(18) – JESUS le Fils de l’homme.

Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l’homme ?

Voilà à son sujet, la question que le Seigneur JESUS pose à ses disciples.

Matthieu 16, versets 13 à 17 :
Jésus, étant arrivé dans le territoire de Césarée de Philippe, demanda à ses disciples: Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l’homme ?
Ils répondirent: Les uns disent que tu es Jean Baptiste; les autres, Élie; les autres, Jérémie, ou l’un des prophètes.
Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis ?
Simon Pierre répondit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.
Jésus, reprenant la parole, lui dit: Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux.

Dans ce monde, parmi l’ensemble de l’immense majorité des « croyants », c’est-à-dire de ceux ou celles qui prétendent avoir « la foi » (il n’existe qu’une seule est vraie foi qui sauve, Ephésiens 4/4 à 6), en réalité, peu connaissent le Seigneur en tant que « le Fils de l’homme », et partagent une communion d’ESPRIT, en vivant de sa chair et son sang (Jean 6/44 à 58). Pourtant, les Ecritures (l’Ancien Testament) font déjà mention du « Fils de l’homme » et de son importance capitale dans le plan de DIEU pour le salut de toute l’humanité (Daniel 7/13 et 14).

Combien de « croyants », se posent la question de savoir pourquoi le Seigneur JESUS insiste-t-IL sur le fait de se nommer « le Fils de l’homme », et non pas « le Fils de DIEU » (ce qui est tout aussi vrai) ? Si le Seigneur se nomme ainsi, c’est qu’il y a une raison à cela. Mais pour comprendre cette raison, il faut aimer « La Vérité » plus que sa vie, quand Celle-ci me montre dans ma propre vie qu’elle est chargée de tout un tas de saletés intérieures les unes plus viles que les autres, et qui m’empêchent de pouvoir aimer DIEU le Père et le servir comme j’aimerai le faire. Il faut être arrivé dans sa propre vie à un tel point de « fatigue » de soi-même, et de « misère intérieure », que seule « la mort » pourra me libérer de « ma » misérable personne (Romains 7/24), et non pas être « fatigué et chargé » de la misérable vie de ce que « je » vois chez autres (mon prochain) et qui à « mes » yeux « me » fatigue (Matthieu 7/1 à 5).

DIEU regarde à l’attitude du cœur et non pas à l’apparence extérieure de l’homme, et IL se révèle à qui IL veut, selon son bon vouloir. C’est pourquoi le Seigneur JESUS se réjouissait de ce que son Père révélait sa nature de « Fils de l’homme » à « ses enfants », qu’IL s’est choisi (Jean 6/37 et versets 44-45).

Matthieu 11, versets 25 à 30 :
En ce temps-là, Jésus prit la parole, et dit: Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants.
Oui, Père, je te loue de ce que tu l’as voulu ainsi.
Toutes choses m’ont été données par mon Père, et personne ne connaît le Fils, si ce n’est le Père; personne non plus ne connaît le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler.
Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.
Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.
Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.

Sans « une révélation » venant de DIEU le Père, aucun des disciples de JESUS n’auraient pu savoir qui était vraiment « le Fils de l’homme », quoiqu’ils étaient tous les jours avec Lui, le voyant accomplir des choses merveilleuses, des guérisons, des miracles, chasser des démons, etc… Pour un enfant né de DIEU, il est d’une importance capitale pour le développement de sa vie spirituelle, de pouvoir connaître et vivre dans « sa chair » (esprit/âme/corps Saint), la Vie du Fils de l’homme en « la chair » de JESUS « Le » CHRIST de DIEU, cela jour après jour dans les circonstances et détails de sa vie, afin qu’il puisse marcher réellement en nouveauté de Vie et libre selon l’ESPRIT, pendant tous les jours de sa chair.

Jean 12, versets 37 et 38 :
Malgré tant de miracles qu’il avait faits en leur présence, ils ne croyaient pas en lui,
afin que s’accomplît la parole qu’Ésaïe, le prophète, a prononcée: Seigneur, Qui a cru à notre prédication ? Et à qui le bras du Seigneur a-t-il été révélé ?

Luc 10, verset 22 :
Toutes choses m’ont été données par mon Père, et personne ne connaît qui est le Fils, si ce n’est le Père, ni qui est le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler.

2 Corinthiens 3, versets 16 à 18 :
mais lorsque les cœurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté.
Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.
Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.

Un peu d’histoire, pour mieux comprendre l’importance de vivre par la foi, uniquement selon la nature du Fils de l’homme (Jean 6/50 à 58).

Lorsque DIEU le Père a envoyé son Fils unique sur terre, son but premier était d’ôter « le péché » du monde.

Jean 3, versets 16 et 17 :
Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.
Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.

Dans le mot « monde », il faut y inclure toute la création de DIEU, et tout ce qui concerne sa délivrance quand à l’esclavage qu’elle subit à cause de l’iniquité de l’esprit qu’est Satan (Romains 8/19 à 22). Au fil des siècles, le joug du péché et de la mort que porte en lui l’homme terrestre par hérédité, a son origine en Eve et Adam, qui, par leur désobéissance personnelle « au commandement » de DIEU, ont permis à l’esprit qu’est Satan, de prendre possession de « la chair » (esprit/âme/corps) de toutes les âmes vivantes (esprit/âme/corps) qui seront issues de leur descendance. Depuis ce jour, l’homme terrestre étant totalement corrompu dans son être entier, « sa chair », appelée aussi « le vieil homme », ou encore « le corps du péché », se trouve être sous l’esclavage et le contrôle total de Satan (Romains 7/14 à 20). Mais grâce soit rendue à DIEU notre Père, par JESUS-CHRIST son Fils notre Seigneur, son Amour est sans limite pour sa création, et pour quiconque aspire de toute sa force, de tout son esprit, de toute son âme et de tout son cœur, à être délivré de cet esclavage (Deutéronome 6/4 à 6, et Romains 7/24).

L’origine du péché dans le monde.

Parmi ceux qui se nomment « enfants de DIEU », l’enseignement le plus répandu est de prétendre que le « péché » qui a corrompu « la chair », c’est-à-dire, qui a corrompu l’être entier, l’esprit/âme et corps des âmes vivantes, ainsi que « le monde » entier, vient premièrement de la désobéissance au commandement de DIEU par Eve, et ensuite Adam, qui a écouté sa femme plutôt que d’obéir personnellement à DIEU. En réalité, si nous lisons attentivement La Parole de DIEU, nous nous rendrons vite compte que « le péché », c’est-à-dire « l’iniquité » et son instigateur, n’a pas premièrement son origine en l’homme terrestre, mais en l’esprit qu’est Satan (Genèse 3/1 à 5), étant le père du mensonge.

Jean 8, verset 44 :
Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge.

Le commandement de DIEU, donné au départ de sa vie terrestre au premier Adam et à sa femme, avait pour but de les rendre libres quand à leur personnalité, par la possibilité d’un libre arbitre, écouter et obéir à DIEU, où, ne pas obéir et ainsi agir selon sa propre volonté. S’ils avaient fait le choix d’écouter DIEU et de LE croire, par leur obéissance à « ce commandement » (Genèse 2/15 à 17), ils auraient conservé une vie éternelle terrestre. Malheureusement, par leur désobéissance à ce même commandement, celui-ci produisit en eux la mort, par leur séparation d’avec DIEU dans le paradis terrestre, ainsi que la mort de leur corps physique, étant due à l’inaccessibilité quand à l’Arbre de Vie et son fruit (Genèse 3/22 à 24).

Ainsi, comme La Parole de DIEU nous l’enseigne, l’origine du « péché » (l’iniquité), commence non pas avec l’homme terrestre, mais bien par le péché en l’esprit qu’est Satan. C’est par « son péché » à lui, qu’il a inculqué en l’âme vivante terrestre par le moyen de la séduction et son mensonge, que Satan a volontairement provoquée la mort de l’homme terrestre (Genèse 3/1 à 4). La désobéissance « au commandement » de DIEU par l’être vivant terrestre (où l’âme vivante), n’est que le premier mauvais fruit en l’homme animal, provenant du mauvais arbre qu’est Satan (Matthieu 7/17 et 18). Ce mauvais fruit (le péché de Satan) ayant été consommé en l’âme vivante par le biais de « sa chair » (esprit/âme/corps), est devenu pour Adam et Eve, par un choix volontaire et personnel, le premier « péché » de « la chair » de l’homme/femme terrestre, qui souilla son être tout entier et lui donna la mort physique.

Par cette première désobéissance de la femme et de l’homme au commandement de DIEU, l’âme vivante terrestre a provoqué cette fois par « son péché », la contamination au monde entier « du péché » de l’esprit qu’est Satan. C’est pourquoi, Satan étant devenu par son mensonge, « le meurtrier » des âmes vivantes terrestres, DIEU le Père des esprits, ne lui pardonnera jamais ce qu’il a fait consciemment en toute connaissance des conséquences pour la vie de l’homme terrestre, et celle de la création toute entière (Apocalypse 20/10).

Il est important pour les enfants de DIEU, de bien comprendre que « le péché » a son origine en l’iniquité de l’esprit qu’est Satan, le père du mensonge (Ezéchiel 28/15). C’est lui qui par sa présence en « la chair corrompue » de l’homme terrestre, le maintient désormais sous son esclavage dans son corps du péché. Les divers « péchés » que l’homme ne peut s’empêcher de commettre avec sa chair, ne sont que les conséquences directes de cet esclavage (Romains 7/14 à 21). Depuis ce jour où « le péché » du premier Adam et de Eve sa femme a pris naissance en eux dans « la chair » en corrompant leur esprit/âme, leur corps de chair et sang terrestre, celui-ci est devenu mortel, étant désormais sous la malédiction de DIEU, de la même manière que tout ce qui est tiré de cette terre (Genèse 3/17 à 19).

La nature du « bon arbre portant que de bons fruits » en JESUS le Fils de l’homme.

Le « péché » ou, « l’iniquité », vient toujours d’un mauvais arbre, et à l’origine, ce mauvais arbre c’est l’esprit qu’est Satan, qui garde captif de « son péché » toutes les âmes vivantes (Romains 7/17 à 24). Les « péchés » de l’homme terrestre, ne sont que les mauvais fruits de ce mauvais arbre, sur lequel malheureusement, par hérédité de « la chair » corrompue par Adam et Eve, l’homme terrestre y est greffé avec tout son être, « sa chair » (esprit/âme/corps). L’esprit/âme de l’homme dans son corps physique, étant constamment nourrit de « la sève », c’est-à-dire la nature de l’esprit corrompue de « ce mauvais arbre » qui est Satan, il ne peut pas faire autrement par lui-même dans sa vie, que de produire des mauvais fruits (Psaumes 14/2 et 3), qui sont les œuvres manifestes de « sa chair » corrompue (Galates 5/19 à 21, etc…). C’est ce que notre Seigneur JESUS explique à ses disciples lorsqu’IL leur dit qu’un mauvais arbre ne peut pas porter de bons fruits.

Matthieu 7/17 et 18 :
Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits.
Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits.

Par contre, lorsque le Seigneur JESUS fait mention d’un bon arbre portant que des bons fruits, IL montre ainsi que Lui « le Fils de l’homme », qui n’est pas issu de la nature corrompue de ce mauvais arbre (Satan), peut engendrer « La Vie » par le moyen de son Esprit de Vie, à toute âme vivante qui par la foi en Sa Parole, vivra par Lui et en Lui pour ne porter que de bons fruits. C’est par son fruit que l’on reconnait l’arbre et son origine.

D’où l’importance pour DIEU le Père des esprits, de premièrement effacer l’acte dont les ordonnances à cause du premier commandement, nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et ensuite, de le détruite définitivement en le clouant à la croix, par le moyen de la « chair », l’esprit/âme et corps de son Fils, JESUS homme, étant sans le péché en Lui. DIEU le Père, par son Fils homme, a ainsi dépouillé les dominations et les autorités. JESUS le Fils de l’homme a dépouillé Satan (ce mauvais arbre) et ses démons, de toute la puissance de « son péché » qu’il détenait sur les âmes vivantes terrestres, et qui provoquait leur mort par « le commandement », ou « la Loi » (1 Corinthiens 15/54 à 56), et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix (Colossiens 2/14 et 15).

Petit rappel concernant le premier Adam terrestre.

Pour bien comprendre l’importance que représente une âme vivante aux yeux de DIEU, nous devons faire un petit retour en arrière, avant la naissance « du péché ». A la création du monde tout était pur, y compris la terre (le sol) de laquelle le corps du premier Adam fut formé par DIEU le Père des esprits (Genèse chapitre 1). Ce n’est qu’après que « le souffle de vie » de DIEU (ou son esprit/âme lui donnant la vie) fut en le corps de chair terrestre, que l’être vivant ou l’âme vivante terrestre prit vie. Son esprit était saint et son âme pure en son corps de chair tiré de la poussière de la terre. Tout était pur, même la terre (le sol), qui n’était pas encore sous la malédiction à cause des conséquences du péché, par la désobéissance de l’homme.

