(14) – Le Modèle.

Exode 25, verset 40 :
Regarde, et fais d’après le modèle qui t’est montré sur la montagne.

Voilà ce que DIEU le Père, demandait à Moïse de faire, afin que son peuple sur terre, au moyen du Tabernacle créé selon Sa Volonté, puisse permettre aux enfants d’Israël, d’être en communion avec l’ESPRIT-SAINT qu’est L’ETERNEL DIEU, et ainsi êtres « sanctifiés » par Sa présence au milieu d’eux (Lévitique 19, versets 1 et 2). A l’intérieur de ce Tabernacle se trouvait le parvis, et deux parties bien distinctes l’une de l’autre, le lieu Saint, dans lequel les sacrificateurs avaient accès tous les jours (Hébreux 9, verset 6), et le lieu Très Saint, dans lequel, seul le souverain sacrificateur y pénétrait une fois par an (Hébreux 9, versets 7). Bien entendu, pour pouvoir paraitre dans la présence du DIEU SAINT, la mise en pratique qu’imposaient la Loi et ses ordonnances aux sacrificateurs, était de rigueur (Exode, chapitre 28). Ils devaient offrir continuellement, des sacrifices d’animaux pour l’expiation de leurs péchés, et ceux de l’ensemble du peuple (Hébreux 5, versets 1 à 3).

Quoique les enfants de DIEU, soient sanctifiés par la présence de DIEU au milieu d’eux, ce « modèle » de vie de la première Alliance, sous la garde de la Loi, n’amenait jamais à « la perfection » dans la Sainteté de DIEU, et l’obéissance à Sa Parole, l’être intérieur (l’esprit/âme) des enfants de DIEU, à cause de ce corps du péché, dans lequel, ils demeuraient tous sans exception, esclaves et captifs du péché. C’est pourquoi, lorsque les temps ont été accomplis, DIEU a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi (Galates 4, verset 4), afin que Sa Parole, au travers des Ecritures, s’accomplisse par rapport aux promesses faites à son peuple, en vue de sa délivrance, et de la venue d’un Sauveur (Luc 1, versets 68 à 75). DIEU le Père, a envoyé son Fils Unique, JESUS son CHRIST, dans une chair « semblable » (non pas identique) à celle des hommes mortels, quand à eux, esclaves du péché dans leur chair, parce que justement, la Loi de DIEU selon la lettre, était sans force, en « la chair » de l’homme animal, toujours captive de la loi du péché et de la mort.

Romains 8, verset 3 :
Car chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché,…

La Parole de DIEU est immuable, et Satan, l’instigateur du péché « du » monde, le savait fort bien lorsqu’il séduisit par son péché, premièrement Eve, et ensuite par le moyen de Eve, l’esprit/âme porteur de la vie terrestre, du premier Adam (Genèse 3, versets 1 à 6). C’est pourquoi, depuis ce premier jour, à cause de la désobéissance de l’homme au commandement de DIEU, le péché de l’esprit qu’est Satan, a pénétré l’esprit/âme de l’homme, le séparant ainsi, de la Sainteté de DIEU son Créateur. Ce qui eu pour conséquence directe sur l’homme, et toute la création, la mort physique de tout ce qui est tiré de la terre (Genèse, chapitre 3, et Romains 8, versets 19 à 22). Satan se sert de la Loi de DIEU (ou du commandement), comme une puissance à son avantage, pour accuser et maintenir l’enfant de DIEU dans « sa chair » (ou, son corps du péché), sous la condamnation de cette même Loi, pour quiconque pèche contre un seul de ses commandements (Jacques 2, versets 8 à 11). Comme nous savons, il est impossible pour l’enfant de DIEU, sous la garde de la Loi, toujours esclave de son corps du péché, de ne jamais arriver à ne pas pécher, c’est-à-dire, il lui est impossible d’obéir à toute La Loi sans jamais faillir. De ce fait, Satan, le garde sous son esclavage et dans « la mort » quand à son être entier.

1 Corinthiens 15, verset 56 :
L’aiguillon de la mort, c’est le péché; et la puissance du péché, c’est la loi.

La Loi de DIEU est bonne, elle n’est pas à abolir, ni à changer (Matthieu, 5, versets 17 à 20), c’est « la première Alliance » qui avait un défaut (Hébreux, chapitres 8, 9, 10), et que Satan, sachant que son temps de vie est compté (Apocalypse, chapitre 20), exploite à son avantage avec ses serviteurs, pour détruire la création et les créatures de DIEU.

