(20) – De la mort à la Vie.

Ephésiens 2, versets 1 à 10 :
Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés,
dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l’air, de l’esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion.
Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres…
Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés,
nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c’est par grâce que vous êtes sauvés);
il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ,
afin de montrer dans les siècles à venir l’infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus Christ.
Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu.
Ce n’est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie.
Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions.

Comme ces versets l’indiquent, avant d’avoir eu part à la Vie Nouvelle en JESUS-CHRIST par La Grâce de DIEU, autrefois nous étions tous et toutes sans force (sans La Vie de l’ESPRIT de CHRIST en nous), et de plus ennemis de DIEU. Nous demeurions tous et toutes sous « sa colère » (Jean 3/36). Nous étions tous et toutes séparés éternellement de LUI, et voués à finir dans la géhenne, esprit/âme et corps (Apocalypse 20/10 à 15).

Romains 5, versets 8 à 10 :
Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.
A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère.
Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie.

La cause de cette séparation vient de ce que l’on appelle aujourd’hui, « le péché » de l’homme, c’est-à-dire, sa désobéissance au commandement de DIEU (Genèse 2/15 à 17, Genèse 3). Néanmoins, il ne faut pas confondre entre le « péché » de l’homme qui est sa propre désobéissance au commandement de DIEU, avec l’origine « du péché » du monde qui est « l’iniquité » de l’esprit qu’est Satan.

Je ne vais pas approfondir dans cet article ce qui concerne le « péché », pour ceux qui veulent plus de précisions concernant ce sujet, cela est détaillé dans l’article N° 8 – Vivre libre du péché. Je veux simplement rappeler que la conséquence du péché de l’esprit qu’est Satan, qu’il inculqua à l’homme terrestre, a fait qu’il est devenu par sa chair (esprit/âme/corps), esclave de cet esprit corrompu et mauvais par « ce » péché. Et c’est « ce » péché de Satan, qui a fait commettre à l’homme (femme) « son péché », sa propre désobéissance au commandement de DIEU. Cela engendra une multitude de péchés en l’homme, c’est-à-dire toutes sortes de mauvaises actions de sa part, qu’elles soient volontaires ou involontaires. Chacun(e), nous savons parfaitement bien ce à quoi nous étions capables de faire autrefois lorsque nous étions sous l’influence de cet esprit satanique qui dirigeait notre vie à tous et toutes (Colossiens 3/5 à 10). C’est pourquoi, celui ou celle qui prétend n’avoir jamais été esclave du péché, ni n’avoir commis un seul ou des péchés autrefois avant sa Vie Nouvelle, il ou elle est encore à ce jour trompé (e) par cet esprit menteur qui le ou la garde dans ses ténèbres (1 Jean 1/8 à 10). Mais grâces soient rendues à DIEU notre Père par JESUS-CHRIST notre Seigneur de ce qu’IL sanctifie Lui-même l’être tout entier de son enfant, son esprit, son âme et son corps, le rendant désormais, glorieux, Saint, sans ride, ni tache, et irrépréhensible devant LUI (Ephésiens 5/25 à 27). Ce qui est merveilleux, c’est que Celui qui nous a appelés est Fidèle, et c’est LUI qui le fera.

1 Thessaloniciens 5, versets 23 et 24 :
Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus Christ !
Celui qui vous a appelés est fidèle, et c’est lui qui le fera.

Oui Frères et Sœurs, vous lisez bien, il est écrit que c’est « LUI », DIEU notre Père qui gardera notre être tout entier, notre esprit/âme/corps dans Sa Sainteté, irrépréhensible jusqu’au retour de son Fils. Bien entendu à la seule condition que nous ne faisions « que » Sa Volonté (Matthieu 7/21 à 23). Gloire à DIEU notre Père qui nous a donné cette magnifique Vie Nouvelle en son Fils JESUS-CHRIST notre Seigneur. Gloire à Son Saint Nom !

Ce que le Seigneur m’a montré au cours des années, c’est que quoique les versets cités ci-dessus soient clairs et simples à lire, il n’est pas sûr du tout que cette vie soit bien comprise et vécue de tous et toutes qui prétendent être nés de DIEU. La plupart du temps, elle n’est pas vécue selon l’ESPRIT, parce que cette Vie Nouvelle n’est tout simplement pas connue. Ce que la plupart vivent (comme moi-même je l’ai vécu autrefois), n’est que l’enseignement de la mise en pratique tant bien que mal de ce qui est écrit dans la Bible, en se reposant sur la pensée, le raisonnement et les sentiments humains qui poussent l’homme à agir selon « sa volonté » qu’il prend bien souvent pour être la Volonté du Seigneur, celle de l’ESPRIT. C’est ce que l’apôtre Paul écrit et essaie de faire comprendre à l’Eglise se trouvant à Rome, ou encore à Corinthe lorsqu’il leur dit qu’une fois né de DIEU (Jean 1/12 et 13), c’est la foi et l’obéissance en La Parole de DIEU le Père donnée en son Œuvre Parfaite qu’IL a faite chair en son Fils, qui doit l’emporter sur la vieille nature qui elle est désormais crucifiée et détruite une fois pour toutes.

Romains 6, versets 4 à 7 :
Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.
En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection,
sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché;
car celui qui est mort est libre du péché.

2 Corinthiens 5, versets 14 à 18 :
Car l’amour de Christ nous presse, parce que nous estimons que, si un seul est mort pour tous, tous donc sont morts;
et qu’il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et ressuscité pour eux.
Ainsi, dès maintenant, nous ne connaissons personne selon la chair; et si nous avons connu Christ selon la chair, maintenant nous ne le connaissons plus de cette manière.
Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.
Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation.

Lorsque l’apôtre Paul dit cela : « Ainsi, dès maintenant, nous ne connaissons personne selon la chair; et si nous avons connu Christ selon la chair, maintenant nous ne le connaissons plus de cette manière », il montre à l’Eglise qu’une fois né de DIEU par la foi en Sa Parole, il ne faut plus s’occuper du passé de la vieille nature, elle est définitivement « morte », ou « détruite » sur la croix avec CHRIST (Romains 6/3 à 11). L’homme spirituel nouveau né en CHRIST (Romains 6), dès sa nouvelle naissance ne doit plus continuer d’appliquer un entendement terrestre, d’en bas, à sa façon de concevoir les choses d’en Haut, c’est à dire l’Eglise (ses Frères ou Sœurs), ou encore de ce qu’il croit connaître de la Vie de CHRIST homme. L’enfant né de DIEU doit changer impérativement d’attitude de Vie et laisser l’ESPRIT-SAINT en lui le transformer à l’Image de Celui qui l’a créé nouveau.

2 Corinthiens 3, versets 17 et 18 :
Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.
Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.

L’enfant né de DIEU ne doit pas oublier que la seule « Image » par et dans laquelle va croître progressivement son esprit/âme Saint dans son corps lavé de toutes ses souillures (Ezéchiel 36/25 à 27), lui vient uniquement de l’ESPRIT du Fils par lequel il vit désormais en nouveauté de Vie (Romains 8/9, Galates 4/6). C’est cette Vie du Fils que le SAINT-ESPRIT en lui (Tite 3/ 4 à 7) va lui inculquer jour après jour, s’il demeure par « sa » foi et « son » obéissance à la Volonté de DIEU son Père.

Jean 14, verset 26 :
Mais le consolateur, l’Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.

Jean 16, versets 12 à 16 :
J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant.
Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.
Il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera.
Tout ce que le Père a est à moi; c’est pourquoi j’ai dit qu’il prend de ce qui est à moi, et qu’il vous l’annoncera.
Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus; et puis encore un peu de temps, et vous me verrez, parce que je vais au Père.

Cette Vie Nouvelle que le Seigneur JESUS promet de donner à quiconque veut Le suivre sur « son » chemin (Matthieu 7/14, Jean 8/12, Jean 12/46), doit être pour l’enfant né de DIEU, le repos de son âme qui a été libérée de l’esclavage du péché de l’esprit qu’est Satan (Matthieu 11/28 à 30). Malheureusement, à cause de faux enseignements, un grand nombre de croyants ne cessent de croire qu’ils vont pouvoir vivre une Vie Nouvelle en s’appuyant sur leur entendement terrestre, et continuer ainsi de se conformer au siècle présent tout en pensant vivre pour DIEU en JESUS-CHRIST. Quelle illusion, quelle tromperie que l’esprit de l’antéchrist inculque subtilement à l’esprit/âme de ces personnes (Jacques 4/1 à 10). Au lieu d’écouter et d’entendre le Seigneur JESUS leur enseigner Son Evangile qui les amène à perdre leur vie une fois pour toutes, afin qu’IL les sauve en les rendant réellement libres du péché, ils préfèrent raisonner humainement. Ainsi, ils se gardent eux-mêmes captifs du péché dans leur corps du péché qu’ils ne veulent pas perdre une fois pour toutes par la foi et l’obéissance en Celui (JESUS-CHRIST) qui par l’Œuvre Parfaite de DIEU son Père, a détruit en Lui sur la croix ce corps du péché avec son péché

Colossiens 2, versets 6 à 15 :
Ainsi donc, comme vous avez reçu le Seigneur Jésus Christ, marchez en lui,
étant enracinés et fondés en lui, et affermis par la foi, d’après les instructions qui vous ont été données, et abondez en actions de grâces.
Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ.
Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité.
Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité.
Et c’est en lui que vous avez été circoncis d’une circoncision que la main n’a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair:
ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l’a ressuscité des morts.
Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses;
il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la croix;
il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix.

De « ma mort » à La Vie.

Le Seigneur m’a mis à cœur d’écrire cet article qui résume plus en détails les étapes de « ma vie »spirituelle avec Lui. Il est en quelque sorte, le complément de mon témoignage personnel. Quoiqu’il soit très long, il est à la fois très court, si je le compare à 40 ans de vie avec le Seigneur.

Né en 1953 (en France), j’ai habité un temps en Suisse Romande (de 1970 à fin 1974). C’est pendant ce temps que DIEU m’a accordé Sa Grâce de m’ouvrir les yeux sur ma vie de misère tant physique que morale que je vivais à cette époque, et qu’IL m’a permis que je passe par la repentance et le pardon de mes péchés (en fin 1974). Le but de cet article est de montrer comment l’esprit qu’est Satan (ou l’esprit de l’antéchrist) après s’être déguisé en ange de lumière (2 Corinthiens 11/14 et 15), peut arriver pendant des années à faire croire à une personne qui est passée par une repentance sincère et aime le Seigneur de tout son cœur, qu’elle est née de DIEU et marche systématiquement en nouveauté de Vie, alors que cela n’est pas vrai.

Cela a été mon cas et ma vie spirituelle pendant près de douze années. Quoique j’étais gardé sous la Loi de DIEU (ou de CHRIST) selon la lettre par l’ESPRIT-SAINT qui était avec moi mais pas encore en moi (Jean 14/15 à 21), il m’a fallu près de douze années avant que je comprenne l’Evangile de DIEU et que le Seigneur me convertisse en Lui (début 1986). C’est seulement après la conversion de CHRIST (Luc 22/31 à 34) que cette fois, par son ESPRIT-SAINT en moi (Jean 20/21 à 23), je suis passé avec ma vie nouvelle, sous la garde de la Loi de l’ESPRIT de Vie de CHRIST en moi et j’ai commencé à apprendre à marcher réellement en nouveauté de Vie.

Petit rappel pour mieux me situer (pour ceux qui n’ont pas lu mon témoignage). Il y a eu un temps avant ma repentance, suite à divers évènements, je pensais que j’allais mourir physiquement. J’ai donc ramené mon épouse et notre premier enfant en France vers nos familles au cas où il m’arriverait quelque chose (la mort). Etant retourné en Suisse dans l’attente de mon futur déménagement pour mon retour définitif en France, pendant un temps j’étais seul, sans travail. Pendant ce temps d’attente entre la peur de « mourir », et celle de mon retour en France, DIEU s’est manifesté à moi par Sa Grâce en son Fils JESUS-CHRIST et par Sa Parole, m’avait touché dans mon cœur. IL m’avait ainsi permis de me repentir de ma vie passée et d’entrer dans Son Pardon pour mes péchés (voir mon témoignage).

Après ma repentance, j’étais heureux, un autre homme, mais pas forcément délivré de mes angoisses et problèmes physiques. Néanmoins, toujours dans l’attente de déménager de Suisse vers la France, j’avais du temps de libre, étant temporairement dégagé de toutes contraintes d’un travail. Etant seul dans mon logement, pendant près de quinze jours d’affilés, l’ESPRIT-SAINT de DIEU le Père m’ouvrait l’esprit et déversait sur moi des fleuves d’eau vive, qui n’arrivaient pas à satisfaire ma soif de lire dans les quatre évangiles les Paroles du Seigneur JESUS. Le Seigneur JESUS était devenu désormais pour ma vie ma seule raison de vivre ici-bas. Ensuite vînt le temps de déménager. A l’époque j’aurais pu rester en Suisse, ma vie avait complètement changée, et de plus, j’avais désormais de nouveaux amis qui eux aussi aimaient le Seigneur et voulaient m’aider à retrouver du travail et autres bien faits pour ma famille. Néanmoins, j’avais reçu du Seigneur l’ordre de retourner dans mon pays, et c’est ce que j’ai fait au temps voulu par Lui.

Après mon retour en France, j’ai connu bien d’autres croyants de différentes dénominations dites « évangéliques » qui tout comme moi, prétendaient aimer DIEU et le Seigneur JESUS. Je ne doutais pas de la sincérité de ces personnes et de leur amour pour le Seigneur. Malheureusement, au fur et à mesure que les années passaient, la communion fraternelle sincère et sans hypocrisie que nous devions normalement avoir réciproquement, se dégradait progressivement à mon égard parce que je ne suivais pas « le mouvement » du plus grand nombre. Querelles, divisions, disputes, animosités, médisances, etc, etc…voilà ce que je voyais être de plus en plus parmi ceux ou celles qui prétendaient aimer le Seigneur JESUS. Etant « fatigué » de tout cela, je me suis retiré de toutes ces mauvaises choses, ayant la conviction intérieure que de toute façon, La Parole du Seigneur JESUS est La Vérité, et quoi qu’il arrive, IL me gardera dans ce monde comme IL le promettait dans les écrits de la Bible (Jean 8/12). Quoique j’essayais de ne pas être « comme » ces personnes, en réalité, je n’étais pas « meilleur » qu’elles, peut-être même pire selon ma vieille nature que je tenais en bride tant bien que mal, en veillant que celle-ci ne reprenne pas le dessus sur ce que je ne voulais pas ou ne plus être.

C’est bien plus tard après la mort de mon père, lorsque j’étais angoissé et allongé sur un lit dans un hôpital, que le Seigneur JESUS m’a montré que cette vieille nature dans laquelle je ne voulais pas vivre où être, était malheureusement toujours bien présente dans ma vie, malgré que je prétende l’aimer et Le suivre. C’est pendant ces jours d’angoisse et de peur que le Seigneur JESUS m’avait dit : « …Ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour. », avant qu’IL « me » convertisse en Lui (Luc 22/32), ou si vous préférez, avant que je passe par « Sa » nouvelle naissance à l’âge de 33 ans (Jean 3/3 à 8).

Apocalypse 2, versets 2 à 5 :
Je connais tes œuvres, ton travail, et ta persévérance. Je sais que tu ne peux supporter les méchants; que tu as éprouvé ceux qui se disent apôtres et qui ne le sont pas, et que tu les as trouvés menteurs;
que tu as de la persévérance, que tu as souffert à cause de mon nom, et que tu ne t’es point lassé.
Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour.
Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et pratique tes premières œuvres; sinon, je viendrai à toi, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes.

Le Seigneur JESUS m’a montré que même si je ne faisais pas comme les autres, je ne les suivais pas dans leurs divisions, calomnies, disputes, etc…je n’en demeurais pas moins pour autant, esclave du péché et de mon corps du péché. Avec le temps, IL m’a montré que sans même m’en rendre compte, j’avais fait « naufrage » depuis bien longtemps quand à ma foi en Sa Parole, qui consistait à demeurer en Lui. Effectivement, j’avais fini par abandonner « mon premier Amour ». Cet Amour et cette foi que j’avais reçus en moi lors de ma repentance de DIEU le Père, afin que je puisse croire en LUI et l’aimer plus que tout au monde par La Parole de Son Fils qu’IL avait faite chair pour moi (Jean 1/12 à 14).

A l’époque de ma repentance, j’avais cru lui avoir donné « ma vie », tout en lui disant que « jamais » je ne le renierais, lui promettant même que je le suivrais jusqu’à la mort. Et bien je me trompais, je ne Lui avais jamais donné, je Lui avais « prêté ». Avec le temps j’ai fini par « reprendre » ma vie en acceptant petit à petit toutes sortes de petits compromis avec le monde et sa religiosité. J’ai fini par me « conformer » au siècle présent. J’avais beau écouter le Seigneur JESUS en lisant Sa Parole, en faisant de nombreuses œuvres de toutes sortes, etc…, mais je ne l’entendais plus. J’étais totalement aveuglé par l’esprit de mensonge de l’antéchrist qui déguisé en ange de lumière m’avait séduis comme bien d’autres croyants. Cet esprit de mensonge agissait et manipulait mon esprit/âme encore corrompu d’une manière subtile et sournoise par le biais de faux enseignements. Il m’avait fait croire par ceux-ci que jamais je ne serais débarrassé une fois pour toutes de cette misérable vie liée au « péché » que je vivais intérieurement. Il me faisait croire qu’elle allait me coller à la peau tous les jours de ma vie terrestre comme les taches sur la peau d’un léopard qui sont sa nature (Jérémie 13/22 et 23) ! Mais tout cela n’était que « mensonge », l’œuvre de l’esprit de l’antéchrist qui agit puissamment dans ce monde dans l’esprit/âme de tous ceux ou celles qui vivent de la religiosité, au lieu de l’Evangile de DIEU en JESUS-CHRIST.

Mon engagement à suivre le Seigneur et non pas « une assemblée d’homme ».

L’Evangile de CHRIST que je témoigne par ma vie et dans lequel je vis aujourd’hui, n’a jamais été issu d’une « religion ». Même autrefois sans DIEU, sans CHRIST dans ma vie, dès l’âge de douze ans, il ne fallait plus me parler de DIEU et de « sa justice » sous quelque forme d’une religion qu’elle soit. J’avais « la religion » et « les religieux » en aversion. Etant enfant, malgré qu’on m’imposait de suivre « la religion » (à l’époque catholique), c’est dans un esprit de révolte contre toutes formes de religiosités que j’ai grandi intérieurement et me suis endurci extérieurement. Cette vie a perdurée jusqu’au jour de ma repentance, lorsque j’ai entendu Sa Parole :

Jean 3, versets 16 à 21 :
Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.
Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.
Celui qui croit en lui n’est point jugé; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.
Et ce jugement c’est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises.
Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dévoilées;
mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu’elles sont faites en Dieu.

Autrefois, j’étais sans foi ni loi. Je ne recherchais pas DIEU, quoiqu’il m’arrivait de penser que « quelque chose » devait exister. Ce monde et tout ce qu’il renferme ne s’était pas créé tout seul ! La théorie du « bing bang », ou de l’homme descendu « du singe », ou du « poisson », etc, …Toutes ces théories plus farfelues les unes que les autres, ne passaient pas en mon esprit, elles sonnaient « faux » à mes oreilles. Lorsque j’observais la complexité des organes internes de mon corps physique, et la minutie de leur emplacement, la précision et coordination de ceux-ci, ainsi que le fonctionnement de mes membres externes, je me disais qu’il n’y a que l’homme trop fier, trop imbu de lui-même, qui ne veut pas admettre qu’au dessus de lui, il existe bien « Un Créateur » de toutes choses, « Son Créateur ». Comme je l’ai déjà écrit, je ne recherchais pas DIEU, et si LUI n’avait pas créé en moi la foi qui m’a permis de me repentir par rapport à Sa Parole, mon cœur n’aurait jamais pu être touché par Sa Grâce. Jamais je n’aurais pu croire en quoique ce soit, et encore moins en les écrits de la Bible ! Voilà ce qui est écrit et je le confirme par le témoignage de ma vie.

Romains 10, verset 17 :
Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ.

Hébreux 11, verset 1 :
Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas.

Après ma repentance, contrairement à ce que certains ont pensé de moi, quoique j’avais entendu la « Bonne Nouvelle » du Salut de DIEU pour mon âme, m’être annoncée par des membres de l’Armée du Salut, mon attitude de cœur n’a jamais été de m’engager à servir une assemblée d’hommes quelle qu’elle soit, même si pendant le temps de ma méconnaissance de CHRIST selon l’ESPRIT, j’ai participé pendant plusieurs années aux activités de cette assemblée et encore dans diverses autres « dites évangéliques ».

Ma repentance était entre DIEU et moi seul. Je ne me suis jamais engagé à suivre un homme, ou une assemblée, ou religion, où ne sais-je encore. Même mon épouse était exclue de mon choix de vie de croire ou non DIEU et Sa Parole. Preuve en est, je ne l’ai tenu informé de mon choix de vie qu’après ma repentance et mon engagement à servir DIEU par la foi en Sa Parole faite chair en son Fils JESUS-CHRIST mon Seigneur. Cela l’avait tellement surprise, qu’elle pensait que j’avais perdu la raison (me connaissant autrefois, sans foi, ni loi, hostile à la religion). Le but de « ma » repentance m’était vraiment personnel, c’était mon choix de vie que personne pouvait influencer ou décider à ma place. Je voulais désormais suivre DIEU et Sa Parole par le moyen de son Evangile qu’IL me donnait par Son Fils JESUS, son CHRIST. IL était devenu à mes yeux et dans mon cœur « mon » Seigneur, le Seul à qui je permettais de gérer ma vie terrestre et à personne d’autre. Je précise bien, mon but était de suivre uniquement l’Evangile de DIEU par le biais de La Parole de Son Fils JESUS mon Seigneur, et non pas suivre quelque assemblée d’hommes qu’elle soit, au travers de ses rites, ses traditions, ses coutumes, ses œuvres, etc…liés à « sa religiosité ».