Après la naissance « du péché » dans le monde, le corps de chair et sang de l’homme n’a plus part à la vie éternelle terrestre, DIEU limite la durée de la vie de son corps physique (et non pas de son esprit/âme). Tôt ou tard, ce corps physique fini par mourir et retourne à la poussière de la terre de laquelle il a été tiré. L’origine du corps de chair du premier Adam est terrestre, c’est à cause de la désobéissance « au commandement » de DIEU que ce corps tiré de la terre meurt (je dis bien le corps de chair meurt, pas l’esprit/âme). Les conséquences de cette désobéissance ne se limitent pas seulement à la mort du corps de l’homme, elle englobe aussi la malédiction de la terre (le sol) et tout ce qui est tiré de cette terre (Genèse chapitre 1). Ainsi « la mort » touche tout ce qui est terrestre en s’étendant sur le monde entier et sur tout ce qu’il renferme. C’est dans cette même terre que tout ce qui a été tiré de celle-ci, retournera en poussière. Quand à « l’âme » (ou l’esprit/âme) de l’homme, elle retourne à DIEU qui l’a donnée pour être jugée (2 Corinthiens 5/10).

Genèse 3, versets 17 à 19 :
Il dit à l’homme: Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre: Tu n’en mangeras point! le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie,
il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l’herbe des champs.
C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière.

Genèse 6, verset 3 :
Alors l’Éternel dit: Mon esprit ne restera pas à toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans.

Matthieu 10, verset 28 :
Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme; craignez plutôt celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne.

Petit rappel sur l’origine céleste du Fils unique de DIEU :

Colossiens 1, versets 15 et 16 :
Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création.
Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui.
Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui.

Proverbes 8, versets 22 à 31 :
L’Éternel m’a créée la première de ses œuvres, Avant ses œuvres les plus anciennes.
J’ai été établie depuis l’éternité, Dès le commencement, avant l’origine de la terre.
Je fus enfantée quand il n’y avait point d’abîmes, Point de sources chargées d’eaux;
Avant que les montagnes soient affermies, Avant que les collines existent, je fus enfantée;
Il n’avait encore fait ni la terre, ni les campagnes, Ni le premier atome de la poussière du monde.
Lorsqu’il disposa les cieux, j’étais là; Lorsqu’il traça un cercle à la surface de l’abîme,
Lorsqu’il fixa les nuages en haut, Et que les sources de l’abîme jaillirent avec force,
Lorsqu’il donna une limite à la mer, Pour que les eaux n’en franchissent pas les bords, Lorsqu’il posa les fondements de la terre,
J’étais à l’œuvre auprès de lui, Et je faisais tous les jours ses délices, Jouant sans cesse en sa présence,
Jouant sur le globe de sa terre, Et trouvant mon bonheur parmi les fils de l’homme.

Philippiens, versets 2 à 8 :
Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ,
lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu,
mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme,
il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix.

Si nous lisons attentivement les quelques versets cités, nous ne voyons pas JESUS le Fils de toute éternité, vivant avec DIEU son Père dans son Royaume, en étant revêtu d’un corps de chair terrestre, ou encore, comme possédant une « âme » (ou un cœur) terrestre, c’est-à-dire, des facultés, des sens, ou des sentiments charnels, etc…, comme tous les hommes terrestres encore pécheurs en sont esclaves par leur chair corrompue (Marc 7/20 à 23). Nous voyons le Seigneur JESUS, comme, « sorti de DIEU », donc possédant uniquement un « Esprit Saint de Vie éternelle », venant de la Nature du même ESPRIT-SAINT qu’est DIEU son Père (Jean 8/42). Nous voyons également que « l’âme » (ou les facultés, sentiments, sens, etc…) de son Esprit de Vie est de la même nature et origine que l’Âme de l’ESPRIT-SAINT qu’est DIEU son Père (Esaïe 42/1, Matthieu 3/17, Matthieu 17/5). Donc, pour paraître sur terre comme un simple homme terrestre vulnérable et pouvant devenir mortel, JESUS le Fils de toute éternité, est obligé de passer en quelque sorte par une « métamorphose » de sa personnalité divine en celle d’un Fils de l’homme, que l’ESPRIT-SAINT va opérer avec et en Lui (Daniel 7/13 et 14).

La « métamorphose » de JESUS Fils de DIEU, en JESUS Fils de l’homme.

Jean 8, verset 42 :
Jésus leur dit: Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens; je ne suis pas venu de moi-même, mais c’est lui qui m’a envoyé.

Luc 23, verset 46 :
Jésus s’écria d’une voix forte: Père, je remets mon esprit entre tes mains. Et, en disant ces paroles, il expira.

Matthieu 26, verset 38 :
Il leur dit alors: Mon âme est triste jusqu’à la mort; restez ici, et veillez avec moi.

Hébreux 10, verset 5 :
C’est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit: Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, Mais tu m’as formé un corps;

Comme les écrits de la Bible nous l’enseignent, l’homme terrestre (où l’âme vivante) possède bien un esprit, une âme, un corps physique (2 Thessaloniciens 5/23, Hébreux 4/12, etc…). Concernant JESUS le Fils de l’homme, comme nous le lisons ci-dessus, IL est bien « sorti » de la nature divine de DIEU le Père. Il possède bien un esprit, une âme, et un corps physique, semblable à celui d’un simple homme (important : semblable, ne veut pas dire identique). La « métamorphose » de notre Seigneur JESUS (si je puis me permettre de l’écrire ainsi), commence dans son Royaume avec DIEU son Père. Elle se fait par le « dépouillement » volontaire de sa Vie Céleste, à laquelle IL renonce temporairement, afin d’accomplir dans les cieux et sur la terre, toute la Volonté de DIEU son Père (Philippiens 2/5 à 8). C’est par amour de toute sa création afin de la sauver du péché, que DIEU le Père des esprits, fait don au monde, de « La Vie » (éternelle) de son Fils unique par le moyen de « sa chair et son sang » (Jean 6/50 à 58). Le Fils quand à Lui, s’offre volontairement à son Père par Amour pour LUI et pour le monde (Matthieu 20/28, 1 Timothée 2/5 et 6), comme la rançon à payer pour le péché de ce monde.

Jean 3, versets 16 et 17 :
Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.
Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.

Jean 12, versets 47 :
Si quelqu’un entend mes paroles et ne les garde point, ce n’est pas moi qui le juge; car je suis venu non pour juger le monde, mais pour sauver le monde.

Le fait pour notre Seigneur JESUS de s’être « dépouillé » de Lui-même, en renonçant temporairement à « son origine céleste », afin de devenir semblable aux hommes et de paraître sur terre comme un simple homme (Philippiens 2/5 à 11), équivaut à mettre son « Esprit/âme de Vie » au service de son Père, en prenant une forme « de serviteur », afin d’accomplir uniquement Sa Volonté.

Esaïe 42, versets 1 à 4 :
Voici mon serviteur, que je soutiendrai, Mon élu, en qui mon âme prend plaisir. J’ai mis mon esprit sur lui; Il annoncera la justice aux nations.
Il ne criera point, il n’élèvera point la voix, Et ne la fera point entendre dans les rues.
Il ne brisera point le roseau cassé, Et il n’éteindra point la mèche qui brûle encore; Il annoncera la justice selon la vérité.
Il ne se découragera point et ne se relâchera point, Jusqu’à ce qu’il ait établi la justice sur la terre, Et que les îles espèrent en sa loi.

Dans les cieux, dès que JESUS a « renoncé » volontairement à Lui-même en tant que « Légal de DIEU » pour devenir semblable aux hommes terrestres (Marc 10/18), DIEU a placé l’Esprit de vie de son Fils en l’homme terrestre par le biais de Marie sa mère porteuse, femme de Joseph, le rendant ainsi par « son âme », c’est-à-dire, par ses diverses facultés terrestres, « semblable » à l’âme de l’esprit de vie des « âmes vivantes » terrestres, avant que le péché ne les corrompe. Dans le ventre de Marie, DIEU le Père, forme à Son Fils, un corps physique (Hébreux 10/5), semblable (non pas identique) à celui d’un corps d’homme terrestre (chair et sang). JESUS le Fils de l’homme avait un corps physique tout aussi vulnérable que celui des hommes terrestres quand à sa chair et son sang, pouvant lui aussi devenir corruptible et mortel, si le péché de l’esprit qu’est Satan, qui corrompt toute la création, parvient à « Le » séduire et pénétrer en « sa chair » (son esprit Saint/âme pure/corps sans souillure).

Esaïe 7, versets 14 et 15 :
C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, Voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, Et elle lui donnera le nom d’Emmanuel.
Il mangera de la crème et du miel, Jusqu’à ce qu’il sache rejeter le mal et choisir le bien.

Luc 2, verset 52 :
Et Jésus croissait en sagesse, en stature, et en grâce, devant Dieu et devant les hommes.

Et La Parole de DIEU le Père a été faite chair, par le Fils en l’homme…JESUS, le Fils de l’homme.

Jean 1, verset 14 :
Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.

Lorsque nous lisons : « Et la parole a été faite chair… », c’est à ce moment là qu’il faut que « la foi » d’un enfant né de DIEU, dépasse l’entendement humain (sa pensée et ses raisonnements humains). Il faut qu’il croit ce qui est écrit, comme c’est écrit, car à DIEU rien est impossible, tout LUI est possible. DIEU dit, est la chose existe ! Donc, dès sa nouvelle naissance, l’enfant né de DIEU, doit croire désormais que le Seigneur JESUS est bien venu sur cette terre dans une « chair » (esprit/âme/corps), semblable à « sa chair » d’enfant nouveau né, qu’il a hérité de Lui (en le Corps de CHRIST) par « sa foi » en l’Œuvre Parfaite de DIEU son Père qu’IL lui a manifestée en son Fils. C’est par cette même foi dans laquelle il demeure par son obéissance à l’ESPRIT, que le salut éternel de son esprit/âme lui est assuré, et par la suite, la résurrection de son corps mortel en un corps glorieux.

Néanmoins, pour mieux comprendre la signification du mot « chair » concernant le Fils de l’homme et qui englobe son esprit/âme et corps physique, il est nécessaire de faire un petit retour en arrière dans l’article N°1 : « L’Âme de DIEU, en JESUS le Fils de l’homme ». J’ai écrit :

« Ainsi, comme nous l’enseigne notre Seigneur JESUS par sa vie, qu’il soit revêtu d’un corps spirituel céleste ou qu’il soit revêtu d’un corps terrestre, un esprit saint possède une « âme » pure et vierge du péché, tandis qu’un esprit impur possède une « âme » corrompue et souillée par le péché. L’âme est insécable et indissociable à l’esprit dont elle tire son origine ».

Ce que confirment les versets ci-dessous, venant de La Parole de DIEU faite « chair » :

Jean 14, verset 30 :
Je ne parlerai plus guère avec vous; car le prince du monde vient. Il n’a rien en moi;

Matthieu 7, versets 17 et 18 :
Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits.
Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits.

Matthieu 9, versets 16 et 17 :
Personne ne met une pièce de drap neuf à un vieil habit; car elle emporterait une partie de l’habit, et la déchirure serait pire.
On ne met pas non plus du vin nouveau dans de vieilles outres; autrement, les outres se rompent, le vin se répand, et les outres sont perdues; mais on met le vin nouveau dans des outres neuves, et le vin et les outres se conservent.

Si les enfants nés de DIEU ne croient pas que l’âme est insécable et indissociable à l’esprit dont elle tire son origine, alors que La Parole de DIEU est claire à ce sujet, il leur sera bien difficile, voire impossible de comprendre dans leur propre vie, leur nouvelle naissance et leur croissance (ou développement spirituel) en « Le dernier Adam », qu’ils vont eux-mêmes vivre par la foi en « Sa Vie » de Fils (né de DIEU quand à l’Esprit), et homme spirituel quand son corps physique (formé de chair et son sang – Hébreux 10/5). L’enfant né de DIEU va (uniquement par la foi), vivre et se nourrir tous les jours de sa chair (spirituelle créée selon DIEU – Jean 1/12 et 13), en et de « la chair » (esprit/âme et corps) du Fils de l’homme (Jean 6/50 à 58), qui est La Première Nouvelle Créature de DIEU à naître sur terre sans le péché dans « sa chair ».

Il suffit de vérifier, en Genèse 2/7, aucune « âme » en l’homme n’est rajoutée par DIEU le Père des esprits, en plus du « souffle de vie ». Pourtant quoique l’esprit/l’âme/le corps formant un « tout » se nomme « une âme vivante terrestre », ce « tout » existe bien d’une manière séparée en l’homme (Hébreux 4/12). Si l’apôtre Paul emploie dans ses écrits le terme de « dernier Adam », en parlant de JESUS le Fils de l’homme, ce n’est pas pour rien ! Et s’il rajoute dans ses écrits que « ce dernier Adam » est devenu un « esprit vivifiant », et non plus une « âme vivante » terrestre comme l’était le premier Adam à sa création, ce n’est pas pour rien non plus !

