(22) – Le péché de l’apôtre Pierre

Le « soi-disant » péché de l’apôtre Pierre !

(Louis SEGOND 1910 – Edition revue avec références)

Galates 2, versets 11 à 15 :
Mais lorsque Céphas vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu’il était répréhensible.

En effet, avant l’arrivée de quelques personnes envoyées par Jacques, il mangeait avec les païens; et, quand elles furent venues, il s’esquiva et se tint à l’écart, par crainte des circoncis.

Avec lui les autres Juifs usèrent aussi de dissimulation, en sorte que Barnabas même fut entraîné par leur hypocrisie.
Voyant qu’ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l’Évangile, je dis à Céphas, en présence de tous: Si toi qui es Juif, tu vis à la manière des païens et non à la manière des Juifs, pourquoi forces-tu les païens à judaïser?
Nous, nous sommes Juifs de naissance, et non pécheurs d’entre les païens.

Ce passage des écrits de la lettre de Paul aux Galates a déjà suscité bien des discutions et polémiques parmi certains(es) croyants. En réalité toutes ces discussions proviennent de personnes qui pour certaines sont sincères, mais n’ont pas encore comprises ce qu’est marcher (ou vivre) selon l’ESPRIT de Vie de CHRIST en eux, cela à cause d’un mauvais ou faux enseignement de ce qu’est vivre en nouveauté de Vie. D’autres personnes par contre, leur but est tout autre, celui « d’excuser » leur mauvaise façon d’être tout en sachant qu’elles sont encore esclaves de leur corps du péché. Elles se satisfont d’elles-mêmes, tout en essayant de « se justifier » tant bien que mal afin de se donner une bonne conscience devant DIEU, se disant : « Après tout, si l’apôtre Pierre qui était choisi par le Seigneur pour être un des piliers de l’Eglise, si lui (selon leur avis) a « péché » vis à vis du Seigneur tout en étant né de l’ESPRIT, alors c’est normal que nous aussi il nous arrive « de pécher » (de désobéir consciemment au Seigneur) à cause de la faiblesse de « notre chair » !

Marcher selon l’ESPRIT ou vivre selon l’ESPRIT de Vie de CHRIST en soi, n’a rien en commun avec marcher selon sa personnalité terrestre malgré que je sois un nouvel homme créé selon DIEU en JESUS-CHRIST. C’est ce que l’apôtre Paul explique dans 2 Corinthiens 5/16 et 17. Dès sa naissance, un enfant né de DIEU est totalement libre du péché et de son corps du péché par et dans lequel autrefois Satan le retenait esclave, captif du péché. L’enfant né de DIEU est libre parce que ce corps du péché est détruit une fois pour toutes en JESUS-CHRIST, par et dans le baptême dans sa mort (Romains 6). Néanmoins à sa nouvelle naissance, l’enfant né de DIEU conserve sa « personnalité » terrestre (sa volonté, ses facultés, ses sens, ses sentiments, son raisonnement, etc.…), mais tout son être est désormais Saint (esprit/âme/corps). Être libre signifie pouvoir faire volontairement la volonté de DIEU son Père au travers des circonstances et détails de sa vie terrestre. En choisissant de constamment renoncer à sa personnalité terrestre à chaque fois que le Seigneur le lui montrera dans sa vie de tous les jours, il renoncera volontairement à sa volonté propre qui engendre les actions du corps (Romains 8/9 à 17), et ainsi il ne commettra jamais « le péché », c’est-à-dire la désobéissance volontaire à l’ESPRIT-SAINT en lui qui donne la Vie de CHRIST (1 Jean, chapitre 3).

Quiconque vit l’Evangile de CHRIST selon sa compréhension terrestre des choses d’en Haut, il ne peut pas comprendre les écrits de la Bible selon l’ESPRIT (1 Corinthiens, chapitre 2). Il n’y a que l’ESPRIT qui peut juger l’Eglise par l’Eglise lorsque le Seigneur le lui commande de le faire pour son bien (1 Corinthiens 5/8 à 13). Néanmoins, l’utilisation du mot « juger » n’est que selon l’ESPRIT et non pas selon la lettre (qui tue – Jean 8/15 et 16).

S’il est vrai qu’il faut laisser dans la Bible ce qui est écrit comme c’est écrit, quelques fois les écrits semblent se contredire. J’écris bien « semblent se contredire », car en réalité rien de ce qui est annoncé selon l’ESPRIT ou permis d’être écrit par Lui ne se contredit. L’exemple typique de « semblant » de contradiction vient du Seigneur JESUS lui-même. Sa Vie terrestre en tant que Fils de l’homme parmi les Juifs ne se vit pas selon la lettre de la Loi, mais IL vit uniquement selon l’ESPRIT-SAINT qu’est son Père en Lui. Cette Vie semble être aux yeux des Juifs qui l’entendent parler et le voient agir, en totale contradiction avec les commandements de DIEU, et pourtant…(Matthieu 5).