Au commencement de ma vie personnelle avec CHRIST, je la croyais être « nouvelle » dans le sens que j’étais par la foi une « nouvelle créature », un enfant né de DIEU. C’est ce qu’on m’avait enseigné. Il est sûr que le fait d’être passer de l’incroyance dans laquelle je vivais autrefois, à l’Evangile de DIEU, cela semblait être pour moi, une « nouvelle naissance », une réelle « nouvelle vie » qui s’ouvrait à mes yeux. Tout était nouveau, je ne me reconnaissais pas. Mes pensées, mes paroles, mes actions n’étaient plus motivées de la même façon, malgré les nombreuses luttes « en moi » pour ne pas replonger dans mes vieilles habitudes ou pensées corrompues. Même la Bible qui auparavant était un livre sans aucun intérêt, après ma repentance, l’ensemble de ses écrits devenaient à mes yeux, La Parole Vivante et permanente de DIEU. Elle éclairait mon être intérieur de toute Sa Vérité, et j’arrivais à comprendre « ce » Livre. Malgré tout cela, à l’intérieur de moi-même je ne me sentais pas si propre que ça. Mais je m’en suis accoutumé par rapport à l’enseignement que j’avais toujours entendu dans toutes les assemblées d’hommes parmi lesquelles je pensais vivre le vrai Evangile de DIEU, et ainsi partager une communion fraternelle sincère.

Après des années de recul, force était de constater que je ne connaissais pas encore cette Vie Nouvelle, la vraie nouvelle naissance (Jean 3/3 à 8). Ce que je vivais par ma repentance et mon engagement personnel sincère devant DIEU, n’était en réalité que la mise en pratique tant bien que mal des écrits de la Bible (Ancien et Nouveau Testament). Vivre La Parole de DIEU était mon plus cher désir. Quoique par la foi, les commandements du Seigneur JESUS étaient ma joie, il n’empêche que je devais m’efforcer de vivre ces écrits tous les jours de ma vie. Cette Vie n’était pas naturelle en moi. J’ai vécu toutes ces années comme un « imitateur » des écrits de la Bible, et non pas un « imitateur » de « La Vie » de CHRIST en moi que l’ESPRIT-SAINT allait me faire vivre plus tard en tant qu’enfant né de DIEU (Jean 1/12 et 13). Je vivais une vie en « dents de scie » à cause de mes « chutes » répétitives dans des péchés divers. Cette vie n’en finissait pas entre mes repentances et demandes sincères de pardon à DIEU, et l’attente de « Son pardon » pour mes péchés.

Ce que le Seigneur m’a montré, c’est qu’en réalité, par la foi en l’enseignement du faux Evangile de DIEU que l’esprit de l’antéchrist m’avait faire croire pendant près de douze années, « je » m’appropriais et « je » m’accordais « Le pardon » de DIEU. Ainsi, pendant toutes ces années, j’ai toujours pensé qu’après ma repentance sincère, celle-ci avait fait de moi un nouvel homme, une nouvelle créature, comme l’apôtre Paul le disait dans 2 Corinthiens 5/16 et 17. Malheureusement, les circonstances de la vie au travers du temps qui passait finirent par me démontrer le contraire, je n’étais pas encore né de DIEU, et j’allais tout droit vers la perdition éternelle !

Le faux enseignement qui me gardait dans « la mort » tout en pensant être dans « La Vie ».

Jusqu’à la mort de mon père biologique en 1986, j’ai toujours entendu m’être enseigné que j’étais avant ma repentance un homme pécheur, et qu’après m’être repenti, je demeurais toujours un homme pécheur selon « ma chair corrompue ». Néanmoins, du moment que j’avais confessé mes péchés et déclaré par la foi avoir reçu dans ma vie JESUS-CHRIST comme Seigneur et Sauveur, à cause de son Sang versé sur la croix pour mes péchés, IL m’avait rendu libre du péché et ainsi j’étais passé par la nouvelle naissance. J’étais né nouveau de LUI ! En clair pour ma vie cela voulait dire que pendant près de douze années, quoiqu’à mes yeux je sois né nouveau par la foi en La Parole de DIEU, je n’en demeurais pas moins pour autant sur cette terre, toujours un homme pécheur dans mon corps de chair. J’étais « sauvé » par la Grâce de DIEU, mais toujours un homme vivant dans une nature pécheresse, temps que je serais dans ce corps mortel.

Une autre chose. On m’avait également enseigné que je ne pouvais pas faire autrement que de pécher à cause de cette nature pécheresse qui me collerait toute ma vie à la peau comme les taches sur la peau d’un léopard. Tout ce temps que je n’étais pas réellement né de DIEU, il est vrai que j’avais une conception totalement erronée des mots « le péché » (l’origine), « pécher » (la désobéissance) et « les péchés » (les conséquences). C’est par « le péché » (l’origine du péché), que l’homme « pêche » (désobéit), et fini par commettre « des péchés » (les mauvais fruits des conséquences de la transgression du commandement). Le Seigneur me montrait que le fait de « pécher » (désobéir consciemment) sous la Nouvelle Alliance, c’était très grave de conséquences pour la vie spirituelle. Pécher pour un enfant né de DIEU, est en réalité le fait de « désobéir » volontairement et consciemment à la Volonté de DIEU lorsque l’ESPRIT-SAINT la lui montre. Contrairement au laxisme lié à la religiosité et prêché par le plus grand nombre, agir ainsi (pécher) tout en prétendant être conduit par l’ESPRIT, est toujours grave de conséquences pour quiconque persiste dans cette voie… (Hébreux 6/1 à 8 et Hébreux 10/26 à 31).

A l’époque où je vivais sous la garde de la Loi (Galates 3/22 à 24), cette fausse et dangereuse conception du verbe « pécher » (l’action de…) me permettait de passer entre les mailles du filet de la Loi qui condamnait « ma chair avec son péché » (l’origine) (Romains 7/7 à 13). La Loi de DIEU était justement là pour que « le péché » avec mon corps du péché soient définitivement détruits par l’Œuvre Parfaite de DIEU le Père en son Fils JESUS, son CHRIST (Romains 6/3 à 7). Malheureusement, ce faux enseignement qui m’était inculqué inconsciemment à mon esprit/âme toujours esclave de l’esprit de l’antéchrist, faisait que du moment que je demandais pardon au Seigneur JESUS, à chaque fois que je laissais agir dans ma chair « le péché » de ma nature corrompue, cet esprit menteur déguisé en ange de lumière utilisait les écrits de la Bible pour me faire croire que « systématiquement » le Seigneur JESUS était « mon Avocat » auprès de DIEU le Père, et qu’IL me pardonnait mon péché (ma désobéissance) et ses conséquences (mes péchés) par le moyen de son sang versé sur la croix.

Au commencement de ma vie spirituelle, cette vie me semblait être hypocrite vis-à-vis de mon prochain. Elle me gênait et ne me laissait pas vraiment en paix avec ma conscience. Mais avec le temps et les années passées dans différentes assemblées, petit à petit, ma conscience a fini par accepter d’être en conformité avec celle du plus grand nombre. Ce n’est pas que je délaissais la lecture de ma Bible, au contraire, mais d’autres « priorités » terrestres prenaient souvent la première place. JESUS mon Seigneur par Sa Parole n’était plus « ma nourriture » principale. Elle était remplacée par beaucoup de livres d’auteurs dits « chrétiens » qui prétendaient être inspirés de DIEU, de l’ESPRIT. Par leurs enseignements ils tordaient sournoisement ce que disait le Seigneur JESUS, et comme cela était conforme à ma vie d’homme pécheur, soi-disant sauvé, ces livres prenaient souvent la première place sur La Parole de DIEU et Sa Vérité. Je ne cherchais plus vraiment à vérifier si ce qu’ils écrivaient demeurait dans La Vérité. Pourquoi vérifier, puisque qu’à mes yeux ces personnes étaient toutes des « frères ou sœurs » de CHRIST. Il m’était impensable qu’elles mentent, ou tronquent La Vérité. Malheureusement, encore à ce jour dans la multitude de livres écrits soi-disant « par révélation » sous l’influence de l’ESPRIT, l’esprit de l’antéchrist agit toujours aussi puissamment dans ce monde.

Avec le temps, je me suis laissé convaincre par « leur vérité » (par leurs enseignements), et avec ma pensée, ma volonté, mon raisonnement et sentiments humains, sans même m’en rendre compte, je suis devenu un défenseur du faux évangile de l’antéchrist. Je me suis mis à dénoncer les sectes de toutes sortes, censurant à outrance livres, Bibles, et j’en passe…tout cela pour « plaire » à DIEU que je pensais servir avec zèle. Je croyais vraiment aimer DIEU et JESUS de cette manière là. Je pratiquais un grand nombre d’œuvres de toutes sortes, j’évangélisais, tout en me sachant intérieurement être un homme toujours pécheur. J’essayais progressivement de « me sanctifier » par tout un tas d’efforts et de sacrifices. Mais pour finir, je me suis résigné à ce faux évangile, cette façon d’être intérieurement, un pécheur par nature, mais sauvé par la foi en la Grâce de DIEU manifestée en son Fils JESUS le Seigneur. C’était « normal » de vivre ainsi, puisque c’était « la normalité » de la vie du plus grand nombre des croyants qui enseignaient cette façon de vivre comme étant sur terre la vie « normale » d’un enfant de DIEU par rapport à « Sa Vie » céleste à venir.

Attention, je tiens à préciser qu’il n’était pas « prêché » qu’il était « normal » de pécher. Non, bien au contraire, il ne fallait surtout pas pécher. Il était prêché qu’il était « normal » qu’il puisse « nous arriver » de temps à autre de pécher à cause de ce corps du péché dans lequel nous vivions. Il était enseigné que pécher de temps à autre, n’était pas « pratiquer le péché », puisque cela n’était pas d’une manière habituelle, ou continuelle. Pourtant il est bien écrit cela : « Quiconque est né de DIEU ne pratique pas le péché, parce que la semence de DIEU demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de DIEU ». Il est vrai qu’en supprimant la négation « ne pas », « ne… pratique…pas » ou encore, « ne… peut…(pas) » dans 1 Jean 3/5 à 10, pécher de temps à autre n’est pas « une pratique habituelle du péché », et devient ainsi la vie « normale » de l’homme esclave du péché. Pécher aux yeux de ces croyants était un « accident de parcourt », puisque DIEU savait parfaitement que nous étions par nature des hommes pécheurs, ayant une « chair faible », mais pour remédier à cela, le Sang de son Fils le Seigneur JESUS avait été versé sur la croix.

Voilà la subtilité du mensonge de l’esprit de l’antéchrist qu’il inculque à ceux ou celles qui sont toujours esclaves de leur corps du péché. La réalité pour ma vie était que je vivais comme tous ces croyants, ainsi que le reste du monde en satisfaisant plus ou moins les désirs et les passions de ma chair dont « j’excusais ses faiblesses », puisque c’était à cause du péché en elle que j’étais « faible », et que je ne pouvais rien y faire. C’était héréditaire ! Pour ce qui était des païens qui vivaient dans les péchés de toutes sortes à causes de leur chair corrompue, ils étaient perdus à mes yeux s’ils ne se repentaient pas. Malheureusement, tout comme ces païens, les mauvaises œuvres de la chair pécheresse étaient belles et bien en moi (Matthieu 15/18 et 19, Galates 5/19 à 21), mais moi, par rapport à eux, j’avais un « laisser passer » pour le ciel, JESUS-CHRIST mon Avocat auprès du Père. Il me suffisait de confesser mes péchés lorsque j’en commettais, et le Sang de CHRIST me purifiait de toute iniquité. J’ai vécu ainsi dans ce mensonge et cette hypocrisie vis-à-vis des gens du monde pendant près de douze ans.

L’œuvre de la Loi de DIEU en vue de me révéler la foi de CHRIST (Apocalypse 14/12).

Maintenu par l’ESPRIT-SAINT sous la garde de la Loi en vue de la foi qui devait m’être révélée (Jean 14/15 à 18), il n’empêche que j’étais toujours esclave du péché par mon corps du péché. Cette vie en dents de scie, entre pécher et pardon, pardon et pécher, a durée jusqu’à la mort de mon père biologique. Ayant fait un malaise cardiaque et étant ramené aux urgences à l’hôpital par mon beau-frère, le cœur de mon père s’est arrêté de battre dès son admission. Réanimé par les médecins, malheureusement une partie de son cœur était fortement endommagé. Un cap critique de trois jours était à passer pour commencer à entrevoir un petit espoir de rétablissement. Chaque jour j’allais visiter mon père, et chaque jour le Seigneur JESUS me demandait de parler à mon père de l’Amour que DIEU avait pour lui. Chaque jour, je répétais : « Demain Seigneur » ! Je rentrais, priais en demandant à DIEU sa guérison, et je me satisfaisais de cela, reprenant mon « petit train-train » de vie. Je n’osais pas parler à mon père de peur qu’il ne s’angoisse d’avantage en pensant qu’il allait mourir, car la moindre émotion pouvait lui être fatale m’avait dit le médecin. J’avais donc peur de lui parler et je repoussais ainsi l’ordre du Seigneur JESUS en m’appuyant sur ma sagesse et celle des médecins de l’hôpital plutôt que de Lui obéir, comme je le faisais au commencement lors de mon premier amour pour LUI.

Un matin le téléphone sonna, c’était une de mes sœurs qui m’annonçait que notre père était mort dans la nuit. Elle me demandait de l’annoncer à notre mère, elle ne voulait pas le faire. J’aimais beaucoup mon père, et ce jour là après l’annonce de sa mort, je me suis révolté contre DIEU. Je lui ai reproché la mort de mon père et en lui disant qu’IL aurait pu le guérir s’IL l’avait voulu. Je tenais DIEU personnellement pour responsable de sa mort. Voilà où j’en étais avec ma vie spirituelle sans même m’en rendre compte. Je dictais à DIEU par ma volonté, ce qu’IL devait faire ou ne pas faire ! Où était passé « le » Patrick d’autrefois qui voulait perdre sa vie pour DIEU ? La réalité était que « ce » Patrick était « mort » depuis longtemps, quoiqu’il pensait être en vie conduit par La Vie. Depuis longtemps sans même que je m’en rende compte, j’écoutais bien le Seigneur JESUS, mais je ne l’entendais plus. Je m’étais détourné de Sa Vérité, celle que l’ESPRIT-SAINT me montrait par le biais des quatre évangiles et qui allaient à l’encontre de ma vie que je prétendais vivre et être en Lui. Lorsqu’une personne écoute le Seigneur (lit ses paroles dans la Bible), mais n’entend plus (n’obéit pas à tout ce qu’IL dit), automatiquement, La Lumière du Seigneur est remplacée par « la lumière » de l’esprit de l’antéchrist déguisé en ange de lumière. Et si la lumière de cette personne est « ténèbres », combien grandes seront les ténèbres de sa vie qu’elle croit être éclairée de la Lumière de DIEU (Matthieu 6/22 et 23). Tel était mon cas à cette époque !

Dès la mort de mon père, la peur de mourir, ainsi que des angoisses terribles, des douleurs cardiaques, etc… avaient refaites leur apparition dans ma vie physique. Même une fièvre persistante d’origine inconnue m’affaiblissait chaque jour d’avantage… N’arrivant pas à diagnostiquer ces problèmes de santé, ou l’origine de cette fièvre, j’ai dû être hospitalisé pour un bilan de santé. Sur mon lit d’hôpital, l’âme abattue, la peur au ventre, j’ai crié au Seigneur JESUS et je l’ai imploré de me montrer pourquoi cela m’arrivait-il ? Pourquoi à nouveau cette peur de mourir, ces angoisses, ces problèmes cardiaques, etc…pourquoi tout étaient à nouveau là comme avant que je passe par la repentance ? Qu’est-ce qui n’allait plus en moi ? Le Seigneur m’a exhaussé en me donnant à lire dans la Bible un passage dans Lévitique au chapitre 26. Après avoir lu le chapitre en entier, certains passages (ci-dessous) de ce chapitre me transpercèrent de part en part comme une épée, séparant en moi, ce qui est Saint aux yeux de DIEU, de ce que moi je prétendais être Saint dans ma vie avec le Seigneur.

« Je briserai l’orgueil de votre force, je rendrai votre ciel comme du fer, et votre terre comme de l’airain… Voici alors ce que je vous ferai. J’enverrai sur vous la terreur, la consomption et la fièvre, qui rendront vos yeux languissants et votre âme souffrante…
Je vous résisterai aussi et je vous frapperai sept fois plus pour vos péchés…
Je rendrai pusillanime le coeur de ceux d’entre vous qui survivront, dans les pays de leurs ennemis…
Ceux d’entre vous qui survivront seront frappés de langueur pour leurs iniquités, dans les pays de leurs ennemis; ils seront aussi frappés de langueur pour les iniquités de leurs pères. »

Ces versets reflétaient exactement ce qu’était l’état spirituel de mon âme esclave du péché et ce qui m’arrivait physiquement. L’ESPRIT-SAINT m’ouvrait à nouveau les yeux de mon esprit/âme. Je voyais à nouveau la réalité de ce qu’était ma vie spirituelle que je prétendais être la vie d’un enfant né de DIEU. Avec ma vie de soi-disant « enfant de DIEU », j’étais tellement éloigné de LUI par « ma chair corrompue » et la pratique d’œuvres mortes sous toutes leurs formes, que j’étais pire que les non croyants (Jacques 4/1 à 10). Comme s’est écrit dans Proverbes 26/11, le « chien » était retourné à son vomi. Le Seigneur me confirmait que j’étais toujours par mon corps du péché, esclave de l’esprit qu’est Satan. IL me montrait aussi que cet esprit mauvais qui m’avait séduit et trompé pendant toutes ces années par tous ces faux enseignements, m’avait laissé dans l’illusion d’être un enfant né de DIEU. Cet esprit de l’antéchrist m’avait fait croire qu’il suffisait à « un chien » de se garder de son vomi pour être considérée par DIEU le Père comme étant un de ses enfants. Quelle illusion, quelle séduction !

Des ténèbres de ma vie, à La Lumière de l’Evangile de DIEU en JESUS-CHRIST.

Pendant tout mon temps d’hospitalisation, quoique les médecins ne trouvaient rien qui soit la cause de mes problèmes physiques, le Seigneur JESUS a continué de me montrer dans les écrits de la Bible qui j’étais réellement à ses yeux et dans quel état spirituel je me trouvais. Par sa grâce, IL m’a fait comprendre également la raison de « mon échec » en tant que « Fils de DIEU » que je prétendais être pendant toutes ces années. Toutes ces années, j’étais convaincu par les enseignements que j’avais reçus, de réellement vivre dès ma repentance sincère une vie nouvelle d’enfant de DIEU, alors que je n’en étais pas encore un. IL m’a montré que le problème de ma vie spirituelle ne venait pas de la Loi de DIEU son Père, qu’IL me donnait par Sa Parole qu’IL avait faite chair en Lui (Matthieu 5/17 à 20, Ezéchiel 36/25 à 27). Le problème venait de ma nature corrompue (ma chair ou mon être entier) qui à cause de son esclavage au péché, ne pouvait pas se soumettre, ni recevoir et obéir tout simplement à Sa Loi, qu’elle soit donnée selon la lettre ou encore qu’elle soit donnée selon l’ESPRIT de Vie du Fils.

Romains 8, versets 6 à 8 :
Et l’affection de la chair, c’est la mort, tandis que l’affection de l’esprit, c’est la vie et la paix;
car l’affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu’elle ne le peut même pas.
Or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu.

Le Seigneur JESUS m’a montré que Sa Loi de l’ESPRIT donnée selon la lettre (les écrits de la Bible), agissait sur moi sous la forme d’une condamnation à mort du péché et de ma chair d’homme pécheur que j’étais par nature. Il m’a montré que je ne pouvais pas m’en sortir, car c’est par la Loi que je devais mourir à cette même Loi (Galates 2/19). IL m’a également rappelé que si je n’étais pas encore mort à ses yeux, ce n’était pas à cause de « mes mérites », ou des nombreuses œuvres de toutes sortes que j’avais fait pendant toutes ces années de marche sous la garde de la Loi. C’était simplement parce DIEU son Père m’avait accordé « Sa Grâce » le jour de ma repentance en me donnant à Lui (Jean 6/44 et 45). Depuis ce jour, c’est le Seigneur JESUS qui est demeuré Fidèle à Sa Parole, et qui pendant toutes ces années a usé de patience envers moi lorsque je marchais selon « ma volonté » d’homme encore charnel, tout en croyant être né de Lui. IL m’a montré que pour bénéficier pleinement du don de La Grâce de DIEU son Père, et entrer dans « Son Repos » en tant qu’un de ses enfants (Hébreux 4), il me fallait désormais faire un choix de vie ou de Vie. Soit perdre définitivement ma vie terrestre et la retrouver Nouvelle sans le péché en elle par Sa Nature (Jean 3/3 à 8), ou conserver ma vie terrestre dans ce monde, pour la perdre éternellement (Matthieu 10/39, Jean 12/24 à 26). IL m’a montré que dans le Royaume de DIEU son Père, « le péché » n’avait pas sa place, comme il n’avait jamais eu sa place en Lui le Fils de l’homme.

