours de sa chair (Jean chapitre 15 et 2 Corinthiens 3/17 et 18). Bien entendu lorsque j’écris : « …il(elle) sera heureux(se) dans son développement spirituel pendant tous les jours de sa chair (selon l’esprit/âme) », cela ne veut pas dire être « épargné » des tribulations de ce monde (Jean 16/33, Jean chapitre 17), bien au contraire (Esaïe 53, Matthieu 10/16 à 28).

Lorsqu’un Enfant de DIEU devient une occasion de « scandale » dans ce monde.

Matthieu 18, versets 1 à 7 :
En ce moment, les disciples s’approchèrent de Jésus, et dirent : Qui donc est le plus grand dans le royaume des cieux ?
Jésus, ayant appelé un petit enfant, le plaça au milieu d’eux,
et dit : Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux.
C’est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux.
Et quiconque reçoit en mon nom un petit enfant comme celui-ci, me reçoit moi-même.
Mais, si quelqu’un scandalisait un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on suspendît à son cou une meule de moulin, et qu’on le jetât au fond de la mer.
Malheur au monde à cause des scandales ! Car il est nécessaire qu’il arrive des scandales; mais malheur à l’homme par qui le scandale arrive !

Quoiqu’un Enfant de DIEU (homme/femme) puisse bien commencer sa Vie Nouvelle (faire partie intégrante du Cep en tant que « sarment » – Jean 15/5), malheureusement pour des raisons qui lui sont personnelles, sa relation avec le Seigneur peut se dégrader progressivement dans le temps (Ephésiens 4/30) se détournant ainsi de l’Evangile de DIEU son Père (1 Thessaloniciens 5/19) jusqu’au jour où à cause de son infidélité persistante il sera rejeté par DIEU lui-même, ou dit différemment par le Seigneur JESUS, il sera retranché du Cep par Le Vigneron (Jean 15/1 à 6). Un Enfant né de DIEU qui dénigre par sa vie terrestre l’Evangile de DIEU son Père devient ainsi « un scandale » dans ce monde.

Scandaliser / Scandale (définition du dictionnaire).

Scandaliser v. tr. Provoquer le scandale.

Scandale n. m. 1. RELIG Occasion de tomber dans le péché donnée par de mauvais exemples, des discours corrupteurs. Malheur à celui par qui le scandale arrive.

Pour bon nombre d’Enfants de DIEU, à leurs yeux le mot « scandale » est directement associé au monde et n’est appliqué qu’à ceux du dehors qui par leur vie d’hommes et de femmes pécheresses provoquent des « scandales », c’est-à-dire, essayent de détourner par leur vie de débauche les personnes qui veulent suivre et vivre l’Evangile de DIEU au travers de la Vie de Son Fils JESUS-CHRIST. Le penser ainsi, c’est se tromper. Lorsque le Seigneur JESUS emploie le mot « scandale », IL prophétise sur ce qui va arriver dans ce monde après son départ de cette terre vers DIEU son Père. Malheureusement, ce que le Seigneur JESUS montre également, c’est que même l’Eglise ne sera pas épargnée par la séduction de l’esprit de ce monde par laquelle certains Enfants nés de DIEU (hommes ou femmes) succomberont par amour de celui-ci et se laisseront corrompre à nouveau, devenant ainsi « un scandale » dans ce monde au détriment de La Vérité (Matthieu 24/4 à 13, 1 Timothée 1/18 à 20 et 4/1). Ce qu’il ne faut pas oublier dans ces versets cités en Matthieu 18/1 à 7, c’est que le Seigneur JESUS s’adresse premièrement à ses disciples à qui IL ne laisse aucune ambiguïté quand à l’Evangile qu’IL leur annonce par Sa Vie au milieu d’eux, à savoir : « Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux ». Ensuite, IL s’adresse aux Juifs (Israël) de cette époque, qui à cause de leur « religiosité » seront prêts à détourner de la Vérité « un petit enfant » qui croit à cette Vérité que DIEU le Père lui annonce par son CHRIST, JESUS homme (LE MESSIE).