Ce n’est pas parce que nous ne comprenons pas de suite ces choses lors de notre nouvelle naissance, qu’il faut pour autant tordre et tronquer « La Vérité » de ce qui est réellement écrit dans la Bible (Ancien et Nouveau Testament confondus). Agir ainsi, c’est ouvrir soi-même la porte de « mon » esprit/âme Saint à l’esprit de l’antéchrist, qui déguisé en ange de lumière, va faire passer « ses ténèbres » pour être La Lumière de CHRIST. Malheureusement persister dans une telle vie, sa finalité sera la mort…

Matthieu 6, versets 22 et 23 :
L’œil est la lampe du corps. Si ton œil est en bon état, tout ton corps sera éclairé;
mais si ton œil est en mauvais état, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres !

Deux Adams, et deux descendances totalement différentes quand à leur « chair ».

1 Corinthiens 15, versets 45 à 49 :
C’est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant.
Mais ce qui est spirituel n’est pas le premier, c’est ce qui est animal; ce qui est spirituel vient ensuite.
Le premier homme, tiré de la terre, est terrestre; le second homme est du ciel.
Tel est le terrestre, tels sont aussi les terrestres; et tel est le céleste, tels sont aussi les célestes.
Et de même que nous avons porté l’image du terrestre, nous porterons aussi l’image du céleste.

Hébreux 10, verset 5 :
C’est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit: Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, Mais tu m’as formé un corps;

DIEU a créé « le premier Adam » tiré de la terre, qui par sa désobéissance au commandement de DIEU, est devenu esclave de l’esprit qu’est Satan par son péché qu’il est parvenu à faire pénétrer dans « sa chair » (esprit/âme/corps), afin de le corrompre dans son être tout entier (un mauvais arbre). Ensuite DIEU le Père des esprits, créa « le dernier Adam » (le bon arbre), qui lui, est tiré du ciel, étant réellement libre dans « sa chair » (esprit/âme/corps), du péché de l’homme et de son instigateur Satan. Deux Adams, et deux descendances totalement différentes quand à leur « chair » (c’est-à-dire, quand leur esprit/âme et corps). Une postérité étant « animale » (terrestre), et l’autre étant « spirituelle » (céleste), quoique d’apparence semblables mais non identiques.

Lorsqu’il est écrit que DIEU envoie, à cause du péché son propre Fils dans une chair « semblable » à celle du péché, il faut le croire. Néanmoins, cela ne veut pas dire une chair « identique » en tous points à celle du péché dans le sens que « la chair » de JESUS homme était contaminée par le péché. Une chair semblable à celle du péché, cela ne veut pas dire que DIEU a formé à son Fils « un corps du péché », selon la même expression mentionnée par l’apôtre Paul dans sa lettre aux Romains, lorsqu’il parle du vieil homme encore sous l’esclavage du péché (Romains 6/6).

Bien des enfants de DIEU lisent « superficiellement » les Paroles du Seigneur JESUS (le Fils de l’homme), dans les quatre évangiles. Pourtant, c’est là qu’est uniquement La Vie ! C’est dans les quatre évangiles, au travers des paroles de JESUS étant « Le Messie », que La Parole de DIEU le Père, est faite chair pour le salut du monde. Tout ce qui concerne le salut de l’âme vivante, de la vie nouvelle, et de l’éternité, vient de JESUS Le CHRIST de DIEU, et doit obligatoirement passer par Lui et en Lui, pour être « approuvé » de DIEU son Père. Jean (le baptiste) disait cela de JESUS :

Matthieu 3, verset 11 :
Moi, je vous baptise d’eau, pour vous amener à la repentance; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint Esprit et de feu.

Quand à l’auteur de l’épître aux Hébreux il dit cela de La Parole de DIEU (faite chair en CHRIST) :

Hébreux 4, versets 11 et 16 :
Efforçons-nous donc d’entrer dans ce repos, afin que personne ne tombe en donnant le même exemple de désobéissance.
Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du coeur.
Nulle créature n’est cachée devant lui, mais tout est à nu et à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte.
Ainsi, puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons.
Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché.
Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.

Beaucoup parmi les « croyants » prétendent être « baptisés du SAINT-ESPRIT », mais lorsqu’il est question de rajouter dans leur vie « le Feu » du Seigneur (baptisés du SAINT-ESPRIT, et de Feu), beaucoup moins veulent vivre cette réalité pour leur vie (Jean 6/60 à 71). Le « Feu » étant la condition pour entrer avec leur corps du péché (ou leur vieille nature) dans le « baptême » en la mort de CHRIST pour leur vie (Romains 6/1 à 7). Quiconque prétend aimer DIEU et être né de LUI (Jean 1/12 et 13), ose discuter ou contester son commandement pour l’Eglise (Matthieu 17/5), en n’obéissant pas à l’Evangile que le Seigneur JESUS annonce par « Sa Parole », il n’est pas son enfant, il n’est pas né de DIEU (Romains 8/9). L’enfant né de DIEU, ou la brebis du Seigneur, écoute et entend La Voix de Son Bon Berger, elle ne suivra aucun autre (Jean 10/1 à 18), et de ce fait, il laissera l’ESPRIT-SAINT de DIEU, lui inculquer « La Vie » par le biais de celle du Fils de l’homme (Jean 14/21 à 27 et Jean 16/12 à 16), en croyant La Parole de DIEU au travers de celle de JESUS homme comme Il la donne et est écrite dans les quatre évangiles (ou encore dans l’Apocalypse).

Si nous acceptons La Parole de DIEU telle qu’Elle est écrite, force est de constater que dans Hébreux 10/5, c’est DIEU le Père des esprits qui forme « le corps de chair et sang » du dernier Adam, celui de l’homme Nouveau Né, en donnant la vie à ce corps, au moyen de l’esprit/âme de vie de son Fils. Les écrits de la Bible nous montrent clairement que c’est par le SAINT-ESPRIT de DIEU qu’est placé dans le ventre de Marie, femme de Joseph, l’esprit/âme de vie de JESUS avec son corps de chair.

Luc 1, versets 34 et 35 :
Marie dit à l’ange: Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d’homme ?
L’ange lui répondit: Le Saint Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu.

Croyons-nous vraiment à ce qui nous est annoncé…Croyons-nous vraiment que tout est possible à DIEU notre Père, et qu’IL lui est possible par Sa Parole toute Puissante, de placer dans le ventre d’une fille vierge (Marie, femme de Joseph), l’esprit/âme de vie de son Fils, et de lui former un corps, composé de chair et sang, semblable à celui des âmes vivantes terrestres, sans que pour cela celui-ci soit entaché et souillé par le péché, comme le SAINT-ESPRIT nous l’enseigne au travers des écrits de la Bible ? N’est-ce pas ce que notre Seigneur JESUS confirme de sa vie pendant les jours de sa chair ?

Jean 14, verset 30 :
Je ne parlerai plus guère avec vous; car le prince du monde vient. Il n’a rien en moi;

A la création du premier Adam et de sa femme Eve, nous voyons que pour la formation du corps de « la chair » de l’homme terrestre (la nature de l’âme vivante), ils n’y sont pour rien. De même, pour la formation du corps de « la chair » de JESUS homme (la nature de l’esprit vivifiant) en Marie sa mère porteuse, il n’y a aucune intervention humaine dans le processus de sa conception. IL est créé d’en Haut, esprit/âme et corps physique.

A ne pas oublier (pour une bonne compréhension de la suite de cet article).

N’oublions-pas que Marie est elle-même encore dans « sa chair », c’est-à-dire, en son esprit/âme et corps, sous l’emprise de l’esclavage du péché de Satan, même si elle est « sanctifiée » aux yeux de DIEU par Sa Parole (la lettre de la Loi), qui la garde dans son être entier, par la sanctification que produit l’observation des commandements de DIEU, au travers de son obéissance personnelle de cette Loi (Lévitique 20/7 et 8). Ce que vit Marie, par le biais de son corps physique pour la venue du Fils de DIEU sur terre, n’est que l’accomplissement de La Parole de DIEU (Esaïe 7/14 et 15). Cette grâce n’a pas été accordé à Marie uniquement à cause de « ses qualités et vertus », mais parce qu’elle est la femme de Joseph. En réalité, c’est lui (Joseph) qui est le descendant direct d’Abraham, auquel DIEU a fait la promesse de bénir sa postérité par David et de la rendre un jour libre du péché en lui envoyant « un Sauveur » (Matthieu 1/1 à 16, Genèse 17/19, Genèse 22/18, Psaume 132/11, Esaïe 42/1 à 16).

Ce qui est important de retenir, c’est qu’en aucun cas « le corps du péché » de Marie, encore sous la loi du péché qui agissait dans ses membres (à son époque), n’a eu d’influence sur « la chair » nouvelle, c’est-à-dire sur l’esprit/âme et corps Saint de JESUS le Fils de l’homme. Ce que confirment ci-dessous ces versets tirés de la Bible (entres autres…).

Jean 2, verset 4 :
Jésus lui répondit: Femme, qu’y a-t-il entre moi et toi ? Mon heure n’est pas encore venue.

Galates 4, versets 4 et 5 :
mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi,
afin qu’il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l’adoption.

A méditer pour l’enfant né de DIEU.

L’apôtre Paul écrivait cela aux Corinthiens : « …et si nous avons connu Christ selon la chair, maintenant nous ne le connaissons plus de cette manière (2 Corinthiens 5/16). Si l’apôtre Paul écrit cela (le « nous »), c’est que lui-même est un jour passé par là dans sa croissance spirituelle. Cela démontre clairement que dans la vie des enfants nés de DIEU, après la nouvelle naissance, il y a un temps où tous et toutes, à cause de notre petit âge spirituel (que le Seigneur seul connait), nous connaissons et suivons CHRIST selon « la chair ». Cela veut dire, malgré que notre être tout entier soit Saint, esprit/âme/corps (le corps physique, encore mortel à cause du péché – Romains 8/10), nous marchons dans la connaissance de CHRIST en entremêlant notre volonté, nos pensées, nos raisonnements, nos sentiments de petits enfants spirituels, à la pensée et la volonté du Seigneur pour notre vie, qu’IL nous donne de vivre par son ESPRIT-SAINT en nous.

Cela doit disparaître, et va disparaître pour quiconque croit le Seigneur JESUS. Croire, veut dire, accepter sans discuter La Parole de CHRIST telle qu’IL la donne, sans y rajouter ce que nous pensons savoir de la Vie Nouvelle. C’est ce que le Seigneur JESUS explique à ses disciples qu’IL s’est choisi lorsqu’IL leur dit dans Matthieu 18/3 : « Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. ». Si ce le Seigneur JESUS dit à ses disciples est vrai pour eux, et pour la finalité de leur vie spirituelle (lisez bien ce verset, et les deux conditions à remplir pour entrer dans le Royaume de DIEU), à plus forte raison, le Seigneur étant l’Alpha et l’Oméga (Apocalypse 22/10 à 21), Sa Parole est immuable, Elle est toujours d’actualité à notre siècle présent. Elle demeure La Vérité de DIEU le Père, pour quiconque LE croit et veut être avec LUI pour l’éternité.

En réalité, personne ne connait cette Vie Nouvelle au commencement de sa nouvelle naissance, puisque justement, elle est « nouvelle ». Un enfant né de DIEU commence à vivre dans cette Vie, comme un « bébé » qui va croitre progressivement en stature et en sagesse par la volonté de DIEU son Père (1 Thessaloniciens 5/23 et 24). C’est l’ESPRIT de Vie de CHRIST en l’enfant né de DIEU, donné par le moyen du SAINT-ESPRIT (Tite 3/4 à 7, Romains 8/9), qui dans les circonstances et les détails d’un jour après l’autre, va lui inculquer uniquement la Vie du Fils de l’homme et sa communion d’ESPRIT avec DIEU Le Père (Jean 14/15 à 23, et Jean 16/12 à 16). C’est pourquoi, il est impératif que la foi prenne le dessus sur l’entendement humain, afin que ce qui est « mortel » en nous, soit totalement englouti par La Vie (2 Corinthiens 5/4 et 5).

En quoi diffère le corps de chair et sang du « dernier Adam », JESUS le Fils de l’homme, de celui du « premier Adam » ?

Hébreux 10, verset 5 :
C’est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit: Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, Mais tu m’as formé un corps;

Genèse 2, verset 7 :
L’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant (ou une âme vivante).

Quoique le corps de chair de JESUS, le Fils de l’homme, soit par sa naissance sur terre, d’apparence semblable à celui des hommes terrestres, il n’en demeure pas moins totalement différent, ne serait-ce qu’à cause de sa conception par DIEU le Père des esprits, qui a formé LUI-même ce corps physique pour recevoir l’Esprit de Vie de son Fils. DIEU le Père est ESPRIT-SAINT, en LUI n’est pas le péché (l’iniquité). IL ne peut donc pas créer « une chose » sortant de LUI-même ayant « le péché » ou « du péché » en elle, c’est impossible. En DIEU le Père, ne sont pas « les ténèbres », IL n’est que Lumière et Sainteté.