Jean 14, verset 30 :
Je ne parlerai plus guère avec vous; car le prince du monde vient. Il n’a rien en moi;

Luc 17, versets 20 et 21 :
Les pharisiens demandèrent à Jésus quand viendrait le royaume de Dieu. Il leur répondit : Le royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards.
On ne dira point: Il est ici, ou: Il est là. Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous.

Devant la Sainteté et la Pureté de La Grâce de DIEU données par La Parole du Fils et ses conditions pour pouvoir entrer dans Son Royaume, essayer de vivre une vie sans le péché en moi et ne jamais commettre des péchés, c’était totalement impossible à vivre pour moi. J’ai crié à DIEU de m’enlever ma vie physique, car je me connaissais dans mon être intérieur comme le Seigneur me l’avait montré par Sa Loi selon l’ESPRIT. Il m’était impossible de ne pas pécher dans ce corps vendu au péché (Romains 7/14 à 24). Il valait mieux pour moi que ma vie s’arrête sur terre, plutôt que d’être perdu et séparé de DIEU pour l’éternité. Ce jour là à l’âge de 33 ans, effectivement je suis « mort » quand à ma vie terrestre, mais DIEU le Père ne m’a pas enlevé ma vie physique. Le Seigneur JESUS s’est révélé à moi (Jean 14/21) en me faisant passer de « ma mort » dans laquelle je vivais, à « Sa Vie » pour la Gloire de DIEU.

Colossiens 2, versets 6 à 15 :
Ainsi donc, comme vous avez reçu le Seigneur Jésus Christ, marchez en lui,
étant enracinés et fondés en lui, et affermis par la foi, d’après les instructions qui vous ont été données, et abondez en actions de grâces.
Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ.
Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité.
Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité.
Et c’est en lui que vous avez été circoncis d’une circoncision que la main n’a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair:
ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l’a ressuscité des morts.
Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses;
il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la croix;
il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix.

C’était pour arriver à cette finalité, que DIEU le Père dans sa grande miséricorde qu’IL m’avait manifestée en son Fils JESUS-CHRIST, avait permis que toutes ces choses se soient passées dans ma vie après ma repentance sincère (Luc 22/31 et 32), dans le but de me faire parvenir à la Vie Nouvelle. DIEU voulait que je devienne conforme dans le baptême en la mort de son Fils JESUS quand à mon vieil homme, mon esprit/âme et corps totalement corrompu par le péché. IL m’a montré que c’était mon être tout entier qui devait mourir avec CHRIST sur sa croix. En mon vieil homme rien n’était récupérable pour DIEU, pas même un seul cheveu (Romains 3/9 à 20). IL voulait me délivrer de toute ma misère intérieure, de mes détresses liées à ce corps du péché par lequel je demeurais contre mon gré esclave de Satan par le biais de celui-ci. Voilà la délivrance que DIEU a opéré avec et en moi me donnant l’Esprit/âme de Son Fils JESUS homme (Galates 4/6), par le moyen de son ESPRIT SAINT (Tite 3/4 à 7). Avec mon corps lavé d’une eau pure, IL a fait de moi son Saint Temple pour l’éternité (Jean 14/23, et 2 Corinthiens 6/14 à 18), afin que je puisse désormais vivre en nouveauté de Vie et ne plus pécher avec mon corps sur cette terre pendant les jours qu’ils me restent à vivre dans ma chair d’enfant né de DIEU.

Ezéchiel 36, versets 25 à 27 :
Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés; je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles.
Je vous donnerai un coeur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau; j’ôterai de votre corps le coeur de pierre, et je vous donnerai un coeur de chair.
Je mettrai mon esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois.

Avec le temps, j’ai vu qu’il n’y avait rien de nouveau en ce qui m’arrivait, les Ecritures mentionnaient clairement la Vie Nouvelle que DIEU le Père allait donner à ses enfants, son Israël et également à d’autres enfants qui naîtront de LUI parmi d’autres nations. Certains(es) penseront peut-être que ces versets ci-dessus ne sont que pour l’Israël de DIEU ? Voilà ci-dessous ce que dit le Seigneur JESUS concernant « la bergerie » de Son Père, et qui seront réellement ses brebis.

Jean 10, versets 14 à 16 :
Je connais mes brebis, et elles me connaissent,
comme le Père me connaît et comme je connais le Père; et je donne ma vie pour mes brebis.
J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie; celles-là, il faut que je les amène; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger.

Jean 10, versets 27 à 30 :
Mes brebis entendent ma voix; je les connais, et elles me suivent.
Je leur donne la vie éternelle; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main.
Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous; et personne ne peut les ravir de la main de mon Père.
Moi et le Père nous sommes un.

Ma Vie Nouvelle dans La Lumière de l’Evangile de DIEU en JESUS-CHRIST.

C’est donc à l’âge de 33 ans que je naissais nouveau par la foi en la Vérité de La Parole de DIEU (Jean 1/12 et 13). Par la Grâce de DIEU et la foi en Sa Parole faite chair en son Fils JESUS homme, mon vieil homme était mort une fois pour toutes (esprit/âme/corps corrompu), ainsi que mon corps du péché, dès l’instant où par la foi, je me suis identifié en la conformité dans le baptême en la mort de CHRIST. Comme CHRIST était réellement mort sur la croix quand à l’homme qu’IL était, en emportant avec et en Lui dans sa mort le péché du monde et celui de l’homme pécheur que j’étais (Romains 8/1 à 4), de même, par la foi en sa mort, je suis mort avec Lui quand au péché en moi avec mon corps du péché. Ensuite je me suis identifié en la conformité dans Sa résurrection par la Puissance de DIEU son Père (Romains 6/3 à 11). Ce jour là, je suis né nouveau en Lui, recevant ainsi son ESPRIT de Vie en moi par le don du SAINT-ESPRIT (Jean 16/13 à 16). Par ma nouvelle naissance en son Corps de Fils de l’homme ressuscité, au moyen de sa chair et de son sang (Jean 6/51 à 58), je suis devenu par Lui et en Lui une nouvelle créature sans le péché en elle (2 Corinthiens 5/16 et 17 et Colossiens 2/11 à 15). Par l’ESPRIT de Vie du Fils en moi, je suis Saint, pur, irrépréhensible devant DIEU (1 Thessaloniciens 5/23 et 24, Galates 4/6), et cet ESPRIT SAINT en moi donne la Vie à mon corps de chair terrestre, qui a été lavé d’une eau pure (Ezéchiel 11/17 à 20 et Ezéchiel 36/25), de la même manière que le disait autrefois l’apôtre Paul pour sa vie avec CHRIST.

Galates 2, versets 20 :
J’ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi.

A l’époque de ma repentance, j’ai voulu être baptisé d’eau afin d’obéir à ce que je pensais être la volonté du Seigneur JESUS lorsque je lisais Marc 16/15 et 16, mais cela ne s’est pas fait. Dans un premier temps, je n’ai pas pu le faire parce que l’Armée du Salut ne pratiquait pas le baptême d’eau. Il y avait bien d’autres « assemblées » dites « évangéliques » qui pratiquaient le baptême d’eau, mais pour que cela puisse se faire, il fallait que je remplisse également « leurs conditions » ! Comme déjà écrit dans cet article, les seules conditions que je recevais, étaient celles qui demeureraient en conformités avec La Vérité de ce qui était écrit, et non pas un rajout aux Ecritures, de religiosité sous quelque forme qu’elle soit dans une assemblée d’hommes. J’ai laissé le baptême d’eau de côté, en me disant le jour que cela devrait se faire, DIEU fera pour que ça se fasse. Ce n’est qu’après ma nouvelle naissance que j’avais compris que le Seigneur JESUS n’avait pas permis que ce baptême d’eau se fasse de suite, temps que je n’avais pas compris ce que signifiait réellement « m’engager avec Lui » (Luc 14/25 à 35), c’est-à-dire, vivre de et par cette Grâce, uniquement par Sa foi, la seule et l’unique vraie foi qui vient de son ESPRIT de Vie (Ephésiens 4/4 à 6, Apocalypse 14/12), laissant désormais l’ESPRIT-SAINT (cette fois en moi), me conduire dans le vrai Repos en DIEU, la vraie Grâce de DIEU.

Matthieu 11, versets 27 à 30 :
Toutes choses m’ont été données par mon Père, et personne ne connaît le Fils, si ce n’est le Père; personne non plus ne connaît le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler.
Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.
Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.
Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.

Quelques détails sur le commencement de ma Vie Nouvelle.

Lorsqu’il a plu au Seigneur JESUS de se « révéler » à moi sur mon lit d’hôpital en me donnant Sa Vie, depuis ce jour, tout a réellement changé dans ma vie. A l’époque de ma conversion (ma nouvelle naissance), depuis un temps déjà, je ne faisais plus partie d’une assemblée d’hommes. La première chose que le Seigneur m’avait demandé de faire à ma sortie de l’hôpital, était de « réparer » aussi loin qu’IL me le montrait, tout ce que j’avais mal fait pendant le temps où je pensais être né de Lui. Quand je dis que le Seigneur m’a demandé de « réparer » tout ce que j’avais mal fait, cela ne veut pas dire que les choses mal faites n’étaient que des péchés flagrants. Non, avant ma nouvelle naissance, les « péchés » flagrants que je commettais lorsque je n’arrivais pas toujours à résister à certaines tentations de la chair, je les confessais à DIEU et j’implorais son pardon. Les choses mal faites étaient des « péchés » sournois, que je vois encore à ce jour être commis par bon nombre de personnes qui prétendent aimer le Seigneur JESUS et marcher en nouveauté de Vie (ce n’est pas un jugement, mais une constatation). Tous ces « péchés » étaient constitués de pleins de petites choses qui étaient issues du fait de la conformité au siècle présent, de ma vie d’autrefois.

Dans ces péchés, il y a eu « l’orgueil » de la vie. Cela n’avait pas l’air comme ça, mais sans m’en rendre compte, c’était moi qui « dictais » au Seigneur par mes prières que je lui adressais, ce que je pensais être bon ou pas pour ma vie terrestre. Il y eu aussi « du mensonge » dans ma vie. C’était la pire des choses qui puisse être pour une personne qui prétend être née de DIEU et conduite par son ESPRIT. Cela prouvait tout simplement que j’étais toujours esclave du diable. Mais le faux évangile que j’avais reçu autrefois avait fait de moi un « homme nouveau né » tout en étant un homme pécheur par nature… De ce fait, dans cette vie d’homme pécheur, il est clair que je ne mentais pas d’une manière directe ou flagrante. Cela se faisait d’une façon détournée, comme les personnes de ce monde savent si bien le faire lorsqu’elles veulent obtenir les choses que « la chair » convoite et désire. Tout comme elles, j’obtenais ce que je désirais par le biais de toutes petites duplicités, de tricheries, de flatteries, d’arrangements divers avec le monde, etc… Ce n’étaient pas de « gros mensonges », mais de petites choses par ici ou par là. C’étaient de petits compromis avec « le péché », en prenant comme prétexte qu’il est écrit de ne pas être juste à l’excès, j’étais quand même un homme pécheur par nature, donc pas mieux que les gens du monde. Lorsque j’obtenais ces choses, je me donnais une bonne conscience en me disant que celles-ci venaient du Seigneur, et je le remerciais.

Il y a eu aussi l’amour pour toute ma famille et celle de mon épouse, tant pour nos parents, frères et sœurs, oncles, tantes, etc… C’était par l’amour de nos proches, que l’esprit de l’antéchrist m’avait le plus séduit par le biais des sentiments affectifs familiaux. C’était ce qui avait contribué le plus dans mon éloignement avec le Seigneur, car pour avoir « la paix » avec mes familles respectives, et ainsi être à mes yeux devant DIEU, « un enfant de paix », tout en leur annonçant ce qui était écrit dans la Bible, je faisais au détriment de La Vérité de l’Evangile de CHRIST, des compromis plus ou moins grands avec « le péché » dans lequel nos familles vivaient manifestement.

Il y a eu aussi « du vol » de ma part. Là également, il était clair que je ne « volais » pas comme un « voleur » en fait sa vie, son gagne pain. Non, j’appelais cela de « la récupération » diverse d’objets dans mon travail ou autres. Après plusieurs années de travail comme mineur dans une mine de charbon, j’ai commencé à faire comme tout le monde le faisait à la mine, je « récupérais » divers outils ou autres… A mes yeux devant DIEU, je ne volais pas personnellement, puisque je recevais ces objets de personnes qui me les donnaient. Si elles prenaient ce qui ne leur appartenait pas, c’était leur problème. Ce sont elles qui volaient, pas moi ! Et j’arrivais à m’en convaincre aisément, alors que je prétendais vivre l’Evangile de DIEU. J’en passe de ce qu’un homme étant toujours esclave du péché peut arriver de « cumuler » comme péchés de toutes sortes, lorsqu’il pense être conduit par le Seigneur JESUS, alors qu’en réalité, il l’est par l’esprit de l’antéchrist déguisé en ange de lumière, comme cela a été mon cas avant ma nouvelle naissance.

Il est possible que lorsque vous lirez cela de ma vie d’autrefois, vous me direz que cela n’est pas possible de vivre ainsi et prétendre aimer DIEU et le Seigneur JESUS. Peut-être même serez-vous « choqués » ? Ne pensez pas que tous ces « péchés » étaient ma vie au commencement de ma repentance. Pas du tout, j’étais « intègre » à un tel point qu’à ce moment là de ma vie avec le Seigneur, j’ai vraiment été « juste à l’excès ». Toute cette déchéance spirituelle dans ma vie a été très progressive. L’esprit de l’antéchrist qui séduisait mon esprit/âme encore esclave du péché et le conduisait dans ses ténèbres que je pensais être « Lumière » de CHRIST (Matthieu 6/22 et 23), l’avait fait dans le temps, sur de nombreuses années de vie et cela d’une manière tellement subtile et sournoise, que je n’ai rien remarqué. Si je n’ai rien remarqué à l’époque, c’est à cause de ce faux évangile que j’ai vécu et qui me permettais de pouvoir faire des « écarts » par rapport à la Vérité de l’Evangile de CHRIST, puisque j’étais sauvé par la foi, mais toujours un homme pécheur par nature ayant « une chair faible ».

Sous la garde de la Loi de l’Evangile de CHRIST et la pente vers ma déchéance spirituelle.

Il y a toujours un commencement à la « déchéance » spirituelle. Pour moi, cela avait commencé en Août 1980, le jour où j’avais laissé ma volonté et mon raisonnement humain dominer sur ce que le Seigneur JESUS me demandait de faire et de ne pas faire. Comme je l’ai écrit, avant cette date, j’étais intègre (bien entendu aussi loin que je pouvais l’être tout en étant esclave du péché par mon corps du péché). Tous les « péchés » que je mentionne ci-dessus dans cet article par lesquels je m’étais laissé séduire, et dans lesquels je m’étais « vautré » (la truie lavée était retournée se vautrer dans son bourbier), avaient tous leur origine dans ce que je vais énumérer ci-dessous. Avant 1980, je ne commettais pas consciemment ces péchés. Je « résistais » à ceux-ci avec la force de ma foi que j’avais en La Parole (écrite) du Seigneur JESUS, tout en reconnaissant la faiblesse de ma chair (ou mon impuissance à toujours pouvoir vaincre le péché) (Matthieu 26/41).

Pendant ma marche sous la garde de la Loi de DIEU le Père qu’IL me donnait en son Fils le Seigneur JESUS, j’ai vécu ce que la Bible appelle des miracles, diverses interventions divines, etc…Pendant toutes ces années, j’ai vécu ces choses, malgré que je n’étais pas encore né nouveau de CHRIST. C’est pourquoi, je peux aisément comprendre ceux ou celles qui sont un jour passés par des bénédictions toutes particulières venants du Seigneur JESUS, tout en n’étant pas forcément pour autant « une nouvelle créature », mais à cause de ces choses qui se sont passées dans leur vie, ils sont persuadés d’être nés de DIEU. J’ai aussi vécu beaucoup de tribulations dans bien des choses, et tout particulièrement dans mes divers emplois pendant ma carrière professionnelle.

Pendant tout ce temps de vie, j’ai supporté de nombreuses injustices que je subissais à cause de l’Evangile du Seigneur JESUS. Avec mon caractère (entier), je pouvais supporter contre ma personne bien des choses qui touchaient aussi bien mon corps physique, que mon moral, que ma famille, ou autres situations. Néanmoins, j’ai du me rendre à l’évidence que « ma résistance » avait une limite lorsque je vivais sous la garde de la Loi (selon les écrits des paroles de JESUS). Une injustice que j’avais subit par mon avant dernier employeur avait fait « déborder » mon vase de tolérance et de compréhension vis-à-vis de l’injustice. A mes yeux, c’était « une injustice de trop » ! Ce jour là, plutôt que continuer d’écouter le Seigneur lorsqu’IL me demandait de laisser « ce patron » me calomnier pour avoir gain de cause et ne pas me payer mes indemnisations de licenciement abusif, j’ai raisonné humainement et avec ma volonté, j’ai utilisé la justice des hommes par le moyen du Conseil de prud’hommes. C’était sûr, j’ai eu gain de cause, mais à quel prix…pour ma vie spirituelle qui a suivie après Août 1980.

Dans le mois qui a suivi, les « portes » pour un travail dans une mine de charbon s’ouvraient pour moi, alors qu’avant pas moyen d’être embauché dans cet établissement à cause de mon état physique (divers accidents avec séquelles). J’étais heureux, pour moi et ma famille, du coup par ce nouveau travail j’avais pleins d’avantages en nature, et un bon salaire. Tout allait merveilleusement bien…Je remerciais et louais le Seigneur pour ce travail…En réalité ce travail ne venait pas de DIEU, c’était le commencement de ma « déchéance » spirituelle, ma descente vers la géhenne. La pente était très douce, agréable à la chair, pavée de bonnes choses, mais redoutablement progressive et mortelle pour mon âme ! L’esprit de l’antéchrist savait donner à « ma chair » ce qui allait finir par me perdre. Mais Gloire à DIEU, ce qui a été pour moi une cause de mort, le Seigneur JESUS a fait en sorte que cela allait concourir à mon bien spirituel. Par ce travail, j’ai pu voir de mes yeux ma « mort » spirituel, alors que je croyais vivre par Sa Vie.

C’est pourquoi après ma nouvelle naissance en 1986, le Seigneur m’a demandé aussi de « réparer » tout ce que j’avais mal fait pendant mon temps de travail dans cette mine, en restituant tout ce que j’avais soi-disant « récupéré » (volé selon la définition du Seigneur). IL m’a demandé aussi de « réparer » tout ce que j’avais mal fait lorsque de ma propre volonté, je me suis appuyé sur la loi des hommes pour me faire justice, alors que Lui me demandait de renoncer à ma volonté pour Le suivre malgré les nombreuses injustices que je subissais à cause de son Evangile. Grâce soit rendue à DIEU le Père par JESUS-CHRIST notre Seigneur, qu’IL m’a permis de rectifier toutes choses mal faites de ma part et que j’ai pu commencer ma Vie Nouvelle en Lui, étant affranchi et réellement libre du péché et de Satan (Jean 8/34 à 36).

1 Samuel 15, versets 22 et 23 :
Samuel dit: L’Éternel trouve-t-il du plaisir dans les holocaustes et les sacrifices, comme dans l’obéissance à la voix de l’Éternel ? Voici, l’obéissance vaut mieux que les sacrifices, et l’observation de sa parole vaut mieux que la graisse des béliers.
Car la désobéissance est aussi coupable que la divination, et la résistance ne l’est pas moins que l’idolâtrie et les théraphim. Puisque tu as rejeté la parole de l’Éternel, il te rejette aussi comme roi.

Psaumes 119, versets 65 à 67 :
Tu fais du bien à ton serviteur, O Éternel! selon ta promesse.
Enseigne-moi le bon sens et l’intelligence ! Car je crois à tes commandements.
Avant d’avoir été humilié, je m’égarais; Maintenant j’observe ta parole.

Lorsque mes yeux de l’esprit se sont ouverts sur La Vérité de l’Evangile de DIEU.

Lorsque j’ai commencé à vivre en nouveauté de Vie par l’ESPRIT de CHRIST en moi (Romains 8/9, Galates 4/6), il y a eu un temps où je ne connaissais personne qui vivait cette vie nouvelle que le Seigneur m’enseignait de Sa Vie au moyen de son ESPRIT-SAINT. Dans mon entourage, je n’avais aucun appui, aucun soutien de « Frères ou Sœurs » qui partageaient cette Vie avec le Seigneur. Lorsque Satan venait à la charge pour essayer de renverser cette Vie en moi, en me disant : « Tu vois, tu es tout seul par rapport à la multitude de ceux qui ne pensent pas comme toi ». Le Seigneur JESUS me consolait et me donnait comme encouragement les mêmes paroles que DIEU le Père avait donné à son serviteur Elie pour ne pas qu’il se décourage lorsqu’il pensait être « seul » dans ses tribulations : « …Je me suis réservé sept mille hommes, qui n’ont point fléchi le genou devant Baal. » (Romains 11/2 à 5). De même étant convaincu par l’ESPRIT en moi que je n’étais pas « seul » dans ce monde à vivre le vrai Evangile de DIEU comme le Seigneur me le faisait vivre par Sa Vie, je répondais à Satan : « Peu m’importe ce que tu me dis, c’est ce que le Seigneur dit qui est vrai. Non, je ne suis pas seul dans ce monde, l’Eglise existe, j’ai d’autres Frères et Sœurs répartis ça et là dans ce monde et qui eux aussi marchent dans La Vérité » !