Ce que le Seigneur JESUS enseigne sous une forme prophétique aux Juifs (à Israël) au travers de son temps de vie terrestre pendant les jours de sa chair, doit servir d’exemple à l’ensemble des Enfants qui vont naître de DIEU leur Père en JESUS-CHRIST et cela qu’ils soient Juifs ou païens convertis (Jean 1/12 et 13). Car toute personne née d’en Haut est forcément baptisée en CHRIST et de ce fait a revêtu CHRIST. Cette Vie Nouvelle ne se reçoit pas progressivement (Jean 3/34), soit on l’a, soit on ne l’a pas (Romains 8/9). Par contre la croissance spirituelle de l’Enfant né de DIEU sera progressive à l’image de celle du Fils de l’homme (Luc 2/52). C’est pourquoi tous hommes ou femmes nés(es) d’en Haut ne sont plus considérés(es) par DIEU leur Père comme étant « Juifs » (convertis) ou « Grecs » (païens convertis), ou esclaves, ou libres, mais comme étant ses Fils et ses Filles et de ce fait, ils(elles) sont Frères et Sœurs (2 Corinthiens 6/14 à 18). Tous et toutes sont nés(es) du même ESPRIT de Vie de CHRIST et désormais ils(elles) sont chacun(e) pour sa propre part un des membres de CHRIST, qui réunis tous ensembles forment un seul et unique Corps, dont CHRIST est la Tête (Jean 11/49 à 52, Ephésiens 2/11 à 22, Galates 3/22 à 29).

Prendre « sa vocation » à la légère pour un Enfant né de DIEU, cela le mènera vers « sa mort » spirituelle.

Matthieu 12, versets 30 à 32 :
Celui qui n’est pas avec moi est contre moi, et celui qui n’assemble pas avec moi disperse.
C’est pourquoi je vous dis : Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera point pardonné.
Quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné; mais quiconque parlera contre le Saint Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir.

Un Enfant de DIEU qui prend à la légère « sa vocation » cela aura de graves conséquences pour sa vie spirituelle et éternelle. A chaque fois que le Seigneur JESUS lui montre de ne pas conformer sa Vie d’en Haut avec celle de ce monde et qu’il(elle) le fait quand même, par son « infidélité » à la Volonté de l’ESPRIT en lui, il(elle) témoigne ainsi que La Parole de DIEU n’est que mensonge (1 Pierre 1/14 à 16, Romains 12/1 et 2). Le fait pour un Enfant de DIEU de vivre une vie spirituelle en opposition aux Paroles de JESUS-CHRIST son Seigneur, il(elle) devient un sujet de tristesse non seulement pour l’ESPRIT-SAINT qui est en lui(elle) (Ephésiens 4/30), mais aussi pour toute la création qui attend la « révélation » de l’Eglise de CHRIST dans laquelle les anges désirent plonger leurs regards (Romains 8/19 à 21 et 1 Pierre 1/10 à 12). Pour le monde et les personnes qui aiment ce monde, un tel témoignage ne fait que renforcer l’action de l’esprit de l’antéchrist dans leur cœur. Elles utilisent les témoignages d’Enfants de DIEU infidèles, non pas parce qu’elles-mêmes recherchent La Vérité, mais pour dénigrer l’Evangile de CHRIST qui les dérange et les reprend dans leur vie corrompue par le péché. De ce fait en voyant un Enfant de DIEU vivre comme elles dans le péché de ce monde, elles se confortent dans leur conscience (leur esprit/âme corrompu) et peuvent ainsi plus librement profiter ou s’adonner aux plaisirs de leur chair corrompue que le monde leur offre déjà (Jean 5/37 à 44, Jean 12/42 et 43). Un Enfant de DIEU (homme/femme) qui consciemment persiste à être rebelle d’esprit et de cœur (ou esprit/âme), donc demeurant volontairement dans cette mauvaise attitude de vie, ce péché (ou cette désobéissance volontaire) contre l’ESPRIT de Vie en lui, ne lui sera jamais pardonné. Il outrage l’ESPRIT de Vie de CHRIST en lui qu’il a reçu de La Grâce que DIEU le Père lui a un jour accordée en faisant de lui(elle) un Fils ou une Fille de Son Royaume.

Marc 3, versets 28 et 29 :
Je vous le dis en vérité, tous les péchés seront pardonnés aux fils des hommes, et les blasphèmes qu’ils auront proférés;
mais quiconque blasphémera contre le Saint Esprit n’obtiendra jamais de pardon: il est coupable d’un péché éternel.

Hébreux 6, versets 4 à 8 :
Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint Esprit,
qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir,
et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie.
Lorsqu’une terre est abreuvée par la pluie qui tombe souvent sur elle, et qu’elle produit une herbe utile à ceux pour qui elle est cultivée, elle participe à la bénédiction de Dieu;
mais, si elle produit des épines et des chardons, elle est réprouvée et près d’être maudite, et on finit par y mettre le feu.