Il faut être également prudent quant à la manière dont tous ces écrits qui forment la Bible ont été retranscrits au court du temps par certains hommes qui conduit par l’esprit de l’antéchrist ont tronquer de Sa Vérité les Ecritures et le Nouveau Testament pour que ceux-ci servent leurs intérêts et non uniquement ceux de DIEU le Père en JESUS-CHRIST. A l’origine les différents écrits qui forment la Bible venaient de langues diverses que l’ESPRIT avait permis que ceux-ci soient traduits pour que d’autres peuples comprennent le Salut de DIEU. A cette époque, l’Evangile était vécu par l’Eglise et traduit selon La Vérité, malgré l’opposition de Satan et ses serviteurs. Au fil du temps les traductions se sont multipliées de plus en plus, et l’esprit de l’antéchrist par le biais de ses serviteurs (les faux ministres de justice) a subtilement tronqué La Vérité de certains mots ou expressions propre à l’Evangile de DIEU manifesté en JESUS-CHRIST. C’est pour cela que l’enfant qui est né de l’ESPRIT SAINT qui est DIEU son Père, il a en lui l’Esprit de Vie du Fils (Galates 4/6) qui l’empêche de se perdre s’il demeure en Lui, dans Sa Vérité (Jean 8/12).

La première chose à faire pour bien comprendre ce que l’apôtre Paul écrit au sujet de Pierre (ou tout ce qui est écrit dans la Bible), c’est de ne pas prendre systématiquement selon « la lettre » les mots qui y sont traduits dans notre langue, mais laisser l’ESPRIT-SAINT qui seul peut replacer dans Sa Vérité tout ces écrits qu’IL a inspiré aux serviteurs du Seigneur, sans les sortir de l’époque et leur contexte dans l’esprit de l’enfant né de DIEU qui va les lire. Comme déjà écrit plus avant, même si parfois les écrits de la Bible semblent se contredire humainement (par un raisonnement terrestre), jamais ils n’enlèvent La Vérité de l’Œuvre Parfaite de DIEU le Père qu’IL a manifestée en son Fils JESUS-CHRIST notre Seigneur. A savoir : Un enfant naît de Dieu est affranchi et vit réellement libre du péché et de Satan. (Romains 6)

Avant de commencer à examiner plus attentivement les versets ci-dessus dans Galates 2, versets 11 à 15, je conseille à chacun(e) de lire l’ensemble de l’épitre de Paul aux Galates, afin de bien cerner leur contexte.

En premier, il ne faut pas oublier de rétablir deux choses importantes, premièrement : Qui était Pierre ? Et ensuite : Que vivait-il avant sa conversion ? C’est à dire que vivait-il avant sa nouvelle naissance (Luc 22/32) ? Lorsque JESUS appelle Pierre à le suivre, celui-ci est un homme Juif de naissance (Matthieu 4/18), qui était enseigné par la Loi Juive et vivait sous sa garde (la Loi de DIEU donnée selon la lettre à Moïse). Un grand nombre de personnes qui prétendent vivre en nouveauté de Vie oublient ces faits, pourtant ceux-ci sont nécessaires pour une compréhension correcte de l’attitude que l’apôtre Paul a eu envers son frère Pierre et également envers ceux qui étaient avec lui lors de cette réprimande. Il faut savoir que Paul et Pierre sont non seulement « frères » par leur héritage en tant que Juifs de naissance, descendants d’Israël (l’Ancienne Alliance), mais le sont également par l’ESPRIT de CHRIST en chacun d’eux (la Nouvelle Alliance). Lorsque Pierre s’est converti (ou disons plutôt que CHRIST l’a converti en Lui), c’est à dire lorsqu’il a compris qu’il lui fallait passer avec son vieil homme par le baptême en la mort de CHRIST (Luc 22/31 et 32) et ensuite a reçu une nouvelle Vie au moyen du SAINT-ESPRIT au travers de la résurrection de JESUS-CHRIST (Jean 20/19 à 23), il n’en demeurait pas moins un Juif pour autant, étant toujours observateur de la Loi, même s’il n’était plus sous la garde de cette Loi selon la lettre (Galates 3/19 à 29). La Loi selon la lettre gravée sur des tables de pierre n’a pas été abolie pour le peuple Juif (Exode 31/18, et 34/27 à 29), mais accomplie par et en JESUS-CHRIST, ce qui n’est pas du tout la même chose (Matthieu 5/17 à 20). Donc Pierre étant né de DIEU, né de CHRIST, pouvait désormais pratiquer « La Loi » de DIEU en ESPRIT et en Vérité dans sa totalité parce que celle-ci était « Vie » dans son esprit nouveau par l’ESPRIT de CHRIST en lui, qui se manifestait dans sa vie terrestre par le fait de vivre désormais avec une âme pure, ou, un cœur nouveau (Ezéchiel 36/25 à 27).