Au fur et à mesure, le Seigneur me révélait Sa Vie et me montrait ce que j’allais désormais pouvoir vivre et ainsi Le suivre dans Sa Vie et être là où IL voulait que je sois. Il n’était plus question de regarder aux « autres », que cela soit l’Eglise (les Frères ou Sœurs), ou ma famille, ma femme, mes enfants, ou même encore mon prochain.

Jean 21, versets 21 et 22 :
En le voyant, Pierre dit à Jésus : Et celui-ci, Seigneur, que lui arrivera-t-il ?
Jésus lui dit : Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? Toi, suis-moi.

Cette fois, il était question de « moi » qui allais faire la Volonté du Seigneur et non plus en fonction de « l’autre », ou d’une assemblée d’hommes, ou des circonstances de la vie. C’est pourquoi par l’ESPRIT du Seigneur JESUS en moi, je pouvais dire désormais : « Je viens Seigneur pour faire Ta Volonté », comme Lui-même l’a toujours fait par Amour pour DIEU son Père. Je n’avais pas besoin de faire d’efforts pour cela, c’était ma Vie (même si au commencement je n’étais qu’un « bébé spirituel »).

Hébreux 10, versets 5 à 10 :
C’est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit : Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formé un corps; Tu n’as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour le péché.
Alors j’ai dit: Voici, je viens (Dans le rouleau du livre il est question de moi) pour faire, ô Dieu, ta volonté.
Après avoir dit d’abord: Tu n’as voulu et tu n’as agréé ni sacrifices ni offrandes, Ni holocaustes ni sacrifices pour le péché (ce qu’on offre selon la loi),
il dit ensuite: Voici, je viens Pour faire ta volonté. Il abolit ainsi la première chose pour établir la seconde.
C’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus Christ, une fois pour toutes.

Néanmoins pour que je puisse vivre pleinement cette Vie nouvelle, l’ESPRIT de Vie du Seigneur en moi me poussait à en finir une fois pour toutes avec ma volonté, ma pensée, mon raisonnement et mes sentiments humains qui entravaient ma compréhension concernant « Sa Vie », et celle des choses d’en Haut. Il me fallait tout apprendre nouveau, repartir à zéro avec ma Vie nouvelle spirituelle, qui cette fois était unique en ma personne. J’en avais fini avec cette fausse doctrine de la « double personnalité » que les croyants m’enseignaient en disant selon leur évangile qu’ils étaient libres selon leur esprit (soi-disant régénéré par DIEU), mais toujours hommes pécheurs par « la chair ». C’était à croire que « la chair » était une « autre personne » qui habitait en eux en plus de leur esprit ! En ce qui me concerne, c’en était fini « du péché » en moi et de mon corps du péché (ma chair, esprit/âme/corps corrompu), et contre lequel je luttais avec ma volonté, mais que je n’arrivais jamais à vaincre (Romains 7/14 à 24) !

Le Seigneur JESUS m’a expliqué qu’en réalité, je ne connaissais rien de Sa Vie de Fils de DIEU (celle qu’IL avait de toute éternité), mais également celle de l’homme Nouveau qu’IL était selon « sa chair », Le dernier Adam, sans « le péché » en Lui (Jean 14/30). IL m’a montré que j’allais apprendre de cette Vie et croître progressivement en Elle. Pour cela, je devais devenir avec mon entendement comme un petit enfant qui vient de naître, et qui progressivement va devoir tout apprendre ce qu’est « La Vie » qui vient d’en Haut.

Matthieu 18, versets 2 à 4 :
Jésus, ayant appelé un petit enfant, le plaça au milieu d’eux,
et dit : Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux.
C’est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux.

Le Seigneur JESUS m’a montré également que sans cet « état » d’une vie nouvelle avec l’entendement d’un petit enfant, moi non plus, je n’entrerais pas dans son Royaume, et cela malgré qu’IL m’ait donné Son ESPRIT-SAINT le jour qu’IL m’a converti en Lui (Jean 20/19 à 23). IL m’a montré que quand bien même je mettrais en pratique avec la meilleure volonté par ma pensée, mon raisonnement ou mes sentiments humains, tout ce qui est écrit dans la Bible, ou faire à mes yeux tout un tas de bonnes œuvres pour plaire à DIEU, ou encore, que je participerais à toutes les réunions des assemblées d’hommes qui se réunissent en son Nom, cela ne servirait à rien si je ne devenais pas comme un petit enfant avec mon entendement. C’était très sérieux de la même façon qu’IL avait mis en garde « ses » disciples dans Matthieu 18/2, qu’IL avait pourtant choisi (Jean 15/16). Mais comment faire pour arrêter de « penser » comme un adulte de 33 ans d’âge physique ?

Le Seigneur JESUS a attiré mon attention sur la suite de ses paroles données à ses disciples : « C’est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux. », et IL m’a ouvert l’esprit dans celui d’un petit enfant. Il m’a posé cette question : Patrick, que fait un petit enfant pour « se rendre » humble ? Ma réponse est sortie de moi instantanément : « Rien Seigneur ! » Un petit enfant ne fait rien pour « se rendre humble » ! C’est son entendement de « petit enfant » qui le rend humble, et le demeurera ainsi aussi longtemps qu’il t’écoutera, t’entendra, et « Te » suivra dans l’enseignement de « Ta Vie » avec sa simplicité de petit enfant. Telle a été ma réponse !

Matthieu 5, verset 3 :
Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux !

Ce jour là, au travers des paroles du Seigneur JESUS, quelle révélation fut-elle pour moi ! Par son ESPRIT, mon esprit/âme commençait une Vie Nouvelle avec l’entendement d’un petit enfant (Il en est encore ainsi dans ma vie à ce jour). C’en était « fini » une fois pour toutes, « terminé » de faire des efforts et des sacrifices de toutes sortes pour « me rendre » humble aux yeux de DIEU ou des hommes qui prêchaient « l’humilité ». L’ESPRIT-SAINT attestait cet entendement donné en mon esprit/âme et corps Saint, comme étant « La Vie » du Seigneur JESUS, que j’allais désormais apprendre totalement nouvelle en Sa Vie de Fils de l’homme.

Jean 14, versets 15 à 21 :
Si vous m’aimez, gardez mes commandements.
Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous,
l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous.
Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous.
Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus; mais vous, vous me verrez, car je vis, et vous vivrez aussi.
En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et que je suis en vous.
Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui qui m’aime; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, je l’aimerai, et je me ferai connaître à lui.

Mon oreille avait entendu parler de toi; mais maintenant mon œil t’a vu (Job 42/5).

Ce que je pensais connaître du Seigneur JESUS autrefois après ma repentance, ce n’était pas « La Vie Nouvelle ». Ma repentance à l’âge de 21 ans avait été sincère, j’avais bien reçu le pardon de mes péchés, mais sans une Vie Nouvelle (Jean 3/3 à 8). Je connaissais le Seigneur JESUS uniquement par rapport à ce que je lisais de Lui dans la Bible et je le mettais en pratique dans ma vie tant bien que mal, ayant l’approbation des hommes qui prétendaient « Le » connaitre et attestaient qu’il en était ainsi de Sa Vie et de la vie nouvelle d’un enfant né de DIEU. C’était faux, ce n’était pas La Vie ! Pendant ces douze années de vie sous la garde de la Loi, j’avais cumulé en mon esprit/âme avec ma volonté, ma pensée, ma mémoire, mon raisonnement et mes sentiments humains, une connaissance de CHRIST selon l’homme animal, une connaissance d’en bas. Elle n’était pas de l’homme spirituel puisque je n’étais pas encore créé nouveau selon DIEU (1 Corinthiens 15/44 à 49). Je m’étais fait une « image » des choses Célestes, en m’appuyant sur un entendement terrestre qui était entremêlé en grande partie de sentiments humains. Cela ne pouvait pas aboutir à La Vérité. Inconsciemment je plaçais DIEU le Père, ainsi que son Fils JESUS mon Seigneur à mon niveau d’homme né d’en bas, un homme tiré de la poussière de la terre.

Pendant toutes ces années de vie sous la garde de la Loi, j’avais accumulé un bon nombre de choses matérielles diverses. Des bibelots, des posters et images « dites chrétiennes », ainsi que des livres de toutes sortes. J’avais pratiquement toutes les traductions de la Bible, ainsi que la Torah, le Coran, de nombreux livres de témoignages, des commentaires, des études bibliques, une concordance, un dictionnaire biblique, des livres d’histoires et géographie d’Israël, etc, etc…tout cela dans le but de parfaire ma connaissance de CHRIST et de son Evangile. Je me disais que plus j’allais m’imprégner de la vie des autres « croyants » (que je pensais être nés de DIEU) et de leur connaissance du Seigneur, plus j’aurais la possibilité de mieux me développer dans La Vie du Seigneur et comprendre les écrits de la Bible (Ancien et Nouveau Testament confondus). Je pensais qu’il fallait d’abord comprendre les écrits de la Bible pour pouvoir ensuite se développer dans La Vie !

Le Seigneur m’a montré que je me trompais totalement. IL m’a montré que c’était l’esprit de l’antéchrist, Satan déguisé en ange de lumière, qui pendant toutes ces années de vie en « dents de scie » (entre pardon et repentance) au travers de toute cette littérature, me gardait dans cette vie de misère et m’avait fait croire que c’était cela La Vie Nouvelle. Le Seigneur JESUS m’a montré que ce que j’avais réellement besoin, ce n’était pas « premièrement » de comprendre ce que je lisais dans les Ecritures ou le Nouveau Testament, mais de LE croire Lui dans ce qui était écrit de Lui, en laissant son ESPRIT-SAINT m’inculquer dans ma vie ce qui était écrit de Sa Vie, et comme c’était écrit (Ancien et Nouveau Testament).

Jean 16, versets 12 à 16 :
J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant.
Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.
Il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera.
Tout ce que le Père a est à moi; c’est pourquoi j’ai dit qu’il prend de ce qui est à moi, et qu’il vous l’annoncera.
Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus; et puis encore un peu de temps, et vous me verrez, parce que je vais au Père.

Perdre ma volonté, ma pensée et mon raisonnement pour suivre le Seigneur JESUS.

Tout au début de ma nouvelle naissance, après avoir remis toutes choses en ordres selon la volonté du Seigneur, j’étais rempli du « Feu de DIEU ». J’avais une telle envie de partager cette Vie Nouvelle, que je pensais qu’il me fallait recommencer à évangéliser. Je trouvais « logique » d’annoncer l’Evangile du Seigneur puisque cela était écrit qu’il fallait le faire (Marc 16/15 et 16). Néanmoins, cette fois je le faisais selon La Vérité de ce que j’étais réellement, c’est-à-dire, une nouvelle créature affranchie et réellement libre du péché et de Satan. Je n’étais plus un « hypocrite » qui prétendait être libre du péché, tout comme autrefois lorsque je disais la même chose tout en étant toujours esclave du péché, même si c’était malgré moi.

J’ai donc pris l’initiative « d’évangéliser » et j’ai prié le Seigneur pour qu’elle réussisse. Je n’ai pas attendu d’avoir l’approbation ou la réponse du Seigneur par l’ESPRIT en moi. Je me suis dit, pas besoin, puisque c’est écrit qu’il faut le faire. J’ai « foncé » tête baissée dans cette entreprise, rempli de feu et de zèle ! J’ai commandé des traités évangéliques (uniquement ceux ayant un message conforme à La Vérité), que j’ai distribué partout. A mon travail au fond de la mine, sur les places publiques, magasins, j’en ai placé dans les boîtes aux lettres de ma ville, et encore dans les villages environnants, cela dans un rayon de 20 km environ, une limite que je m’étais fixée. Ensuite, dans mon salon j’ai accroché une carte de la région sur laquelle j’ai placé un petit repère sur chaque village où je distribuais les traités évangéliques. Quoique je n’avais pas eu de réponse du Seigneur, IL m’avait laissé faire jusqu’au jour où IL y mit un terme définitif.

Il me restait un village à évangéliser pour que tout soit fait selon ce que j’avais prévu. J’étais « assez content » de mon travail pour le Seigneur et réjouis de ma famille qui m’aidait à cette tâche (à l’époque nous avions avec mon épouse, deux enfants). Je me sentais intérieurement comme un petit enfant qui avait bien fait les choses à ses yeux pour le Seigneur. Lorsque j’ai voulu préparer les traités pour les distribuer dans le dernier village de ma liste, le Seigneur JESUS m’a dit : « Stop Patrick, c’est terminé » ! J’ai répondu au Seigneur : « Il ne reste que ce dernier village à faire, et j’ai encore tous ces traités (environ 3000) ». Le Seigneur m’a dit : « C’est terminé Patrick, arrête-toi là ! Maintenant enlève ta carte du mur, prends tous les traités, jette le tout au feu, et suis-moi ». Je ne comprenais pas pourquoi le Seigneur ne voulait pas que je continue cette évangélisation, puisque à mes yeux je pensais déjà « Le » suivre en faisant ainsi en obéissant à ce qu’IL disait dans les écrits de la Bible. C’est à ce moment que le Seigneur JESUS m’a rappelé comment un jour j’ai abandonné mon premier Amour lorsque j’étais encore esclave du péché. C’était par « une seule » désobéissance en 1980. Pourtant ce n’était pas si difficile que ça de faire ce qu’IL me demandait…et après cette désobéissance, toutes ses conséquences qui avaient suivies… J’en avais retiré la leçon (Psaumes 119/67).

Etant désormais libre du péché, ma vie étant nouvelle, ma joie n’était que d’obéir à la volonté du Seigneur, sans même chercher à comprendre. Aussitôt, j’ai retiré la carte du mur de mon salon, et je l’ai jeté au feu avec tous les traités qui me restaient. Après cela, le Seigneur m’a demandé : « Patrick, combien de personnes ont-elles répondues aux milliers de traités distribués ? » En faisant le constat par rapport à la « masse » de travail fournie pour cette évangélisation, j’ai répondu au Seigneur : « Personne Seigneur ! » Après cela, IL m’a expliqué que tout ce que j’avais fait pour Lui (même avec zèle), cela n’était que des œuvres « mortes ». Ces œuvres étaient toutes issues de « ma volonté », m’étant basé sur ce qui était écrit dans la Bible pour agir. Ce n’était pas « les œuvres » que DIEU avait préparées d’avance pour moi au travers de ce que Son Fils JESUS mon Seigneur, me montrait de faire ou ne pas faire. Cela a été ma première leçon pour m’apprendre à ne plus marcher selon « la lettre » (les écrits de la Bible), mais selon la Volonté de l’ESPRIT de Vie de CHRIST en moi.

Comme écrit plus avant, j’avais encore ce cumul de choses matérielles diverses et littératures de toutes sortes « dites chrétiennes ». Dans la foulée, le Seigneur JESUS m’a montré de jeter dans le feu tout ce qui faisait obstacle ou pourrait être pour moi ou ma maison, une occasion de scandale pour mon entendement d’enfant né de DIEU, par rapport à l’enseignement que l’ESPRIT-SAINT en moi avait commencé de m’inculquer au fur et à mesure de ma croissance spirituelle. Ma chaudière a brûlé pendant trois jours et trois nuits (en plein été). De toute la littérature que je possédais, le Seigneur m’a demandé de ne conserver que ma Bible (Traduction Louis SEGOND 1910 – Edition revue avec références), la Thora (en Français), ma concordance, mon dictionnaire biblique, ainsi que le livre d’histoire et celui de géographie (ces deux livres que j’ai vraiment peu utilisé jusqu’à ce jour). C’est avec la joie d’un petit enfant que je me suis débarrassé de ces livres et bien d’autres choses diverses, sans aucun calcul d’intérêt personnel (il y en avait pour de l’argent). J’ai compris après ma nouvelle naissance, que l’obéissance d’un petit enfant dans toute sa simplicité, valait mieux que tous les sacrifices de « l’adulte plein de connaissance » que j’étais autrefois sans CHRIST dans ma vie. A ce jour, il en est encore ainsi, je ne « discute » toujours pas ce que le Seigneur me montre, me dit, me demande, me commande, etc…j’agis avec la joie d’un petit enfant qui continue d’apprendre jour après jour de Sa Vie.

Certains(es) penseront peut-être, qu’à l’époque, j’avais un problème dans ma vie pour agir de cette façon ! Il est vrai que j’avais un réel problème, celui de me prendre et me faire passer aux yeux de ceux qui me voyaient ou m’écoutaient, pour ce que je n’étais pas en réalité. Pendant les douze premières années après ma repentance, j’avais témoigné du Seigneur JESUS et de son Evangile toujours avec zèle, parfois même avec excès de zèle tellement j’aimais le Seigneur et Sa Parole. Pourtant, cela ne m’a pas empêché un jour de m’entendre dire par le Seigneur JESUS : « Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et pratique tes premières œuvres; sinon, je viendrai à toi, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes ». Oui, j’avais abandonné « mon premier Amour ». Cet Amour et cette foi que j’avais reçus en moi lors de ma repentance et qui venait de DIEU le Père, afin que je puisse croire en LUI et l’aimer plus que tout au monde au travers de Son Fils JESUS mon Seigneur, et ainsi demeurer dans « Son Œuvre » qu’IL avait faite chair pour moi.

Jean 6, versets 26 à 29 :
Jésus leur répondit : En vérité, en vérité, je vous le dis, vous me cherchez, non parce que vous avez vu des miracles, mais parce que vous avez mangé des pains et que vous avez été rassasiés.
Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, et que le Fils de l’homme vous donnera; car c’est lui que le Père, que Dieu a marqué de son sceau.
Ils lui dirent : Que devons-nous faire, pour faire les oeuvres de Dieu ?
Jésus leur répondit : L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé.

En jetant tout ce que le Seigneur JESUS m’avait montré de me débarrasser, IL faisait « table rase » avec toute « ma » connaissance que je pensais avoir de Lui par le cumul d’enseignements de ma vie passée. IL m’a fait comprendre que désormais, IL serait Lui seul, « La Parole de DIEU » son Père faite chair pour moi et en moi (1 Jean 4/1 à 3). Pour pouvoir suivre le Seigneur, avec mon entendement de petit enfant, j’ai eu besoin qu’IL m’explique ma nouvelle naissance, et je lui ai dit :

« Seigneur JESUS, autrefois j’étais perdu tout en pensant avoir Ta Vie en moi. Aujourd’hui, fais-moi vivre uniquement par Ta Vie, la Volonté de DIEU notre Père (Matthieu 17/5) ! Révèle-moi Ta Vie, non plus selon la lettre que je lis dans la Bible, mais selon ton ESPRIT de Vie en moi comme tu l’as révélée à tes enfants autrefois, ton Eglise, au moyen de Ta Parole (donnée pour nous aujourd’hui par le biais des écrits dans les quatre évangiles). En dehors d’une révélation venant uniquement de Ta Vie afin que je puisse vivre en moi cette vie nouvelle que tu m’as donné, je ne ferais plus rien par moi-même. Je ne ferais plus aucun effort pour « me » changer à ton Image. Je ne ferais plus rien sans que tu me le montres, ni lectures de livres, ni études ou autres choses pour essayer de comprendre les écrits qui parlent de cette Vie. Je ne ferais plus aucun sacrifice dans le but de te plaire. Soit Tu me donnes de vivre uniquement dans Ta Vérité par Ta Vie en moi, ou alors je suis perdu pour l’éternité ».

Autrefois, étant trompé par l’esprit de l’antéchrist, j’avais suffisamment vécu « une vie » que je m’étais faite comme étant celle du Seigneur JESUS pour vivre « ma vie » dans ce monde, que je ne voulais plus recommencer deux fois la même erreur. Désormais pour ma vie nouvelle et sa croissance, c’était terminé que j’utilise ma volonté, ma pensée, mon raisonnement, mes sentiments humains, etc… pour « me créer » une Vie du Seigneur selon l’image terrestre que je me ferais d’elle.

Suivre le Seigneur avec l’entendement d’un petit enfant.

C’est souvent sous la forme « d’images » simples qu’un petit enfant peut mieux comprendre les choses de la vie. C’est ainsi que le Seigneur JESUS a commencé de me révéler Sa Vie et qu’IL continue de le faire à ce jour dans ma vie spirituelle, ayant toujours en moi, l’entendement d’un « petit enfant ».

Matthieu 11, versets 25 à 30 :
En ce temps-là, Jésus prit la parole, et dit: Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants.
Oui, Père, je te loue de ce que tu l’as voulu ainsi.
Toutes choses m’ont été données par mon Père, et personne ne connaît le Fils, si ce n’est le Père; personne non plus ne connaît le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler.
Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.
Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.
Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.