Hébreux 10, versets 24 à 31 :
Veillons les uns sur les autres, pour nous exciter à la charité et aux bonnes œuvres.
N’abandonnons pas notre assemblée, comme c’est la coutume de quelques-uns; mais exhortons-nous réciproquement, et cela d’autant plus que vous voyez s’approcher le jour.
Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés,
mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles.
Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins;
de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce ?
Car nous connaissons celui qui a dit: A moi la vengeance, à moi la rétribution! et encore: Le Seigneur jugera son peuple.
C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant.

Petite parenthèse :

Pour information, lorsqu’il est fait mention de l’expression : « N’abandonnons pas notre assemblée… » (au verset 25), il s’agit de l’Assemblée de DIEU dans son ensemble (Psaumes 82/1) et non pas d’une « assemblée locale » comme l’enseignent tous « les gourous » qui dans leurs « assemblées d’hommes », maintiennent sous leur emprise démoniaque de nombreuses âmes captives du péché.

Quiconque aspire à vivre affranchi et réellement libre du péché et de l’emprise de « ces gourous », voilà ce que dit l’ESPRIT SAINT qu’est DIEU à l’Eglise :

2 Corinthiens 6, versets 14 à 18 :
Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité ? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ?
Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial ? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle ?
Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit: J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.
C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai.
Je serai pour vous un père, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout puissant.

Le point de départ de la « mort » spirituelle d’un Enfant né de DIEU.

Apocalypse 3, versets 1 à 6 :
Écris à l’ange de l’Église de Sardes: Voici ce que dit celui qui a les sept esprits de Dieu et les sept étoiles: Je connais tes œuvres. Je sais que tu passes pour être vivant, et tu es mort.
Sois vigilant, et affermis le reste qui est près de mourir; car je n’ai pas trouvé tes œuvres parfaites devant mon Dieu.
Rappelle-toi donc comment tu as reçu et entendu, et garde et repens-toi. Si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur, et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi.
Cependant tu as à Sardes quelques hommes qui n’ont pas souillé leurs vêtements; ils marcheront avec moi en vêtements blancs, parce qu’ils en sont dignes.
Celui qui vaincra sera revêtu ainsi de vêtements blancs; je n’effacerai point son nom du livre de vie, et je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges.
Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises !

Il y a toujours « un point de départ » qui entraine un Enfant né de DIEU vers « sa mort » spirituelle et celui-ci est le même pour tous les Enfants nés de DIEU quels qu’ils soient. Cela vient toujours du fait de ne pas vouloir renoncer à sa volonté lorsque le Seigneur JESUS, l’ESPRIT en lui(elle) le lui demande d’une façon ou d’une autre dans les circonstances et les détails de sa vie de tous les jours. L’Enfant « écoute » l’ESPRIT, mais ne veut pas « l’entendre » lorsqu’il s’agit de « perdre » ou « renoncer » à sa vie ou « renoncer à sa volonté » (Matthieu 10/39, etc…). Certains(es) après leur repentance ont « écouté » DIEU le Père, ou dit d’une autre manière, ils(elles) ont cru sincèrement Sa Parole au travers des écrits de la Bible. Suite à cela DIEU les a « donné » à son Fils pour que par Sa Vie, IL les sauve d’eux-mêmes (Jean 6/37 à 40). Pour ce faire, par la foi en La Parole de DIEU, ils(elles) sont passés(es) par la « conversion » de CHRIST (Romains 6) et ont eu part à La Vie d’en Haut par l’ESPRIT de Vie du Fils donné au moyen du SAINT-ESPRIT (2 Corinthiens 5/16 et 17, Romains 8/9, Galates 4/6, Tite 3/ 4 à 72, etc…). Malheureusement, c’est ensuite que certaines de ces mêmes personnes, ces Enfants nés de DIEU, se sont progressivement détournés de La Vérité qui était en eux(elles) en laissant l’esprit de l’antéchrist les corrompre progressivement par toutes les séductions du péché qu’offre ce monde corrompu. Ces Enfants nés de DIEU se sont progressivement détournés de La Vérité qui était en eux(elles) en laissant Satan ou ses démons gérer à nouveau « leur volonté » d’hommes/femmes libres, les détournant ainsi progressivement de la volonté de DIEU à leur égard.