Romains 7, versets 12 à 14 :
La loi donc est sainte, et le commandement est saint, juste et bon.
Ce qui est bon a-t-il donc été pour moi une cause de mort ? Loin de là ! Mais c’est le péché, afin qu’il se manifestât comme péché en me donnant la mort par ce qui est bon, et que, par le commandement, il devînt condamnable au plus haut point.
Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle; mais moi, je suis charnel, vendu au péché.

Ce qu’il ne faut pas oublier, afin de demeurer dans une bonne compréhension de la vie, sans le péché en la « chair » de notre Seigneur, lorsque l’apôtre Paul emploie le mot « semblable » lorsqu’il parle de « la chair » de JESUS le Fils de l’homme, contrairement à ce que certains(es) peuvent penser de la signification du verset 3 de Romains 8, le mot « semblable », ne veut pas dire « identique » (vérifiez par vous-même, dans un dictionnaire). La preuve, l’auteur de la lettre aux Hébreux écrit :

Hébreux 7, versets 26 à 28 :
Il nous convenait, en effet, d’avoir un souverain sacrificateur comme lui, saint, innocent, sans tache, séparé des pécheurs, et plus élevé que les cieux,
qui n’a pas besoin, comme les souverains sacrificateurs, d’offrir chaque jour des sacrifices, d’abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux du peuple, car ceci, il l’a fait une fois pour toutes en s’offrant lui-même.
En effet, la loi établit souverains sacrificateurs des hommes sujets à la faiblesse; mais la parole du serment qui a été fait après la loi établit le Fils, qui est parfait pour l’éternité.

Et encore dans : Hébreux 9, verset 28 :
de même Christ, qui s’est offert une seul fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l’attendent pour leur salut.

Lorsque nous lisons le verset 28 dans Hébreux 9, nous pouvons constater, qu’il est écrit que le Seigneur JESUS, apparaitra une seconde fois à ceux qui l’attendent pour leur salut. Ce verset devrait mettre fin à toutes formes de polémiques parmi certains(es) enfants de DIEU, qui sont encore charnels et dans la confusion en ce qui concerne « la chair » sans le péché en elle (esprit/âme et corps), de notre Seigneur JESUS, en tant que « Fils de l’homme » sur la terre, que cela soit avant sa mort physique sur la croix, ou, après sa résurrection d’entre les morts par la puissance de DIEU son Père. Ce que le Seigneur avait Lui-même annoncé d’avance à ses « Frères et Sœurs ».

Jean 14, versets 27 à 30 :
Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre coeur ne se trouble point, et ne s’alarme point.
Vous avez entendu que je vous ai dit: Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous vous réjouiriez de ce que je vais au Père; car le Père est plus grand que moi.
Et maintenant je vous ai dit ces choses avant qu’elles arrivent, afin que, lorsqu’elles arriveront, vous croyiez.
Je ne parlerai plus guère avec vous; car le prince du monde vient. Il n’a rien en moi;

Mais voilà, qui a cru à ce qui nous était annoncé ? Qui a reconnu le bras de l’ETERNEL (Esaïe 53) ? Qui veut bien se faire violence (Matthieu 11, verset 12), afin de croire ce que La Parole de DIEU, dit au travers des Ecritures et du Nouveau Testament, comme Elle le dit ?

Luc 18, versets 7 et 8 :
Et Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et tardera-t-il à leur égard ?
Je vous le dis, il leur fera promptement justice. Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?

Un petit bout d’histoire.

C’est de la descendance d’Abram, appelé ensuite Abraham (Genèse 12, verset 7), que naquît le peuple Hébreux, que DIEU s’est choisi parmi les nations (Genèse 15, versets 12 à 14). Cette descendance, d’Abraham, a séjourné un temps, quatre cent trente ans, sous le joug de l’esclavage de l’Egypte. Parmi cette descendance, DIEU s’est choisit un homme, il se nommait Moïse. DIEU voulait qu’il soit son instrument, pour délivrer son peuple de cet esclavage, et lui donner également, une conduite de vie à suivre, pour qu’à nouveau, ce peuple puisse s’approcher de l’ETERNEL son DIEU et le servir dans la Sainteté. Pour cela, DIEU voulait être présent parmi son peuple (Exode 25, verset 8). IL demanda donc à Moïse, de venir vers LUI, sur la montagne du Sinaï, afin de lui communiquer Sa Loi et ses ordonnances. DIEU écrivit Lui-même Sa Loi et Ses ordonnances sur des tables de pierre, qu’IL remit à Moïse (Exode 24, verset 12, et 31, verset 18). Mais en ce qui concerne la façon de construire le Tabernacle, c’est-à-dire, un « Sanctuaire », où l’ESPRIT-SAINT qu’est DIEU le Père, allait résider parmi son peuple, DIEU lui montra un « modèle » à suivre pour sa construction, en lui disant :