Jacques 1, versets 16 à 18 :
Ne vous y trompez pas, mes frères bien-aimés:
toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation.
Il nous a engendrés selon sa volonté, par la parole de vérité, afin que nous soyons en quelque sorte les prémices de ses créatures.

Nous savons que le corps de chair et sang de l’homme terrestre est « formé » par DIEU, à partir d’en bas (ou tiré de la terre), celui-ci étant désormais « corrompu et mortel » à cause du péché de Adam (Genèse 3/17 à 19). De ce fait le corps physique du premier Adam dans son état de corruption, est totalement irrécupérable pour le Royaume de DIEU dans les cieux ou sur la nouvelle terre (Apocalypse 21/1 à 7).

En ce qui concerne le corps de chair et sang de JESUS le Fils de l’homme, nous savons également que celui-ci est « créé » par DIEU ou « formé », c’est-à-dire, à partir d’en Haut (Hébreux 10/5). Si le corps physique de notre Seigneur n’est pas devenu « mortel » comme celui de tous les hommes terrestres tout en étant semblable à celui des hommes (mais non pas identique), cela vient du fait que par son obéissance à l’ESPRIT-SAINT de DIEU son Père en Lui, IL n’a jamais permis à Satan et son péché, de pénétrer en « sa chair » (la chair étant l’expression d’un ensemble = son Esprit/âme/corps). D’où « LA Vie » éternelle qui sera donnée après la résurrection de CHRIST à tous les enfants qui naîtront de DIEU, et que le Seigneur JESUS sous la forme imagée de sa chair et son sang, donne déjà à ses disciples comme étant « Le Pain de Vie » qui vient d’en Haut (Jean 6/35 à 58).

Lorsque notre Seigneur JESUS est mort physiquement sur la croix, d’apparence, sa mort physique était semblable à celle de tous les hommes terrestres. Pourtant, si nous prenons le temps de lire attentivement la naissance et la vie du Fils de l’homme, la mort physique ne l’a pas atteint comme la mort atteint le corps de l’homme animal qui lui meurt physiquement à cause des conséquences du péché en « sa chair » (son esprit/âme/corps corrompu). La mort du corps physique de JESUS homme n’est pas due parce que le « péché » de Satan aurait pris possession de son esprit/âme/corps, elle n’est due « qu’à » la volonté de DIEU son Père (Jean 10/17 et 18), qui une fois que « Son Fils » avait accompli toute Sa Volonté sur la terre par son obéissance à l’ESPRIT-SAINT en Lui, IL reprend à LUI, l’esprit/âme du corps de chair et sang de son Fils (Luc 23/46).

A ce moment, quoique le corps physique de JESUS sur la croix soit sans « La Vie » éternelle en lui, DIEU le Père ne faisant qu’UN SEUL ESPRIT de VIE avec l’esprit/âme de son Fils (Jean 10/30), avec son ESPRIT-SAINT en l’Esprit du Fils, IL parfait jusque dans le séjour des morts, Son Œuvre pour le salut de toutes les âmes (1 Pierre 3/18 à 22). Donc, d’apparence, le corps de JESUS homme, formé de chair et sang, meurt comme celui de tous les hommes terrestres, mais en réalité, le corps physique, ou l’enveloppe terrestre de l’esprit/âme de JESUS que DIEU lui a formé, même dans le tombeau, demeure sans le péché en lui.

Le corps physique de JESUS le Fils de l’homme, pouvait être tout aussi vulnérable aux maladies ou aux infirmités que ne l’est le corps d’un homme terrestre à cause de la chair et du sang (Hébreux 2/14 à16). Il pouvait également devenir corruptible, c’est-à-dire, il pouvait se laisser corrompre et de ce fait devenir « mortel », c’est-à-dire, dans le sens d’être séparé éternellement de DIEU, comme le sont les corps des hommes terrestres qui souillés par le péché, ne peuvent pas hériter le Royaume de DIEU et Sa Sainteté, sans être passés auparavant par l’incorruptibilité et l’immortalité (1 Corinthiens 15/50 à 56).

Néanmoins, à la différence des hommes dont la « chair »(l’esprit/âme/corps corrompu) est mortelle, ce qui a préservé « la chair » du Fils de l’homme dans son « incorruptibilité et immortalité » (dans le sens de ne pas être séparé de DIEU), vient du fait que le péché de l’esprit qu’est Satan n’a pas pu pénétrer dans le corps de chair de JESUS homme (Jean 14/30), par le biais de « l’âme de son esprit », qui sont les facultés, les sens, les sentiments, etc…, toutes ces choses qui sont liées à l’âme de l’esprit dont elle tire son origine, et qui sont pour l’homme terrestre, « la faiblesse » de « sa chair » (Matthieu 26/41). Par son obéissance à l’ESPRIT-SAINT en Lui qui le conduisait uniquement à accomplir la volonté de son Père dans « sa chair », le Seigneur JESUS s’est préservé Lui-même de la séduction du péché (1 Jean 5/18).

Comme déjà écrit plus avant : « La mort physique n’a donc pas atteint le corps physique de notre Seigneur parce que le « péché » aurait pris possession de son esprit/âme/corps. La mort du corps physique de JESUS n’est due qu’à la volonté de DIEU son Père, qui une fois que JESUS avait accompli toute Sa Volonté sur la terre par son obéissance à l’ESPRIT-SAINT en Lui, reprend à LUI l’esprit/âme du corps de son Fils. » (Jean, 19/30). Mais faut-il encore le croire…(Esaïe 53). Ce qu’il faut savoir du Seigneur JESUS en tant que Fils de l’homme, c’est que ce n’est pas Lui qui « se ressuscite » tout seul en tant qu’homme (ni en tant que DIEU comme certains l’enseignent faussement). Celui qui Le ressuscite sur terre d’entre les morts, c’est DIEU son Père par Sa Puissance, Son ESPRIT-SAINT (selon ce qui est écrit dans Actes 2/22 à 27).

C’est DIEU le Père des esprits, par son ESPRIT-SAINT qui une fois son Œuvre totalement accomplie par son Fils sur la terre ainsi que dans le séjour des morts, replace l’Esprit/âme de JESUS dans son Corps d’homme désormais glorifié. C’est avec ce Corps Saint d’homme ressuscité (le dernier Adam), que JESUS va, premièrement monter vers son Père afin d’être investi de La Gloire en tant que Fils Unique qu’IL avait au commencement de toutes choses (Jean 20/14 à 17, Jean 17/1 à 5, Colossiens 1/12 à 23), et ensuite revenir vers ses disciples (ses enfants et ses Frères), pour leur donner ce qui leur avait promis, à savoir la révélation de La Vie Nouvelle par le don du SAINT-ESPRIT en eux (Jean 20/18 à 29, Tite 3/4 à 9).

Un petit exemple du « comment », l’esprit de l’antéchrist peut arriver à tromper un enfant né de DIEU.

Si on applique un raisonnement humain à la création du Fils de l’homme, le corps de chair de JESUS homme est donc d’origine « terrestre », puisque c’est par le biais de Marie sa mère porteuse que ce corps est formé dans son ventre, et qu’un jour il naît. Par contre, on sait par les Ecritures, que l’Esprit/âme de Vie du Fils de l’homme est d’origine céleste étant « sorti » de DIEU son Père. Déduction, toujours en raisonnant d’une manière humaine, « la chair » de JESUS le Fils de l’homme, qui représente son être entier (esprit/âme/corps) est donc « souillée », entachée par le péché qui viendrait de la « chair » de Marie sa mère porteuse, qui elle est encore esclave de celui-ci par son corps du péché (n’étant pas encore passée par la nouvelle naissance). De ce fait, si on mélange un tout petit peu « du raisonnement humain », à La Pensée de DIEU le Père (Esaïe 55/8 à 11), Sa Vérité qu’IL a faite chair en son Fils, n’est plus « crédible », et de ce fait, ce que le Seigneur JESUS dit dans les versets cités ci-dessous, n’est plus vrai ! (Attention, je le précise à nouveau, je relativise cela par rapport à un raisonnement humain, en faisant abstraction de ce qui est réellement écrit dans le but de donner un exemple).

Jean 6, verset 50 à 57 :
C’est ici le pain qui descend du ciel, afin que celui qui en mange ne meure point.
Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement; et le pain que je donnerai, c’est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde.
Là-dessus, les Juifs disputaient entre eux, disant: Comment peut-il nous donner sa chair à manger?
Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous-mêmes.
Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour.
Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage.
Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui.
Comme le Père qui est vivant m’a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi.

La Parole de DIEU est toujours La Vérité. JESUS le Fils de l’homme, ne peut pas donner « sa chair » pour la vie du monde, si en celle-ci la corruption existe déjà, ne serait-ce qu’un tout petit peu par son corps physique (un peu de levain, fait lever toute la pâte – 1 Corinthiens 5/6 à 8). Le résultat de cette tromperie de l’esprit de l’antéchrist, si on applique la finalité du raisonnement humain aux paroles du Seigneur JESUS le Fils de l’homme, quiconque mangera de sa chair et boira de son sang, mourra, puisque la chair et le sang terrestres sont contaminés par le « péché » venant de Marie sa mère porteuse. Il ne faut pas oublier, que tout ce qui est terrestre demeure mortel, étant sous la malédiction à cause de la désobéissance « au commandement » de DIEU par le premier Adam (Genèse 3/17 à 24). Tout est Saint et pur en JESUS le Fils de l’homme. C’est La Vie du « Fils » en tant « qu’homme » qui est nécessaire de vivre ici-bas par la foi et l’obéissance à Sa Parole, pour pouvoir marcher par Lui et en Lui, étant conduit par l’ESPRIT-SAINT.

Ce petit exemple de l’utilisation de l’entendement humain dans le but de comprendre les choses d’en Haut, n’est donné là que pour montrer avec quelle facilité l’esprit de l’antéchrist (Satan), déguisé en ange de lumière, peut tromper, tordre et corrompre la Vérité de DIEU, par le moyen de l’entendement humain de ceux qui prétendent être conduit par l’ESPRIT et marcher en nouveauté de Vie. Voilà comment Satan peut arriver à « détruire » en l’esprit/âme et corps d’un petit enfant né de DIEU qui vient de naître, l’Œuvre Parfaite de DIEU le Père en son Fils pour le salut des âmes terrestres, si celui-ci ne demeure pas en Lui (Jean chapitre 15).

Néanmoins, l’esprit de l’antéchrist n’a aucune emprise sur un enfant né de DIEU qui demeure en CHRIST avec l’entendement d’un petit enfant qui à tout à apprendre nouveau de Lui (Romains 8/9 à 17). Comme le Seigneur Lui-même a du « apprendre » à rejeter le mal et choisir le bien pendant son petit âge physique et spirituel, il en est de même pour l’enfant né de DIEU (surtout au commencement de sa croissance). Il ne faut pas qu’il s’inquiète de cela pour sa vie spirituelle d’homme spirituel, c’est normal.

Esaïe 7, versets 14 et 15 :
C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, Voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, Et elle lui donnera le nom d’Emmanuel.
Il mangera de la crème et du miel, Jusqu’à ce qu’il sache rejeter le mal et choisir le bien.

L’enfant né de DIEU va apprendre à rejeter de « sa chair » d’homme nouveau né, tout ce qui est de sa personnalité et sa volonté d’homme « Saint », mais qui n’est pas en conformité avec « la volonté » de DIEU son Père. Petite précision, cela ne veut pas dire que l’enfant né de DIEU doit apprendre à rejeter « le péché » en l’homme nouveau né qu’il est (Galates 5/16 à 21), puisqu’en lui le péché n’est pas (et non pas n’est plus), tout comme il ne l’a jamais été en JESUS le Fils de l’homme. C’est l’ESPRIT-SAINT en lui qui lui montrera pendant tous les jours de sa chair, ce qu’il doit « rejeter » ou « conserver » de sa personnalité d’enfant nouveau né avec laquelle dans son corps de chair et sang, il vivra uniquement pour la Gloire de DIEU son Père, comme l’a vécu Le Fils pendant les jours de sa chair.

1 Jean 4, verset 17 :
Tel il est, tels nous sommes aussi dans ce monde: c’est en cela que l’amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l’assurance au jour du jugement.

La confusion entre « la chair » du premier Adam, l’âme vivante, qui est corrompue par le péché, et « la chair » du dernier Adam, JESUS le Fils de l’homme, qui peut être corruptible par le péché.

La confusion entre les diverses expressions, « la chair », utilisées dans la Bible, ne provient que du fait de vouloir séparer à l’origine de sa création, l’âme de l’esprit de vie dans un corps, qu’il soit terrestre ou céleste (Genèse 2/7).