C’est pour cela à l’époque de Pierre après la résurrection de JESUS (Le CHRIST de DIEU), la pratique de la Loi juive était toujours observée parmi les Juifs malgré qu’ils soient nés nouveaux. C’était pour eux leur vie normale devant DIEU, et cette vie est toujours la même à notre époque. Le peuple d’Israël (ou disons plutôt l’Israël de DIEU) entre dans le Salut de DIEU à cause de la promesse faite par DIEU à Abraham au travers de sa descendance en Isaac (Genèse 17/7 à 19). Abraham a cru DIEU et cela lui fut imputé à justice (Romains 4/5). Les païens qui cherchent DIEU mélangent bien des choses concernant le peuple de DIEU parce qu’ils s’identifient au peuple d’Israël et à sa Loi pour avoir La Vie, alors qu’ils n’ont pas à le faire. Eux entrent dans le Salut de DIEU par la promesse faite par DIEU aux nations suite à la foi d’Abraham (Genèse 17/4 à 6). Les Israélites sont toujours le peuple élu, c’est-à-dire le peuple que DIEU s’est choisi parmi toutes les nations, et le resteront éternellement (Esaïe 45/17 à 25). Ils sont « élus » non pas parce que ce sont eux qu’ils l’ont décidé ainsi, mais parce que l’ETERNEL DIEU a fait un jour ce choix (Deutéronome 7/6 à 8). Néanmoins, le Juif selon DIEU (ou l’Israël de DIEU) n’est autre que celui qui est né de la postérité d’Abraham en Isaac (Romains 9/6 à 8). Comme le dit le Seigneur JESUS, le salut vient des Juifs (Jean 4/21 à 24), cela ne veut pas dire pour autant qu’il faut être « Juif » ou s’identifier au peuple d’Israël pour être sauvé en JESUS-CHRIST.

Pour un Juif converti par CHRIST et demeurant en Israël (dans le pays que DIEU lui a donné), pratiquer les rites et les ordonnances de la Loi en se laissant conduire selon l’ESPRIT de CHRIST en lui, cela est sa vie normale. Néanmoins, il ne faut pas confondre « pratiquer les rites de la Loi dans ses ordonnances » et vivre sous la garde de Loi selon la lettre, ce sont deux choses totalement différentes. Ce qui devient faux c’est si ce même Juif qui est passé par la nouvelle naissance, fait marche arrière et se met à enseigner à un autre Juif ou païen converti par CHRIST qu’il doit observer la mise en pratique de la Loi dans ses préceptes, s’il veut être sauvé et demeurer dans ce salut. Cet enseignement ne vient pas de l’Esprit de Vie de CHRIST, mais de l’antéchrist. C’est seulement à nous les « païens » que la Loi dans l’ensemble de ses préceptes ne nous est pas imposée, nous qui sommes convertis par CHRIST au moyen de la foi en Sa Parole et qui sommes « greffés » par DIEU le Père sur le Nouvel Olivier (son Fils) qui sort du tronc d’Isaï selon la promesse (Esaïe 11/1 à 5). Nous païens autrefois, et ensuite convertis par CHRIST, le SAINT-ESPRIT nous recommande pour notre salut certaines abstinences (Actes 15/27 et 28).

J’ouvre une petite parenthèse sur certaines choses importantes qu’il faut savoir :

Avant toutes choses, il ne faut jamais oublier, qu’il soit céleste ou terrestre, un esprit Saint possède toujours une âme pure, et un esprit corrompu possède toujours une âme souillée. C’est pourquoi, un esprit Saint dans un corps terrestre possède une âme pure, c’est-à-dire, une personnalité sans le péché en elle, contrairement à un esprit corrompu dans un corps terrestre, il possède une âme souillée, c’est-à-dire, une personnalité esclave du péché en elle (Matthieu 7/17 et 18).

Ensuite, autre chose importante à ne pas oublier dans ma propre vie. Quiconque veut employer à « l’encontre » de son prochain les expressions « le péché », « les péchés » ou « l’action de pécher », il faut qu’il soit parfaitement au clair entre ces expressions et l’emploi qu’il va en faire. Car comme tu juges, tu seras jugé et on y ajoutera pour toi (Matthieu 7/1 à 5). Si quelqu’un a un doute à ce sujet, ou ne comprends pas tout dans sa propre vie en ce qui concerne ce qu’est le péché, les péchés, ou l’action de pécher, il vaut mieux faire ce que le Seigneur JESUS dit, c’est à dire ne pas juger humainement une attitude dans la vie d’autrui (Jean 5/25 à 30, Jean 8/15, etc.…), et surtout laisser « la condamnation » du péché dans la vie d’autrui à Celui qui l’a vaincu (Jean 16/33). Le problème de l’homme encore charnel (c’est à dire, non né de DIEU, ou encore sous la garde de la Loi selon la lettre), c’est qu’il appelle « péché » dans la vie de Pierre ou de quelle qu’autre personne, en s’appuyant sur son entendement terrestre pour l’appliquer aux choses d’en Haut.

Voyons quels sont les mots ou phrases qui justifient une telle accusation portée par toutes les personnes qui prétendent que l’apôtre Pierre a « péché » dans Galates 2/11 à 15. N’oublions pas, « le péché » est toujours jugé par DIEU et par personne d’autre (Actes 10/14 à 15). Lorsque « je » prétends ou « je » dis à une personne qu’elle pèche (c’est-à-dire qu’elle désobéit à DIEU), il faut savoir que cela n’est pas sans conséquence pour ma propre vie spirituelle. En réalité, si je dis à une personne qu’elle « pèche », j’affirme par là que c’est l’ESPRIT-SAINT en moi qui atteste que cette personne lui désobéit et le cas échéant, m’ordonne de le lui dire (Actes 5/1 à 11) ! Donc, toutes les personnes qui après avoir lu Galates 2/11 à 15, prétendent que Pierre a « péché » contre DIEU, ou prétendent que d’autres disciples du Seigneur cités dans le Nouveau Testament ont péché, elles affirment par la même occasion que c’est l’ESPRIT de CHRIST en elles qui atteste à leur esprit et dans leur cœur, que l’attitude de Pierre (ou d’autres) était de la désobéissance volontaire envers LUI. Pointer du doigt autrui c’est toujours chose facile, plutôt que de retourner son doigt vers soi (Matthieu 6/22 et 23).