Exode 25, verset 40 :
Regarde, et fais d’après le modèle qui t’est montré sur la montagne.

L’ETERNEL DIEU sanctifia ainsi son peuple, par sa présence au milieu d’eux, quoiqu’ils soient des hommes pécheurs par nature, comme tous le reste des hommes qui naissent sur la surface de cette terre. Néanmoins, le peuple de DIEU, n’était plus des hommes d’entres « les pécheurs » qui se trouvaient parmi les autres nations (Galates 2, versets 15), mais un peuple considéré par DIEU comme étant « Saint », du fait de Sa présence au milieu de lui. Par le biais de Sa Loi, avec ses ordonnances, L’ETERNEL DIEU, accepta ainsi, sous certaines conditions, que les sacrificateurs, et « le souverain sacrificateur » (qui étaient tous des hommes pécheurs par nature comme les autres), par le moyen d’offrandes continuelles, et de sacrifices d’animaux, puissent entretenir cette communion dans la Sainteté, entre « LE » DIEU SAINT et son peuple (Exode 25, verset 22, et 29, versets 42 à 46). C’était la première Alliance faite par DIEU avec son peuple sorti de captivité (Exode, chapitre 34), dans laquelle malheureusement, le peuple de DIEU, n’a pas persévéré, et sont devenus pour la plupart, infidèles.

Hébreux 8, verset 9 :
Non comme l’alliance que je traitai avec leurs pères, Le jour où je les saisis par la main Pour les faire sortir du pays d’Égypte; Car ils n’ont pas persévéré dans mon alliance, Et moi aussi je ne me suis pas soucié d’eux, dit le Seigneur.

La Nouvelle Alliance, le nouveau « Modèle ».

Le temps passa, et bien longtemps après la mort de Moïse, l’auteur de la lettre écrite aux Hébreux, mentionne cette même phrase : « Aie soin, lui fut-il dit, de faire tout d’après le modèle qui t’a été montré sur la montagne,… » (Hébreux 8, verset 5), mais dans un contexte bien différent de celui de Moïse. Cette fois-ci, DIEU fait une deuxième Alliance, avec les descendants des enfants de DIEU, dont les pères étaient rebelles.

Hébreux 8, versets 7 à 13 :
En effet, si la première alliance avait été sans défaut, il n’aurait pas été question de la remplacer par une seconde.
Car c’est avec l’expression d’un blâme que le Seigneur dit à Israël: Voici, les jours viennent, dit le Seigneur, Où je ferai avec la maison d’Israël et la maison de Juda Une alliance nouvelle,
Non comme l’alliance que je traitai avec leurs pères, Le jour où je les saisis par la main Pour les faire sortir du pays d’Égypte; Car ils n’ont pas persévéré dans mon alliance, Et moi aussi je ne me suis pas soucié d’eux, dit le Seigneur.
Mais voici l’alliance que je ferai avec la maison d’Israël, Après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leur esprit, Je les écrirai dans leur coeur; Et je serai leur Dieu, Et ils seront mon peuple.
Aucun n’enseignera plus son concitoyen, Ni aucun son frère, en disant: Connais le Seigneur ! Car tous me connaîtront, Depuis le plus petit jusqu’au plus grand d’entre eux;
Parce que je pardonnerai leurs iniquités, Et que je ne me souviendrai plus de leurs péchés.
En disant: une alliance nouvelle, il a déclaré la première ancienne; or, ce qui est ancien, ce qui a vieilli, est près de disparaître.