Je ne cesserai de me répéter :

« Ainsi, comme nous l’enseigne notre Seigneur JESUS par sa vie, qu’il soit revêtu d’un corps spirituel céleste ou qu’il soit revêtu d’un corps terrestre, un esprit saint possède une « âme » pure et vierge du péché, tandis qu’un esprit impur possède une « âme » corrompue et souillée par le péché. L’âme est insécable et indissociable à l’esprit dont elle tire son origine ». (Un bon arbre ne peut pas porter de mauvais fruits).

Cette séparation de l’esprit et de l’âme d’un corps physique ou spirituel, n’est que la déduction de l’entendement humain sur des choses qui dépassent la pensée de son esprit (1 Corinthiens 2/11), alors que cela n’est pas écrit ainsi concernant la création de l’homme (le premier Adam) ou celle du Fils de l’homme (le dernier Adam). C’est ce qui empêche les enfants de DIEU de se parfaire dans la connaissance de CHRIST selon l’ESPRIT. C’est pourquoi, ils n’arrivent pas comprendre leur propre vie spirituelle, étant constamment en conflit intérieur, entre ce qu’ils nomment être leur « chair » et l’Esprit de Vie de CHRIST qui est donné par DIEU le Père au moyen du SAINT-ESPRIT (Tite 3 /4 à 7, Galates 4/6).

Comme déjà écrit plus avant dans cet article, une personne qui « pense et raisonne » humainement pour arriver à comprendre les choses d’en Haut, jamais elle n’y parviendra (1 Corinthiens 2/9 à 16). C’est « l’incrédulité » étant agissante par la pensée et les raisonnements humains, qui fait obstacle à La Lumière de CHRIST pour la vie spirituelle de l’homme demeurant encore « charnel ». C’est « l’incrédulité » qui l’empêche de se tenir dans La Vérité de l’ensemble des écrits de la Bible, tels qu’ils sont annoncés d’avance par le SAINT-ESPRIT. De ce fait, beaucoup de lèvres témoignent de DIEU, de Sa Parole, et de son Œuvre Parfaite en son Fils, mais les esprits/âmes demeurent encore enténébrés dans leur corps (enveloppe physique), étant retenus captifs de la loi du péché qui agit toujours dans leurs membres.

JESUS n’est jamais né sur terre partiellement « Saint » et partiellement « impur ». JESUS n’est jamais né sur terre « moitié pur » par son Esprit de vie, et « moitié souillé » par son âme ou son corps de chair et sang, comme certains l’interprètent par rapport à l’expression : « …une chair semblable à celle du péché » (Romains 8/3). JESUS notre Seigneur n’est jamais mort sur la croix partiellement, c’est tout son être qui est crucifié, mais ce n’est que son corps physique qui demeure sans vie sur la croix, après qu’IL remette son « esprit » entre les mains de DIEU son Père.

Luc 23, verset 46 :
Jésus s’écria d’une voix forte: Père, je remets mon esprit entre tes mains. Et, en disant ces paroles, il expira.

Matthieu 27, verset 50 :
Jésus poussa de nouveau un grand cri, et rendit l’esprit.

Matthieu 26, verset 38 :
Il leur dit alors: Mon âme est triste jusqu’à la mort; restez ici, et veillez avec moi.

Pour ce qui est du corps physique de JESUS, nous savons que par la main de l’homme, il est dépendu de la croix et ensuite placé sans vie dans un tombeau.

Matthieu 27, versets 57 à 60 :
Le soir étant venu, arriva un homme riche d’Arimathée, nommé Joseph, lequel était aussi disciple de Jésus.
Il se rendit vers Pilate, et demanda le corps de Jésus. Et Pilate ordonna de le remettre.
Joseph prit le corps, l’enveloppa d’un linceul blanc,
et le déposa dans un sépulcre neuf, qu’il s’était fait tailler dans le roc. Puis il roula une grande pierre à l’entrée du sépulcre, et il s’en alla.

Où se trouve « l’âme » du Fils de l’homme après qu’IL eu remis son « esprit » entre les mains de DIEU son Père ?

Matthieu 26, verset 38 :
Il leur dit alors: Mon âme est triste jusqu’à la mort; restez ici, et veillez avec moi.

Si, l’âme est séparée de l’esprit de l’homme (ou du Fils de l’homme), comme beaucoup « d’incrédules » le disent, l’écrivent, ou l’enseignent faussement au détriment du salut éternel des âmes vivantes, compte tenu de ce que le Seigneur JESUS dit de l’état de son âme dans le verset ci-dessus (cela juste avant sa crucifixion), où se trouve-t-elle après qu’IL ait remis son « esprit » entre les mains de DIEU son Père ?

Il est également écrit dans les Ecritures, que « l’âme » de la chair est dans le sang, ou encore, « l’âme » de toute chair, c’est son sang, qui est en elle (Genèse 9/3 à 5, Lévitique 17/ 11 et 14, Deutéronome 12/23 et 24). 2/23 et 24). Compte tenue que nous savons cela de la « chair » et son « âme », où se trouve l’âme de JESUS après sa crucifixion ? (J’extravague) – Peut-être que « l’âme » de JESUS était sur le sol au pied de la croix, puisqu’il est écrit :

Jean 19, versets 32 à 34 :
Les soldats vinrent donc, et ils rompirent les jambes au premier, puis à l’autre qui avait été crucifié avec lui.
S’étant approchés de Jésus, et le voyant déjà mort, ils ne lui rompirent pas les jambes;
mais un des soldats lui perça le côté avec une lance, et aussitôt il sortit du sang et de l’eau.

Un vrai « casse-tête » n’est-ce pas ? Pour quiconque voudra essayer de contenir avec son raisonnement humain, la pensée et les voies de DIEU (Esaïe 55/8 à 11), tous ces versets, et toute Sa Parole ne cesseront de tourner en boucle en son esprit, ne lui apportant aucune réponse qui se tienne dans Sa Vérité pour le salut de son âme (2 Thessaloniciens 2/7 à 12).

Posons-nous sincèrement la question : Lorsque JESUS remet son esprit entre les mains de DIEU son Père, où se trouve son « âme » à ce moment là ? Si nous prétendons aimer La Vérité et que nous n’avons pas de réponse à ce qui paraît être une énigme pour notre entendement humain, c’est à ce moment que la pensée et les raisonnements humains doivent disparaître par le moyen de la foi en La Parole de DIEU, laissant ce qui est réellement écrit en Elle, comme c’est écrit (Genèse 2/7). Alors, à ce moment seulement, et selon son bon vouloir, par l’Esprit de Vie de son Fils en ses enfants, DIEU le Père au moyen du SAINT-ESPRIT, révèle « Sa Vérité » aux petits enfants qui LE croient. Tout devient de plus en plus clair aux yeux de l’esprit/âme de l’enfant né de DIEU, et sera simple à vivre pour lui pendant tous les jours de sa chair.

Matthieu 11, versets 25 à 30 :
En ce temps-là, Jésus prit la parole, et dit: Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants.
Oui, Père, je te loue de ce que tu l’as voulu ainsi.
Toutes choses m’ont été données par mon Père, et personne ne connaît le Fils, si ce n’est le Père; personne non plus ne connaît le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler.
Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.
Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.
Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.

Pourquoi le corps de chair du dernier Adam, JESUS le Fils de l’homme, doit-il être pur du péché ?

Souvenons-nous, DIEU a envoyé son Fils dans ce monde pour qu’IL sauve ce monde « du péché ». Si le corps de chair et sang de JESUS était d’en bas, issu de l’origine terrestre du premier Adam (tiré de la terre ou du sol), étant conçu en le ventre de Marie sa mère porteuse, il serait de la nature de la chair et du sang encore corrompu par le péché. Donc, le Fils de l’homme serait en partie « corrompu ». Son esprit/âme serait Saint, puisqu’étant sorti de DIEU, mais son corps physique formé de « chair et sang » serait corrompu, étant de nature terrestre.

Dans ce que j’écris ci-dessus, ne remarquez-vous pas cette similitude avec le faux évangile que l’esprit de l’antéchrist (Satan) a propagé au fil des siècles dans l’esprit de ceux qui prétendent être nés de DIEU, mais qui vivent toujours esclaves de leur corps du péché ? Ce faux évangile qui enseigne que le Seigneur JESUS aurait partiellement « régénéré » le nouvel homme dans son corps physique, en lui donnant le SAINT-ESPRIT qui « régénèrerait » (libèrerait du péché) uniquement son esprit corrompu, en lui donnant un nouvel entendement lui permettant ainsi de se débarrasser progressivement des « péchés » de l’âme de son corps de chair (leur âme, qui à leurs yeux est séparée de leur esprit). Et pour cela, il leur suffit de confesser ces péchés à DIEU à chaque fois que ceux-ci font « à nouveau » surface dans leur chair (Colossiens 3/5 et 6). Désolé de décevoir ceux qui pratiquent « le péché » de cette façon dans ce qu’ils appellent « leur vie nouvelle », jamais ils n’en seront délivrés de cette manière (1 Jean 3/5 à 10, 1 Jean 5/18 à 21). Le Seigneur JESUS est clair à ce sujet :

Jean 8, versets 34 à 36 :
En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché.
Or, l’esclave ne demeure pas toujours dans la maison; le fils y demeure toujours.
Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres.

Comprenez-vous maintenant pourquoi, JESUS se fait appeler « le Fils de l’homme » ? Parce que par son esprit/âme/corps Saint d’homme spirituel sans le péché en lui (créé en sortant de la nature de DIEU), IL est le Premier Né de la Nouvelle Alliance que DIEU fait avec tous les hommes terrestres qui voudront entrer en celle-ci par le moyen de Sa Parole qu’IL a faite chair en son Fils « le dernier Adam ». Et cela ne peut se faire pour une âme vivante terrestre, que par le moyen de la foi en l’Œuvre Parfaite de DIEU le Père, en devenant conforme dans le baptême en « la mort » de CHRIST pour « sa chair » esprit/âme/corps d’homme encore corrompue, et sa résurrection en tant que nouvel homme spirituel, en la résurrection du Fils de l’homme (Esprit/âme et corps) par la puissance de DIEU (Romains 6/3 à 11, Colossiens 2/8 à 15). Attention l’homme nouveau qui « ressuscite » avec et en CHRIST, il n’est pas « le vieil homme » nettoyé de son péché. Le vieil homme est définitivement « mort » dans la mort de CHRIST (Romains 6/3 à 11). Il est une créature totalement nouvelle, les choses anciennes sont passées (2 Corinthiens 5/16 et 17). C’est pour cela que dès sa naissance par foi en La Parole de DIEU le Père (Jean 1/12 et 13), il naît « bébé » qui a tout à apprendre nouveau d’en Haut. Un petit enfant qui va croître progressivement (2 Corinthiens 3/17 et 18). Ainsi seulement, une âme vivante terrestre, passera de la mort à La Vie pour vivre désormais uniquement à la gloire de DIEU son Père, par JESUS-CHRIST son Seigneur, Sa Vie éternelle (Jean 8/31 à 36).

Lorsque nous lisons un peu plus attentivement les écrits de la Genèse, chapitres 1 et 2, nous remarquons que la terre est tirée de l’eau, et qu’ensuite, toute végétation, toutes chairs d’ordre animal sont sorties (ou créées) par la Parole de DIEU à partir de la terre (du sol). Malheureusement, le premier Adam ayant corrompu son être tout entier par sa désobéissance « au commandement » de DIEU, et à cause de cette désobéissance, le sol (la terre) est « maudit » de DIEU, comme l’indiquent les versets dans Genèse 3, versets 17 à 19, entrainant ainsi la mort de son corps physique, et de tout ce qui est de nature terrestre, la mort de toutes chairs et sang qui soient sorties « du sol » (de la terre). Posons-nous la question : Pourquoi tout ce qui est tiré de la terre, les animaux, la végétation, etc…vieillissent-ils également et finissent tous par mourir (retourner à la terre), puisque ceux-ci n’ont pas « péché » contre DIEU, comme l’ont fait Eve et Adam ?

C’est la création de DIEU toute entière qui demeure sous cette « malédiction » par suite de la désobéissance de l’homme, et a été soumise à la vanité, non de son gré, mais à cause de celui qui l’y a soumise. Il est vrai qu’en lisant Romains 8, versets 19 à 23, sans nous référer à l’origine « du péché » (qui vient de l’esprit qu’est Satan), nous pourrions dire que cela est l’œuvre du premier Adam. Et bien non ! La malédiction de la terre à cause du péché de l’homme est une chose (sa propre désobéissance au commandement de DIEU), mais celui qui a soumis à la vanité l’ensemble de la création de DIEU, c’est l’esprit qu’est Satan par son iniquité (son péché). C’est lui l’instigateur « du péché » du monde, le père du mensonge, le meurtrier des âmes vivantes terrestres.

Par le moyen de « sa chair » de Fils de l’homme, le Seigneur JESUS établit une nouvelle communion d’ESPRIT entre DIEU son Père et l’âme vivante terrestre.