Entrons maintenant dans le sujet qui concerne Pierre et ses détracteurs.

Qu’est-il écrit dans Galates 2, versets 11 à 15 ? Mais lorsque Céphas vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu’il était répréhensible. En effet, avant l’arrivée de quelques personnes envoyées par Jacques, il mangeait avec les païens; et, quand elles furent venues, il s’esquiva et se tint à l’écart, par crainte des circoncis. Avec lui les autres Juifs usèrent aussi de dissimulation, en sorte que Barnabas même fut entraîné par leur hypocrisie. Voyant qu’ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l’Évangile, je dis à Céphas, en présence de tous: Si toi qui es Juif, tu vis à la manière des païens et non à la manière des Juifs, pourquoi forces-tu les païens à judaïser? Nous, nous sommes Juifs de naissance, et non pécheurs d’entre les païens.

Comme déjà mentionné un peu plus avant dans cet article, l’apôtre Pierre quoiqu’il soit né de DIEU, né de l’ESPRIT de CHRIST, il n’en demeure pas moins un Juif toujours observateur de la Loi selon ses ordonnances, tout en n’étant plus sous la garde de cette Loi selon la lettre, mais désormais étant gardé à la seule Gloire de DIEU par la Loi de l’ESPRIT de Vie de CHRIST qui lui donne La Vie (Galates 3/19 à 29). C’est pour cela que quoique Pierre observe les ordonnances de la Loi de DIEU données selon la lettre au peuple d’Israël, ou qu’il suive la Loi de l’ESPRIT de Vie en lui qui est donnée de vivre à tous les enfants nés de DIEU (Juifs ou païens convertis par CHRIST), en rien il ne pèche (ou désobéit) à la volonté de DIEU à son égard, même s’il s’identifie dans sa vie de tous les jours à ces deux façons de vivre sa foi en JESUS-CHRIST. Ce qui est désormais important à vivre pour Pierre tout en étant observateur de la Loi, c’est qu’il obéisse à ce que l’ESPRIT de CHRIST lui commande de faire dans sa propre vie (Jean 14/15 à 21, Actes 10/9 à 16 et 28).

Au verset 11 l’apôtre Paul reproche à son frère Pierre qu’il est « répréhensible », et que suite à cela, il « résiste » à celui-ci. « Mais lorsque Céphas vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu’il était répréhensible. » Le mot répréhensible veut dire  : Digne de blâme. Paul tient tête à Pierre parce que celui-ci vit l’Evangile de CHRIST de deux manières différentes.

Ensuite que lisons-nous au verset 12 : En effet, avant l’arrivée de quelques personnes envoyées par Jacques, il mangeait avec les païens; et, quand elles furent venues, il s’esquiva et se tint à l’écart, par crainte des circoncis. Ce que Paul reprochait à Pierre c’est que celui-ci avait deux manières d’être et de faire par rapport à l’Evangile de CHRIST qui était désormais sa Vie. D’une part, Pierre vivait l’Evangile de CHRIST selon la Vie Nouvelle que l’ESPRIT-SAINT donne de vivre aux Juifs convertis par CHRIST, qui eux sont « circoncis de cœur » en étant toujours des observateurs de la Loi dans ses ordonnances, et d’autre part, Pierre vivait également selon l’Evangile donné aux « païens » que CHRIST avait convertis (Actes 15/19 à 29). Vivre sa foi en JESUS-CHRIST en s’identifiant dans sa vie de tous les jours à ces deux façons de vivre (selon les Juifs convertis ou les païens convertis) cela était normal pour Pierre, ainsi qu’à ses frères Juifs qui étaient avec lui. Le Seigneur ne lui fait aucun reproche à ce sujet. Mais voilà, Pierre qui mangeait avec les païens « s’esquive », c’est-à-dire il évite adroitement, ou s’échappe discrètement de la situation dans laquelle il se trouvait avec d’autres Juifs, à cause de la crainte qu’il avait des « Juifs circoncis » (circoncis dans la chair et non de cœur). Pourquoi cette « crainte » de Pierre vis-à-vis de ces « circoncis » ? Rien n’est écrit de cela ! Mais le Seigneur JESUS en connaissait la cause exacte, c’est aussi pour cela qu’IL a permis à l’apôtre Paul de reprendre Pierre afin qu’il ne s’égare pas.

Qui étaient donc ces Juifs « circoncis » ? Ce qu’il faut savoir c’est que l’appellation « circoncis » n’est pas donnée au hasard dans ce texte. Ce mot « circoncis » est instauré par « l’élite » des observateurs de la Loi selon la lettre (les intégristes), et lorsque ce mot est utilisé individuellement par « l’élite », il permet de différencier ceux qui se nomment « circoncis » en mettant une séparation nette entre eux et les infidèles (le monde païen). Ces « circoncis » étaient des observateurs de la Loi dans ses rites, ses préceptes, et ses traditions. Ils enseignaient aux Juifs nés de CHRIST à devoir pratiquer la Loi sous cette forme comme étant le seul moyen pour obtenir le salut de DIEU. Par leurs enseignements, ils obligeaient également les païens nouveaux convertis par CHRIST, à appliquer dans leur vie la Loi Juive à la lettre, en disant que c’était ainsi qu’ils seraient sauvés (Galates 2/1 à 10). Voilà le faux Evangile qu’enseignaient ces « Juifs circoncis » de l’époque. Faux évangile qui se pratique encore à ce jour parmi les Juifs « circoncis » (dans la chair et non de cœur). Cela ne venait pas de l’ESPRIT de DIEU, ce n’était pas l’Evangile de CHRIST. Ces Juifs « circoncis » ne marchaient « pas » (du tout) selon la Vérité de l’Evangile.