Dans la Nouvelle Alliance, le « Modèle » à suivre pour pouvoir bénéficier et entrer dans la Sainteté de DIEU et son Royaume parmi les hommes, n’est plus un « Tabernacle » ou une « Tente » à l’intérieur de laquelle, se trouvait le lieu Très Saint (Le Sanctuaire), qui était démontable et transportable de lieu en lieu, par l’ensemble du peuple, en fonction de La Volonté de DIEU. Désormais, « Le Modèle » (ou Le Sanctuaire Très Saint) est, l’Esprit/âme et corps de JESUS, le CHRIST de DIEU, le Fils de l’homme. JESUS, le Fils unique de DIEU (Colossiens 1, versets 15 à 19), renonçant temporairement à sa nature divine, pour paraitre comme un simple homme quand à « la chair » terrestre (Philippiens 2, versets 5 à 11), en ayant revêtu un corps physique, que son Père lui a formé dans le ventre de Marie, sa mère porteuse (Hébreux 10, verset 5, et Luc 1, verset 35), JESUS le Fils de l’homme, est né sous la garde de la Loi, par le biais de ses parents tuteurs (Galates 4, versets 4 et 5, et Matthieu 1, versets 18 à 25).

Par la volonté de DIEU le Père, JESUS le Fils de l’homme, en tant que, « le dernier Adam », est ainsi sur terre, « La Nouvelle Alliance » faite par L’ETERNEL DIEU, avec son peuple. Cette fois, non pas né de « la chair », c’est-à-dire, de l’esprit/âme de vie et corps, de l’homme animal, mais comme étant sorti de l’ESPRIT-SAINT qu’est DIEU le Père (Jean 8, verset 42), faisant de Lui, le premier homme spirituel sur terre, possédant un « Esprit vivifiant » (1 Corinthiens 15, versets 45 à 49). DIEU le Père, va désormais habiter parmi son peuple (ou ses enfants), en « la chair » de son Fils homme (Jean 2, versets 19 à 22), par son SAINT-ESPRIT (Jean 14, versets 9 à 11). DIEU le Père, fait de « la chair » de son Fils homme (esprit/âme, corps), son Saint Temple (Jean 6, versets 51 à 58), sa demeure, en ESPRIT et en Vérité (Jean 6, versets 62 et 63). JESUS le Fils de l’homme, est le Royaume de DIEU sur terre, parmi les enfants de DIEU, et celui-ci, l’est devenu également en tous ses Frères et Sœurs, qui sont nés de Lui, après sa résurrection d’entre les morts, par la foi, et l’obéissance à l’enseignement de son Esprit de Vie vivifiant (Jean 20, versets 21 à 23), qui les Sanctifie dans leur être entier par le SAINT-ESPRIT.

Luc 17, versets 20 et 21 :
Les pharisiens demandèrent à Jésus quand viendrait le royaume de Dieu. Il leur répondit: Le royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards.
On ne dira point: Il est ici, ou: Il est là. Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous.

Et encore dans : Romains 8, versets 9 et 10 :
Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas.
Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice.

C’est une « Nouvelle Alliance », un nouveau « Tabernacle », que DIEU le Père, offre premièrement à son peuple qu’IL s’est choisi, en voulant faire avec chacun d’eux personnellement, son enfant, et de ce fait, sa demeure en ESPRIT et en Vérité (Jean, chapitre15). Mais cette Grâce de DIEU, s’étant également pour quiconque aura foi, et demeurera dans Sa Parole faite chair en son Fils (Jean 14, versets 15 à 23). Dans l’ancienne alliance, L’ETERNEL DIEU, a donné Sa Loi selon la lettre, avec ses ordonnances, à son peuple, qui avait un cœur encore de pierre. Dans la Nouvelle Alliance, DIEU, veut enlever le cœur de pierre, du corps des enfants de son peuple, et faire d’eux, ses Fils et ses Filles, selon son ESPRIT SAINT, en leur donnant un esprit nouveau, possédant un cœur de chair (Ezéchiel 36, versets 25 à 27). Pour cela, comme IL l’a fait avec Moïse sur la montagne, DIEU donne à quiconque croit Sa Parole, la possibilité de naitre nouveau en son Fils, JESUS homme (Jean 3, verset 16). DIEU le Père des esprits, donne comme seul commandement à quiconque prétend l’aimer, au travers de Sa Loi (Jean 6, verset 45), un seul « Modèle » de vie et de foi, à suivre selon l’ESPRIT (Apocalypse 14, verset 12), celui de Son Fils unique JESUS, son CHRIST, le Fils de l’homme.