Une des nombreuses ruses de Satan est d’arriver à faire croire à un Enfant né de DIEU que l’essentiel pour lui est d’avoir « une bonne conscience » devant DIEU son Père dans les choses d’en bas et cela suffit pour vivre en harmonie avec LUI. Pour se faire, Satan fait croire à l’Enfant de DIEU que l’obéissance au Seigneur dans les petites choses terrestres dans sa vie de tous les jours ne sont pas d’une importance vitale pour sa vie spirituelle. Satan arrive à inculquer à l’Enfant de DIEU par le biais des écrits de la Bible, que du moment « qu’il(elle) est convaincu(e) » d’une chose et qu’il(elle) la met en pratique dans sa vie avec « conviction », il(elle) ne pèche pas (ou ne désobéit pas à l’ESPRIT) et cela peu importe si cette « conviction » est en opposition avec La Volonté de DIEU le Père au travers de La Vie du Fils dans laquelle l’ESPRIT-SAINT le(la) conduit. Un Enfant né de DIEU qui croit qu’il(elle) peut prendre les écrits de la Bible et se les approprier selon la lettre afin de pouvoir vivre sur terre un « évangile » selon sa convenance en marchant selon sa propre volonté, il(elle) est déjà séduit(e) par l’esprit de l’antéchrist.

C’est au travers de toutes ces « petites choses terrestres » dans les circonstances et les détails de la vie de tous les jours que l’ESPRIT-SAINT parle, enseigne, corrige et fait croître l’Enfant de DIEU qui n’est pas de ce monde (Jean 17/14 à 16). C’est par le biais de toutes ces « petites infidélités terrestres » à la volonté de l’ESPRIT-SAINT en l’Enfant né de DIEU dans les circonstances et les détails de sa vie de tous les jours, que Satan (ou ses démons) déguisé en ange de lumière parvient à le persuader en son esprit/âme Saint qu’il conserve une « bonne conscience » devant DIEU son Père malgré son refus de faire « Sa Volonté » lorsqu’IL lui montre. Ce sont toutes ces « petites infidélités » mises bout à bout qui font qu’un Enfant né de DIEU peut dans un premier temps s’égarer loin de La Vérité et bien plus encore s’il persiste dans son infidélité, il(elle) peut perdre définitivement son salut sans même s’en rendre compte tout en étant convaincu(e) qu’il(elle) est conduit(e) par l’ESPRIT de DIEU (Jean 15/1 à 6).

Prétendre dans ce monde être Enfant de DIEU, cela implique une condition de Vie.

Ephésiens 1, versets 3 à 6 :
Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a bénis de toute sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ !
En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui,
nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d’adoption par Jésus Christ, selon le bon plaisir de sa volonté,
à la louange de la gloire de sa grâce qu’il nous a accordée en son bien-aimé.

Lorsque DIEU le Père fait choix des douze disciples qu’IL a mis à part parmi les Juifs, c’est dans le but qu’ils soient par la suite des témoins vivants de ce qu’IL peut faire dans la vie d’une âme vivante terrestre et cela quelque soit son pays d’origine (sa nation) (Jean 15/16, Matthieu 28/18 à 20). Par le biais de son Fils JESUS, DIEU le Père montre ainsi aux disciples que rien ne lui est impossible (Matthieu 19/25 et 26) et que s’ils obéissent à son commandement qui est : « d’écouter son Fils » (Matthieu 17/5), ils verront s’accomplir dans leur vie terrestre ce qui est impossible de vivre à la nature humaine, à savoir de pouvoir vivre sur terre une Vie à l’Image de celle de JESUS homme et cela à Sa seule Gloire. C’est le Seigneur JESUS qui va affranchir les disciples (à l’exception Juda Iscariot) et va les rendre réellement libres du péché du monde qui est en eux (Jean 8/34 à 36) sous la seule condition que ceux-ci veuillent bien entendre ce que l’ESPRIT-SAINT leur enseigne par le moyen de toutes « ses paroles » qu’IL leur donne par le biais de Sa Vie (Lire les 4 évangiles, Jean 14/15 à 29, Jean 16/6 à 16 ). Depuis que le Seigneur JESUS est retourné dans son Royaume à la droite de DIEU son Père et jusqu’à son prochain retour sur cette même terre, il en est de même pour tout Enfant qui naît de DIEU le Père sur terre (Apocalypse chapitre 22). Si l’Enfant né de DIEU (homme/femme) persiste pendant tous les jours de sa chair dans l’enseignement que l’ESPRIT-SAINT en lui, lui inculquera par le biais de la Vie de son Seigneur, JESUS le Fils de l’homme, il(elle) sera transformé(e) jour après jour en la même « Image » que Celui qui l’a créé (1 Jean 2/6, et 1 Jean 4/17).