Pour que je comprenne Sa Vie, le Seigneur a rappelé à mon esprit le petit enfant que j’ai été lorsque je suis né sur cette terre (en tant qu’homme animal), et comment j’ai grandi. IL m’a montré que dès le premier instant que j’ai été conçu dans le ventre de ma maman, c’en était fait de ma personne, le processus de ma croissance était lancé malgré moi. Que je le veuille ou non, j’allais croître et m’épanouir sur cette terre tant physiquement, qu’intellectuellement, alors que je ne savais absolument rien de la vie qui s’ouvrait devant moi, n’en étant même pas conscient. Le Seigneur m’a montré qu’il en est de même en ce qui concerne ma Vie Nouvelle. Dès le premier instant où par la foi et l’obéissance j’ai vraiment cru DIEU le Père et Son Œuvre Parfaite qu’IL a accompli avec son Fils pour m’affranchir et me rendre réellement libre du péché et de Satan, comme cela était écrit dans la Bible (Jean 8/34 à 36), instantanément l’Œuvre de DIEU s’est accomplie dans ma vie par le biais de la foi qu’IL m’avait donné lors de ma repentance.

Hébreux 11, verset 1 :
Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas.

Dès l’instant où j’ai cru que j’étais enseveli avec Son Fils par le baptême en « sa mort » en m’identifiant à Lui (Marc 10/38 et 39), et en croyant que je faisais avec ma vieille nature qu’un seul corps avec Lui par la conformité à « sa mort », j’ai eu la conviction que mon corps du péché était définitivement détruit avec « sa mort ». Mais le Seigneur JESUS m’a montré que l’Œuvre de DIEU son Père ne s’arrêtait pas à la mort de mon vieil homme. La foi qui m’avait permis de croire DIEU et son Œuvre, devait LE glorifier également dans ma vie, comme JESUS son Fils l’avait glorifié dans sa vie terrestre par Sa Vie céleste (Jean 17). Pour glorifier DIEU le Père, il n’y avait rien de plus simple à faire. Je n’ai eu aucune œuvre à faire, pas de sacrifice sous quelque forme qu’il soit. Je n’ai pas eu besoin de l’homme comme « intermédiaire », sous quelque forme de « hiérarchie » biblique qu’elle soit instaurée dans les assemblées d’hommes. Il m’a suffi de recevoir le don de Sa Grâce par le moyen de la foi en la Vie de Son Fils JESUS homme (Apocalypse 14/12), en m’identifiant cette fois-ci, non plus dans « sa mort », puisque cela avait déjà été fait pour détruire mon corps du péché, mais je l’ai fait en m’identifiant dans Sa Vie de Fils ressuscité.

Le Seigneur JESUS m’a montré que de la même manière qu’un jour en tant que Fils de DIEU, mais homme selon sa chair et sang, IL est réellement mort avec « sa chair » (esprit/âme/corps) sur la croix, de même quiconque s’identifie en Lui dans « sa mort », est mort une fois pour toutes quand à « sa chair » corrompue par le péché. Ce qui allait naître ensuite de cette mort ce n’était pas « mon » vieil homme ressuscité que le Seigneur allait progressivement « sanctifier ». Pas du tout ! Je suis devenu par ma nouvelle naissance, une nouvelle créature spirituelle ayant une Vie totalement nouvelle en « la chair », ou si vous préférez, en « le Corps » (spirituel) de JESUS ressuscité et glorifié par DIEU son Père (Jean 12/23 à 26 et 1 Corinthiens 15/47 à 49). C’est cela que le Seigneur m’a demandé de croire et rien d’autre. C’est cela qui allait glorifier DIEU le Père par et dans ma vie en la Vie de son Fils. IL m’a montré que désormais « étant né de Lui et en Lui », par « ma foi » en Sa Vie, je peux maintenant vivre et demeurer en conformité dans « sa résurrection » par la Puissance de DIEU son Père qui l’a ressuscité d’entre les morts pour ma justification par Sa Sanctification.

Hébreux 10, versets 14 à 23 :
Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés.
C’est ce que le Saint Esprit nous atteste aussi; car, après avoir dit :
Voici l’alliance que je ferai avec eux, Après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leurs cœurs, Et je les écrirai dans leur esprit, il ajoute :
Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités.
Or, là où il y a pardon des péchés, il n’y a plus d’offrande pour le péché.
Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire
par la route nouvelle et vivante qu’il a inaugurée pour nous au travers du voile, c’est-à-dire, de sa chair,
et puisque nous avons un souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu,
approchons-nous avec un coeur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure.
Retenons fermement la profession de notre espérance, car celui qui a fait la promesse est fidèle.

Le Seigneur JESUS m’a fait comprendre que c’est ce que dit DIEU son Père qui est toujours vrai, et non pas ce que je pense, ou ce que je ressens en ma personne, ou encore ce que disent les enseignements que j’avais reçus autrefois et par lesquels l’esprit de l’antéchrist m’avait gardé pendant bien des années, captif du péché par mon corps du péché. J’ai du m’approprier par la foi l’Œuvre Parfaite de DIEU en son Fils (Jean 6/28 et 29), et « croire » ainsi qu’IL me faisait naître nouveau en Lui et avec Lui dans « son Corps » ou « sa chair » qui était sans le péché (Jean 14/30). Voilà seulement ce qui a glorifié DIEU le Père par ma Vie nouvelle en Sa Vie Céleste, et Sa Vie Céleste en ma vie terrestre (Galates 2/20). Désormais par « la Foi » du Fils (la seule foi qui sauve, Ephésiens 4/4 à 6) que j’ai reçu par son ESPRIT de Vie en moi au moyen du SAINT-ESPRIT (Tite 3/ 4 à 7, Romains 8/9, Galates 4/6), je suis devenu un enfant né de DIEU (Jean 1/12 et 13), et par la même occasion DIEU le Père de JESUS est devenu « mon » Père Céleste !

Colossiens 2, versets 6 à 15 :
Ainsi donc, comme vous avez reçu le Seigneur Jésus Christ, marchez en lui,
étant enracinés et fondés en lui, et affermis par la foi, d’après les instructions qui vous ont été données, et abondez en actions de grâces.
Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ.
Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité.
Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité.
Et c’est en lui que vous avez été circoncis d’une circoncision que la main n’a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair:
ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l’a ressuscité des morts.
Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses;
il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la croix;
il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix.

Une fois passé de la mort de mon vieil homme avec son corps du péché, à la Vie Nouvelle, je ressemblais à un petit enfant qui venait de naître. Le Seigneur m’a également fait comprendre que je ne connaissais absolument rien de cette Vie Céleste. IL m’a montré par sa vie, que quoiqu’IL était « Fils » de DIEU, Lui aussi était né « bébé » sur cette terre (Esaïe 7/14 et 15, Luc 2/52). Lui aussi avait appris pendant les jours de sa chair en tant qu’homme nouveau « le dernier Adam », à vivre par la foi et l’obéissance à l’ESPRIT-SAINT en Lui (Luc 4/1 et 2, Hébreux 5/7 à 10, Hébreux 12/1 et 2) qui le conduisait uniquement à accomplir « La Volonté » de DIEU son Père (Jean 5/19 et 20). Ainsi tout comme le Seigneur JESUS sur cette terre, j’allais apprendre jour après jour, toutes choses nouvelles au travers des circonstances et détails de ma vie terrestre.

Néanmoins il y a quand même une grande différence entre la croissance du Seigneur JESUS et la mienne en tant que « enfant de DIEU ». Personnellement, je n’ai qu’à demeurer par la foi et l’obéissance dans le Repos de DIEU qu’IL m’accorde en son Fils par Sa Vie (Hébreux 4). Le Seigneur JESUS a déjà inauguré pour moi une route nouvelle qui passe en « sa chair » (esprit/âme/corps) par le renoncement constant de sa volonté d’homme au moyen de son obéissance à la Volonté de son Père (Hébreux 10/19 à 23). Cette vie dans l’obéissance de la foi à l’ESPRIT-SAINT en Lui, l’a gardé libre « du péché » de l’esprit qu’est Satan et l’a préservé de commettre « le péché » avec sa chair (Jean 8/41 à 55, et Jean 14/30). Cette « route nouvelle » pour « ma chair » de nouvel homme spirituel est déjà ouverte pour moi. Je n’ai pas besoin d’en « créer » une nouvelle pour ma chair. Cette route nouvelle en « la chair » du Seigneur JESUS dans et par laquelle je vis au moyen de ma foi en Sa Vie (Jean 6/50 à 58), va me permettre à mon tour de pouvoir vivre tous les jours de ma vie terrestre, en renonçant à ma volonté d’homme pour ne faire que la Volonté de DIEU mon Père. C’est cela que je vis désormais par la foi en la Vie du Seigneur JESUS, étant conduit par son ESPRIT-SAINT en moi (Jean 14/15 à 23). Le bon combat de ma foi, est de demeurer en l’Œuvre Parfaite de DIEU le Père qu’IL a commencée avec moi en me « créant » en son Fils et Sa Vie (Jean 6/50 à 58). Cette Vie Nouvelle par Son ESPRIT-SAINT en moi, va se développer progressivement et suivre sa croissance naturellement, à Sa Seule Gloire, sous la condition que « je » demeure en Lui.

Marc 4, versets 26 à 29 :
Il dit encore : Il en est du royaume de Dieu comme quand un homme jette de la semence en terre;
qu’il dorme ou qu’il veille, nuit et jour, la semence germe et croît sans qu’il sache comment.
La terre produit d’elle-même, d’abord l’herbe, puis l’épi, puis le grain tout formé dans l’épi;
et, dès que le fruit est mûr, on y met la faucille, car la moisson est là.

Jean 15, versets 3 à 5 :
Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée.
Demeurez en moi, et je demeurerai en vous.Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi.
Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire.

En prenant l’image du premier jour de ma naissance terrestre, jusqu’au jour où j’ai été conscient entre le bien et le mal que je faisais avec ma volonté et mon corps, le Seigneur m’a montré que ce temps de vie sans connaitre ni bien, ni mal, c’était le temps de « l’innocence » de ma vie de petit enfant terrestre. C’était le temps où sans même m’en rendre compte, sans même en avoir conscience, j’avais pu commettre des maladresses dues à mon petit âge. IL m’a appris que pendant ce « temps d’innocence », en tant que « petit enfant », je ne faisais pas mal les choses pour faire mal, au contraire, je les faisais bien à mes yeux de petit enfant qui voulait simplement reproduire ce qu’il voyait faire autour de lui. C’était le temps où mes parents ne me retenaient pas mes maladresses comme étant des fautes volontaires, mais plutôt comme étant une croissance normale du petit enfant que j’étais sans connaissance de la vie terrestre par mon manque de maturité tant physiquement, que mentalement.

Au commencement de ma vie spirituelle, le Seigneur JESUS par comparaison avec ma vie terrestre, m’a montré que c’était la même chose pour ma Vie avec Lui. Ainsi, le « bébé » spirituel que j’ai été au commencement de ma vie nouvelle, voulait laisser reproduire en lui par l’ESPRIT, la Vie de Son Seigneur. C’est ainsi que j’ai vécu cela, mais bien entendu en fonction de mon âge spirituel que seul le Seigneur connaissait réellement. Le Seigneur JESUS jugeait mes maladresses uniquement par rapport à mon âge spirituel, et non pas par rapport à ce que pensaient de moi ceux qui prétendaient être « l’Eglise », ou encore, ce que pensaient de moi les « gens » du dehors. Pendant ma croissance de « bébé », j’ai toujours été fidèle au Seigneur par rapport à Sa Lumière que l’ESPRIT de Vie en moi me donnait de vivre au moment présent et en fonction de mon âge spirituel, qui allait en s’accroissant.

1 Corinthiens 4, versets 1 à 5 :
Ainsi, qu’on nous regarde comme des serviteurs de Christ, et des dispensateurs des mystères de Dieu.
Du reste, ce qu’on demande des dispensateurs, c’est que chacun soit trouvé fidèle.
Pour moi, il m’importe fort peu d’être jugé par vous, ou par un tribunal humain. Je ne me juge pas non plus moi-même, car je ne me sens coupable de rien;
mais ce n’est pas pour cela que je suis justifié. Celui qui me juge, c’est le Seigneur.
C’est pourquoi ne jugez de rien avant le temps, jusqu’à ce que vienne le Seigneur, qui mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et qui manifestera les desseins des cœurs. Alors chacun recevra de Dieu la louange qui lui sera due.

Quoiqu’il n’y avait plus le péché en moi, ni aucune mauvaise pensée, convoitise ou autre choses mauvaise, j’ai vécu au commencement de cette vie nouvelle, comme une sorte « de mélange » (si je puis l’écrire ainsi) entre La Parole de DIEU le Père qu’IL avait faite chair en son Fils et me La donnait selon la lettre par les écrits de la Bible, et La Loi de l’ESPRIT de Vie de CHRIST en moi, qui était inscrite dans mon cœur nouveau (Ezéchiel 36/25 à 27). Ma volonté, ma pensée, mon raisonnement, ou encore mes sentiments humains créaient en moi comme une sorte « de trouble » par rapport à la connaissance de son enseignement que l’ESPRIT-SAINT m’inculquait progressivement. A cause de cela, il m’est arrivé de manquer de discernement entre ce que « je pensais être » la volonté du Seigneur, avec sa réelle Volonté à mon égard. Parfois, j’ai été comme « indécis », ne sachant trop que faire. Lorsque cela arrivait, et bien je ne faisais rien, j’attendais d’y voir plus clair. Néanmoins, selon Sa Parole (Jean 8/12), le Seigneur ne m’a pas laissé me tromper, IL m’a appris progressivement à discerner Sa Volonté de la mienne.

Il y avait une cause à cela. Le Seigneur m’a montré que je voulais aller trop vite dans sa connaissance. Je voulais accélérer par moi-même le processus de ma croissance spirituelle en y ajoutant « mes connaissances » d’autrefois lorsque je vivais encore esclave du péché dans ma chair. Il était vrai que tout ce que j’avais vécu autrefois, même en étant toujours esclave de mon corps du péché, tout n’était pas faux. Quoique sous la garde de la Loi et conduit par l’ESPRIT-SAINT avec moi (et non pas encore en moi à l’époque – Jean 14/15 à 23), le Seigneur m’avait fait (ainsi que pour ma famille), vivre des choses extraordinaires, préservé de la mort, vivre certains miracles, etc… Il était sûr que je ne pouvais « renier » cette vie, sachant que cela venait bien du Seigneur. Mais j’avais tellement hâte d’être en tous points comme le Seigneur JESUS, et étant plein de « feu » que me procurait cette nouvelle Vie, j’allais « piocher » dans mon passé pour essayer de mieux comprendre mon avenir de nouveau né en et par Lui.

Comme déjà écrit dans cet article, après avoir brûlé tout ce que le Seigneur m’avait montré de me débarrasser qui était d’ordre matériel (bibelots, traités, livres, etc…), il me fallait maintenant apprendre à laisser l’ESPRIT-SAINT débarrasser de ma mémoire, toute ma connaissance selon la chair ou si vous préférez, toute ma connaissance que j’avais de l’Eglise et de CHRIST selon mon entendement humain d’autrefois (2 Corinthiens 5/16 et 17). Le Seigneur me montrait qu’il fallait que je démarre dans Sa Vie, avec la connaissance d’un petit enfant, vierge de tout entendement humain, c’est-à-dire, repartir à « zéro ». Ainsi seulement, j’allais pouvoir apprendre de Lui et marcher en nouveauté de Vie à sa seule gloire et celle de DIEU notre Père (Romains 8/9).

De mon entendement d’enfant, vers ma croissance spirituelle.

Avant ma nouvelle naissance, il m’arrivait d’oublier que les écrits de la Bible n’étaient pas seulement une chronique (un recueil de faits historiques rédigés suivant un ordre chronologique). Après ma nouvelle naissance en tant que « petit enfant », le Seigneur JESUS m’a révélé une chose importante pour ma vie spirituelle. IL m’a montré que tout ce que je lisais dans les Ecritures, ou dans le Nouveau Testament, le temps qui passait entre les divers évènements ne s’était pas « figé ». Le Seigneur JESUS m’a fait comprendre que tous ces récits d’hommes ou de femmes fidèles qui Le servaient après sa résurrection d’entre les morts, le temps qui passait entre les événements qui constituaient leur vie avec Lui, était à considérer avec attention. Ils n’avaient pas tout compris en un seul jour. Ils avaient du apprendre cette Vie de nouvel homme spirituel créé selon DIEU, comme le Fils Lui-même l’avait apprise de son Père (Hébreux 5/7 à 14). Le Seigneur m’a montré qu’il s’agissait d’une Vie Nouvelle qui allait totalement m’englober en tant qu’enfant né de DIEU (2 Corinthiens 5/4 et 5). Cela allait également prendre du temps à être vécu par moi-même. La preuve en est, cette Vie avec le Seigneur a commencé en 1974, est devenue « Nouvelle » en 1986, et continue en l’année 2014 que nous sommes à la rédaction de cet article.

Le Seigneur JESUS m’a rassuré, me faisant comprendre que cette confusion entre ma volonté et la sienne allait disparaître. Il me suffisait d’être patient en ne dépassant pas mes limites dues à mon « âge spirituel » du moment présent. IL m’a en même temps « calmé » dans mon impatience à tout vouloir comprendre de suite au fur et à mesure que je lisais ma Bible. IL m’a montré que l’important ce n’était plus de tout comprendre de suite. L’important c’était de me reposer par l’obéissance de la foi sur ce qui était réellement écrit, et laisser l’ESPRIT-SAINT en moi me conduire jour après jour dans la révélation de Sa Vie pour ma vie (Jean 16/12 à 16), au rythme qu’IL savait être le mieux adapté par rapport à mon âge spirituel que Lui seul connaissait vraiment. Bien entendu « m’être calmé », cela ne voulait pas dire que cela avait diminué « le feu » en moi que produisait La Parole de DIEU à chaque fois que je lisais La Parole du Seigneur JESUS dans les quatre évangiles (ce qui est toujours vrai en moi à ce jour). Mon désir était d’être au plus vite en tous points comme le Seigneur JESUS (cela aussi est toujours vrai en moi à ce jour).

DIEU le Père, par le Fils, au moyen du SAINT-ESPRIT, n’est pas « homme » pour mentir ! Sa Parole n’est « que » Vérité ! Si au commencement de ma vie nouvelle, mon but sur cette terre pendant les jours de ma chair n’était pas d’être « semblable » à l’image du Seigneur JESUS, en quelle autre « image » son ESPRIT de Vie en moi allait-IL me transformer ?

2 Corinthiens 3, versets 16 à 18 :
mais lorsque les cœurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté.
Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.
Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.

Qui peut donc être comme CHRIST sur terre ? Prétendre vivre sans le péché en soi, et sans commettre le péché, quelle hérésie, quelle folie ! C’est ce que beaucoup de croyants me disaient au commencement de ma vie nouvelle, et me le disent encore aujourd’hui. Certains(es) pensaient (et le pensent toujours à ce jour) que cela était prétentieux de ma part, voire un orgueil démesuré, etc… Le Seigneur JESUS m’a encouragé et fortifié dans ma foi afin que je ne m’arrête pas à écouter « les dires » de toutes ces personnes toujours esclaves de leur corps du péché, et qui ne croient pas en Sa Parole comme IL la donne à tous ses enfants qui l’aiment (Jean 10/26 à 30, Jean 12/44 à 50, Jean 14/14 à 27). Il est vrai que lorsque je suis passé par la nouvelle naissance, je me suis retrouvé tout seul à vivre cela, premièrement dans ma maison, ensuite dans un premier temps, sans l’Eglise à mes côtés, sans personne avec qui partager cette Vie. Combien de fois Satan n’a-t-il pas essayé de me décourager ! Que cela soit en essayant de me faire croire que je « blasphémais », ou encore que j’étais seul à vivre cette Vie, ou encore, par le biais de ses serviteurs les faux frères (ou sœurs), ses faux prophètes, ses faux docteurs, ses faux pasteurs, etc…qui m’annonçaient « la liberté de CHRIST », alors qu’eux-mêmes témoignaient être toujours dans leur chair en conflit entre le péché et leur esprit/âme, et par leurs mauvaises œuvres manifestes. Que de tribulations n’ai-je pas du supporter (encore à ce jour) de la part de ceux qui prétendaient être Frères et Sœurs de JESUS-CHRIST.

Le Seigneur JESUS m’a montré que je ne blasphémais pas. IL m’a expliqué ce que j’allais vivre et me faisait comprendre que je n’allais pas être « Lui », en tant que « le Fils unique » de DIEU de toute éternité, puisqu’il n’existe qu’un Seul Seigneur (Ephésiens 4/4 à 6). IL m’a montré que par ma nouvelle naissance, IL m’avait rendu « semblable » à Lui quand à « sa » naissance spirituelle terrestre (Hébreux 2/14 à 18, Philippiens 2/7). Par « ma foi » en Sa Parole (Jean 1/12 et 13) au moyen de son ESPRIT-SAINT (Tite 3/ 4 à 7, Galates 4/6), j’étais né d’en Haut, né de DIEU le Père en Son Corps de Fils ressuscité (Colossiens 2/10 à 15). Par la foi en l’Œuvre Parfaite du Père avec son Fils, l’ESPRIT-SAINT attestait en moi que je ne vivais plus dans une chair « identique » à celle de l’homme pécheur que j’étais autrefois, dans et par laquelle « le péché » me retenait captif dans mon corps du péché. Je vivais désormais sur cette terre avec « ma chair », qui était semblable à celle du Fils de l’homme (Jean 6/50 à 58), c’est-à-dire, mon esprit était Saint ayant son âme Pure, dans mon corps lavé de toutes ses souillures (Ezéchiel 36/25 à 27).

Mon éducation spirituelle par le passage dans des assemblées d’hommes.