Matthieu 17, versets 1 à 5 :
Six jours après, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques, et Jean, son frère, et il les conduisit à l’écart sur une haute montagne.
Il fut transfiguré devant eux; son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière.
Et voici, Moïse et Élie leur apparurent, s’entretenant avec lui.
Pierre, prenant la parole, dit à Jésus: Seigneur, il est bon que nous soyons ici; si tu le veux, je dresserai ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie.
Comme il parlait encore, une nuée lumineuse les couvrit. Et voici, une voix fit entendre de la nuée ces paroles: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection: écoutez-le !

La confusion, entre suivre JESUS le Fils de DIEU de toute éternité, et suivre JESUS le Fils de l’homme selon « sa chair ».

Bien des enfants nés de DIEU, confondent toujours en leur esprit, la différence qu’il y a, à être au moyen de la foi, par la nouvelle naissance (Jean 3, versets 3 à 8), rendus semblables sur terre à JESUS, en tant que « Fils de l’homme », et non pas, en tant que JESUS le Fils, l’Egal de DIEU le Père de toute éternité.

2 Corinthiens 3, versets 15 à 18 :
Jusqu’à ce jour, quand on lit Moïse, un voile est jeté sur leurs coeurs;
mais lorsque les coeurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté.
Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.
Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.

Il y a une différence importante à retenir, entre JESUS le Fils de DIEU, l’Egal de DIEU le Père de toute éternité, et JESUS le Fils de l’homme, venu sur terre pour accomplir la Volonté de son Père. Ce que DIEU veut pour ses enfants, toujours sous la garde de la Loi, c’est qu’en son Œuvre Parfaite, qu’IL leur a manifestée en son Fils JESUS homme, ils puissent par la foi en cette Œuvre, passer de la mort à la Vie, des ténèbres, à son admirable Lumière (1 Pierre 2, verset 9). En envoyant son Fils dans une chair semblable à celle des hommes, DIEU ne veut pas transformer, « la chair du péché », de l’homme animal (son esprit/âme, corps), en la purifiant progressivement du péché en elle, afin qu’elle devienne un jour « une chair » vierge du péché. Non, le péché dans la chair (esprit/âme et corps), demeurera toujours en le corps du péché de l’homme animal. Il est, comme le dit l’apôtre Paul, le vieux levain mélangé à la pâte ancienne (1 Corinthiens, chapitre 5). C’est pour cela que ce corps du péché de l’homme animal, en la « chair » de CHRIST sans péché, a été crucifié par et en CHRIST sur « sa croix », afin que celui-ci, avec le péché, soit détruit définitivement (Romains 6, versets 1 à 11). Le but de DIEU le Père, pour le salut des âmes vivantes, est de les voir entrer par la foi, dans « Son » repos par le moyen de la nouvelle Alliance, faite en son Fils (Hébreux, chapitre 4).

Voilà ce que l’auteur de la lettre aux Hébreux écrit au sujet du Fils :

Hébreux 7, versets 25 à 28 :
Mais lui, parce qu’il demeure éternellement, possède un sacerdoce qui n’est pas transmissible.
C’est aussi pour cela qu’il peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur.
Il nous convenait, en effet, d’avoir un souverain sacrificateur comme lui, saint, innocent, sans tache, séparé des pécheurs, et plus élevé que les cieux,
qui n’a pas besoin, comme les souverains sacrificateurs, d’offrir chaque jour des sacrifices, d’abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux du peuple, -car ceci, il l’a fait une fois pour toutes en s’offrant lui-même.
En effet, la loi établit souverains sacrificateurs des hommes sujets à la faiblesse; mais la parole du serment qui a été fait après la loi établit le Fils, qui est parfait pour l’éternité.

Lorsque Satan trompe un enfant né de DIEU, en lui faisant croire, que celui-ci blasphème, parce qu’il se compare à JESUS-CHRIST dans son être entier, il faut qu’il rejette ces accusations mensongères. DIEU le Père n’accuse personne, et encore moins ses enfants ! S’il est vrai que « personne » dans les cieux et sur terre, ne sera jamais identique à JESUS, le Fils de toute éternité, étant l’Egal de DIEU le Père selon l’ESPRIT (Colossiens 1, versets 15 à 17), néanmoins, l’enfant né de DIEU, doit croire La Parole de son Père, qui par l’Esprit vivifiant de son Fils en lui, va le rendre semblable sur terre, à JESUS homme selon « sa chair », quand à son nouvel homme spirituel, qu’il a hérité par « sa foi », de la nature du Fils de l’homme.

