(12) – Les actions du corps.

Romains 8, versets 12 à 14 :
Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair.
Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez,
car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu.

Définition du mot « action ».

action n. f. I.
1. Ce que fait une personne qui réalise une volonté, une pulsion…
2. Fait d’agir (par opposition à la pensée, à la parole)…

Comme cette définition l’indique, les « actions » naissent en notre corps et peuvent s’extérioriser. Néanmoins, elles ne se font qu’à partir de notre volonté. Nous le savons, notre corps de chair et os, par lui-même, ne peut pas produire d’actions. Pour que des « actions du corps » puissent se produire, il est nécessaire que « la vie », soit dans ce corps physique. Comme l’enseigne les Ecritures, cette « vie », nous est donnée par DIEU le Père, au moyen de son « souffle de vie » (un esprit de vie, soufflé dans le corps).

Genèse 2, verset 7 :
L’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant (ou une âme vivante).

Pour commencer de pouvoir comprendre ce que sont les « actions du corps » pour un enfant né de DIEU, il faut auparavant, demeurer par la foi et l’obéissance, dans La Vérité de ce qui est écrit (même si pendant un temps, Celle-ci, dépasse notre entendement humain). Comme cela est enseigné dans les Ecritures, aucune « âme », en tant qu’une « personne » à part entière, n’a été « rajoutée » en l’homme à sa création, en plus de son « souffle de vie » (ou, son esprit de vie terrestre), que DIEU lui a donné, pour qu’il puisse vivre sur la terre, et de la terre, dans son corps terrestre. Ce qui d’apparence semble être « un détail », dans ce que j’écris de ce verset de la Genèse, est en réalité, d’une importance capitale, dans la compréhension de la vie terrestre, de JESUS notre Seigneur, en tant que « Le Fils de l’homme », et forcément, pour tous ses Frères et Sœurs, qui naîtront de son Esprit de Vie par le SAINT-ESPRIT, après sa résurrection d’entre les mort par la Puissance de DIEU (Jean 12, versets 23 à 28).

Au commencement de la création, le premier Adam, et Eve sa femme, ont été créés par DIEU le Père, et le Fils (Colossiens 1, versets 15 à 17), à leur image, selon leur ressemblance.

Genèse 1, versets 26 et 27 :
Puis Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre.
Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme.

Lorsque nous lisons que DIEU le Père, et le Fils, ont créés l’homme et la femme à leur image, selon leur ressemblance, nous ne pouvons nous empêcher d’en déduire, qu’en l’esprit/âme de vie terrestre, du premier Adam et Eve, n’était que la pensée, de la Vie de l’ESPRIT-SAINT de DIEU son Créateur. En l’homme n’était que la pensée de « l’Âme » de l’ESPRIT-SAINT de DIEU le Père (Esaïe 42, verset 1). De ce fait, toutes les actions du corps, liées à « l’âme », c’est-à-dire, aux sens, facultés, sentiments terrestres, etc…, de l’homme (ou, la femme), n’étaient que « les fruits », de sa volonté propre, venant de son esprit de vie terrestre, qui lui était Saint et pur. Au commencement, dans son être intérieur, toutes ses « actions du corps », étaient toutes bonnes, et s’extériorisaient dans sa vie, à l’image et la ressemblance, de la personnalité (ESPRIT/ÂME), de Celui, qui lui a donné « la vie » terrestre, dans son corps de chair et sang, tiré de la poussière de la terre. L’homme devenant ainsi, une « âme » vivante terrestre, ayant un esprit de vie Saint, possédant, « une âme » pure.

Les Ecritures nous montrent, que ce n’est qu’après l’apparition « du péché » dans le monde, et en l’homme (par sa désobéissance au commandement de DIEU), provoqué par l’iniquité de l’esprit qu’est Satan (Ezéchiel 28, verset 15), que la corruption des bonnes mœurs en la nature du premier Adam (et Eve sa femme), se sont dégradées de plus en plus en lui, s’extériorisant par ses actions du corps, liées à la volonté de son esprit de vie. DIEU ayant vu, que seule la corruption, avait pris le dessus sur les bonnes mœurs, en l’esprit/âme tous les hommes (femmes), IL résolu de détruire sa création par le déluge, mais pas complètement. DIEU préserva Noé et sa famille, ainsi qu’un couple de tous les animaux qui vivaient sur la surface de la terre (Genèse, chapitre 6, et suite). Ensuite, DIEU voulu recommencer avec l’homme, le laissant à nouveau se multiplier, libre de ses actions par sa volonté. Mais en vain, les hommes recommencèrent de plus belle, dans leurs mauvaises actions. DIEU ne les détruit plus, à cause de sa promesse, mais IL confondit leur langage, et les dispersa sur la surface de la terre (Genèse 11, versets 1 à 8).