Bon nombre de croyants connaissent CHRIST uniquement selon la chair et de ce fait ils ont une mauvaise image quand à leur Vie nouvelle et une mauvaise compréhension de ce qu’est « la marche selon l’ESPRIT ». Cette mauvaise façon de comprendre, ils l’appliquent malheureusement à la Vie de Pierre et à celle de l’apôtre Paul dont ils déforment le sens de ses intentions vis-à-vis de Pierre. L’apôtre Pierre était un des piliers de l’Eglise se trouvant à Jérusalem (sous la Nouvelle Alliance). Il était en droit d’agir tantôt en tant que Juif (converti par CHRIST) et tantôt en tant que païen (converti par CHRIST). C’est son attitude de cœur « partagé » qui est jugée par le Seigneur JESUS au moyen de Paul (1 Corinthiens 11/31 et 32). Ce qui est important à retenir dans ce qui est écrit, c’est qu’en « s’esquivant » (verset 12), Pierre a agit selon sa propre volonté, c’est-à-dire il agit d’une manière humaine(ou selon sa chair, sa personnalité) et non plus se laissant conduire par l’ESPRIT. En réalité, peu importe ce qu’était la cause qui a motivée la crainte que Pierre avait de ces Juifs « circoncis ». Ce n’était pas cette cause qui lui valait « la réprimande » du Seigneur par son frère Paul.

Avec lui les autres Juifs usèrent aussi de dissimulation, en sorte que Barnabas même fut entraîné par leur hypocrisie.

Lorsque nous lisons ci-dessus le verset 13, nous voyons que c’est la « dissimulation » de Pierre que le Seigneur juge en lui, celle-ci se traduisant par une forme d’hypocrisie qui affecte également tous les Juifs qui étaient avec Pierre. Lisez bien la définition du mot « hypocrisie ».

hypocrisie n. f. 1. Attitude qui consiste à affecter une vertu, un sentiment noble qu’on n’a pas.

Combien de personnes qui prétendent vivre en nouveauté de Vie, lorsqu’elles voient se mettre en colère une autre personne, celles-ci la taxent de commettre « un péché », c’est-à-dire, elles disent ainsi que la personne qui s’est mise en colère a péché contre DIEU. Pourtant l’apôtre  Paul est clair à ce sujet, se mettre en « colère » n’est pas systématiquement commettre un péché.

Ephésiens 4, versets 26 et 27 : Si vous vous mettez en colère, ne péchez point; que le soleil ne se couche pas sur votre colère, et ne donnez pas accès au diable.

La colère qui fait du mal vient de la nature corrompue de l’homme terrestre et lorsqu’il la laisse agir sous l’impulsion de mauvais esprits, il pèche contre DIEU en faisant du mal à son prochain. La colère qui peut éventuellement sortir d’un enfant né de DIEU, a son origine en son cœur nouveau (l’âme de son esprit Saint) qui par excès de zèle ne supporte pas l’injustice sous toutes ses formes qu’il voit se faire autour de lui (Jean 2/13 à 17). Néanmoins, lorsqu’il laisse sortir cette « colère » qui n’est pas là pour faire du mal (parce qu’en l’enfant né de DIEU il n’y a pas le mal en lui), cette colère n’a pas forcément son origine en la Volonté de DIEU à son égard. Elle est une réaction humaine, un excès de zèle venant de sa personnalité terrestre qui est libre du péché. C’est à ce moment que l’ESPRIT-SAINT en lui va lui montrer que cette « action du corps » (si juste soit-elle à ses yeux) à son origine en sa propre volonté (sa personnalité), et elle n’accomplit pas la Volonté de DIEU. L’enfant né de DIEU y renoncera par Amour pour DIEU son Père. Ainsi, au fur et à mesure de sa croissance spirituelle, jour après jour, il apprendra à laisser au Seigneur JESUS toutes formes de jugement sur l’injustice ou l’iniquité qu’il verra ou supportera dans ce monde (1 Pierre 2/19 à 25, Jean 16/8 à 11).