Lorsque JESUS le Fils de l’homme, vient sur terre dans une « chair » semblable à celle du péché, IL conserve sa « perfection » de Fils de DIEU selon l’ESPRIT, c’est parce qu’IL combat le bon combat de la foi en La Parole de son Père inscrite dans son esprit saint/âme pure (son cœur de chair) (Jean 7, versets 15 à 18). Ce combat contre les puissances des ténèbres, que livre JESUS avec sa « chair » d’homme, il n’est pas dirigé contre les âmes vivantes terrestres, afin de les perdre, mais bien au contraire, c’est afin de les sauver du péché, en les débarrassant une fois pour toutes, par « sa chair » (sans péché), de leur corps du péché, qui les garde captif du péché dans leur chair (Colossiens 2, versets 10 à 15). Si JESUS le Fils de l’homme, a vaincu Satan et son péché, c’est par le moyen de son obéissance totale à l’ESPRIT-SAINT en Lui, qui le conduisait, à faire la Volonté de DIEU son Père.

Hébreux 5, versets 7 à 10 :
C’est lui qui, dans les jours de sa chair, ayant présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été exaucé à cause de sa piété,
a appris, bien qu’il fût Fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes,
et qui, après avoir été élevé à la perfection, est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel,
Dieu l’ayant déclaré souverain sacrificateur selon l’ordre de Melchisédek.

Ainsi, pendant tous les jours de « sa chair », JESUS homme, bien qu’IL fût Fils de DIEU, a du apprendre en tant qu’homme, l’obéissance en soumettant sa volonté d’homme, à la volonté de son Père, en renonçant de marcher selon la nature humaine, qu’IL avait revêtu, pour porter en Lui, la condamnation du péché du monde, et celui du premier Adam (Romains 8, verset 3). Cette « nature humaine », par laquelle, Satan l’a tenté en toutes choses (Hébreux 2, versets 14 à 18, et, Hébreux 4, versets 14 à 16). Avec son esprit Saint, en faisant toujours ce qui est agréable à son Père (Jean 8, verset 29), IL a ainsi « renoncé » par l’ESPRIT-SAINT en Lui, à tout ce qui venait de sa volonté d’homme, dans son corps de « dernier Adam ». IL a ainsi accompli avec son esprit/âme dans son corps (son être entier = la chair), toute la Loi de DIEU, selon la volonté de l’ESPRIT-SAINT de son Père, devenant ainsi à sa résurrection d’entre les morts, un Esprit de Vie vivifiant, revêtu d’un corps spirituel (1 Corinthiens 15, versets 42 à 49). JESUS le Fils de l’homme, est Le Premier Né d’entre les morts, dont « La Semence » (1 Jean 3, verset 9), donne naissance, à une nouvelle génération d’enfants nés de « son » Esprit Saint (Jean 20, versets 21 à 23), que DIEU le Père donne, au moyen du SAINT-ESPRIT (Jean 16, versets 13 à 16).

JESUS notre Seigneur, a du apprendre par le SAINT-ESPRIT en Lui, de renoncer, à tout ce que « l’âme » de son esprit Saint, c’est-à-dire, ses sens, facultés, raisonnements, sentiments, etc,…terrestres, seraient pour Lui, un « obstacle », dans sa vie, l’empêchant d’accomplir la Volonté de son Père, et de ce fait, Sa Parole. Ainsi, en renonçant à « sa volonté » d’homme, au profit de la Volonté de DIEU son Père, par l’obéissance volontaire à l’ESPRIT-SAINT en Lui, IL faisait « mourir » les actions de son corps, ou, si vous préférez, IL renonçait, à marcher selon sa pensée et ses raisonnements d’homme, pour ne marcher que selon l’enseignement que l’ESPRIT-SAINT, inculquait à son esprit/âme, au fur et à mesure de sa croissance (Luc 2, verset 52). Ainsi, notre Seigneur JESUS, quoique semblable aux hommes, ne vivait pas sur terre, selon ce que ses sens, ses facultés, ses raisonnements, ses sentiments, etc…terrestres, de l’âme de son esprit Saint, le poussaient naturellement à vivre dans sa chair en tant qu’homme, mais IL vivait et marchait, uniquement, en écoutant, et en soumettant volontairement sa volonté d’homme, venant de son esprit Saint, à la volonté de son Père, par le SAINT-ESPRIT en Lui. IL a ainsi vaincu le péché « de » la chair du premier Adam, amenant à la perfection pour toujours, ceux qui sont sanctifiés par et dans « sa chair » (esprit/âme, corps, sans péché, ou Le Corps de CHRIST).