C’est ainsi, que de générations en générations, les bonnes mœurs liées à l’âme de l’esprit de vie terrestre de l’homme, se sont totalement dissipées en l’esprit des hommes, à cause du péché en eux (Romains 7, versets 14 à 21). L’esprit/âme de tous les hommes étant corrompu, leurs « actions du corps » liées à leur volonté, se sont totalement corrompues. Néanmoins, en les hommes quels qu’ils soient, au travers de leur conscience (c’est-à-dire, la perception que l’être humain a de lui-même, et de sa propre existence, mais qu’il ne peut expliquer rationnellement), se trouvent enfouis dans leur esprit de vie (même corrompu), des traces des bonnes mœurs de DIEU, qui à l’origine de la création, étaient de la nature du Souffle de DIEU qui leur a donné la vie. Quoique les hommes (les païens, soient sans la Loi de DIEU), n’en tiennent pas forcément compte avec leur volonté, pour gérer leurs actions du corps, il n’empêche (encore à ce jour), que ces traces des bonnes mœurs, au travers de leurs pensées, les forcent à s’accuser, ou se défendre tour à tour, comme l’apôtre Paul l’enseigne à l’Eglise.

Romains 2, versets 11 à 16 :
Car devant Dieu il n’y a point d’acception de personnes.
Tous ceux qui ont péché sans la loi périront aussi sans la loi, et tous ceux qui ont péché avec la loi seront jugés par la loi.
Ce ne sont pas, en effet, ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant Dieu, mais ce sont ceux qui la mettent en pratique qui seront justifiés.
Quand les païens, qui n’ont point la loi, font naturellement ce que prescrit la loi, ils sont, eux qui n’ont point la loi, une loi pour eux-mêmes;
ils montrent que l’œuvre de la loi est écrite dans leurs coeurs, leur conscience en rendant témoignage, et leurs pensées s’accusant ou se défendant tour à tour.
C’est ce qui paraîtra au jour où, selon mon Évangile, Dieu jugera par Jésus Christ les actions secrètes des hommes.

C’est pourquoi, l’enfant né de DIEU, ne doit pas confondre, entre l’expression : « Faire mourir les actions du corps », qui elles (les actions), sont liées à sa volonté d’homme spirituel, dans sa nouvelle nature, affranchie et réellement libre du péché, par l’Esprit de Vie du Fils de l’homme, et, l’expression : « Faire mourir les membres qui sont sur la terre », qui eux (les membres), sont liés à la volonté de l’homme, demeurant volontairement dans sa nature pécheresse, et qui, par les membres de son corps du péché, s’extériorisent dans sa vie terrestre, au travers des mauvais fruits d’un esprit/âme corrompu.

Néanmoins, une question se pose : Si l’enfant né de DIEU est « nouveau » avec son être tout entier (esprit/âme et corps), comment est-ce possible, qu’il ait encore des « actions du corps » à faire mourir ? Pour comprendre cela, il nous faut faire un petit rappel, sur deux points importants : L’esprit/âme, et le corps physique, qui forment l’homme spirituel créé selon DIEU.

1.) Le corps physique de l’homme spirituel (son enveloppe physique).

Quoique né uniquement de la Volonté de DIEU (Jean 1, versets 12 et 13), l’enfant né de DIEU, ou l’homme spirituel, en son esprit/âme, demeure sur terre encore « corruptible » (c’est-à-dire, que l’on peut corrompre), mais non plus corrompu (ce qui n’est pas du tout la même chose). Cela sera ainsi, jusqu’au jour, où ce corps spirituel « corruptible », aura revêtu l’incorruptibilité, et que son enveloppe « mortelle », aura revêtu l’immortalité (1 Corinthiens 15, versets 53). Par la foi et l’obéissance à La Parole de DIEU, au moyen de la présence du SAINT-ESPRIT en lui, l’enfant né de DIEU, est déjà tout entier avec CHRIST, dans les lieux célestes (Ephésiens 1, versets 1 à 12 – Colossiens 1, versets12 à 23). C’est ce qui permet un jour, que son « corps de chair », quoiqu’encore, temporairement mortel pendant les jours de sa chair, d’être par l’ESPRIT-SAINT, au jour de DIEU notre Père, ressuscité incorruptible et immortel, avec son esprit/âme, c’est-à-dire, avec sa personnalité qui lui est propre, et cela, comme l’a été la personnalité de JESUS-CHRIST (son Esprit/âme de Vie), replacée dans son corps physique, lors de sa résurrection (1 Corinthiens 15, versets 47 à 50, et, Luc 24, versets 36 à 40).

En attendant sur cette terre, ce corps de chair n’en demeure pas moins « faible » quand aux accidents, aux maladies, et à la mort terrestre, puisque celui-ci, est tiré de la poussière de la terre, et que cette terre, fait partie intégrante de ce monde, que Satan par son péché, et le péché de l’homme, a totalement corrompu avec tout ce qu’il renferme (Genèse 3, versets 17 à 19). C’est aussi pour cela que cette terre actuelle, comme nous la connaissons, est irrécupérable pour DIEU, l’ayant réservée pour la destruction, par le moyen du feu (2 Pierre 3, versets 5 à 10). DIEU ayant en vue pour tous ses enfants, des choses meilleures (Apocalypse 21, verset 1).

2.) L’esprit/âme de l’homme spirituel (sa personnalité).