Certains(es) me diront : « La colère n’a rien à voir avec l’hypocrisie ». C’est vrai, ces deux mots ne sont pas synonymes. J’ai juste placé cet exemple pour montrer qu’il faut bien faire attention avant de porter un jugement hâtif et erroné par l’utilisation que l’on peut se faire de la définition d’un mot par rapport à une situation. Si nous lisons correctement la définition de ce mot, « l’hypocrisie » est le fait de s’attribuer une vertu ou un sentiment noble qu’on n’a pas. En clair, « j’use d’hypocrisie lorsque je me fais passer pour ce que je ne suis pas » aux yeux de ceux qui me côtoient. Du temps de son vivant sur la terre, le Seigneur JESUS dénonçait l’hypocrisie chez ceux qui donnaient d’eux extérieurement l’image d’une vie pieuse, mais qui en réalité ne l’était pas intérieurement (Matthieu 6/1 à 5 et 16). Le Seigneur JESUS n’a jamais dit à ces personnes qu’elles « péchaient » à cause de leur hypocrisie, mais IL leur a dit que si elles persistaient à demeurer ainsi, elles mourraient dans leur péché (Jean 8/23 et 24). Elles ne mourront pas à cause de leur hypocrisie, mais parce que leur vie d’apparence pieuse qui était de l’hypocrisie n’était en fait que duplicité. Ils vivaient une vie extérieure qui donnait l’apparence d’avoir intérieurement de nobles sentiments, alors qu’en réalité leur vie intérieure cachée était esclave du péché. C’était ça leur vraie nature qui faisait d’eux des hypocrites (Jean chapitre 8).

Reprenons ce qui est écrit dans Galates 2, versets 12 et 13 :

En effet, avant l’arrivée de quelques personnes envoyées par Jacques, il mangeait avec les païens; et, quand elles furent venues, il s’esquiva et se tint à l’écart, par crainte des circoncis. Avec lui les autres Juifs usèrent aussi de dissimulation, en sorte que Barnabas même fut entraîné par leur hypocrisie.

Lorsque nous comprenons selon l’ESPRIT ce que signifie réellement le mot « hypocrisie » et que nous replaçons cette définition correctement dans son contexte pour Pierre et les Juifs qui étaient avec lui, nous pouvons lire cela de cette manière : « (Ce que Paul et les païens convertis ont vu de Pierre) Pierre par sa mauvaise attitude extérieure lorsqu’il s’esquiva et se tint à l’écart, par crainte des circoncis, à cause de cette « duplicité » de vie (ou de son hypocrisie), les autres Juifs l’ont suivi dans sa dérive en sorte que Barnabas même fut entraîné par leur hypocrisie ».

C’est la mauvaise attitude extérieure de Pierre, sa « duplicité » venant de sa personnalité, ou issue de sa volonté d’homme qui a été réprimandée par le Seigneur JESUS (ce que Paul nomme les actions du corps – Romains 8/12 à 14). Cela ne veut pas dire que Pierre était un « hypocrite » dans sa nature nouvelle, comme l’étaient certains des Juifs du temps de JESUS qu’IL reprenait dans leur vie d’hommes pécheurs en leur dévoilant leur hypocrisie. D’où l’exemple ci-dessus que j’ai donné concernant la « colère ».

Que lisons-nous ensuite ? Voyant qu’ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l’Évangile, je dis à Céphas, en présence de tous: Si toi qui es Juif, tu vis à la manière des païens et non à la manière des Juifs, pourquoi forces-tu les païens à judaïser ?

Dans cette circonstance précise, aux yeux des Juifs circoncis et des païens convertis, Pierre ainsi que les Juifs qui étaient avec lui, y compris Barnabas, tous ont donné une image d’eux-mêmes qui ne se tenait plus dans La Vérité de l’Evangile. La dissimulation n’était pas « une vertu » ou un sentiment noble venant de l’ESPRIT, mais une action du corps venant de la personnalité de chacun. Peu importe ce qu’était la cause de leur attitude, par leur dissimulation, tous ont agit avec hypocrisie vis-à-vis des « circoncis », et païens convertis.

La question maintenant est :

Est-ce pour cela que Pierre et les autres Juifs avec lui ont « péché » c’est-à-dire, ont fait choix de volontairement désobéir au Seigneur, l’ESPRIT ?

Beaucoup prétendent que « oui ». Il est vrai qu’il est beaucoup plus facile de prétendre que Pierre a péché lorsque soi-même on pèche, plutôt que de témoigner l’inverse dans ma propre vie en disant qu’il n’est pas possible de pécher pour un enfant né de DIEU comme l’affirme également son frère l’apôtre Jean (1 Jean 3/1 à 10 et 1 Jean 5/18 à 21, etc.…). L’apôtre Jean se contredirait-il en disant qu’il est impossible de pécher pour un enfant né de DIEU et également prétendre ensuite le contraire dans sa même lettre comme en conclus certains(es) pour leur vie ? Ce même genre de « contradiction » nous la retrouvons dans la vie de beaucoup qui, d’un côté, affirment croire le Seigneur JESUS qui Lui s’engage par Sa Parole à affranchir et rendre réellement libre du péché quiconque LE croit (Jean 8/34 à 36), et de l’autre, comme le témoignent par et dans leur vie la plupart de ceux (ou celles) qui vivent faussement son Evangile, Sa Parole ne les délivrerait jamais totalement de leur corps du péché par et dans lequel Satan les maintient captif du péché (Romains 7).