Hébreux 10, versets 14 à 23 :
Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés.
C’est ce que le Saint Esprit nous atteste aussi; car, après avoir dit:
Voici l’alliance que je ferai avec eux, Après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leurs coeurs, Et je les écrirai dans leur esprit, il ajoute:
Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités.
Or, là où il y a pardon des péchés, il n’y a plus d’offrande pour le péché.
Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire
par la route nouvelle et vivante qu’il a inaugurée pour nous au travers du voile, c’est-à-dire, de sa chair,
et puisque nous avons un souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu,
approchons-nous avec un coeur sincère, dans la plénitude de la foi, les coeurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure.
Retenons fermement la profession de notre espérance, car celui qui a fait la promesse est fidèle.

Ainsi en est-il, pour l’enfant né de DIEU. Lorsqu’il est transformé en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’ESPRIT (2 Corinthiens 3, verset 18), c’est en l’image de JESUS, le Fils de l’homme, venant dans une chair semblable à celle du péché (non pas identique), que l’ESPRIT-SAINT va le conduire, et le faire croitre progressivement. L’enfant né de DIEU, va se garder lui-même du péché (1 Jean 5, verset 18), par sa foi en l’Œuvre Parfaite que DIEU son Père, lui a manifestée en « chair » dans sa propre vie, par l’ESPRIT de Vie de son Fils (1 Jean 4, versets 1 à 4).

Lorsqu’un enfant né de DIEU, lit ce verset 14, dans Hébreux 10, mais s’il ne croit pas, que ce qui est écrit, l’est pour lui : « Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés. », s’il ne croit pas, que dès le jour de sa repentance sincère, et la mort de son vieil homme avec son corps du péché (Romains 6,verset 6), que par la conversion de CHRIST (Matthieu 18, verset 3), il est entré par la foi en l’Œuvre Parfaite de DIEU son Père, dans la perfection de « la chair » sans péché (l’être entier), du Fils de l’homme, le dernier Adam (Jean 6, versets 50 à 58), par le don de son Esprit de Vie, qui « Le » sanctifie désormais dans son être entier, au moyen du SAINT-ESPRIT en lui (Jean 16, versets 13 à 16), comment veut-il arriver à marcher en nouveauté de Vie, ou, entrer dans le repos de DIEU, par la Nouvelle Alliance (Ezéchiel 36, versets 25 à 27) ?

L’enfant né de DIEU, pendant les jours de « sa chair » en CHRIST, va vivre par l’ESPRIT-SAINT en lui, la même vie que celle que JESUS le Fils de l’homme, a vécu pendant les jours de sa chair. A la différence, que l’enfant né de DIEU, n’a pas sauver le monde du péché, ni même l’homme du péché, cela, Le Fils, l’a fait une fois pour toutes (Jean 6, verset 51), en offrant à son Père, sa vie en rançon pour le péché (Hébreux 9, versets 13 à 15). Ce que DIEU le Père veut, c’est que son enfant l’aime, en lui montrant son amour, par sa fidélité, à demeurer dans la Vérité de Sa Parole, qu’IL a faite chair en lui, par l’Esprit de Vie de son Fils JESUS-CHRIST notre Seigneur, le Fils de l’homme (Jean, chapitre 15). Ce que Le Père veut, c’est qu’à son tour, son enfant qui est libre du péché et de Satan, apprenne à faire Sa Volonté pendant les jours de sa chair, et qu’ainsi, il LE glorifie par le témoignage de sa vie nouvelle, qu’il vit en l’ESPRIT de son Fils au moyen du SAINT-ESPRIT en lui (Galates 2, verset 20). Ainsi, dans ce monde corrompu, le vrai Evangile de CHRIST sera annoncé aux âmes en détresses, cette Bonne Nouvelle sera à nouveau enseignée à l’Eglise dans sa Vérité, à la seule Gloire de DIEU notre Père, par JESUS-CHRIST son Fils bien-aimé notre Seigneur.