Nous avons vu ce qui concerne le corps de chair de l’homme spirituel, maintenant, nous allons voir ce qui concerne l’esprit/âme, qui est « la personnalité » de l’enfant né de DIEU, qui est unique à chacun(e), et qui donne la vie, et le mouvement à son être terrestre tout entier. Ce qui change après la nouvelle naissance, c’est que « la personnalité » de l’enfant né de DIEU, qui, au moyen de la régénération de l’Esprit de Vie de CHRIST, en son être (esprit/âme et corps), par le renouvellement du SAINT-ESPRIT (Tite 3, versets 4 à 7), est désormais sainte, propre, pure, vierge du péché, ayant un entendement nouveau, qui lui vient de CHRIST (Jean 16, versets 13 à 16). C’est pour cela qu’un enfant né de DIEU, quoiqu’il puisse être tenté en toutes choses par Satan, n’a rien en lui de mauvais. Il n’a plus de mauvaises pensées, ni n’a en lui, la pensée de mentir, tricher, voler, tuer, d’être adultère, etc, etc….

Comme l’enseigne l’apôtre Paul, l’enfant né de DIEU, n’a pas en lui, les œuvres de la chair pécheresse, qui sont manifestes (Galates 5, versets 19 à 21, et Colossiens 3, verset 5), puisque son vieil homme a été crucifié avec CHRIST, afin que son corps du péché fût détruit avec LUI, pour qu’il ne soit plus esclave du péché (Romains 6, verset 6). Ailleurs, l’apôtre Paul dit, que l’enfant né de DIEU, a été circoncis en CHRIST, d’une circoncision que la main n’a pas faite, mais de « la circoncision » du vieil homme, par DIEU le Père, au moyen de CHRIST, qui consiste, dans le dépouillement du corps de la chair. De ce fait, le corps du péché d’autrefois, de l’enfant sous la garde de la Loi, ayant été ensevelis avec CHRIST, par le baptême en sa mort, c’est un enfant né de DIEU, une nouvelle créature, qui est ressuscitée en Lui et avec Lui, par la foi en la puissance de DIEU son Père, qui l’a ressuscité des morts (Colossiens 2, versets 11 et 12).

Vivre selon la « chair » (du péché), et faire mourir les « actions du corps », sont deux choses totalement différentes.

Romains 8, versets 12 à 14 :
Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair.
Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez,
car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu.

Lorsqu’il est écrit : « Si vous vivez selon la chair, vous mourrez;… ». La « chair » dans ce verset, représente le « corps du péché », avec ses membres, ou ses mauvaises œuvres, qui sont manifestes (Galates 5, versets 19 à 21). Par contre, lorsqu’il est écrit ensuite : « …mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez,… », ces « actions du corps » de l’enfant né de DIEU, ne sont pas « des péchés », qui seraient restés en l’enfant né de DIEU, après sa nouvelle naissance, et que progressivement, le SAINT-ESPRIT, demanderait à celui-ci de s’en purifier. Non, les « actions du corps » du nouvel homme spirituel, n’ont pas leurs origines en la nature pécheresse (la chair corrompue), qui pour l’enfant né de DIEU, est par la foi, morte une fois pour toutes, crucifiée avec CHRIST, en « Son » corps, sur « Sa » croix. C’est ce que l’apôtre Paul confirme, dans ses lettres qu’il adresse à l’Eglise, dans Romains 6, versets 1 à 7, et dans Colossiens 2, versets 8 à 15.

Pour bien comprendre le développement de l’homme intérieur spirituel, et ce que sont « ses actions du corps », il faut prendre comme seul Modèle de vie terrestre, JESUS notre Seigneur, Le Fils de l’homme, tout en considérant attentivement sa croissance physique et son développement spirituel, du premier homme nouveau né sur terre, selon l’ESPRIT, le dernier Adam. Quoiqu’IL soit « Fils » de toute éternité selon l’ESPRIT (Colossiens 1, versets 15 à 18), en venant sur terre, notre Seigneur a renoncé temporairement à sa « forme corporelle divine », en se dépouillant de celle-ci, afin de revêtir par l’ESPRIT, « une chair » (esprit/âme et corps), semblable à la nature de celle des hommes terrestres (Luc 1, versets 26 à 35).

Cela veut dire, que JESUS en tant que Fils de l’homme, possède par « son esprit » qui est Saint, sa propre personnalité, de Fils de DIEU. IL a une volonté personnelle (Hébreux 10, versets 6 à 10), tout en ayant en tant qu’homme, « une âme » terrestre pure, c’est à dire, des sens, des facultés, des sentiments, etc,…liés à sa nouvelle condition de vie terrestre, l’ensemble, son esprit/âme, donnant la vie à son corps de chair physique, que DIEU son Père lui a formé (Hébreux 10, verset 5). C’est pourquoi, notre Seigneur, se fait appeler, le Fils de l’homme (Matthieu 16, verset 13), ayant été rendu par DIEU son Père, semblable aux hommes terrestres, mortels, quand à « la chair ». JESUS le Fils de l’homme, a donc un esprit/âme corruptible (qui peut être corrompu), dans un corps formé de chair et sang (qui peut mourir). Il est important de retenir, que le mot « semblable », ne veut pas dire « identique », ainsi que le mot « corruptible », ne veut pas dire « corrompu », puisqu’en le Fils de l’homme, dans son être entier (esprit/âme et corps), n’est pas le péché.