2 Corinthiens, versets 17 et 18 :
Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.
Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.

Lorsque nous lisons « sommes transformés en la même Image » que celle du Seigneur JESUS, attention à ne pas laisser l’esprit de l’antéchrist déformer par le biais de nos facultés terrestres, « l’Image » de Celui qui nous donne Sa Vie (Esaïe 53). Attention de ne pas laisser à l’adversaire (Satan) l’avantage d’utiliser tout ce qui est « terrestre », nos pensées, nos sens, nos sentiments, nos raisonnements, etc…pour créer aux yeux de notre esprit Saint « un seigneur jésus » (en minuscules) selon notre image, ou « un seigneur jésus » selon nos propres désirs (comme nous aimerions le voir).

Ce qui est écrit dans les versets cités ci-dessus par l’apôtre Paul aux Corinthiens (entre autres versets), c’est le meilleur que le Seigneur JESUS attend pour chacun(e) de ses Enfants, les voir se développer dans Sa Paix, croitre en Lui et par Lui à la seule Gloire de DIEU son Père (Jean 14/27, Jean 15/7 à 11). Malheureusement et tristement, la vie d’un Enfant de DIEU (homme/femme) peut être vécue sous une apparence pieuse tout en étant corrompue par l’esprit de ce monde (Hébreux 6/1 à 8, Hébreux 10/23 à 31). Un Enfant de DIEU qui « écoute » DIEU au travers des écrits de la Bible, mais persiste à ne pas vouloir « entendre » ce que l’ESPRIT veut lui inculquer de la Vie de CHRIST, ou dit d’une autre façon, rejette l’enseignement de l’ESPRIT en lui en tant que « l’Eglise » de DIEU qu’il représente par sa vie sur terre, il est déjà séduit par l’esprit de l’antéchrist. Pour arriver à cet état de vie déplorable en un Enfant de DIEU, il n’y a rien de plus simple pour Satan. Il se fait passer aux yeux de l’esprit de cet Enfant pour être un « ange de lumière » et lui inculque un enseignement à « la ressemblance » de La Parole de DIEU, mais en exclura de celle-ci ce qui en fait la force pour sa Vie Nouvelle, à savoir CHRIST homme et Sa Parole (Romains 10/17).

C’est par tout un tas de « petits » compromis faits avec le monde au détriment de La Vérité de l’Evangile de CHRIST (Jacques 4/4 et 5), que l’Enfant de DIEU va s’éloigner progressivement de La Vérité qui est en lui par l’ESPRIT de CHRIST (Galates 4/6 et 7). Malheureusement pour l’Enfant né de DIEU qui s’est laissé séduire par cet « ange de lumière » (qui n’est autre que Satan ou ses démons) qu’il prend pour être l’ESPRIT de DIEU qui le conduit, si celui-ci ne revient pas d’un cœur tout entier à DIEU son Père en demeurant avec son esprit/âme Saint dans Sa Parole (CHRIST fait chair en lui, 1 Jean 4/1 à 3), il finira par s’éloigner de La Vérité jusqu’au point de « non retour » et son nom sera retranché du Livre de Vie (Jean 15/1 à 6).

Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises !

Matthieu 26, verset 41 :
Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation; l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible.

Frères et Sœurs de CHRIST, bien-aimés(es) du Seigneur.

1 Pierre 1, versets 3 à 9 :
Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts,
pour un héritage qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir, lequel vous est réservé dans les cieux,
à vous qui, par la puissance de Dieu, êtes gardés par la foi pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps !
C’est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu’il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par divers épreuves,
afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable (qui cependant est éprouvé par le feu), ait pour résultat la louange, la gloire et l’honneur, lorsque Jésus Christ apparaîtra,
lui que vous aimez sans l’avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore, vous réjouissant d’une joie ineffable et glorieuse,
parce que vous obtiendrez le salut de vos âmes pour prix de votre foi.

DIEU notre Père vous bénisse et vous garde dans Sa Paix manifestée en JESUS-CHRIST son Fils bien-aimé notre Seigneur.

Patrick PETITOT (le 01-11-2016).

Ce contenu a été publié dans Patrick PETITOT. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.