Après ma repentance, je croyais que les personnes que je connaissais et avec lesquelles j’avais partagé l’Evangile du Seigneur JESUS, étaient toutes systématiquement nées de DIEU, et vivaient en nouveauté de Vie. Après ma nouvelle naissance, au commencement de ma croissance spirituelle, j’étais naïf comme un petit enfant, et j’avais gardé en moi cette habitude de croire que du moment qu’une personne prétendait aimer le Seigneur JESUS, elle était mon Frère ou ma Sœur en CHRIST. Le Seigneur m’a montré que je me trompais en ce qui concerne « qui » est « Son Eglise ». Il m’a fallu passer plusieurs années dans différentes assemblées pour arriver à comprendre que ce n’était pas ce que je pensais, ou que je ressentais sentimentalement, ou encore ce que la personne prétendait être, ou vivre avec le Seigneur qui était le critère de Vérité concernant l’Eglise. Le Seigneur m’a enseigné par son école de la Vie dans ces assemblées d’hommes, que c’était seulement ce qu’IL disait par Sa Parole dans les quatre évangiles qui attestait qui était qui, et cette même Parole devenait son propre juge.

Jean 12, versets 44 à 50 :
Or, Jésus s’était écrié: Celui qui croit en moi croit, non pas en moi, mais en celui qui m’a envoyé;
et celui qui me voit voit celui qui m’a envoyé.
Je suis venu comme une lumière dans le monde, afin que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres.
Si quelqu’un entend mes paroles et ne les garde point, ce n’est pas moi qui le juge; car je suis venu non pour juger le monde, mais pour sauver le monde.
Celui qui me rejette et qui ne reçoit pas mes paroles a son juge; la parole que j’ai annoncée, c’est elle qui le jugera au dernier jour.
Car je n’ai point parlé de moi-même; mais le Père, qui m’a envoyé, m’a prescrit lui-même ce que je dois dire et annoncer.
Et je sais que son commandement est la vie éternelle. C’est pourquoi les choses que je dis, je les dis comme le Père me les a dites.

Donc en 1986, l’Eglise de CHRIST à Faulquemont (qui était locale) est née en ma personne dans ma maison (et non pas sous la forme d’une assemblée d’hommes sous quelque dénomination qu’elle soit). J’ai commencé de vivre une nouvelle Vie, cette fois je n’étais plus un « hypocrite » vis-à-vis des personnes à qui je témoignais de la Bonne Nouvelle du Seigneur JESUS, l’Evangile de DIEU qui consistait à vivre réconcilié avec DIEU en étant affranchi et réellement libre du péché et de Satan par la Vie de Son Fils en moi. Je le vivais réellement même si au commencement de ma vie de petit enfant né de DIEU, je m’exprimais ou agissais d’une manière qui semblait être aux yeux des « croyants » qui m’entouraient, une vie sous la Loi, et aux non croyants, une vie de sacrifices continuels. En réalité, rien de ce que le Seigneur m’a demandé de faire était difficile, ou pénible, ou encore m’a semblé être un sacrifice à faire, etc… Je n’avais aucun effort à faire pour suivre le Seigneur sur son chemin, il me suffisait de dire : « Oui Seigneur, je viens pour faire ta volonté », et rien ne m’a été insurmontable, ou insupportable, au contraire, c’était ma joie, une joie inexprimable (il en est encore ainsi à ce jour).

Cette Vie qui m’a donnée du repos pour mon âme (Matthieu 11/25 à 30), elle ne vient pas de moi, de « ma volonté ». Par contre, cette Vie permet à ma volonté de ne rechercher « que » La Volonté du Seigneur, que ce qui lui est agréable et parfait. Cela avant ma nouvelle naissance, je ne l’ai jamais vécu de la sorte. Autrefois, avec ma volonté, j’essayais tant bien que mal de faire ce qui était écrit dans la Bible, mais je ne renonçais pas vraiment à ma volonté, puisque je l’utilisais pour faire ce que je pensais être La Volonté du Seigneur à mon égard. Pendant un temps j’y arrivais par tout un tas de bonnes œuvres, de renoncements, de sacrifices, et puis venait inévitablement « la chute »…La Truie lavée était retournée dans son bourbier ! Désormais cette Vie Nouvelle me donnait vraiment une liberté de choix de vie ou de Vie, elle était devenue « ma Vie ».

Rempli de cette Vie, j’ai commencé à témoigner de celle-ci à Faulquemont, qui était mon lieu de résidence (et l’est encore à ce jour). Poussées à la repentance par l’ESPRIT du Seigneur, plusieurs personnes que je connaissais étaient venues chez moi pour entendre cet Evangile. Elles s’étaient repenties et elles avaient reçues en elles la conviction du pardon de leurs péchés confessés. Cette repentance sincère, avait fait que ces personnes païennes étaient passées sous la garde de la Loi de DIEU en attendant que CHRIST se révèle à elles au moyen de « Sa Foi » qu’IL allait leur donner par Sa Vie.

Galates 3, versets 22 à 24 :
Mais l’Écriture a tout renfermé sous le péché, afin que ce qui avait été promis fût donné par la foi en Jésus Christ à ceux qui croient.
Avant que la foi vînt, nous étions enfermés sous la garde de la loi, en vue de la foi qui devait être révélée.
Ainsi la loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi.

Pendant un temps j’allais les visiter, ou, ces croyants venaient chez moi. J’avais commencé à leur donner plus de détails de cette Vie Nouvelle, leur témoignant ce que le Seigneur JESUS m’avait demandé de faire ou ne pas faire. En réalité, je « n’enseignais » plus l’Evangile par mon « savoir » comme je le faisais autrefois tout en étant toujours esclave de mon corps du péché. J’enseignais désormais l’Evangile de DIEU par ma Vie avec le Seigneur en moi et moi en Lui. A ceux que le Seigneur avait placés sur mon chemin, j’essayais de leur expliquer ce que j’avais vécu autrefois lorsque j’étais sans La Vie du Seigneur en moi, et tout ce que j’avais mal fait à cause de cela, alors que je témoignais que j’étais soi-disant libre du péché et de Satan dans ma vie de « croyant ». Je leur expliquais que l’Evangile que je vivais autrefois sans CHRIST en moi, n’était pas l’Evangile. Je ne voulais surtout pas qu’ils commettent la même erreur que moi, à savoir, se croire affranchis et libres du péché, sans auparavant être parfaitement conscient de savoir ce qu’était être passés par la mort de leur vieil homme une fois pour toutes, par le baptême en la mort de CHRIST pour la destruction de leur corps du péché (Romains 6/3 à 7).

Le temps passait, le Seigneur continuait de me faire croître spirituellement, tout comme ces croyants qui avançaient de mieux en mieux dans la foi, et se fortifiaient de jour en jour en JESUS-CHRIST. Ils obéissaient à l’ESPRIT-SAINT qui les conduisait progressivement à CHRIST, en leur montrant par la Loi, ce qu’était vraiment leur nature qu’elles vivaient dans leur corps qui était encore esclave du péché. Comme le Seigneur JESUS par son ESPRIT l’avait fait avec moi, IL faisait cela avec eux pour les affranchir et les rendre réellement libres du péché en les sauvant d’eux-mêmes par le don de « Sa Vie », au moyen de son ESPRIT de Vie. Comme déjà écrit, à cette époque j’étais « un petit enfant » qui avait quelques mois de nouvelle naissance, et qui par sa naïveté due au manque de maturité spirituelle, il pouvait m’arriver de commettre des erreurs de discernement, ou des maladresses (je ne parle pas ici de vivre dans le péché ou de commettre des péchés).

Ce fut mon cas, le jour où j’avais laissé pénétrer dans ma maison, un jeune homme (à l’époque) qui annonçait l’Evangile sur les marchés publics. Il prétendait avoir un « ministère » dans l’Eglise, celui de rassembler les « enfants de DIEU » d’un même endroit afin de créer une « église locale ». Je lui avais fait confiance pensant que c’était « un frère ». Je l’avais présenté à tous les croyants que je côtoyais et tous ensemble nous partagions La Parole de DIEU avec joie. Cela se passait bien, jusqu’au jour où se firent jour les vraies intentions cachées de cet homme. A plusieurs reprises, le Seigneur attirait mon attention sur les agissements de cet homme qui altérait l’Evangile que je donnais par mon témoignage aux croyants que je connaissais. Sournoisement, cet homme recrutait des membres pour « son association » inscrite dans le protestantisme évangélique (FPC). J’avais eu beau mettre en garde ceux que le Seigneur m’avaient envoyé, mais en vain. Certains de ces croyants l’avaient même appelé « leur apôtre », pour vous montrer jusqu’où allait la séduction.

La finalité, c’est que j’avais été voir cet homme en lui disant que sa façon de faire n’était pas honnête pour un enfant de DIEU. Il servait les intérêts d’une association religieuse protestante (FPC), et non pas uniquement les intérêts de CHRIST. Ce même jour, cet homme m’interdisait dorénavant de venir participer aux réunions des croyants à Faulquemont, rencontres qui en dernier se passaient chez lui (nous avions créé une petite salle de réunion dans sa cave). Malheureusement, tous d’un commun accord s’étaient rallier au « faux évangile » de cet homme, et le mot d’ordre était lancé, il fallait éloigner du milieu d’eux celui qui trouble…

C’était là ma première grande leçon du Seigneur JESUS pour m’apprendre à discerner le vrai du faux. A partir de ce jour là, mes Frères et Sœurs ne seraient que ceux ou celles qui font la Volonté du Seigneur JESUS, à savoir, vivre et marcher selon Son Evangile par l’ESPRIT-SAINT. J’ai beaucoup souffert de cette situation à l’époque et j’en souffre encore aujourd’hui ayant toujours en ma pensée tous ceux ou celles que j’ai connus. A ce jour, j’espère toujours de tout mon cœur que tous ces croyants se dégageront de cette « religiosité » qui les garde captifs du péché, et qu’ils reviendront à leur premier Amour, c’est-à-dire reviendront au Seigneur JESUS Lui seul (2 Corinthiens 6/12 à 18), comme moi-même j’ai pu un jour le faire par La Grâce de DIEU (Hébreux 4). Avec le temps, cette « association évangélique protestante » a cessé d’être à Faulquemont. Néanmoins, l’Eglise de CHRIST quand à Elle est toujours présente et fidèle à son Seigneur dans cette petite ville. Pour celui ou celle qui la chercherait, il ne faut pas la chercher sous la forme d’une « assemblée » d’hommes. Elle est visible uniquement en chaque Frère ou Sœur qui habitent à Faulquemont. Elle n’a ni beauté, ni éclat pour attirer les regards…c’est son lot sur terre (Esaïe 53).

Malgré tout ce qui se passait à Faulquemont, le Seigneur m’avait ouvert les portes vers d’autres assemblées. Dans chacune d’elles séparément, j’allais apprendre ce qu’était vraiment vivre l’Evangile du Seigneur selon son ESPRIT et me parfaire dans le discernement des esprits. Pendant plusieurs années, je m’arrangeais pour participer aux diverses activités de chacune d’elles (cela était possible, les jours et heures d’activités étaient différentes). Je me rendais à leurs cultes ou autres, leurs réunions de prières, leurs baptêmes d’eau, leurs agapes, et pour certaines j’allais même à leurs conférences dans certains pays, etc…Quoique je faisais, ce n’était pas pour autant que j’étais devenu un « membre » de celles-ci. J’allais dans toutes ces assemblées parce que le Seigneur m’y conduisait pour apprendre de Lui, de Sa Vie. Je ne m’occupais pas de « l’étiquette » que s’étaient données ces assemblées d’hommes. Ce qui m’importait, c’était uniquement d’être obéissant au Seigneur JESUS là où son ESPRIT en moi me conduisait. J’écoutais ce qui était annoncé et prêché dans ces assemblées. Dans certaines (ou cela était permis) il m’arrivait même de témoigner régulièrement de ce que le Seigneur me mettait à cœur de dire.

Comme partout, j’étais un nouveau venu (avec ma famille) et puisque que je venais régulièrement aux réunions, j’avais été bien accueilli. Dans chacune de ces assemblées, j’étais à leurs yeux « celui » que le Seigneur rajoutait à « leur assemblée », et qui allait être « sauvé » par leur enseignement. Cela je l’avais vécu dans chacune de ses assemblées, c’était typique ! Malheureusement, c’est toujours le cas à ce jour, il faut « faire partie » d’une assemblée, être « membre » ou se plier aux exigences de celle-ci, pour en être réellement accepté en tant que Frère ou Sœur de CHRIST. Aucune de ces assemblées ne se fréquentaient, pourtant j’avais essayé de tout faire pour unir celles-ci par l’Evangile de CHRIST que je vivais personnellement. DIEU m’est témoin ! Mais qui voulait croire ce qui leur était annoncé ? Qui voulait croire qu’une telle Vie Nouvelle existait réellement ? Une Vie sans le péché en elle, que le Seigneur JESUS donne à toutes ses brebis (Jean 10). Aucune de ces assemblées ne partageaient une communion fraternelle sincère entre elles. Au contraire, ce que j’entendais et voyais vivre par certains(es), était loin d’être à la gloire de DIEU le Père et du Seigneur JESUS. Hypocrisie, disputes, querelles, animosités, calomnies, médisances, méchancetés, mensonges, etc, etc…et j’en passe de toutes ces mauvaises œuvres de la chair corrompue qui étaient pratiquées « normalement » parmi ceux ou celles qui prétendaient être conduits par l’ESPRIT de Vie de CHRIST et vivre en nouveauté de Vie !

Pendant toutes ces années passées avec ces croyants, petit à petit, le Seigneur continuait de me former à son école. Plus je grandissais en âge spirituel, plus son Evangile était limpide. Plus je témoignais avec zèle de cette Vie nouvelle, plus l’opposition devenait manifeste contre ma personne de la part de ceux ou celles qui m’appelaient leur « frère ». Le Seigneur m’ouvrait les yeux de l’esprit et mettait en évidence l’esprit de l’antéchrist qui gardait toutes ces âmes esclaves du péché par toutes ces doctrines de démons ayant une apparence de justice et de piété, mais qui par leurs mauvaises œuvres reniaient CHRIST et son Evangile (Matthieu 7/13 à 27). Au travers de ces assemblées d’hommes, le Seigneur me montrait ce qu’était cette fausse « église » avec sa fausse « hiérarchie biblique » que l’esprit de l’antéchrist avait commencé de mettre en place dans ce monde avant la venue du fils de la perdition (2 Thessaloniciens 2/1 à 12).

Toutes ces assemblées sans exception, du moment que je me permettais de ne pas être en accord avec l’enseignement donné par leur« hiérarchie » et que je ne voulais pas me « plier » (ou me courber) devant les fausses doctrines de ces personnes, toutes m’ont rejetés d’une manière ou d’une autre. Toutes sans exception, m’avaient un jour placé devant un choix. Il fallait que j’accepte sans discuter « l’évangile » qui y était prêché, en renonçant à l’Evangile de CHRIST que je vivais par l’ESPRIT et que je leur témoignais pendant toutes ces années. Toutes sans exception voulaient m’enlever « ma liberté » que j’avais en CHRIST en tant qu’enfant né de DIEU, pour la remplacer par « le joug » de leurs doctrines, leurs règles, leurs dogmes, leurs traditions, etc…qui toutes allaient au-delà de ce qui était réellement écrit dans les Ecritures et le Nouveau Testament.

Galates 5, verset 1 :
C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude.

1 Corinthiens 7, versets 23 et 24 :
Vous avez été rachetés à un grand prix ; ne devenez pas esclaves des hommes.
Que chacun, frères, demeure devant Dieu dans l’état où il était lorsqu’il a été appelé.

L’Evangile de CHRIST par son ESPRIT-SAINT va obligatoirement faire vivre à et dans l’Eglise, cela :

2 Corinthiens 3, verset 17 :
Or, le Seigneur c’est l’Esprit ; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.

Si cette liberté en CHRIST vous est enlevée d’une façon ou d’une autre, même en utilisant les versets de la Bible, cela ne vient pas de l’ESPRIT de CHRIST, mais de l’esprit de l’antéchrist déguisé en ange de lumière dans toutes ces assemblées d’hommes. L’Eglise n’est pas une assemblée d’hommes sous quelque dénomination qu’elle se soit donnée, mais l’ensemble des « membres » du Corps de CHRIST, « ses » Frères et Sœurs qui sont répartis ça et là dans ce monde, là où le Seigneur JESUS les a placé comme « Sa Lumière » dans ce monde de ténèbres (Jean 1/1 à 5, Matthieu 5/13 à 16).

Ma repentance au regard de Romains 7, et ma nouvelle naissance en Romains 6.

J’ouvre une petite parenthèse pour montrer à l’Eglise comment l’esprit de l’antéchrist par le biais de ses serviteurs déguisés en ministres de justice, est arrivé à me tromper pendant toutes ces années en me donnant l’illusion d’être libre du péché par la foi en l’Œuvre de DIEU le Père manifestée en JESUS-CHRIST. C’est ainsi que je pensais servir le Seigneur JESUS, tout en étant gardé dans mon corps du péché sous le joug de l’esclavage « du péché » de l’esprit qu’est Satan. Attention s’il est écrit que Satan se déguise en ange de lumière, et ses serviteurs en ministres de justice, il faut bien considérer ces mots à La Lumière de La Vérité du vrai Evangile de CHRIST, il en va du salut éternel de notre âme (2 Corinthiens 11/14 et 15).

Autrefois, lorsque j’étais un païen, sans foi ni Loi de DIEU dans ma vie, toutes ces mauvaises œuvres citées par le Seigneur JESUS dans Marc 7/18 à 23, sortaient de moi, elles venaient de mon être intérieur et j’aimais cela. C’était ma vraie nature d’homme corrompu par le péché, que je le veuille ou non. J’étais libre à l’égard du péché n’étant pas sous la Loi de DIEU ou de CHRIST (Romains 7/9). Lorsque ces mauvaises œuvres faisaient surface dans ma vie, c’était simplement ma nature corrompue qui était ainsi et qui aimait vivre dans toute cette « saleté ». Satan n’avait pas besoin de me « tenter » pour me faire vivre ce que j’aimais et vivais déjà par ma nature.

Jacques 1, versets 13 à 15 :
Que personne, lorsqu’il est tenté, ne dise : C’est Dieu qui me tente. Car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne.
Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise.
Puis la convoitise, lorsqu’elle a conçu, enfante le péché; et le péché, étant consommé, produit la mort.

Plus tard, lorsqu’il a plu à DIEU de me permettre de me repentir de ces mauvaises œuvres de ma nature corrompue, quoique mon esprit/âme était pardonné, il n’en demeurait pas moins pour autant toujours aussi corrompu et esclave du péché. Ma repentance même sincère ne m’avait pas affranchi et rendu libre du péché. Elle m’avait simplement permise d’entrer dans La Grâce de DIEU qui commençait par le pardon de mes péchés, et ainsi me donnait d’avoir une bonne conscience devant DIEU qui allait aboutir à La Vie Nouvelle, « si » (il y a une condition), je persistais dans l’engagement que j’avais pris envers DIEU, d’écouter et suivre l’enseignement de son Fils JESUS le Seigneur (Matthieu 17/5, et 1 Pierre 3/18 à 22).

C’est seulement à partir de ma repentance, étant désormais sous la garde de la Loi de DIEU (Galates 3/22 à 24) que Satan a commencé à me tenter dans « ma chair corrompue » dont j’étais toujours esclave à cause du péché en elle.

Romains 7, versets 8 à 11 :
Et le péché, saisissant l’occasion, produisit en moi par le commandement toutes sortes de convoitises; car sans loi le péché est mort.
Pour moi, étant autrefois sans loi, je vivais; mais quand le commandement vint, le péché reprit vie, et moi je mourus.
Ainsi, le commandement qui conduit à la vie se trouva pour moi conduire à la mort.
Car le péché saisissant l’occasion, me séduisit par le commandement, et par lui me fit mourir.

Mon être entier (esprit/âme/corps), ou si vous préférez, mon vieil homme, ou encore, mon corps du péché était toujours esclave du péché. Mon esprit/âme qui était pardonné et sanctifié par la Loi de DIEU donnée désormais par Sa Parole faite chair en son Fils JESUS mon Seigneur (Matthieu 5/17 à 20), n’en voulait pas de cet esclavage qui le poussait inévitablement à commettre « le péché » (la désobéissance à son commandement).

Romains 7, versets14 à 17 :
Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle; mais moi, je suis charnel, vendu au péché.
Car je ne sais pas ce que je fais: je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais.
Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne.
Et maintenant ce n’est plus moi qui le fais, mais c’est le péché qui habite en moi.

Mon esprit/âme désirait faire uniquement la Volonté du Seigneur JESUS, et j’aimais la Loi de DIEU donnée par La Parole de JESUS son Fils. J’en faisais ma nourriture quotidienne. Lire les Paroles du Seigneur JESUS était pour moi un festin continuel ! Mais plus je voulais bien faire pour être agréable au Seigneur, plus je faisais mal et plus je voyais ma misère intérieure, mon esclavage au péché. Pas moyen d’en finir avec cette désobéissance au commandement de DIEU. Comme déjà écrit dans cet article, pendant cette période de ma vie spirituelle sous la garde de la Loi, j’avais l’impression d’être « un hypocrite » par rapport aux gens du dehors (les païens), qui eux vivaient librement leur état d’homme corrompu par le péché, mais moi je prétendais être libre du péché, tout en continuant de commettre des péchés. Quelle misère !