Hébreux 2, versets 14 à 18 :
Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c’est à dire le diable,
et qu’il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude.
Car assurément ce n’est pas à des anges qu’il vient en aide, mais c’est à la postérité d’Abraham.
En conséquence, il a dû être rendu semblable en toutes choses à ses frères, afin qu’il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l’expiation des péchés du peuple;
car, ayant été tenté lui-même dans ce qu’il a souffert, il peut secourir ceux qui sont tentés.

Hébreux 7, versets 24 à 28 :
Mais lui, parce qu’il demeure éternellement, possède un sacerdoce qui n’est pas transmissible.
C’est aussi pour cela qu’il peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur.
Il nous convenait, en effet, d’avoir un souverain sacrificateur comme lui, saint, innocent, sans tache,
qui n’a pas besoin, comme les souverains sacrificateurs, d’offrir chaque jour des sacrifices, d’abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux du peuple, car ceci, il l’a fait une fois pour toutes en s’offrant lui-même.
En effet, la loi établit souverains sacrificateurs des hommes sujets à la faiblesse; mais la parole du serment qui a été fait après la loi établit le Fils, qui est parfait pour l’éternité.

Ainsi donc, puisque notre Seigneur JESUS a également participé lui-même, à la chair et au sang, nous pouvons avoir de sa vie terrestre, une « image » de la vie nouvelle, que va pouvoir vivre après sa nouvelle naissance, un enfant né, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de DIEU (Jean 1, versets 12 et 13), par la foi en la Sanctification au moyen de « la chair » (esprit/âme et corps) du Fils de l’homme, le Premier Né sur terre, d’entre plusieurs Frères (ou Sœurs). Ce que nous pouvoir voir dans un premier temps, au travers des Ecritures, c’est que dès son petit âge terrestre, et spirituel, JESUS le Fils de l’homme, aussi avait des « actions du corps » qu’IL allait faire « mourir », au fur et à mesure de sa croissance physique et spirituelle.

Esaïe 7, versets 14 et 15 :
Il mangera de la crème et du miel, Jusqu’à ce qu’il sache rejeter le mal et choisir le bien.
Mais avant que l’enfant sache rejeter le mal et choisir le bien, Le pays dont tu crains les deux rois sera abandonné.

Lorsque nous lisons dans Esaïe 7, versets 14 et 15, de l’enfance terrestre de notre Seigneur, nous pouvons nous poser la question : Qu’est-ce qu’IL a bien pu rejeter comme étant « le mal », Lui, dans lequel, n’était pas « le péché » (ou le mal) ? Malheureusement, l’homme animal, à cause de sa nature pécheresse, essaie toujours de comprendre DIEU le Père, et Créateur de toutes choses, en LE « rabaissant » au niveau de sa pensée et de son raisonnement humain, pour essayer de comprendre Sa Parole (Esaïe 55, versets 6 à 11). C’est impossible ! C’est ce que notre Seigneur JESUS, disait à ceux qui pensaient et raisonnaient humainement, sur les choses d’en Haut.

Marc 12, verset 24 :
Jésus leur répondit: N’êtes-vous pas dans l’erreur, parce que vous ne comprenez ni les Écritures, ni la puissance de Dieu ?

Quand à l’apôtre Paul, il enseignait cela à l’Eglise :

1 Corinthiens 2, versets 11 à 16 :
Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui ? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu.
Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce.
Et nous en parlons, non avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit, employant un langage spirituel pour les choses spirituelles.
Mais l’homme animal ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge.
L’homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne.
Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l’instruire ? Or nous, nous avons la pensée de Christ.

Ce passage dans Esaïe 7, versets 14 et 15, ne veut pas dire, qu’en notre Seigneur, « le mal » était en Lui dès sa jeunesse, et qu’au fur et à mesure que l’ESPRIT-SAINT en Lui, le lui montrait, IL s’en purifiait, en rejetant le mal, pour choisir le bien. Le penser ainsi, et le vivre ainsi, cela revient à une âme vivante terrestre, de marcher sous la garde de la Loi, toujours esclave de son corps du péché. Pour JESUS notre Seigneur, « …rejeter le mal et choisir le bien… », signifiait simplement, que DIEU son Père, tout en tenant compte de l’âge physique et spirituel de son Fils, vivant dans sa condition d’homme, lui montrait simplement, par l’ESPRIT-SAINT en Lui, de renoncer, à tout ce que « l’âme » de son esprit Saint, c’est-à-dire, ses sens, facultés, raisonnements, sentiments, etc,…terrestres, seraient pour Lui, un « obstacle », dans sa vie, l’empêchant d’accomplir la Volonté de son Père, et de ce fait, Sa Parole. Ainsi, en renonçant à « sa volonté » d’homme, au profit de la Volonté de DIEU son Père, par l’obéissance volontaire à l’ESPRIT-SAINT en Lui, IL faisait « mourir » les actions de son corps, ou, si vous préférez, IL renonçait, à marcher selon sa pensée et ses raisonnements d’homme, pour ne marcher que selon l’enseignement que l’ESPRIT-SAINT, inculquait à son esprit/âme, au fur et à mesure de sa croissance (Luc 2, verset 52). Ainsi, notre Seigneur JESUS, pendant tous les jours de sa chair, quoique semblable aux hommes, ne vivait pas sur terre, selon ce que ses sens, ses facultés, ses raisonnements, ses sentiments, etc…terrestres, de l’âme de son esprit Saint, le poussaient naturellement à vivre dans sa chair en tant qu’homme, mais IL vivait et marchait, uniquement, en écoutant, et en soumettant volontairement sa volonté d’homme, venant de son esprit Saint, à la volonté de son Père, par son ESPRIT-SAINT en Lui.