Les enfants de DIEU ne doivent pas oublier que la venue sur terre de JESUS le Fils de l’homme a pour seul but de détruire par le moyen de « sa chair » le péché, dont l’origine est en l’iniquité de l’esprit qu’est Satan et non pas en l’homme. Le « péché » de l’homme (ou le mauvais fruit du péché de Satan, étant le mauvais arbre), n’est que la conséquence directe de sa propre désobéissance « au commandement » de DIEU (Genèse 2/7 à 9). JESUS homme, pendant tous les jours de sa chair, est l’accomplissement jusqu’à la perfection dans sa chair, « du commandement » de DIEU par son obéissance au SAINT-ESPRIT en Lui (Hébreux 5/5 à 10). L’accomplissement « du commandement » par JESUS le Fils de l’homme, fait suite aux promesses que DIEU a faites à Abraham le croyant (Genèse chapitre 22). Une fois cette œuvre accomplie, JESUS le CHRIST de DIEU, permet ainsi de rétablir la paternité de DIEU le Père en « sa créature ». Cela se fera uniquement par le moyen de la foi et l’obéissance au « seul » commandement qu’IL a donné pour quiconque LE croit et veut entrer dans Sa Nouvelle Alliance (Matthieu 17/5). Ainsi, l’âme vivante terrestre, par la foi et l’obéissance en La Parole de DIEU, va se « métamorphoser » en un esprit vivifiant dans un corps spirituel (1 Corinthiens 15/42 à 49).

Pour bien comprendre, l’Œuvre du Seigneur JESUS, en tant qu’homme, il faut reprendre le contexte concernant « le premier commandement » donné par DIEU à Adam, et de ses conséquences en cas de désobéissance (Genèse 2/15 à 17). Au commencement de sa vie terrestre, l’homme (le premier Adam) était totalement saint en son esprit/âme et corps physique. Lorsque DIEU le Père des esprits s’adressait à lui, IL ne le faisait pas par l’intermédiaire de sa présence dans un Tabernacle, ou un Temple de pierre, et d’une « loi » comme IL l’a fait ensuite pour le peuple Hébreux. Non, le premier Adam vivait en la présence de DIEU dans « son » paradis terrestre. DIEU le Père parlait à l’homme de vive voix en s’adressant directement à l’esprit/âme de l’homme au travers de « sa chair » (l’ensemble de sa personne, esprit/âme/corps). La Parole de DIEU était pour l’homme « le commandement » qu’IL lui inculquait dans son cœur (l’âme de son esprit), afin de lui conserver la vie éternelle terrestre. C’est ce que l’apôtre Paul explique à ses frères Juifs résiliant à Rome, lorsqu’il leur parle de « son Evangile », qui n’a rien avoir avec « La Loi » selon la lettre.

Romains 2, versets 14 à 16 :
Quand les païens, qui n’ont point la loi, font naturellement ce que prescrit la loi, ils sont, eux qui n’ont point la loi, une loi pour eux-mêmes;
ils montrent que l’œuvre de la loi est écrite dans leurs cœurs, leur conscience en rendant témoignage, et leurs pensées s’accusant ou se défendant tour à tour.
C’est ce qui paraîtra au jour où, selon mon Évangile, Dieu jugera par Jésus Christ les actions secrètes des hommes.

L’apôtre Paul fait mention « des païens » étant sans « La Loi » de DIEU (donnée selon la lettre aux Hébreux), et pourtant en eux, il y a comme « une loi » qui est inscrite dans leur cœur, « un commandement » intérieur qui les empêche d’être libres de faire ce que bon leur semble. Leur conscience (esprit/âme encore esclave du péché) par leurs pensées s’accusant ou se défendant tour à tour, et cela malgré qu’ils soient « sans DIEU », étrangers à l’Alliance et aux promesses réservées uniquement au peuple de DIEU, à ceux qu’IL reconnait pour être « ses enfants d’adoption ». Ce « commandement » est gravé dans le cœur de tous les hommes terrestres depuis la création de l’homme. C’est pourquoi, le cœur de l’homme animal est devenu « de pierre » à cause du péché du premier Adam, qui a laissé pénétrer en « sa chair » le péché de l’esprit qu’est Satan, en écoutant « sa parole » (Genèse 3), plutôt que de demeurer par « le commandement » de DIEU dans « La Vie » éternelle terrestre, qui lui était offerte au travers de l’Amour que DIEU son Créateur lui manifestait par sa présence avec lui.

Petit retour en arrière dans la vie de l’apôtre Paul.

Lorsque nous lisons correctement la conversion de l’apôtre Paul (Actes 9/1 à 22), nous voyons que « zélé » pour la Loi de DIEU, il n’était pas encore dans sa vie sous la condamnation « du commandement » (nouveau), il n’était pas encore né de DIEU (Jean 1/12 et 13), puisque « le commandement de DIEU » de la Nouvelle Alliance, ne vient que par Sa Parole qu’IL a faite chair en son Fils JESUS-CHRIST et à qui le Fils veut bien « se révéler » (Matthieu 17/5, 1 Jean 2/7 et 8, Luc 10/22). Ayant compris cela dans sa propre vie, l’apôtre Paul écrivait ainsi à ses Frères de Rome.

Romains 7, versets 9 à 12 :
Pour moi, étant autrefois sans loi, je vivais; mais quand le commandement vint, le péché reprit vie, et moi je mourus.
Ainsi, le commandement qui conduit à la vie se trouva pour moi conduire à la mort.
Car le péché saisissant l’occasion, me séduisit par le commandement, et par lui me fit mourir.
La loi donc est sainte, et le commandement est saint, juste et bon.

Par l’observation de la Loi (selon la lettre), Paul était libre à l’égard de celle-ci, quoiqu’il soit toujours esclave du « péché » par son corps du péché. Il était irréprochable à l’égard de la justice que lui procurait l’observation de la Loi, malgré « le péché » qui agissait toujours dans ses membres (Philippiens 3/ 4 à 6). L’apôtre Paul pouvait prétendre être irréprochable à l’égard de la justice de la Loi, simplement parce qu’il persécutait non pas des « païens » (selon les expressions, des chiens, des gentils, des gens du dehors…), mais ses frères Juifs qui à ses yeux enfreignaient volontairement la Loi et ainsi blasphémaient Le Nom de DIEU. Mais lorsque CHRIST, « Le commandement Nouveau » de DIEU s’est fait connaitre à lui (Actes 9/3 à 6), le péché dans sa chair reprit vie à ses yeux (sa chair = son esprit/âme/corps corrompu, qu’il croyait être totalement sanctifié par l’observation de la Loi). Dès lors, son esclavage au péché dans sa chair devînt manifeste à ses yeux et se révéla dans un premier temps être en lui comme « sa condamnation » devant DIEU quand à « sa chair » (Actes 9/9, idem pour Pierre, Luc 22/60 à 62). Ensuite, dans un deuxième temps, ce même commandement par la Grâce de DIEU qui lui était offerte gratuitement, devînt « sa justification » par la foi à l’obéissance au commandement Nouveau donné en La Parole de JESUS, le CHRIST de DIEU.

Romains 7, versets 22 à 25 :
Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur;
mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres.
Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ?…
Grâces soient rendues à Dieu par Jésus Christ notre Seigneur !… Ainsi donc, moi-même, je suis par l’entendement esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché.

Il ne faut pas oublier, la mort du corps de l’homme terrestre est survenue bien avant que « La Loi » (selon la lettre) soit donnée au peuple Hébreux. Donc, ce n’est pas le commandement de la lettre de La Loi donné au peuple Hébreux qui donne la mort à « la chair » de l’âme vivante terrestre, mais « le premier » commandement (ou la volonté) de DIEU donnée à l’esprit/âme de la chair du premier Adam (sans la lettre de la Loi). A cause de la première désobéissance de l’homme (le péché de sa chair), la communion entre l’ESPRIT-SAINT qu’est DIEU le Père et l’esprit/âme de l’homme terrestre, a été rompue (Genèse 3/22 à 24), et dans la foulée, la mort terrestre de son corps physique est survenue par le biais de la malédiction de la terre (le sol – Genèse 3/17 à 19).

Il ne faut pas confondre « La Loi » donnée selon la lettre pour le peuple Hébreux et seulement pour un temps marqué par DIEU (Ezéchiel 36/22 à 27, Galates 3/21 à 24, Galates 4/1 à 7), et « le commandement » donné par DIEU au premier Adam, qui par son obéissance, lui donnait la vie éternelle terrestre. Malheureusement, le premier Adam n’est pas demeuré dans l’obéissance à la volonté de DIEU. De ce fait, le commandement qui devait lui donner « La Vie » (éternelle terrestre), eu pour conséquence directe sur « sa chair », sa séparation d’avec DIEU quand à son esprit/âme, et lui donna la mort à son corps terrestre.

Romains 7, versets 10 et 11 :
Ainsi, le commandement qui conduit à la vie se trouva pour moi conduire à la mort.
Car le péché saisissant l’occasion, me séduisit par le commandement, et par lui me fit mourir.

Ce qui est encore important de savoir sur JESUS le Fils de l’homme.

Si notre Seigneur JESUS avait eu un corps de chair ayant son origine en l’homme terrestre, jamais la malédiction qui pesait sur la terre et tout ce qui est sorti d’elle n’aurait pu être levée. Par contre, en étant cloué sur le bois (la malédiction de la Loi selon la lettre – Deutéronome 21/22 et 23), JESUS, par le moyen de « sa chair » (esprit/âme/corps) sans le péché en elle, a effacé (ou anéantit) cette malédiction qui pesait sur le corps de chair de l’homme et le rendait mortel.

Hébreux 2, versets 9 à 18 :
Mais celui qui a été abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Jésus, nous le voyons couronné de gloire et d’honneur à cause de la mort qu’il a soufferte, afin que, par la grâce de Dieu, il souffrît la mort pour tous.
Il convenait, en effet, que celui pour qui et par qui sont toutes choses, et qui voulait conduire à la gloire beaucoup de fils, élevât à la perfection par les souffrances le Prince de leur salut.
Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d’un seul. C’est pourquoi il n’a pas honte de les appeler frères,
lorsqu’il dit: J’annoncerai ton nom à mes frères, Je te célébrerai au milieu de l’assemblée.
Et encore: Je me confierai en toi. Et encore: Me voici, moi et les enfants que Dieu m’a donnés.
Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c’est à dire le diable,
et qu’il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude.
Car assurément ce n’est pas à des anges qu’il vient en aide, mais c’est à la postérité d’Abraham.
En conséquence, il a dû être rendu semblable en toutes choses à ses frères, afin qu’il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l’expiation des péchés du peuple;
car, ayant été tenté lui-même dans ce qu’il a souffert, il peut secourir ceux qui sont tentés.

Ainsi, par son obéissance « au commandement » (la Volonté de DIEU), jusqu’à la perfection dans « sa chair », JESUS le Fils de l’homme a détruit l’acte, c’est-à-dire, la désobéissance ou « le péché dans la chair » du premier Adam, dont les ordonnances (ou les conséquences du commandement – Genèse 2/15 à 17) nous condamnaient et qui subsistaient contre nous, et nous gardait ainsi captif du « péché de Satan » par le biais « du » commandement venant de La Parole de DIEU. Cette Parole, qu’Elle soit donnée soit de vive voix à l’esprit/âme, ou qu’Elle soit donnée selon la lettre (Romains chapitre 7).

Colossiens 2, versets 11 à 15 :
Et c’est en lui que vous avez été circoncis d’une circoncision que la main n’a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair:
ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l’a ressuscité des morts.
Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses;
il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la croix;
il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix.

La Vie du Fils de l’homme en l’enfant né de DIEU.

Jean 1, versets 12 et 13 :
Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés,
non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu.

Hébreux 10, versets 15 à 17 :
Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés.
C’est ce que le Saint Esprit nous atteste aussi; car, après avoir dit:
Voici l’alliance que je ferai avec eux, Après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leurs cœurs, Et je les écrirai dans leur esprit, il ajoute:
Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités.

Dès sa nouvelle naissance, un enfant né de DIEU dans son corps de chair terrestre, lorsqu’il vit par la foi en l’Œuvre Parfaite de DIEU son Père qu’IL lui a manifestée en « la chair et sang » de son Fils, JESUS homme, il ne faut pas qu’il oublie que si son esprit/âme désormais Saint est Vie à cause de l’Esprit de Vie de CHRIST en lui, il n’en demeure pas moins que son corps à lui a été tiré de la terre, contrairement à celui du Fils de l’homme qui vient d’en Haut. De ce fait son corps physique est toujours mortel et séparé de DIEU à cause du péché. Non pas que le péché soit « en » le corps physique, mais il demeure mortel à cause des conséquences du péché du premier Adam qui a provoqué la malédiction de la terre et la mort de tout ce qui est tiré d’elle.

Romains 8, versets 9 à 11 :
Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas.
Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice.
Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.