Il est écrit au verset 14 que Paul voyait que Pierre « ne marchait pas droit selon l’Evangile ». C’est à cause de ces autres mots employés dans ce texte (ou plutôt traduit par les hommes) que malheureusement beaucoup affirment que Pierre a « pécher » contre DIEU, alors que c’est là que devrait intervenir le discernement qui vient d’en Haut, sur la signification exacte de cette phrase de Paul : « Voyant qu’ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l’Évangile, je dis à Céphas, en présence de tous:… » Lorsque nous lisons le verset 14, le fait que Pierre mangeait avec les païens convertis par CHRIST, pour lui qui était Juif et observateur de la Loi sans pour cela être sous la garde de cette Loi, en agissant ainsi il s’identifiait à l’Evangile de CHRIST qui ne fait acception de personne et qui se vit uniquement par la foi et l’obéissance personnelle à Sa Parole. En cela il faisait bien. Lorsque Pierre par crainte des « Juifs circoncis » se retire de ses frères païens (convertis par CHRIST), celui-ci ne marche pas (ou ne marche plus) droit selon l’Evangile que lui-même avait reçu de DIEU le Père au commencement de sa nouvelle vie spirituelle (Actes 9/10 à 16, Actes 10/28).

Pierre et les autres Juifs ont dissimulé leurs réels sentiments à l’égard « des Juifs circoncis » en se mettant à l’écart de leurs frères païens convertis. C’est pour cela que leur « dissimulation » est jugée par le Seigneur comme étant de l’hypocrisie. Le Seigneur n’aime pas l’hypocrisie ! Pierre par son attitude hypocrite voulait faire croire à ces « Juifs circoncis » qu’il était semblable à eux, un frère « circoncis » (c’est-à-dire, un frère intégriste quand à l’observation de la Loi selon la lettre), alors qu’en réalité dans son cœur et sa Vie nouvelle, lui était libre par CHRIST de manger avec ses frères païens convertis, sans s’occuper des rites, des préceptes, ou des traditions de la Loi. Malheureusement, en agissant ainsi par « dissimulation » de sa Vie nouvelle vis-à-vis de ces « Juifs circoncis », Pierre même si cela n’était pas son but, s’identifiait à la vie et à l’enseignement faux de ces « circoncis » qui eux voulaient asservir l’Eglise par l’obéissance inconditionnelle à la Loi selon la lettre pour prétendre bénéficier du Salut de DIEU. De ce fait par son attitude « hypocrite », Pierre en se retirant (en se mettant à l’écart) des païens convertis par CHRIST, sème le trouble parmi eux les forçant inconsciemment à judaïser, devenant ainsi pour eux et pour les Juifs avec lui « une pierre d’achoppement, un objet de scandale » qui les éloigne de l’Evangile de CHRIST. A ce moment précis, Pierre ne marchait pas (ou plus) droit selon l’Evangile du Seigneur (Matthieu 16/22 et 23, Matthieu 18/6). C’est ce que Paul faisait comprendre à Pierre en lui disant : « Si toi qui es Juif, tu vis à la manière des païens et non à la manière des Juifs, pourquoi forces-tu les païens à judaïser ? »

C’est comme si Pierre après avoir mis la main à la charrue, se mettait à regarder à nouveau en arrière pour retourner vivre sous l’esclavage de la Loi, même si cela n’était pas son but et sa Vie nouvelle…(Luc 9/57 à 62). Pierre avait oublié que son témoignage personnel avec CHRIST pouvait, sauver une âme (l’amener à CHRIST) ou la perdre (l’éloigner de la Vérité de l’Evangile). Paul ne dit pas que Pierre ne marchait « pas » dans la vérité de l’Evangile de CHRIST, comme le faisaient les « Juifs circoncis ». Paul dit que Pierre ne marchait « pas droit » dans la vérité de l’Evangile. Ne pas marcher sur un chemin c’est une chose, mais ne pas marcher droit sur le même chemin en est une autre. Ce n’est pas du tout la même chose, ce sont deux façons de faire totalement différentes l’une de l’autre.

Paul ne dit pas à Pierre qu’il avait abandonné l’Evangile, ou encore qu’il avait renié CHRIST par sa façon de faire. Il dit à Pierre qu’il ne marchait « pas droit » dans la vérité de l’Evangile parce que celui-ci avait laissé l’esprit de l’antéchrist prendre le dessus sur « La Vérité » de l’Evangile de CHRIST, par le biais de sa personnalité terrestre qui englobe sa volonté, ses facultés, ses sens, ses sentiments et son raisonnement humain. Cette Vérité qui consistait à recevoir l’Evangile de DIEU (le Salut de DIEU pour les âmes vivantes) uniquement par la foi en son Œuvre Parfaite qu’IL a manifestée premièrement à son peuple (Israël) et ensuite aux nations par JESUS son Fils bien-aimé, son CHRIST.

Voilà ce que le Seigneur juge en Pierre au travers de la réprimande de Paul. Par son attitude partagée à ne pas vouloir porter l’opprobre de CHRIST quoiqu’il lui en coûte vis à vis de ces « Juifs circoncis », Pierre donnait raison à l’esprit de l’antéchrist qui par le biais de ses serviteurs ces Juifs circoncis, venaient imposer la Loi et tous ses préceptes comme étant la base du salut de DIEU en JESUS-CHRIST pour tous les hommes pécheurs. Pourtant, l’ESPRIT-SAINT de DIEU avait une fois pour toutes tranché sur la manière de vivre des païens qui se convertissaient à CHRIST (Actes 15/27 et 28).