Psaumes 40, versets 7 à 11 :
Tu ne désires ni sacrifice ni offrande, Tu m’as ouvert les oreilles; Tu ne demandes ni holocauste ni victime expiatoire.
Alors je dis: Voici, je viens Avec le rouleau du livre écrit pour moi.
Je veux faire ta volonté, mon Dieu! Et ta loi est au fond de mon coeur.
J’annonce la justice dans la grande assemblée; Voici, je ne ferme pas mes lèvres, Éternel, tu le sais !
Je ne retiens pas dans mon coeur ta justice, Je publie ta vérité et ton salut; Je ne cache pas ta bonté et ta fidélité Dans la grande assemblée.

Ainsi, pendant tous les jours de « sa chair », JESUS homme, bien qu’IL fût Fils de DIEU, a du apprendre l’obéissance en soumettant sa volonté, à la volonté de son Père (Hébreux 10, versets 5 à 10), en renonçant de marcher selon la nature humaine, qu’IL avait revêtu, pour porter en Lui, la condamnation du péché du monde, et celui de l’homme (Romains 8, verset 3). Cette « nature humaine », par laquelle, Satan l’a tenté en toutes choses (Hébreux 2, versets 14 à 18, et, Hébreux 4, versets 14 à 16). Avec son esprit Saint, en faisant toujours ce qui est agréable à son Père (Jean 8, verset 29), IL a ainsi fait « mourir » par l’ESPRIT-SAINT en Lui, toutes « les actions du corps », du dernier Adam, devenant ainsi à sa résurrection d’entre les morts, un Esprit de Vie vivifiant, revêtu d’un corps spirituel (1 Corinthiens 15, versets 42 à 49). JESUS le Fils de l’homme, est Le Premier Né d’entre les morts, portant « La Semence » (1 Jean 3, verset 9), qui donne naissance, à une nouvelle génération d’enfants nés de « son » Esprit Saint (Jean 20, versets 21 à 23), donné par DIEU le Père, au moyen du SAINT-ESPRIT (Jean 16, versets 13 à 16).

Les « actions du corps » sont toujours liées à « l’âme » de l’esprit de l’homme, c’est-à-dire, aux sens, facultés, raisonnements, sentiments, etc,…terrestres. Pour qui sait les voir, bien des exemples des « actions du corps » de JESUS homme, sont mentionnés aux travers des écrits des évangiles. Je vais donner un exemple significatif, d’une « des actions du corps », de notre Seigneur, qu’IL fait « mourir », à l’aide de l’ESPRIT, par le renoncement de sa volonté, afin d’accomplir la volonté de son Père, à la fin de sa vie terrestre.

Matthieu 26, versets 37 à 42 :
Il prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, et il commença à éprouver de la tristesse et des angoisses.
Il leur dit alors: Mon âme est triste jusqu’à la mort; restez ici, et veillez avec moi.
Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi: Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux.
Et il vint vers les disciples, qu’il trouva endormis, et il dit à Pierre: Vous n’avez donc pu veiller une heure avec moi !
Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation; l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible.
Il s’éloigna une seconde fois, et pria ainsi: Mon Père, s’il n’est pas possible que cette coupe s’éloigne sans que je la boive, que ta volonté soit faite !

Il est écrit, que notre Seigneur, commença à éprouver de la tristesse et des angoisses, ce qui prouve bien, que JESUS, était d’une nature semblable, à celle des hommes mortels. Ensuite, JESUS dit à ses disciples : « Il leur dit alors: Mon âme est triste jusqu’à la mort; restez ici, et veillez avec moi. ». Notre Seigneur ne dit pas : « Mon esprit est triste jusqu’à la mort ;… », mais IL fait mention de « son âme », c’est-à-dire, son côté humain, terrestre, ses sens, ses facultés, ses raisonnements, ses sentiments, etc,…par le biais desquels, Satan, essaie de l’empêcher d’accomplir La Volonté de DIEU son Père, en troublant son esprit Saint, au point d’arriver à provoquer en Lui, un état d’agonie, et d’angoisses extrêmes (Luc 22, versets 41 à 44). Pourtant, JESUS savait d’où IL est venu (Jean 8, verset 14), et pourquoi IL est venu sur terre (Jean 6, verset 51). Néanmoins, sa première réaction dans ses angoisses, est de dire : « …Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! », alors que dans d’autres passages des évangiles, IL dit cela :

Jean 12, versets 23 à 28 :
Jésus leur répondit : L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié.
En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit.
Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle.
Si quelqu’un me sert, qu’il me suive; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, le Père l’honorera.
Maintenant mon âme est troublée. Et que dirais-je ?… Père, délivre-moi de cette heure ?… Mais c’est pour cela que je suis venu jusqu’à cette heure.
Père, glorifie ton nom ! Et une voix vint du ciel : Je l’ai glorifié, et je le glorifierai encore.