L’enfant né de DIEU vit « Saint » uniquement dans « la foi » en « La Vie » du Fils de DIEU, en tant que JESUS homme, comme Lui-même (JESUS) a vécu « Saint » pendant les jours de « sa chair » (2 Corinthiens 3/17 et 18, Hébreux 5/7 à 14). Quoique gardé par son obéissance à l’ESPRIT de DIEU son Père en Lui, JESUS le Fils homme avait un corps physique vulnérable (chair et sang), qui pouvait devenir corruptible et aussi « mortel » à cause de l’emprise qu’à le péché de Satan sur ce monde (terrestre), de même, l’enfant né de DIEU vit par la foi, dans ce même corps, celui du Fils de l’homme (Ezéchiel 36/25 à 27). C’est pourquoi, « le péché » n’est plus dans « la chair » (esprit/âme/corps Saint) d’un enfant né de DIEU, comme il ne l’était pas dans la « chair » de JESUS homme pendant tous les jours de sa chair.

Suite à ce qui est écrit ci-dessus, peut-être que quelques uns(es) se poseront certaines questions comme :

1.) Si le « péché » n’est plus dans le corps physique, pourquoi meure-t-il encore ?

Réponse : L’entendement et le raisonnement humain se posera toujours ce genre de question, et n’obtiendra jamais de réponse logique à son attente terrestre. Par contre, la foi croit tout ce qui est vrai, et ce que dit JESUS le Fils de l’homme est La Vérité de DIEU le Père qu’IL a faite chair par et en Lui. Que dit La Parole de DIEU à ce sujet ?

Jean 8, verset 51 :
En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort.

Jean 10, versets 27 et 28 :
Mes brebis entendent ma voix; je les connais, et elles me suivent.
Je leur donne la vie éternelle; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main.

Jean 11, versets 25 et 26 :
Jésus lui dit: Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort;
et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ?

2.) Si par la foi en la Vie du Fils de l’homme, je vis de « sa chair et son sang » dans mon corps désormais Saint par la nouvelle naissance, alors pourquoi les maladies, les infirmités, etc…touchent-elles encore ce corps physique ?

Réponse : Bien des versets de la Bible font mention sans équivoque que l’ESPRIT-SAINT donne la possibilité d’une guérison miraculeuse du corps physique, soit pour ses maladies ou ses infirmités, ou encore la possibilité de faire des miracles divers, et bien d’autres choses, etc…(Marc 16/17 et 18, ou, 1 Corinthiens 12/4 à 11). S’il est vrai et incontestable qu’à DIEU le Père rien est impossible, IL dit est la chose existe, néanmoins, à moins que je ne me trompe, nulle part il est écrit dans l’ensemble de la Bible, qu’un enfant né de DIEU une fois passé par la nouvelle naissance, son corps physique sera systématiquement et totalement guérit de toutes ses maladies ou infirmités.

La guérison physique n’est pas une règle absolue, ou un critère de sélection qui tendrait à prouver que si nous sommes guéris, ou si nous pouvons guérir les autres, nous sommes des enfants nés de DIEU. Il vaut mieux pour un enfant né de DIEU, vivre avec un corps physique atteint d’une maladie ou d’une infirmité et pouvoir témoigner de sa vie nouvelle sans le péché en lui par sa Vie en CHRIST, et le vivre ainsi à la seule gloire de DIEU, plutôt que de témoigner être sans maladie ou infirmité, et continuer de vivre esclave de son corps du péché, en se leurrant soi-même d’être libre du péché, alors que ceux-ci sont manifestes à ses yeux dans sa chair.

Galates 5, versets 19 à 21 :
Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution,
0l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes,
l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu.

Pendant les jours de sa chair, JESUS le Fils de l’homme dit cela à ses disciples :

Matthieu 5, versets 29 et 30 :
Si ton œil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne.
Et si ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe-la et jette-la loin de toi; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier n’aille pas dans la géhenne.
(Que celui qui peut comprendre, comprenne).

Dans sa Gloire, le Fils de l’homme dit cela à ses enfants :

Apocalypse 22, versets 12 à 15 :
Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu’est son œuvre.
Je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin.
Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes dans la ville !
Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime et pratique le mensonge !

Ainsi, ceux qui font de la guérison physique « une doctrine » bien à eux, et de ce fait « troublent » l’esprit/âme d’un petit enfant né de DIEU, en prétendant que si celui-ci n’est pas guéri dans son corps malgré ses prières à DIEU son Père, il a systématiquement un « problème » spirituel dans sa vie nouvelle, à leur place, je mettrais une garde à mes lèvres. Personnellement, je conseille vivement à ceux qui enseignent de telles stupidités concernant la guérison du corps physique, de bien faire attention en lisant ce que le Seigneur JESUS dit ci-dessous :

Matthieu 7, versets 21 à 23 :
Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.
Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ?
Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité.

La Bible nous enseigne que parfois les problèmes du corps physique peuvent être les conséquences du péché de certains qui prétendent vivre en nouveauté de Vie, tout en prenant « La Pâque » du Seigneur JESUS indignement (Luc 22/15 à 22, ou, 1 Corinthiens 11/20 à 32, etc…). D’autres fois, la maladie ou l’infirmité, voir même la mort n’a rien à voir avec le péché, mais étant là, simplement pour manifester la Gloire de DIEU en le Seigneur JESUS homme ou en ses enfants (Jean 11/3 et 4, ou Jean 9/1 à 7, Marc 16/15 à 18, etc…). D’autres fois, certains ne sont pas guéris (2 Timothée 4/20), etc…L’apôtre Paul lui-même fait mention d’infirmités dans son corps physique (Galates 4/13 et 14, ou 2 Corinthiens 12/5), en était-il guéri pour autant ? Nous pourrions citer ainsi bien des versets de la Bible qui provoqueraient la contradiction sur le sujet concernant la guérison du corps physique de l’enfant né de DIEU. Est-ce cela qui doit être la préoccupation de l’enfant né de DIEU ? A chacun(e) d’y répondre pour lui-même devant DIEU.

De la même façon que le Seigneur JESUS a vécu sur la terre, et ensuite est mort quand à « sa chair et sang » (son corps physique), mais demeurait toujours vivant quand à son esprit/âme en l’ESPRIT-SAINT de DIEU son Père, de même, un enfant né de DIEU vit dans son corps de chair sur cette terre, avec la même espérance d’une Vie terrestre et ensuite d’une Vie éternelle pour son corps physique (Jean 8/51).

De la même façon que DIEU Le Père a ressuscité le corps de chair de son Fils en le rendant incorruptible et immortel (ce corps physique qui sur terre pouvait devenir corruptible et mortel), de même par le moyen de la foi que les enfants nés de DIEU auront en son Œuvre Parfaite qu’IL a accompli en « la chair » de Son Fils (Romains 8/3, Hébreux 10/19 à 22), cette même résurrection de leur corps corruptible et mortel en un corps incorruptible et immortel se fera par le Seigneur JESUS, le Fils de l’homme, au moyen de son Esprit de Vie en tous ses enfants (Jean 11/25 et 26, Jean 6/39,40,44,54, etc…). Ainsi, l’enfant né de DIEU, temps qu’il demeurera sur cette terre, son corps terrestre demeurera vulnérable (chair et sang) toujours sujet à la corruption (sans être corrompu pour autant), et mortel (à cause du péché sur terre – Romains 8/9 à 11), en attendant, soit le retour de CHRIST, soit la résurrection des morts, jour où le Seigneur JESUS ressuscitera incorruptible et immortel, le corps de chair terrestre de tous ses enfants (1 Corinthiens 15/48 à 58, Jean 6/37 à 44).

C’est pour cela que ce corps physique dans lequel l’enfant né de DIEU vit sur terre par et dans la foi au Fils de DIEU, ne peut pas tel qu’il est actuellement, hériter le Royaume de DIEU. Il lui faut obligatoirement revêtir l’incorruptibilité et l’immortalité. Mais en attendant, par la foi de CHRIST en lui et lui en CHRIST (Apocalypse 14/12), étant désormais le Temple du SAINT-ESPRIT (1 Corinthiens 6/19 et 20), par « sa foi », il bénéficie déjà par l’Esprit de Vie de CHRIST en lui de l’incorruptibilité et de l’immortalité pour « sa chair » (Ephésiens 2/4 à 10), c’est-à-dire, son esprit/âme/corps Saint du nouvel homme spirituel créé selon DIEU (Jean 1/12 et 13), ayant « fusionné » (si je puis l’écrire ainsi) en la « chair et le sang », du Corps de CHRIST (Jean 6/50 à 58).

C’est pourquoi l’enfant né de DIEU par « sa foi » en « sa Vie Nouvelle » dans le Corps du Fils de l’homme, son corps terrestre encore mortel est « gardé » Saint par l’Esprit de Vie du Fils en lui qu’il a reçu au moyen du SAINT-ESPRIT (Tite 3 / 4 à 7), et cela qu’il soit encore porteur de maladies ou d’infirmités. Si le Seigneur ne le permet pas, les maladies ou infirmités que l’enfant né de DIEU pourrait encore souffrir dans son corps physique pendant tous les jours de « sa chair » (en CHRIST), celles-ci ne pourront en aucune façon faire entrave à la volonté de DIEU son Père envers son enfant, comme IL l’a fait avec JESUS son Fils bien-aimé notre Seigneur. Pour s’en convaincre selon l’ESPRIT, il suffit de relire le verset ci-dessous ainsi que les quatre évangiles qui relatent la vie du Seigneur JESUS par rapport à l’accomplissement de la volonté de son Père et celle de Son Père pour Lui.

Apocalypse 1, verset 18 :
Je suis le premier et le dernier, et le vivant. J’étais mort; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clefs de la mort et du séjour des morts.

Par contre, si nous croyons que rien n’arrivent à un enfant né de DIEU, sans que DIEU le Père le permette dans sa vie terrestre (Matthieu 10/28 à 31, Luc 21/17 à 19), nous acceptons donc de croire que notre corps, ou notre esprit/âme, sont dans la main de DIEU notre Père et qu’IL nous garde en Le Corps de son Fils. Ainsi, quoique DIEU le Père permette dans notre vie terrestre, cela va toujours concourir à notre bien en tant que Fils et Filles de DIEU (Romains 8/15 à 39). S’il est vrai que les maladies ou les infirmités peuvent être quelques fois pénibles, épuisantes, voire très douloureuses à porter pour le corps physique, allant même jusque à provoquer la mort de la personne, il n’empêche que si elles sont toujours là, c’est qu’il y a une bonne raison, elles sont là pour apprendre La Vie du Fils de l’homme.

Petite parenthèse concernant la guérison du corps physique.

De part sa nature terrestre, tout homme qui naît sur terre, aspire à la guérison de son corps physique lorsque celui-ci est atteint de maladies ou d’infirmités, et cela d’autant plus depuis notre ère jusqu’à ce jour. Pour s’en convaincre, il suffit de voir le grand nombre de professions médicales, d’instituts et d’établissements hospitaliers liés à cela. Donc, il n’y a rien de nouveaux sous le soleil, la maladie peut atteindre aussi bien « le juste », que « l’homme pécheur » (Ecclésiaste 9/1 et 2). Il est faux de croire que l’enfant né de DIEU est « un privilégié » quand à la guérison des maladies ou des infirmités de son corps physique pendant ses jours de vie terrestre.

L’enfant né de DIEU qui aime le Seigneur et qui passe par la souffrance physique à cause de maladies ou d’infirmités dans son corps, la première chose qu’il fait, c’est de s’accrocher par la foi à tous les versets de la Bible qui lui promettent la guérison de son corps malade, parce qu’il croit DIEU et Sa Parole. Cette attitude est un reflex normal de la vie de l’homme terrestre, le « païen » fait la même chose en se tournant vers la médecine des hommes. Car quel homme (ou femme) aime souffrir dans son corps, et ne se réjouirait pas s’il (elle) pouvait être guéri(e) instantanément de son mal, soit d’une manière naturelle ou « surnaturelle » ?

Pour l’enfant né de DIEU, il faut qu’il accepte dans sa vie terrestre que DIEU fait ce qu’IL veut, avec qui IL veut, quand IL veut (Esaïe 55). La guérison du corps physique de l’enfant né de DIEU, est « un tout » très simple à vivre, et très complexe à expliquer par écrit. Pour cela, il nous faut accepter de laisser les Ecritures et le Nouveau Testament, comme ils sont écrits, premièrement pour le peuple d’Israël et ensuite pour les païens que CHRIST convertira à Lui. Je ne vais donc par rentrer dans les détails, mais « survoler » le sujet de la guérison physique. DIEU voulant, le sujet de la guérison du corps physique, sera traité dans un éventuel autre article.