Comme je l’écris souvent, notre Seigneur JESUS, ne forcera jamais personne à LE croire :

2 Corinthiens 3, verset 17 :
Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.

La difficulté pour un grand nombre, à comprendre la simplicité de l’Evangile de CHRIST, provient du fait de vouloir « raisonner » humainement sur les choses d’en Haut, afin d’obtenir à tous prix, des réponses humaines, à ce qui ne s’explique pas par la pensée humaine (1 Corinthiens, chapitre 2). Persister dans une telle attitude, c’est demeurer dans « l’incrédulité », qui bloque toute compréhension, progression et développement spirituel, par le fait, de ne pas demeurer fermement ancré dans l’enseignement de l’ESPRIT. Seule la foi et l’obéissance, en ce que DIEU notre Père dit à l’Eglise, peut « lever » le voile, et laisser apparaitre la Gloire de DIEU manifestée en son Fils JESUS-CHRIST notre Seigneur.

2 Corinthiens 3, versets 12 à 18 :
Ayant donc cette espérance, nous usons d’une grande liberté,
et nous ne faisons pas comme Moïse, qui mettait un voile sur son visage, pour que les fils d’Israël ne fixassent pas les regards sur la fin de ce qui était passager.
Mais ils sont devenus durs d’entendement. Car jusqu’à ce jour le même voile demeure quand, ils font la lecture de l’Ancien Testament, et il ne se lève pas, parce que c’est en Christ qu’il disparaît.
Jusqu’à ce jour, quand on lit Moïse, un voile est jeté sur leurs coeurs;
mais lorsque les coeurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté.
Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.
Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.

Sans « la foi », il est impossible de naitre nouveau (Hébreux 11, verset 6). Sans la foi, le « voile », ne peut pas être ôté, et ainsi disparaitre définitivement, afin que, l’enfant né de DIEU, puisse comprendre la vie du Fils de l’homme dans sa chair (Jean 6, versets 50 à 58). Sans la foi en l’Œuvre Parfaite de DIEU le Père, manifestée en chair dans la vie de ses enfants, nés de « la chair » (Esprit/âme, corps) de son Fils, personne ne peut entrer dans La Nouvelle Alliance, qui donne naissance à l’homme nouveau né spirituel.

Hébreux 4, versets 1 à 16 :
Craignons donc, tandis que la promesse d’entrer dans son repos subsiste encore, qu’aucun de vous ne paraisse être venu trop tard.
Car cette bonne nouvelle nous a été annoncée aussi bien qu’à eux; mais la parole qui leur fut annoncée ne leur servit de rien, parce qu’elle ne trouva pas de la foi chez ceux qui l’entendirent.
Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos, selon qu’il dit: Je jurai dans ma colère: Ils n’entreront pas dans mon repos ! Il dit cela, quoique ses oeuvres eussent été achevées depuis la création du monde.
Car il a parlé quelque part ainsi du septième jour: Et Dieu se reposa de toutes ses oeuvres le septième jour.
Et ici encore: Ils n’entreront pas dans mon repos !
Or, puisqu’il est encore réservé à quelques-uns d’y entrer, et que ceux à qui d’abord la promesse a été faite n’y sont pas entrés à cause de leur désobéissance,
Dieu fixe de nouveau un jour « aujourd’hui » en disant dans David si longtemps après, comme il est dit plus haut: Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, N’endurcissez pas vos coeurs.
Car, si Josué leur eût donné le repos, il ne parlerait pas après cela d’un autre jour.
Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu.
Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses oeuvres, comme Dieu s’est reposé des siennes.
Efforçons-nous donc d’entrer dans ce repos, afin que personne ne tombe en donnant le même exemple de désobéissance.
Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du coeur.
Nulle créature n’est cachée devant lui, mais tout est à nu et à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte.
Ainsi, puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons.
Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché.
Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.

Frères et Sœurs de CHRIST, ce repos de l’âme pour l’homme terrestre, ne se trouve qu’en l’Œuvre Parfaite de DIEU notre Père, qu’IL nous donne de saisir par la foi en Sa Grâce, qu’IL nous a manifestée, en « la chair » de son Fils, JESUS homme.
(Matthieu 11, versets 28 à 30).

DIEU notre Père vous bénisse, Paix et Joie dans le Seigneur JESUS.

Patrick PETITOT. (06-11-2011)

Ce contenu a été publié dans Patrick PETITOT. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.