Nous pouvons voir, en comparaison entres ces passages des évangiles, le bon combat de la foi, que mène notre Seigneur, contre les puissances des ténèbres, qui agissent sur « l’âme et son corps terrestre » de l’esprit Saint, de JESUS homme. C’est « l’âme » qui est triste, ou, au travers de l’âme de son esprit, que JESUS, l’homme, est triste, et troublée jusqu’à la mort, par tout ce que Satan lui fait ressentir, et subir dans son corps, tant physiquement, que spirituellement (DIEU le permettant). Ce que JESUS notre Seigneur, a de différent en tant que « le dernier Adam », ou, le nouvel homme spirituel sur terre, par rapport au reste des hommes terrestres, c’est qu’en Lui, Satan n’a rien (Jean 14, verset 30). Par son obéissance au SAINT-ESPRIT en Lui, le Seigneur JESUS, ne lui a jamais donné l’occasion de pénétrer son esprit Saint, et son corps, avec son levain du péché, par le biais de son « âme » (sens, facultés, sentiments, etc…terrestres). Quoique Satan essaye d’interférer sur « l’âme et le corps » (« la chair », le côté humain, terrestre), de l’esprit Saint de JESUS homme, par sa présence, et la puissance du SAINT-ESPRIT en Lui, l’esprit Saint de JESUS « le Fils », est gardé avec son âme et son corps d’homme, dans la volonté de DIEU, par sa foi et son obéissance volontaire, à La Parole de son Père. C’est pourquoi, lorsque JESUS le Fils de l’homme, quitte ce monde, IL remet à DIEU son Père, son « esprit/âme » (Saint). L’âme est insécable à l’esprit de vie de l’homme, ils sont inséparables, et cela, que l’homme soit animal, ou, qu’il soit, homme spirituel.

Luc 23, verset 46 :
Jésus s’écria d’une voix forte: Père, je remets mon esprit entre tes mains. Et, en disant ces paroles, il expira.

C’est pourquoi, l’apôtre Paul enseigne à l’Eglise, cette Vie Nouvelle, par l’Esprit/âme de vie de CHRIST, est donnée uniquement par la foi et l’obéissance, au moyen du SAINT-ESPRIT (Romains 8, verset 9), à quiconque croit DIEU le Père, par Sa Parole faite chair, en son Fils, JESUS homme :

1 Corinthiens 15, versets 45 à 49 :
C’est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant.
Mais ce qui est spirituel n’est pas le premier, c’est ce qui est animal; ce qui est spirituel vient ensuite.
Le premier homme, tiré de la terre, est terrestre; le second homme est du ciel.
Tel est le terrestre, tels sont aussi les terrestres; et tel est le céleste, tels sont aussi les célestes.
Et de même que nous avons porté l’image du terrestre, nous porterons aussi l’image du céleste.

Les « actions du corps », de l’enfant né de DIEU, et leurs origines.

Tout comme pour JESUS le Fils de l’homme, les « actions du corps », de l’enfant né de DIEU, ont également leurs origines, en « l’âme » (terrestre), de l’esprit de vie de l’homme, c’est-à-dire, en ses sens, ses facultés, ses sentiments, etc…terrestres. Contrairement à ce qui est le plus souvent enseigné à l’Eglise, « les actions du corps » de l’enfant né de DIEU, ne sont pas des restes « du péché » (ou des péchés), qu’il doit progressivement purifier, afin de « se » sanctifier de plus en plus, dans sa nouvelle nature. Comme nous l’avons vu dans cet article, l’enfant né de la volonté de DIEU, par la foi et l’obéissance à Sa Parole faite chair, est passé par la « régénération » de son être tout entier (Tite 3, versets 3 à 8, et Ezéchiel 36, versets 25 à 27). Il est donc totalement vierge du péché, ayant son esprit Saint (nouveau), et l’âme de celui-ci, pure (un cœur nouveau), par la Sanctification de l’ESPRIT-SAINT de DIEU, faisant ainsi son Saint Temple, de son être entier, esprit/âme et corps de chair, comme l’apôtre Paul l’enseigne à l’Eglise.

1 Corinthiens 6, versets 19 et 20 :
Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ?
Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu.

De ce fait, dès sa naissance spirituelle, l’enfant né de DIEU, commence à marcher dans sa vie nouvelle, en étant irrépréhensible devant DIEU, quand à son être entier (1 Thessaloniciens 5, versets 23 et 24), ayant un corps lavé d’une eau pure (Hébreux 10, versets 14 à 23). Néanmoins, il se peut, que pendant un temps de la croissance de l’enfant né de DIEU, celui-ci fasse une confusion en son esprit, par rapport à l’expression : « Faire mourir les actions du corps », et : « Faire mourir les membres qui sont sur la terre ». Comme je l’ai écrit plus avant dans cet article, l’enfant né de DIEU, ne doit pas penser ou raisonner sur les choses d’en Haut, avec un entendement humain. Du temps de JESUS, certains le faisaient (un exemple cité, lire Marc 12, versets 18 à 27). Suite à cela, que leur répond notre Seigneur ?