Conclusion :

Quoiqu’il existe qu’un seul Evangile, celui de DIEU le Père manifesté en son Fils JESUS son CHRIST, l’apôtre Pierre étant Juif de naissance pouvait vivre l’Evangile de deux façons. Il pouvait le vivre comme un Juif converti par CHRIST, ou encore comme un païen converti par CHRIST, cela en fonction de ce que l’ESPRIT lui montrait de vivre au moment présent dans sa vie, tout comme le vivait son frère en CHRIST l’apôtre Paul, qui était lui aussi un « observateur » de la Loi juive sans être pour autant sous le couvert (ou la garde) de celle-ci. Lui-même étant aussi par la foi sous la Loi de l’ESPRIT de CHRIST en lui (1 Corinthiens 9/20 et 21, Galates 2/20).

Après l’avertissement donné à Pierre par le Seigneur JESUS au travers de la réprimande de Paul, si Pierre et chacun des autres Juifs n’avaient pas personnellement renoncer à leur volonté (leur personnalité d’homme libres) par amour pour La Vérité, c’est-à-dire n’auraient pas accepté ce que l’ESPRIT leur montrait par l’intermédiaire de Paul pour que cette « hypocrisie » (qu’elle qu’en soit la cause) disparaisse de leur Vie nouvelle (faire mourir les actions du corps) et qui faisait que tous ne marchaient pas (ou plus) droit dans la Vérité de l’Evangile, cela aurait été lourd de conséquences pour tous qui seraient restés volontairement dans cette attitude de cœur, après avoir eu la connaissance de la Vérité (Hébreux 6/4 à 8, Hébreux 10/26 à 31). Alors à ce moment là, et là seulement, Pierre et ses compagnons auraient « péché » contre DIEU en désobéissant volontairement à l’ESPRIT-SAINT, puisqu’ils auraient eu la connaissance de la Vérité dans la situation vécue (Jacques 4/17) et seraient demeurés volontairement « sourds » aux paroles de Paul données selon l’ESPRIT de CHRIST. L’exemple de vie d’Ananias et Saphira en témoigne (Actes 5/1 à 11).

En prétendant par cet écrit que Pierre, ou les Juifs qui étaient avec lui n’ont pas « péché » contre DIEU, j’entends déjà crier : « Au scandale ! », les détracteurs de la vie spirituelle de l’apôtre Pierre. Ces détracteurs diront : « Pierre n’était pas un jeune converti. Il avait de la maturité. Il était un des piliers de l’Eglise de Jérusalem. Comment donc n’aurait-il pas su qu’il agissait mal puisque l’ESPRIT-SAINT était en lui ? Cela démontre bien que le péché était toujours dans sa chair comme il l’est toujours dans la notre, malgré que nous sommes nés de DIEU. Mais par l’ESPRIT-SAINT en nous, nous « dominons » sur le péché dans notre chair. Et s’il nous arrive de pécher, nous avons un Avocat auprès du Père, JESUS-CHRIST !

Compte tenu de ce qui est écrit dans Hébreux 6/4 à 8, ou encore dans Hébreux 10/26 à 31 :

« Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint Esprit, qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir, et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie ».

« Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles. Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins; de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce ? »

Quiconque « pèche » comme Pierre l’aurait fait (d’après ses détracteurs), ils témoignent ainsi contre eux qu’ils sont condamnables au plus haut point dans leur propre vie. Si pour l’apôtre Pierre ces versets sont la Vérité (et ils le sont). S’ils le condamnent à la perdition éternelle selon ce qui est écrit, ces versets sont également « la Vérité » pour tous ces détracteurs de la Vérité de l’Evangile de CHRIST. Mais voilà, pour bon nombre de personnes toujours esclaves de leur corps du péché, bien des versets de la Bible sont placés dans « les oubliettes » de leur vie (soi-disant nouvelle), utilisant ainsi les écrits de la Bible en fonction de ce qui les arrange pour justifier leur conduite pécheresse.

Pourtant, à quel moment l’apôtre Paul dit-il à son frère Pierre qu’il a « péché » contre DIEU ? Après avoir réprimandé Pierre, où est-il écrit dans tous les écrits de Paul, que Pierre et les autres frères sont demeurés dans cette mauvaise attitude de cœur dans la dissimulation sous la forme d’hypocrisie ? Allons encore plus loin, où lisons-nous dans le nouveau Testament qu’un seul des disciples de JESUS a été cité comme ayant péché après sa nouvelle naissance ? S’il est vrai qu’il est mentionné que certains font naufrage ou abandonnent la foi pour retourner vivre dans le monde, nulle part nous voyons les frères de CHRIST (les apôtres) témoigner de leur vie avec le Seigneur qu’ils continuent de pécher après leur nouvelle naissance, ou qu’il leur arrive encore de « pécher » après leur nouvelle naissance.

Frères et Sœurs, il faut faire très attention lorsqu’on nomme « le péché » chez son Frère (ou sa Sœur) en CHRIST sans être sûr que c’est l’ESPRIT de JESUS en nous qui l’atteste. Cela peut être lourd de conséquences pour nous-mêmes, parce que nous seront jugés avec la même mesure que nous nous sommes servi pour juger le Frère, la Sœur, ou le prochain, et on y rajoutera dit le Seigneur JESUS (Matthieu 7/1 à 5) !

Que la Paix et la Joie du Seigneur JESUS soient votre partage.

Patrick PETITOT (le 31-05-2015).

Ce contenu a été publié dans Patrick PETITOT. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.