Pourtant les promesses du Seigneur JESUS étaient là ! Il avait promis d’affranchir et de rendre réellement libre du péché, quiconque croit en Sa Parole (Jean 8/31 à 36 et Jean 14). Pourquoi donc au lieu de me libérer de cet esclavage, Sa Parole (ou sa Loi donnée selon son ESPRIT de Vie) faisait l’effet inverse en mon esprit/âme ? Elle me condamnait plutôt qu’elle me libérait !

Romains 7, verset 13 :
Ce qui est bon a-t-il donc été pour moi une cause de mort ? Loin de là ! Mais c’est le péché, afin qu’il se manifestât comme péché en me donnant la mort par ce qui est bon, et que, par le commandement, il devînt condamnable au plus haut point.

A l’époque par manque de connaissance de La Vérité, je n’avais pas compris que le Seigneur ne me condamnait pas, mais le fait de vouloir Le Suivre avec mon esprit/âme/corps corrompu et esclave du péché, cela ne pouvait pas se faire. Il était impossible que la corruption hérite le Royaume de DIEU

Apocalypse 22, versets 12 à 15 :
Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu’est son œuvre.
Rajout : (L’œuvre qu’est devenue sa vie par et en CHRIST, et non pas ses œuvres pour gagner CHRIST)

Je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin.
Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes dans la ville !
Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime et pratique le mensonge !

Que faire de plus qu’avoir « renoncé » à ma vie lors de ma repentance ? Je pensais l’avoir fait… mais je me trompais lourdement. Pendant près de douze années, l’Evangile de DIEU manifesté en son Fils JESUS-CHRIST que j’avais entendu lire et prêcher au travers des écrits de la Bible était juste. Tous ces croyants lorsqu’ils lisaient les écrits de la Bible ne se trompaient pas, c’est l’enseignement qu’ils en faisaient ressortir et qu’ils donnaient pour être La Vérité de l’Evangile de DIEU, qui était faux (Matthieu 23/1 à 4) ! S’il était vrai que le Seigneur JESUS ne mentait pas lorsqu’IL promettait une nouvelle Vie par une nouvelle naissance à quiconque voulait Le croire et Le suivre (Jean 3/1 à 8), l’enseignement donné par tous ces croyants qui prétendaient vivre Son Evangile, omettaient de préciser toutes « les conditions » que le Seigneur JESUS demande à quiconque veut LE suivre.

Ce n’est pas pour rien que le Seigneur JESUS dit que, étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à La Vie et que peu « les » trouvent (Matthieu 7/13 et 14). Je lisais bien ces conditions données par l’Evangile du Seigneur JESUS qui faisaient obstacles à ma vie que je pensais être spirituelle. Mais par l’enseignement que je recevais de ces croyants, les conditions de l’Evangile de CHRIST étaient subtilement « tronquées, abolies », étant remplacées par la foi en Sa Grâce et Son Amour pour moi homme pécheur par nature. Pas étonnant que je ne pouvais pas naître nouveau. S’il est vrai que l’on m’avait trompé par de faux enseignements, ce n’était pas une excuse pour moi de ne pas demeurer dans la Vérité qui était réellement écrite.

Tout en étant mal à l’aise dans mon être intérieur à cause de ces nombreux conflits continuels entre la Loi du Seigneur et le péché en moi, comme le plus grand nombre, j’avais fini par accepter ce faux enseignement qui convenait parfaitement bien aux désirs cachés de ma chair corrompue. Il était plus facile pour moi de faire comme le publicain (Luc 18/13 et 14), plutôt que de « perdre » une fois pour toutes ma vie d’homme pécheur » en faisant ce que le Seigneur me montrait de faire par Sa Parole dans les quatre évangiles. Lorsqu’il m’arrivait de commettre « le péché » (la désobéissance au commandement), tout en étant vraiment sincère, il me suffisait de me frapper la poitrine en demandant pardon au Seigneur lui disant : « O Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur.. » à chaque fois que je péchais. Ensuite je me justifiais par ce qui était écrit du publicain : « Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison justifié, plutôt que l’autre.. », et je m’appropriais le pardon du Seigneur, puisque moi aussi j’étais vraiment conscient d’être un homme pécheur. Je pensais que cette attitude d’un cœur sincère repentant, faisait de moi un homme « humble »…comme la plupart des croyants le pensent pour leur vie encore à ce jour !

Avec ma « fausse » humilité d’homme pécheur, j’ai vécu ainsi conduit par ce faux évangile de l’antéchrist, allant de dérive en dérive, jusqu’à faire naufrage quand à ma foi que j’avais en la Parole du Seigneur JESUS au commencent de ma repentance. Si j’écris cela, c’est pour montrer à l’Eglise qu’il ne faut pas prendre pour « argent comptant », tout ce que ces croyants vous enseignent, mais il faut demeurer dans La Vérité de La Parole du Fils de DIEU, JESUS notre Seigneur (Jean 15). Lorsque je me suis détourné progressivement du Seigneur JESUS au fil des années qui passaient, je ne m’en étais même pas rendu compte tellement Satan est subtile dans son déguisement sous la forme de « la lumière ». Par son mensonge il avait tronqué à mon esprit/âme La Vérité de La Parole de CHRIST. Je ne recevais plus son enseignement comme étant La Parole de DIEU, immuable et irrévocable pour le salut de mon âme.

Comme je l’ai écrit un peu plus avant, à l’époque je n’avais pas encore compris que malgré que je vivais faussement l’Evangile de DIEU, le Seigneur JESUS continuait par son ESPRIT-SAINT de me conduire dans Sa Vérité. IL ne me condamnait pas en tant qu’homme pécheur par nature, mais Sa Parole (le commandement) condamnait le péché en moi, et IL me montrait ainsi l’esclavage dont j’étais totalement dépendant.

Romains 7, versets 14 à 23 :
Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle; mais moi, je suis charnel, vendu au péché.
Car je ne sais pas ce que je fais: je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais.
Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne.
Et maintenant ce n’est plus moi qui le fais, mais c’est le péché qui habite en moi.
Ce qui est bon, je le sais, n’habite pas en moi, c’est-à-dire dans ma chair: j’ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien.
Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas.
Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui le fais, c’est le péché qui habite en moi.
Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi.
Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur;
mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres.

Malheureusement, lorsque le Seigneur me montrait ma misère intérieure, au lieu de crier au Seigneur JESUS pour qu’IL me donne sa Vie comme IL le promettait par Sa Parole dans les évangiles, je persistais à écouter le faux évangile de ces croyants. C’était plus fort que moi, ça « sonnait faux à mon esprit », mais cela me semblait plus facile à vivre. Je n’avais pas besoin de « perdre ma vie » et renoncer à ce monde et sa convoitise. J’étais totalement aveuglé, me laissant conduire par ma volonté, mes pensées, mes raisonnements et sentiments humains qui subtilement tronquaient de sa Vérité, l’Evangile du Seigneur JESUS. Plus les années passaient, plus je m’enfonçais dans « le péché » et continuais de commettre des péchés sous le couvert de ma nature pécheresse. Avec mon corps du péché, jamais je n’aurais pu vivre sans commettre le péché, c’était impossible. Jamais je n’aurais pu être agréable à DIEU. C’est pour cela que l’ESPRIT de DIEU m’obligeait par le commandement à me voir tel que j’étais réellement au plus profond de mon âme (Hébreux 4/12 et 13). Le Seigneur JESUS ne m’a pas laissé en paix jusqu’à ce que je finisse par accepter Sa Vérité, et que je me prenne réellement en dégoût à l’identique de l’Israël de DIEU dans son état rebelle (Ezéchiel 20/40 à 44). Pourtant, je voulais vraiment être agréable au Seigneur.

En fin de compte, j’avais été totalement séduit et trompé par l’esprit de l’antéchrist. J’en étais arrivé à croire tout ce que ces croyants disaient de l’Evangile de CHRIST, comme des écrits de l’apôtre Paul dans sa lettre qu’il adressait aux Romains au chapitre 7. Ces croyants m’avaient convaincus que ce chapitre 7 représentait la vie nouvelle et le combat intérieur que j’allais devoir affronter toute ma vie pendant les jours de ma chair. Pour cela, ils utilisaient le dernier verset :

Romains 7, verset 25 :
Grâces soient rendues à Dieu par Jésus Christ notre Seigneur !… Ainsi donc, moi-même, je suis par l’entendement esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché.

Il est vrai que ce verset ci-dessus lu ainsi en le sortant de son contexte, cela correspondait exactement à ce que je vivais intérieurement. J’aimais le Seigneur JESUS de tout mon cœur avec mon esprit/âme qui était pardonné de ses péchés dès le jour de ma repentance, et j’avais désormais une bonne conscience devant DIEU. C’est pourquoi, avec « mon entendement » (ma faculté de concevoir et de comprendre les choses d’en Haut), j’aspirais avec mon esprit/âme à vivre selon la Loi du Seigneur JESUS. Mais comme mon esprit/âme dans mon corps de chair demeurait toujours esclave du péché par ce que la Bible appelle « la chair » ou le vieil homme, ou la vieille nature, ou encore le corps du péché, mon esprit/âme avec son enveloppe terrestre (ma chair) était toujours esclave de la loi du péché de l’esprit qu’est Satan, et je ne pouvais m’empêcher de commettre « le péché » (la désobéissance) et en récolter ses conséquences, des péchés (les œuvres mauvaises de ma chair corrompue). J’avais vécu ainsi par ce qu’avait inculqué à mon esprit/âme, l’esprit de l’antéchrist pendant toutes ces années.

La Vérité, ce n’était pas cela que le Seigneur JESUS voulait que je vive avec et en Lui, c’est à dire vivre en étant toujours avec mon esprit/âme dans mon corps, esclave du péché et dans l’impossibilité de marcher uniquement selon « son » ESPRIT pour ne faire que « sa » Volonté. Ce n’était pas non plus ce que l’apôtre Paul avait écrit de la Vie nouvelle qu’il vivait par et en le Seigneur JESUS (Galates 2/20). Lui aussi était pendant un temps sous la garde de la Loi de l’ESPRIT de Vie avec son entendement, mais toujours esclave du péché quand à « sa chair », la preuve en est dans son cri de désespoir :

Romains 7, verset 24 :
Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ?…

Lui aussi était passé par ce douloureux constat de sa vie d’esclave du péché malgré son entendement pieux. Lui aussi avait du crier au Seigneur pour en être rendu réellement libre de son corps du péché, afin de pouvoir servir le Seigneur dans un esprit nouveau (Romains 7/5 et 6). Malheureusement, beaucoup de croyants déforment La Parole de DIEU le Père qu’IL a faite chair en Son Fils JESUS homme. Beaucoup de croyants déforment également les paroles de l’apôtre Paul (pour leur propre perte), c’est ce que l’apôtre Pierre, son Frère en CHRIST, dénonçait en son temps (2 Pierre 3/15 à 18). Le but de l’esprit de l’antéchrist c’est d’aveugler de « sa lumière » (son mensonge) qu’il fait passer pour être La Lumière de CHRIST aux yeux des âmes vivantes, en leur faisant croire qu’elles n’ont pas besoin de « perdre » leur vie dans ce monde pour être sauvées (Matthieu 10/34 à 39).

En ce qui me concerne, après le constat de ma déchéance progressive au cours des douze premières années d’homme repenti, la seule façon de pouvoir être sauvé de la perdition éternelle, était de « mourir » à ce corps de misère comme l’apôtre Paul avait fait le constat pour sa propre vie avec le Seigneur. Le Seigneur m’a montré que mon esprit/âme/corps était irrécupérable pour le Royaume de DIEU. Maintenant me connaissant dans mon être intérieur comme le Seigneur me l’avait montré par Sa Loi selon son ESPRIT, il m’était impossible de ne jamais pécher dans ce corps vendu au péché. J’ai crié à DIEU de m’enlever ma vie physique, car il valait mieux pour moi que ma vie s’arrête sur terre, plutôt que d’être perdu et séparé de DIEU pour l’éternité. Le Seigneur ne m’a pas enlevé ma vie terrestre, mais IL m’a révélé Sa Vie d’homme Nouveau Né d’en Haut, le dernier Adam. C’est donc après la mort de mon père biologique en 1986, que le Seigneur JESUS m’a à nouveau ouvert les yeux sur ma déchéance spirituelle et m’a fait passer de « ma mort » d’homme esclave du péché, dans Sa Vie nouvelle d’homme libre du péché.

Ce que le Seigneur m’a montré, c’est que l’esprit de l’antéchrist par le biais de ses serviteurs avait essayé de placer sous silence ce que l’apôtre Paul écrivait dans Romains 6 (et encore d’autres de ses écrits). Lorsque j’ai témoigné de ma vie nouvelle à ces croyants, j’ai bien précisé que je ne l’ai pas reçu parce que j’avais lu Romains 6, mais cela m’a été révélé par le Seigneur sur mon lit d’hôpital. C’est bien après ma nouvelle naissance que j’ai lu dans Romains 6, que l’apôtre Paul parlait de ce que je vivais et je m’en réjouissais d’autant plus. Je n’étais pas un « insensé » comme certains me le disaient. Ce qui m’a beaucoup surpris, c’est que je n’entendais pas ces croyants me parler de cette Vie décrite dans Romains 6, mais ils utilisaient toujours Romains 7 pour justifier leur vie. J’ai essayé de leur montrer que celle-ci était parfaitement bien expliquée dans le chapitre de Romains 6 (ou encore dans Colossiens 2), mais de leur part, c’était comme un sujet à éviter. D’ailleurs il en est de même de 1 Jean, chapitre 3, qui demeure encore à ce jour un sujet « tabou » pour beaucoup !

Que l’on ne me croie pas lorsque je prétendais que c’est par révélation que je suis né de DIEU, né de CHRIST par son ESPRIT de Vie en moi, cela n’est pas grave en soi. Je ne recherchais pas à me faire valoir, ou me recommander moi-même aux yeux de ces croyants. Ce qui m’importait, c’était de leur faire partager cette Vie Nouvelle afin qu’eux aussi soient dans la joie du Seigneur, qu’ils voient que cela était déjà écrit par l’apôtre Paul. Je n’inventais rien ! Mais ces croyants ne s’attardaient pas sur ce que je disais de cette Vie, ou ce qu’en disait l’apôtre Paul dans le chapitre 6, parce que ce qu’il écrivait ne pouvait pas être contourné. C’est toujours le cas à ce jour, ce qui est écrit est écrit, et j’en suis un des nombreux témoins vivants qui forment l’Eglise dans ce monde. Dans certaines traductions de la Bible, certains passages qui gênaient ont tout simplement été tronqués (entre autres, Romains 6/6).

Malheureusement, la plupart des croyants sont « fuyants » par rapport à La Vérité. Ils prennent de suite le chapitre 7 de Romains en référence pour leur vie, ce qui leur permet de justifier leur vie dans le péché, qu’ils aiment nommer comme étant les « faiblesses » de leur chair toujours esclave du péché. Pourtant, ce que Paul écrit dans Romains 6, précède Romains 7 et non pas l’inverse. Paul montre premièrement aux Juifs de Rome ce qu’est la Vie Nouvelle et comment la recevoir, et ensuite en Romains 7, il leur montre sa vie d’autrefois sous l’esclavage du péché et comment s’en défaire une fois pour toutes. C’est pourtant si simple à lire et à croire…Mais voilà, pour cela il faut encore avoir reçu l’Amour de La Vérité (2 Thessaloniciens 2/7 à 12) qui ne s’obtient que par la Foi en La Parole de DIEU manifestée en Son Fils JESUS, le Fils de l’homme.

Hébreux 10, versets 35 à 39 :
N’abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération.
Car vous avez besoin de persévérance, afin qu’après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obteniez ce qui vous est promis.
Encore un peu, un peu de temps: celui qui doit venir viendra, et il ne tardera pas.
Et mon juste vivra par la foi; mais, s’il se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui.
Nous, nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre, mais de ceux qui ont la foi pour sauver leur âme.

Ma marche de « nouveau né » par l’ESPRIT de Vie de CHRIST en moi.

Depuis ma repentance à l’âge de 21 ans (1974), ma nouvelle naissance à l’âge de 33 ans (1986), et jusqu’à ce jour (2014), quarante années de vie se sont écoulées. Pourtant je n’ai pas l’impression de cela dans mon être intérieur, même si mon être extérieur se détruit progressivement avec l’âge. Beaucoup de tribulations et d’épreuves ont été, et sont toujours mon lot à ce jour. Mais DIEU notre Père par JESUS-CHRIST son Fils bien-aimé notre Seigneur ne m’a jamais abandonné (ni ceux de ma maison, même si tous ne veulent pas de sa Vie pour leur vie). Jamais le Seigneur JESUS n’a permis d’épreuves au delà de mes forces, et avec l’épreuve, IL m’a toujours donné le moyen d’en sortir vainqueur par sa grâce en moi afin que ma vie LE glorifie, et ainsi c’est le Seigneur JESUS qui donne Gloire à DIEU notre Père par Sa Vie en moi. Lorsque j’utilise le mot « vainqueur », cela signifie, que le Seigneur JESUS par son ESPRIT-SAINT en moi, m’a toujours donné le moyen de faire Sa Volonté en me révélant « Sa Vie » dans mes tribulations ou épreuves.

Autrefois, avant ma nouvelle naissance, le mot « vainqueur » représentait pour moi une action à accomplir avec ma force, ma volonté. Je devais tout faire pour « vaincre » le péché en moi, en essayant de contrer les diverses tentations dans « ma chair corrompue » par lesquelles mon adversaire Satan voulait me faire « pécher » (désobéir aux commandements du Seigneur JESUS). Inévitablement tôt ou tard, il m’arrivait de commettre « le péché ». Cette vie de combats, de luttes, de victoires, d’échecs et de chutes, était normale à mes yeux puisque c’était « l’évangile » que l’on m’avait toujours enseigné. On m’avait enseigné que j’étais un homme pécheur par nature, mais uniquement sauvé par la foi que j’avais en La Grâce de DIEU manifestée en son Fils JESUS-CHRIST le Seigneur. De ce fait, toute la durée de ma vie terrestre, je serais tributaire du péché en moi par mon corps du péché. D’où étaient nées en moi, la notion et la nécessité de « vaincre » le péché dans ma chair, pour vivre pleinement avec DIEU.

Lorsque je suis né de DIEU par le don de l’ESPRIT de Vie de CHRIST en moi, tout est devenu nouveau en mon esprit/âme dans mon corps physique. Même si au commencement de ma nouvelle vie spirituelle j’étais encore un petit enfant qui avait tout à apprendre du Seigneur, mon entendement était totalement nouveau. En moi, il n’y avait absolument plus rien de mauvais. Toutes ces mauvaises choses que le Seigneur JESUS dénonçait en l’homme animal encore esclave du péché, n’étaient plus en moi.

Marc 7, versets 21 à 23 :
Car c’est du dedans, c’est du coeur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres,
les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l’orgueil, la folie.
Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l’homme.

Toutes « mes ténèbres » d’autrefois qui étaient cachées dans ma chair encore corrompue et esclave du péché, ont totalement disparues de ma vie. Mais le plus extraordinaire, je n’ai aucun effort à faire pour créer en moi cet état de vie, il est naturel. Toutes ces choses en l’homme charnel que j’essayais de « vaincre » en moi autrefois dans le but de plaire à DIEU, n’étaient plus en ma nouvelle nature. Il en est encore ainsi à ce jour dans ma vie. Autrefois, j’ai cherché à comprendre les Ecritures et le Nouveau Testament, faisant toutes sortes de recherches, d’études, en puisant ma connaissance dans beaucoup de livres, Bibles, etc…J’ai toujours été à la recherche de choses nouvelles, et lorsque j’ai cru comprendre, j’ai appelé cela « les révélations du Seigneur ». Après ma nouvelle naissance, je n’ai plus jamais fait de recherches sous la forme d’études, ou autres pour essayer de comprendre le contenu de la Bible. Au contraire, le Seigneur m’a demandé de tout jeter ce qui contribuait à l’enrichissement de « ma connaissance » humaine concernant les choses d’en Haut. Il en est encore ainsi à ce jour pour ma vie, je ne recherche toujours pas à enrichir « ma connaissance » des choses d’en Haut, par la multitude de littérature qui abonde dans ce monde.

Ce que j’ai commencé à vivre par le Seigneur JESUS, l’ESPRIT en moi, est très simple à mettre en pratique. Il n’y a plus aucun joug lourd à porter, aucune contrainte, aucune obligation, j’ai une totale liberté de choix de vie (Jean 10/9, Tite 1/15). Quel repos pour mon âme (Matthieu 11/28 à 30) ! Dans ma vie de tous les jours, au travers des circonstances et détails d’une journée après l’autre, le Seigneur me révèle sa vie et ensuite cela est confirmé par les écrits de la Bible et non pas l’inverse. IL me montre ce que je dois faire ou ne pas faire, parler ou me taire, aller ici, ou rester là, etc…IL m’explique toutes choses concernant ma nature d’homme spirituel par rapport à ce que Lui en tant qu’homme spirituel a vécu sur terre pendant les jours de sa chair (Hébreux 2/14 à 18, Romains 8/29 et 30). C’est cela La Vie que progressivement j’apprends de Lui à vivre ici bas pendant les jours de ma chair.