Marc 12, verset 24 :
Jésus leur répondit : N’êtes-vous pas dans l’erreur, parce que vous ne comprenez ni les Écritures, ni la puissance de Dieu ?

Si dans un premier temps, l’enfant né de DIEU, ne comprend pas de suite, les choses d’en Haut, ce n’est pas grave en soi, c’est normal. Même notre Seigneur JESUS, est passé par une croissance, tant physique que spirituelle (Luc 2, verset 52). Cela ne remet pas en question, sa foi, son amour pour DIEU, ni la Vérité de La Parole de DIEU, qui s’accomplira tôt ou tard dans sa vie, s’il demeure obéissant à ce que l’ESPRIT-SAINT lui inculque progressivement, dans ce qui est écrit, tel que c’est écrit.

Si notre Seigneur JESUS, a été rendu quand à « la chair » (esprit/âme et corps), semblable à la nature de l’homme animal, cela ne lui empêche pas de se souvenir parfaitement d’où IL venait (Jean 8, verset 14), et pourquoi IL était venu sur terre (Jean 6, verset 51). Quoique repartant à « zéro », dans sa vie nouvelle terrestre, en tant que, Fils de homme, JESUS a conservé sa « personnalité » d’en Haut, qui lui est propre. Au risque de me répéter, il ne faut pas oublier, qu’avant de venir sur terre, JESUS est de toute éternité, Le Fils unique de DIEU, « sorti » de l’ESPRIT-SAINT qu’est DIEU (Jean 8, verset 42). IL est par son Esprit Saint, légal de DIEU son Père (Colossiens 1, versets 15 à 17). De ce fait, dès son origine (Proverbes 8, versets 22 à 36), IL possède un Esprit Saint (Esprit avec un « E » majuscule), ayant une « âme » pure (des sens, facultés, sentiments, etc…) qui sont célestes, d’en Haut, lui venant de DIEU son Père (Esaïe 42, verset 1).

En renonçant temporairement à sa nature divine, pour paraitre comme un simple homme, son Esprit Saint lors de sa naissance terrestre (Luc 1, verset 35) (Esprit, avec un « E » majuscule), est rendu par le SAINT-ESPRIT de DIEU, semblable à la nature de l’esprit/âme et corps, de l’homme animal, à sa création, devenant ainsi, « corruptible », et mortel, comme l’a été le premier Adam. Ainsi sur terre, notre Seigneur avait un esprit Saint de vie (cette fois, un esprit avec un « e » minuscule), ayant une âme pure, placé dans un corps de chair et sang, que DIEU son Père lui avait formé (Hébreux 10, verset 5). Si le Seigneur JESUS, se souvient de son origine, alors qu’IL soit né sur terre dans le ventre de Marie, sa mère porteuse, c’est qu’IL a conservé sa personnalité d’en Haut, qui lui est propre. Son « esprit/âme » Saint, lui rappelant à sa mémoire, son origine, et sa vie céleste, dans la Sainteté de l’ESPRIT de son Père, et la Pureté de son « Âme ».

C’est pourquoi, quoique notre Seigneur, ayant été rendu « semblable » à la nature des hommes, IL n’est pas pour autant, « identique » à cette nature, qui en l’homme animal, a été totalement corrompue par le péché de Satan et du premier Adam et Eve, amenant ainsi la dépravation de son être entier, en son esprit/âme et corps terrestre. En notre Seigneur, n’a jamais été « le péché », donc, son esprit Saint, est demeuré vierge de la corruption, et l’âme de celui-ci, pure de la dépravation. Néanmoins, comme je l’ai écrit, notre Seigneur homme, ayant un esprit/âme Saint, mais corruptible, et corps mortel (une chair semblable à celle du péché – Romains 8, verset 3), cela ne l’a pas épargné, d’être tenté par Satan, en toutes choses dans ce que le monde corrompu, offre à « la chair corrompue » (Hébreux 4, versets 14 à 16). Par sa foi en La Parole de son Père, et son obéissance à l’ESPRIT-SAINT en lui, IL s’est gardé dans sa « chair » de nouvel homme, irrépréhensible devant DIEU son Père (1 Jean 5, verset 18). JESUS le Fils de l’homme, ayant sa « mémoire », s’affectionnant uniquement dans les choses d’en Haut, pendant tous les jours de sa chair, n’a jamais permis à Satan, d’infester son esprit Saint, et de ce fait, son âme, par les mauvaises œuvres de la « chair corrompue », qui agissent au travers du corps du péché de l’homme animal (Galates 5, versets 19 à 21).

Maintenant, s’il est vrai que notre Seigneur, qui est né sans le péché en Lui, et s’est gardé Lui-même du péché, en obéissant au SAINT-ESPRIT en Lui, et de ce fait, Satan n’a jamais pu infester sa mémoire d’homme spirituel, né d’en Haut, avec de toutes les mauvaises mœurs de la chair corrompue, pour ce qui est de l’enfant né de DIEU, cela diffère, dans le sens que, si notre Seigneur JESUS, est « descendu » sur terre, en renonçant à sa vie céleste, pour revêtir par l’ESPRIT-SAINT, « la chair » de l’homme animal, c’est l’inverse pour l’homme animal, qui veut vivre comme un enfant né de DIEU. Il renonce à sa vie charnelle terrestre, pour revêtir par l’ESPRIT-SAINT, la « chair » du Fils de l’homme (Jean 6, versets 50 à 65), afin de pouvoir vivre une vie céleste. Bien entendu, cela ne se faisant que par la foi et l’obéissance à La Parole de DIEU, l’ESPRIT.