Quelques fois, il arrive que le Seigneur réponde à l’attente de celui ou celle qui lui fait cette demande pour la guérison de son corps, en lui accordant la guérison instantanée et totale de sa maladie ou infirmité (un miracle). Dans la plupart du temps, le Seigneur ne répond pas de cette manière, IL laisse son enfant dans son attente, tout en le gardant et le soulageant dans sa maladie (Psaumes 41/2 à 4, Proverbes 14/32). Dans un premier temps, cette attente peut paraître difficile à vivre, parce que la maladie ou l’infirmité continue son œuvre de destruction du corps physique en provocant tout un tas de souffrances, qui finissent par se répercuter sur l’état de l’esprit/âme de l’enfant de DIEU, qui tend à se décourager, arrivant même à remettre en question « sa foi » et son espérance de Vie éternelle.

Cette attitude est provoquée par Satan, qui par le biais de la chair et du sang (le côté mortel de l’homme vivant sur terre), sème le trouble en son esprit/âme, en essayant de le faire douter de La Parole du Seigneur, par l’utilisation les écrits de la Bible.

Un petit exemple de sa façon de faire avec Matthieu 8/17. L’accusateur dit : « N’est-il pas annoncé par Ésaïe, le prophète : IL a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos maladies, et pourtant toi tu es toujours malade ? Ce n’est pas normal que tu ne sois pas guéri, tu manques de foi ! Vis-tu vraiment dans la foi par rapport à ce que JESUS dit dans les évangiles ? Es-tu sûr que CHRIST est en toi ? Si cela ne fonctionne pas pour toi, alors que d’autres sont guéris, n’est-ce pas parce que tu as pas un problème dans ta vie ? etc, etc… »

Et j’en passe de tout ce que Satan peut « souffler » sournoisement à l’esprit/âme d’un petit enfant né de DIEU qui passe par la maladie ou autres épreuves dans sa chair, afin de démolir sa foi dans le seul but de le détruire (le séparer éternellement de DIEU). N’est-ce pas ce que Satan a déjà essayé de faire avec notre Seigneur pendant les jours de sa chair (Luc 4/1 à 15) ?

Ce qui afflige l’esprit/âme de l’enfant né de DIEU et le rend triste, c’est bien souvent qu’il n’a pas conscience qu’en réalité, par le moyen des souffrances qu’il endure dans son corps physique, le Seigneur Lui apprend Sa Vie de Fils de l’homme. La plupart prient : Seigneur rends-nous semblable à toi en tous points ! Et lorsque le Seigneur les exhausse dans leur prière, en voulant les rendre semblable à Lui (le seul Modèle – Esaïe 53), ils n’acceptent pas de perdre leur vie terrestre pour être en totale conformité dans sa mort et dans sa résurrection afin d’entrer et demeurer dans la sienne qui n’est que céleste (Romains 6/3 à 11).

Souvenez-vous la Parole du Seigneur dans Matthieu 7/14 : « Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent ». Né d’en Haut, rappelez-vous également ce que le Fils de DIEU a vécu pendant les jours de sa chair en tant qu’homme (lire Hébreux 5/7 à 10). Le Seigneur n’avait pas ou reposer sa tête dans ce monde (Luc 9/57 à 62), parce qu’IL était « dans » ce monde, mais IL n’était pas « de » ce monde (Jean 17/11 à 15). C’est ce que l’apôtre Paul témoigne de sa vie dans son corps de chair et sang, dans lequel il vit par la foi dans le Corps et Sang de CHRIST.

Galates 2, verset 20 :
J’ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi.

Voilà ce qu’il écrivait encore de sa Vie et de son corps physique.

2 Corinthiens 5, versets 1 à 10 :
Nous savons, en effet, que, si cette tente où nous habitons sur la terre est détruite, nous avons dans le ciel un édifice qui est l’ouvrage de Dieu, une demeure éternelle qui n’a pas été faite de main d’homme.
Aussi nous gémissons dans cette tente, désirant revêtir notre domicile céleste,
si du moins nous sommes trouvés vêtus et non pas nus.
Car tandis que nous sommes dans cette tente, nous gémissons, accablés, parce que nous voulons, non pas nous dépouiller, mais nous revêtir, afin que ce qui est mortel soit englouti par la vie.
Et celui qui nous a formés pour cela, c’est Dieu, qui nous a donné les arrhes de l’Esprit.
Nous sommes donc toujours pleins de confiance, et nous savons qu’en demeurant dans ce corps nous demeurons loin du Seigneur
car nous marchons par la foi et non par la vue,
nous sommes pleins de confiance, et nous aimons mieux quitter ce corps et demeurer auprès du Seigneur.
C’est pour cela aussi que nous nous efforçons de lui être agréables, soit que nous demeurions dans ce corps, soit que nous le quittions.
Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps.

Plus l’apôtre Paul avançait dans La Vie (Le Chemin resserré – Jean 14/6) par sa foi et son obéissance à l’ESPRIT en lui, plus ce qui était « mortel » en lui était englouti par la Vie du Fils de l’homme (Jean 14/15 à 23 et Jean 16/13 à 16). Ainsi, plus ce qui était « mortel » en Paul était englouti par l’action de l’ESPRIT, plus La Vie de l’ESPRIT/âme de CHRIST le revêtait de « Sa Vie ». C’est pourquoi l’apôtre Paul pouvait dire que pour lui, tout ce qui était « mortel » tant sur le plan physique, que sur le plan psychique, qui le retenait ici-bas dans sa chair mortelle, était une perte de temps qui l’empêchait de connaître CHRIST selon l’ESPRIT, et de ce fait, il considérait à ses yeux toutes ces choses « mortelles » (d’en bas), comme de la boue (Philippiens 3/1 à 11).

L’enfant né de DIEU vit uniquement par « sa foi » en l’Œuvre Parfaite de DIEU, qu’IL lui a manifestée en son Fils JESUS homme, qui a porté nos maladies et nos infirmités avec sa « chair et sang » sur la croix. Ni les maladies, ni les infirmités, ou d’autres choses encore, voire même la mort, ne peuvent le séparer sur cette terre de l’Amour que DIEU son Père témoigne à son esprit/âme par le moyen de Sa Grâce et le don du SAINT-ESPRIT (Romains 8/9 à 39, Tite 3/ 4 à 7).

Comment JESUS le Fils de l’homme a-t-il pu accomplir toute la volonté de DIEU son Père, sans jamais désobéir ?

En ne se laissant jamais séduire par la tentation (Hébreux 2/17 et 18), au moyen de son obéissance à la volonté du SAINT-ESPRIT dans son corps de chair, notre Seigneur JESUS n’a pas permis à l’esprit qu’est Satan de régner sur et dans « sa chair » du nouvel homme spirituel, le dernier Adam.

Jean 8, verset 29 :
Celui qui m’a envoyé est avec moi; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable.

Satan n’a jamais pu corrompre « la chair » de JESUS homme, c’est-à-dire, son être entier, son esprit/âme et corps (Jean 14/30). Malgré toutes ses tentatives, Satan n’est pas parvenu à détourner l’esprit/âme de JESUS de toujours accomplir la Volonté de DIEU son Père.

Jean 12, versets 19 et 50 :
Car je n’ai point parlé de moi-même; mais le Père, qui m’a envoyé, m’a prescrit lui-même ce que je dois dire et annoncer.
Et je sais que son commandement est la vie éternelle. C’est pourquoi les choses que je dis, je les dis comme le Père me les a dites.

Pourtant, pour se faire, Satan a utilisé La Parole de DIEU, et d’autre part, a essayé par le biais de « l’âme » de l’esprit de JESUS homme, ses facultés terrestres, ses sens, ses sentiments, etc.., de créer la convoitise en Lui, ceci de la même manière qu’il l’avait fait avec Eve et Adam (Lire Luc 4/1 à 13). Pendant tous les jours de sa chair, le SAINT-ESPRIT de DIEU conduisait JESUS à accomplir toute la Volonté de DIEU écrite et annoncée d’avance par DIEU à l’égard de son Fils, ainsi que pour le salut du monde et tout particulièrement celui des âmes vivantes (Esaïe 53). Satan a totalement échoué dans sa funeste entreprise, il n’est pas parvenu à détourner l’esprit/âme de JESUS homme de la Volonté de son Père.

C’est pour cela que JESUS se nomme lui-même le Fils de l’homme (Matthieu 16/16). Fils avec un grand « F » parce qu’IL est Fils de DIEU existant de toute éternité par son ESPRIT de Vie sortant du Père, et homme avec un petit « h », parce qu’après son dépouillement volontaire de sa gloire céleste, DIEU le Père l’a revêtu d’une chair semblable à celle de toutes les « âmes vivantes terrestre » (un corps de chair et sang semblable, mais non identique quand à son origine qui est céleste). Néanmoins, une différence majeure existe entre l’esprit de vie humain (du premier Adam), et l’esprit de vie céleste de CHRIST (le dernier Adam).

Pour le premier Adam (une âme vivante terrestre), afin de pouvoir conserver la vie éternelle terrestre à son « âme » (esprit/âme) dans son corps tiré de la terre, il lui fallait obéir au commandement de DIEU son Créateur et ne pas manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal (Genèse 2/7). Chose qu’il n’est pas parvenu à faire, à cause de la faiblesse de sa chair, parce que la Vie éternelle, n’était pas encore en lui, mais elle était avec lui sous la forme de l’Arbre de Vie, qui se trouvait dans le paradis de DIEU (lire Genèse, chapitres 1, 2, 3).

Pour JESUS le Fils de l’homme en tant que « le dernier Adam » (un esprit vivifiant céleste revêtu d’un corps spirituel), étant créé nouvel homme par DIEU, c’est son ESPRIT-SAINT en JESUS qui le gardait éternel dans son être entier (esprit/âme/corps). Le résultat de l’obéissance de JESUS homme à la Volonté de son Père par son accomplissement jusqu’à la perfection dans « sa chair » (d’homme), fait que désormais, DIEU le Père des esprits, peut engendrer sur cette terre pour Sa Gloire, de nouveaux enfants qui seront issus de l’Esprit de Vie de son Fils « Le Premier Né » d’une nouvelle générations de Fils et de Filles de DIEU (Jean 20/17, Jean 1/12 et 13, Galates 4/4 à 7).

Conclusion.

Dans ce monde et dans la vie des innombrables « croyants » qui se revendiquent de croire en DIEU et Sa Parole (au travers des écrits de la Bible, Ancien et Nouveau Testament confondus), qui prétendent « LE » servir, et de ce fait, pensent faire à leurs yeux « Sa Volonté » par tout un tas d’œuvres de toutes sortes sans premièrement obéir au seul commandement qu’IL a donné par Sa Nouvelle Alliance en son Fils JESUS homme, ils sont déjà séduits par l’esprit de l’antéchrist.

Matthieu 17, verset 5 :
Comme il parlait encore, une nuée lumineuse les couvrit. Et voici, une voix fit entendre de la nuée ces paroles: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection : écoutez-le !

Voilà ci-dessus, « Le » commandement qui vient de DIEU le Père des esprits, « L’unique » commandement, qui peut éclairer de Sa Lumière toutes les âmes vivantes encore dans les ténèbres. Quiconque voudra écouter Le Fils de l’homme en renonçant à lui-même, et Le suivre par la foi et l’obéissance à Sa Parole, il permettra ainsi à La Lumière de DIEU le Père de lui manifester son Amour en lui ouvrant les yeux de son esprit sur la porte étroite et le chemin resserré qui mènent à « La Vie », dont peu « les » trouvent (Matthieu 7/14).

En dehors de cette Vie Nouvelle, créée selon DIEU le Père (Jean 1/12 et 13), et uniquement donnée par l’ESPRIT de Vie du Fils de l’homme au moyen du SAINT-ESPRIT (Tite 3/ 4 à 7), tout ce que chacun(e) peut vivre et qui n’a pas son origine en « La Vie » du Fils de l’homme, n’est qu’illusion d’une vie qui n’est pas La Vie. Derrière cela, sournoisement se cache l’esprit de l’antéchrist, Satan, déguisé en ange de lumière (2 Corinthiens 11/14 et 15). Il est meurtrier dès le commencement (il ne veut que la mort des âmes vivantes). Il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fond; car il est menteur et le père du mensonge (Jean 8/44).

Ci-dessous, la porte étroite et le chemin resserré qui mènent à La Vie, pour pouvoir être un seul et même Esprit de Vie en JESUS-CHRIST par le SAINT-ESPRIT.

Jean 12, versets 23 à 28 :
Jésus leur répondit: L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié.
En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit.
Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle.
Si quelqu’un me sert, qu’il me suive; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, le Père l’honorera.
Maintenant mon âme est troublée. Et que dirais-je ?… Père, délivre-moi de cette heure ?… Mais c’est pour cela que je suis venu jusqu’à cette heure.
Père, glorifie ton nom ! Et une voix vint du ciel: Je l’ai glorifié, et je le glorifierai encore.

DIEU notre Père vous bénisse et vous garde dans Sa Paix manifestée en JESUS-CHRIST son Fils bien-aimé notre Seigneur.

Patrick PETITOT. (27/05/2014)

Ce contenu a été publié dans Patrick PETITOT. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.