Je suis un homme totalement libre du péché et de Satan, mais je suis bien conscient d’avoir mes deux pieds sur terre (Jean 13/6 à 10) tout en étant né d’en Haut pour vivre « ma » Vie qui est en Haut (Le Royaume de DIEU). Le Seigneur me montre au fur et à mesure, mes « actions du corps », c’est-à-dire toutes les choses de ma personnalité terrestre qui ne sont pas en conformité avec Sa Volonté. J’accepte avec joie le « jugement » des « défauts » ou les « imperfections » de ma personnalité terrestre et IL me corrige à son Image Céleste. C’est cela faire mourir les actions du corps, et je peux assurer à tous que ce n’est pas une contrainte de vivre ainsi. Au contraire, c’est un cadeau du Seigneur que d’être repris par Lui pour être transformé à son Image.

2 Corinthiens 3, versets 17 et 18 :
Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.
Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.

1 Corinthiens 4, versets 1 à 5 :
Ainsi, qu’on nous regarde comme des serviteurs de Christ, et des dispensateurs des mystères de Dieu.
Du reste, ce qu’on demande des dispensateurs, c’est que chacun soit trouvé fidèle.
Pour moi, il m’importe fort peu d’être jugé par vous, ou par un tribunal humain. Je ne me juge pas non plus moi-même, car je ne me sens coupable de rien;
mais ce n’est pas pour cela que je suis justifié. Celui qui me juge, c’est le Seigneur.
C’est pourquoi ne jugez de rien avant le temps, jusqu’à ce que vienne le Seigneur, qui mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et qui manifestera les desseins des cœurs. Alors chacun recevra de Dieu la louange qui lui sera due.

Lorsque je lis ma Bible, je le fais de la même manière que je me nourris d’un repas quotidien en fonction de ma faim. Je ne me « gave » pas, ni ne reste sur ma faim. Je n’ai aucune règle de lecture, sinon que les quatre évangiles sont toujours pour moi un dessert perpétuel, le Pain du Ciel. Lorsque le Seigneur JESUS veut me révéler Sa Parole, IL le fait selon son bon vouloir, IL attire mon attention sur ce qu’IL veut que je comprenne et tout devient clair, limpide lumineux. Je ne m’arrête pas sur un passage que je ne comprends pas, je me dis simplement que je n’ai pas l’âge pour comprendre. Il me suffit d’attendre le temps du Seigneur et tôt ou tard, IL me révèlera ce qui doit m’être révéler.

Voilà ce que j’ai commencé à vivre depuis ma nouvelle naissance en 1986, et cette Vie n’a pas changée à ce jour. Il y a juste que j’ai un peu grandi spirituellement, tout en gardant avec soin comme la prunelle de mes yeux, mon attitude de « petit enfant » devant le Seigneur, qui a toujours à apprendre nouveau de Lui, par Lui et en Lui (Matthieu 18/3). Comme je l’ai déjà écrit dans cet article, il ne faut pas oublier que depuis le jour de ma repentance, celle de ma nouvelle naissance, à ce jour, il s’est passé 40 ans de vie. Je ne place pas cela pour comptabilisé les années (je ne les ai pas vu passées, c’est comme si c’était hier). J’écris cela pour montrer à l’Eglise, que cette vie que je témoigne à la Gloire du Seigneur, elle ne s’est pas faite en « un jour », mais en la multitude des circonstances et des détails d’un jour après l’autre pendant toutes ces années. Vous comprendrez aisément pourquoi je ne veux pas changer cette Vie si magnifique, pour revivre mon esclavage au péché de mes douze premières années sous la garde de la Loi. Le Seigneur JESUS ne « se lasse » pas de moi, ni de son Eglise. IL est Fidèle à Sa Parole parce qu’IL est La Parole de DIEU le Père faite chair. L’Evangile de DIEU le Père, qu’IL manifeste à l’Eglise, à tous ses enfants nés de LUI (Jean 1/12 et 13), par le don de l’ESPRIT de Vie de Son Fils JESUS-CHRIST, ce n’est pas que des mots, ou la mise en pratique de versets bibliques, c’est une Vie de tous les jours qui durera ainsi pour l’Eglise uniquement, jusqu’à la fin du monde.

Matthieu 28, versets 18 à 20 :
Jésus, s’étant approché, leur parla ainsi : Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre.
Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit,
et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde.

Certains(es) penseront peut-être : « Mais comment fait-il pour arriver à vivre une telle Vie ? » ? Ou d’autres diront : « C’est pas possible de vivre cela ! » Je vous rassure, il n’y a pas de « secret », et je ne suis pas « un privilégié » du Seigneur. Cette Vie nouvelle est donnée de vivre à tous les enfants nés de DIEU, c’est pour cela qu’elle est « nouvelle », elle n’est pas d’en bas, mais elle vient d’en Haut. C’est ce que le Seigneur JESUS nomme « une nouvelle naissance » (Jean 3/1 à 8).

Pour la plupart des croyants, lorsqu’ils lisent les mots de la Bible, ou l’Evangile de DIEU, ils appliquent à ces mots la définition « terrestre » du mot. En faisant ainsi, le joug doux et léger que le Seigneur JESUS promet de donner à l’âme de quiconque Le suit (Matthieu 11/28 à 30), devient « un ordre » ou « un commandement » qui se transforme en un fardeau plus ou moins lourd, une obligation, ou une contrainte à vivre, etc…Pourtant ces mots sortent de la bouche du Seigneur JESUS.

C’est là que se fait la séparation entre l’Eglise, c’est-à-dire les enfants nés de DIEU, nés de l’ESPRIT de Vie du Fils (Romains 8/9) et « la grande prostituée », les enfants de l’esprit de l’antéchrist (1 Jean 4/1 à 3). Pour me faire comprendre à l’Eglise, je vais prendre un exemple de ce que le Seigneur JESUS dit à quiconque veut le suivre.

Matthieu 16, versets 24 et 25 :
Alors Jésus dit à ses disciples : Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive.
Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera.

Définition du verbe renoncer :
renoncer v. tr. indir. Renoncer à : abandonner (un bien, un pouvoir, une prétention, un droit).

Si l’Evangile du Seigneur JESUS est vécu par si peu (beaucoup d’appelés, mais peu d’élus), c’est parce tout simplement, il est humainement impossible de renoncer à « sa vie » terrestre (ou perdre sa vie afin de la trouver nouvelle). C’est ce que le Seigneur JESUS explique à ses disciples, mais qui croit le Seigneur ?

Matthieu 19, versets 25 et 26 :
Les disciples, ayant entendu cela, furent très étonnés, et dirent : Qui peut donc être sauvé ?
Jésus les regarda, et leur dit : Aux hommes cela est impossible, mais à Dieu tout est possible.

Lorsque je témoigne dans cet article que la Vie avec le Seigneur JESUS est vraiment simple à vivre, ce n’est pas « du cinéma ». Ce que j’écris n’est pas là pour « faire rêver » les croyants ! Non, ce que j’écris est pour l’Eglise afin qu’elle s’affermisse dans les choses d’en Haut et non pas en celles qui sont sur la terre. Et cela est valable pour toutes les paroles qui sortent de la bouche de notre Seigneur JESUS. Les mots qui sortent de la bouche du Seigneur JESUS ne sont que Sa Vie avec DIEU son Père. Le Seigneur JESUS est « sorti » de DIEU son Père (Jean 8/42). IL a le même ESPRIT SAINT, ou la même Âme (sentiments célestes) que DIEU son Père. Lorsque le Seigneur JESUS demande à quelqu’un de « renoncer » à lui-même, IL ne fait que lui demander de faire ce que Lui-même a fait avant lui (Hébreux 10/19 à 22, Hébreux 4/14 à 16). Et tout ce que le Seigneur a fait, IL l’a fait uniquement par Amour pour Son Père et Sa Volonté, IL s’est « offert » à son Père (Hébreux 9/14), et de sa propre volonté.

Hébreux 10, versets 5 à 10 :
C’est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit : Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, Mais tu m’as formé un corps; Tu n’as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour le péché.
Alors j’ai dit: Voici, je viens (Dans le rouleau du livre il est question de moi) Pour faire, ô Dieu, ta volonté.
Après avoir dit d’abord : Tu n’as voulu et tu n’as agréé ni sacrifices ni offrandes, Ni holocaustes ni sacrifices pour le péché (ce qu’on offre selon la loi),
il dit ensuite: Voici, je viens Pour faire ta volonté. Il abolit ainsi la première chose pour établir la seconde.
C’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus Christ, une fois pour toutes.

Pour le Seigneur JESUS, « renoncer » à Sa Vie Céleste un temps et ensuite celle terrestre jusqu’à la mort de la croix (Philippiens 2/5 à 11), cela n’a jamais été une « contrainte », ou une « obligation », ou ne sais-je encore quel joug difficile qu’IL a du porter. Pourtant, lui aussi avait reçu « l’ordre » de son Père, de donner ou de reprendre sa Vie ! Mais lisez bien ci-dessous, la manière dont le Seigneur JESUS obéit à l’ordre de son Père.

Jean 10, versets 17 et 18 :
Le Père m’aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre.
Personne ne me l’ôte, mais je la donne de moi-même; j’ai le pouvoir de la donner, et j’ai le pouvoir de la reprendre : tel est l’ordre que j’ai reçu de mon Père.

Voyez-vous maintenant la différence entre l’enfant né de DIEU et l’enfant né de l’évangile de l’antéchrist ? L’enfant né de DIEU a en lui l’ESPRIT de Vie du Fils duquel il est né (Romains 8/9, Galates 4/6). Il a la même Nature que Celui dont il est né ou « sorti » (Jean 1/12 et 13). C’est pourquoi, l’enfant né de DIEU peut « renoncer » à sa vie terrestre, et se « charger » de sa croix (faire la volonté de DIEU), puisque cette vie terrestre est « morte » avec son corps du péché dans le baptême en la mort de CHRIST. L’enfant né de DIEU vit désormais une vie spirituelle céleste tout en ayant les pieds bien sur terre, comme JESUS le Fils de l’homme, l’a vécu sur terre pendant les jours de sa chair. La Vie du Seigneur JESUS n’est pas « une corvée » pour Lui, ni un renoncement continuel obligatoire sous la forme d’une contrainte : « Je dois renoncer, je dois faire ceci, je ne dois pas faire cela, je dois prier, etc… », autant de « je dois… » que sont le nombre des paroles du Seigneur JESUS que le croyant toujours esclave de son corps du péché va essayer de vivre avec son entendement et sa vie terrestre.

Colossiens 3, versets 1 à 4 :
Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d’en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu.
Affectionnez-vous aux choses d’en haut, et non à celles qui sont sur la terre.
Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu.
Quand Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire.

Ne vous méprenez pas sur moi, je suis loin d’avoir atteint dans ma vie d’homme spirituel, la perfection du Seigneur JESUS dans cette vie de renoncement total à sa Vie (Philippiens 2/5 à 8 et 3/7 à 14), comme IL l’a toujours fait pour accomplir la Volonté de DIEU son Père (Hébreux 5/7 à 9). Mais je cours…dans la carrière qui m’est ouverte ayant les regards sur JESUS mon Seigneur, le Chef et le consommateur de « la Foi », la seule foi qui sauve (Ephésiens 4/4 à 6, et Hébreux 12/1 à 3). Si vous voulez vous faire une juste représentation de ce que je vis intérieurement et extérieurement, alors vous pouvez lire cela dans Esaïe 53. N’est-ce pas là le seul Modèle de Vie, la seule « image » étant conforme à l’Eglise, l’Epouse de CHRIST ?

1 Jean 4, versets 16 à 19 :
Et nous, nous avons connu l’amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour; et celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui.
Tel il est, tels nous sommes aussi dans ce monde: c’est en cela que l’amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l’assurance au jour du jugement.
La crainte n’est pas dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n’est pas parfait dans l’amour.
Pour nous, nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier.

C’est là le Sceau de DIEU le Père sur ma vie nouvelle, qui par le don de l’ESPRIT de Vie de Son Fils au moyen du SAINT-ESPRIT en moi (Tite 3 / 4 à 7, et Galates 4/6), atteste à mon esprit/âme que je suis de Sa Nature (Romains 8/9). Je suis réellement une nouvelle créature sans le péché en elle. Les choses anciennes ont « réellement » disparues une fois pour toutes, et toutes choses sont également « réellement » nouvelles dans ma vie.

2 Corinthiens 5, verset 17 :
Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.

Aujourd’hui qu’en est-il de l’Evangile de DIEU le Père par JESUS-CHRIST dans ma vie ?

Au commencement de ma vie nouvelle, lorsque j’ai commencé à témoigner de ma Vie parmi les croyants que je côtoyais, pour certains(es) ils avaient bien commencés dans leur engagement à LE suivre avec une bonne conscience (1 Pierre 3/18 à 22). Malheureusement ils n’ont pas persévéré dans La Vérité, et se sont laissés détournés de La Vie pour suivre l’enseignement de l’esprit de l’antéchrist donné par ses serviteurs, de faux apôtres déguisés en ministres de justice (2 Corinthiens 11/11 à 15). D’autres se sont laissés séduire et grignoter progressivement par ce siècle présent et se sont conformés à celui-ci. Personne ne croyaient à cette Vie nouvelle sans le péché en elle. Aux yeux de ces croyants, il était impossible à une personne sur terre de vivre comme le Seigneur JESUS. Lui seul était sans le péché en Lui et pouvait ne pas commettre des péchés. Lorsque ceux-ci me posaient la question de savoir si j’avais encore des mauvaises pensées en moi, et que je leur disais que je n’en avais jamais, ils ne me croyaient pas. Pour me tenter et me confondre, ils me disaient : « Alors par ton Evangile tu es comme le Seigneur, tu ne pèches plus du tout » ? Lorsque je leur répondais : « Effectivement, je ne pèche plus depuis ma nouvelle naissance ». Ils m’ont traité de menteur, d’orgueilleux, de faux frère, de faux prophète, de Satan, de loup ravisseur, de tueur de foi, de gourou qui captive les âmes faibles, etc, etc… J’en passe de ce que depuis ma nouvelle naissance j’ai déjà entendu et du supporter contre ma personne de la part de tous ces croyants. Que DIEU leur pardonne…

Cela n’a pas changé à ce jour, je rencontre toujours autant d’opposition de la part de croyants. Ce qui me fait « sourire », c’est qu’ils réagissent comme si c’était moi qui avait écrit les quatre évangiles ou les écrits qui forment le contenu de la Bible ! Je ne fais que répéter ce que le Seigneur JESUS dit, et je témoigne par ma vie que ce qu’IL dit est vrai, puisque je le vis. Dire le contraire, je serais un menteur ! L’Evangile du Seigneur JESUS affranchi et rend réellement libre quiconque LE croit. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est le Seigneur qui le dit.

Jean 8, versets 31 à 36 :
Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui : Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira.
Ils lui répondirent: Nous sommes la postérité d’Abraham, et nous ne fûmes jamais esclaves de personne; comment dis-tu : Vous deviendrez libres ?
En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché.
Or, l’esclave ne demeure pas toujours dans la maison; le fils y demeure toujours.
Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres.

Ce que tous ces croyants n’avaient pas compris à l’époque, et ne comprennent toujours pas à ce jour, c’est que lorsque je dis ne plus avoir « le péché » en moi, ni commettre « le péché », ni n’avoir de mauvaises pensées, ni rien de toutes les mauvaises œuvres de la chair encore corrompue par le péché (Galates 5/19 à 21, liste non exhaustive), cela ne veut pas dire que je ne suis pas tenté par Satan qui essaye de corrompre mon être spirituel (esprit/âme/corps Saint) par la « saleté » de ce corps du péché définitivement mort (Romains 6/6). Un mort est mort, je ne vais pas « fouiller » dans la tombe d’un mort pour côtoyer un cadavre en putréfaction ! Je ne vais pas essayer de nettoyer un cadavre pour le « purifier » de « sa saleté ». Toutes ces « saletés » d’autrefois, ne sortent plus de moi, mais veulent pénétrer en moi, ce n’est pas du tout la même chose. Le bon combat de ma foi pour résister aux attaques de Satan et ses démons, ou encore à ses serviteurs, est de demeurer en l’Œuvre Parfaite de DIEU le Père qu’IL m’a manifestée par Sa Parole faite chair en moi, par son Fils le Seigneur JESUS, ni plus, ni moins (Jean 15). Ce n’est pas plus difficile que cela !

Si seulement ces croyants avaient voulu croire non pas Patrick P., mais ce que le Seigneur JESUS leur dit par Sa Parole. Ils seraient à ce jour tout comme moi, affranchis et réellement libres du péché et de Satan. Ils auraient non seulement vu, mais vécu dans leur vie personnelle ce que le Seigneur JESUS promet de faire vivre à quiconque LE croit. Beaucoup pensaient que le temps allait avoir raison de l’Evangile que je témoigne, et bien ils se sont trompés, ou plutôt je dirais que l’esprit de l’antéchrist les a trompés. Comme je l’ai déjà écrit dans cet article, lorsque DIEU le Père, par l’ESPRIT de son Fils, donne Sa Vie à un enfant né de LUI (Jean 1/12 et 13), ce qu’IL commence avec « son » enfant, IL le terminera également pour sa seule Gloire. DIEU le Père n’est pas homme pour mentir…Le Fils non plus !

2 Corinthiens 3, versets 17 et 18 :
Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.
Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.

1 Thessaloniciens 5, versets 23 et 24 :
Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus Christ !
Celui qui vous a appelés est fidèle, et c’est lui qui le fera.

Si cela semble difficile à vivre dans un premier temps, c’est tout simplement que le Frère ou la Sœur n’a encore pas compris ce qu’est vivre selon l’ESPRIT de Vie, selon la simplicité de l’Evangile (2 Corinthiens 11/3). L’Evangile de JESUS notre Seigneur est vraiment très simple à vivre, à condition que la volonté, la pensée, le raisonnement, les sentiments terrestres pour essayer de comprendre les choses d’en Haut disparaissent totalement en l’enfant né de DIEU. Il n’y a qu’un seul Modèle de Vie à prendre comme exemple de Vie ici-bas, c’est celui de JESUS, le CHRIST de DIEU le Père. L’ESPRIT-SAINT ne prendra « que » ce qui est à Lui, c’est-à-dire IL prendra uniquement ce qui est de la nature du Fils de l’homme pour l’inculquer à l’enfant né de DIEU (Jean 14/21 à 26, et Jean 16/12 à 16). Il ne sert à rien de chercher ailleurs, ce que vous avez devant vos yeux, c’est-à-dire, La Parole de CHRIST donnée dans les quatre évangiles.

N’est-il pas écrit : « La foi vient de ce que l’on entend, et ce que l’on entend vient de la Parole de CHRIST » (Romains 10/17) ?

Ou encore : « Mon juste vivra par la foi; mais, s’il se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui » (Hébreux 10/38).

Conclusion.

Comme déjà écrit, l’enfant né de DIEU qui vit de l’ESPRIT de Vie du Fils en lui (Galates 4/6), a les mêmes sentiments en lui que ceux du Fils qu’IL a lui-même envers son Père (Philippiens 2/5 à 8). L’ESPRIT qui l’anime est le même ESPRIT-SAINT que Celui du Père, la même Nature, la même « Âme » (Esaïe 42/1 à 4). C’est pour cela que je dis que vivre l’Evangile de CHRIST, n’est pas difficile. Cela ne veut pas dire que les tribulations, ou épreuves de toutes sortes par lesquelles un enfant né de DIEU peut passer, ne vont pas affecter son physique, ou essayer de « perturber » son mental (Jean 12/27 et 28, Matthieu 26/38 à 42). Non, je dis que quoique ces tribulations ou épreuves soient présentes dans sa vie, le Seigneur JESUS lui donnera toujours le moyen d’en sortir victorieux à la seule gloire de DIEU son Père (Romains 8/22 à 39).

Puisse cet article encourager l’Eglise. Même si elle a l’impression d’être seule là où le Seigneur l’a placé, face à toute l’opposition de l’esprit de l’antéchrist qui agit puissamment dans ce monde par le biais de ses serviteurs, l’Eglise de DIEU existe dans ce monde, et JESUS-CHRIST en est Le Chef Suprême. Elle n’appartient à personne d’autre ! Chaque enfant né de DIEU (homme ou femme), est l’Eglise du DIEU Vivant. L’Eglise n’a pas « d’étiquette » ou de dénomination. Elle n’a pas de lieu précis, là où se trouve un enfant né de DIEU, là se trouve l’Eglise de CHRIST. C’est pourquoi Frères et Sœurs, vous n’êtes pas seuls dans ce monde, même si Satan essaie de vous faire croire le contraire.

Définition du mot : Philadelphie, gr : Amour Fraternel.

Apocalypse 3, versets 7 à 13 :
Écris à l’ange de l’Église de Philadelphie: Voici ce que dit le Saint, le Véritable, celui qui a la clef de David, celui qui ouvre, et personne ne fermera, celui qui ferme, et personne n’ouvrira:
Je connais tes oeuvres. Voici, parce que tu a peu de puissance, et que tu as gardé ma parole, et que tu n’as pas renié mon nom, j’ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer.
Voici, je te donne de ceux de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui mentent; voici, je les ferai venir, se prosterner à tes pieds, et connaître que je t’ai aimé.
Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre.
Je viens bientôt. Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne.
Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n’en sortira plus; j’écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d’auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau.
Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises!

Que DIEU notre Père vous bénisse. Paix et Joie dans le Seigneur JESUS.

Patrick PETITOT (15/07/2014)

Ce contenu a été publié dans Patrick PETITOT. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.