Romains 8, versets 28 et 29 :
Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.
Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés.

Comment l’enfant né de DIEU, fait « mourir » ses « actions du corps » ?

Je le répète, après la nouvelle naissance, « les actions du corps » de l’enfant né de DIEU, ne sont pas des restes « du péché » (ou des péchés), qu’il doit progressivement purifier, afin de « se » sanctifier de plus en plus, dans sa nouvelle nature. Elles sont liées à tout ce que « l’âme », c’est-à-dire, ses sens, facultés, raisonnements, sentiments, etc,…terrestres, de son esprit, qui lui, est désormais Saint, seraient pour Lui, un « obstacle », dans sa vie, l’empêchant d’accomplir la Volonté de son Père à son égard, étant maintenant, Fils ou Fille de DIEU selon l’ESPRIT. Ainsi, l’enfant né de DIEU, pendant tous les jours de sa chair, ne vit plus sur terre, selon ce que ses sens, ses facultés, ses raisonnements, ses sentiments, etc…terrestres, le poussent naturellement à vivre dans sa chair en tant qu’homme, mais IL vit et marche, uniquement, en écoutant, et en soumettant volontairement sa volonté d’homme nouveau né, selon l’Esprit de Vie de CHRIST, à la volonté de DIEU son Père, par son ESPRIT-SAINT en Lui.

Certains(es), penseront : « Plus facile à écrire, qu’à vivre ». Non Frères et Sœurs ! C’est aussi facile à vivre qu’à écrire, pour quiconque veut vraiment entrer dans le repos de DIEU (Hébreux, chapitre 4), et croit Sa Parole, comme Elle est écrite, la mettant en pratique, en laissant l’ESPRIT-SAINT le conduire dans sa vie, au travers des circonstances et détails, de tous les jours. A chaque jour suffit sa peine. C’est pourquoi, la « personnalité », de l’enfant né de DIEU, doit être entièrement reconstruite de A à Z. C’est désormais l’ESPRIT-SAINT qui va s’en charger, mais uniquement avec « la volonté » de l’enfant né de DIEU, à la seule gloire de DIEU son Père, par Sa Parole faite chair en lui, au moyen de l’Esprit de Vie du Fils, c’est à dire, le Seigneur JESUS (1 Jean 4, verset 2, en lecture parallèle, avec Jean 6, versets 50 à 65). C’est uniquement, en devenant comme un petit enfant (selon l’entendement), qui a tout a apprendre nouveau de La Vie de JESUS, le Fils de l’homme, que cela se fera.

Matthieu 18, versets 2 et 3 :
Jésus, ayant appelé un petit enfant, le plaça au milieu d’eux,
et dit: Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux.

Les paroles de notre Seigneur sont vraiment d’une importance vitale, pour le salut de notre âme, car n’oublions pas, JESUS ne s’adresse pas à des « gens du dehors », mais à ceux qu’IL a choisi… Qui a cru à ce qui nous était annoncé ? Combien veulent vraiment perdre leur volonté, après leur nouvelle naissance, en renonçant à leurs pensées, leurs raisonnements, leur intelligence, leur science, leur sagesse, leurs sentiments, etc…et acceptent de repartir à zéro avec leur « personnalité », afin que celle-ci soit restaurée (Psaume 23), « reconstruite » de A à Z par l’ESPRIT-SAINT en eux. Vivre avec le Seigneur, non plus selon un entendement « terrestre » (2 Corinthiens 5, versets 16), mais selon la Vie de l’Esprit de vie CHRIST (2 Corinthiens 5, verset 17) ?

C’est pour cela, que notre Seigneur JESUS, nous enseigne, que vivre par Lui, c’est aussi « marcher » comme Lui-même, a marché pendant les jours de sa chair (1 Jean 2, verset 6). JESUS a du apprendre l’obéissance, par les choses qu’IL a souffertes. Cela ne veut pas dire que notre Seigneur JESUS, a souffert, du fait de faire la volonté de DIEU son Père. Non, loin de là cette pensée (Hébreux 10, versets 5 à 10) ! Notre Seigneur a souffert dans « sa chair », parce que justement, IL aimait la volonté de son Père, plus que sa vie céleste (Philippiens 2, versets 6 à 8), et sa vie terrestre, en faisant toujours ce qui Lui est agréable (Jean 8, versets 29). Par le fait de renoncer à « sa volonté » d’homme (Matthieu 26, versets 38 à 42), IL a constamment fait « mourir », les actions de son corps terrestre, ou, les actions de l’âme de son esprit (Esaïe 53, verset 11), pour ne vivre et marcher, que, selon la volonté de son Père, par l’ESPRIT-SAINT en Lui (Esaïe 53).

Avant la nouvelle naissance, c’est à dire, avant de recevoir l’Esprit de CHRIST par le don du SAINT-ESPRIT (Romains 8, verset 9), personne en réalité, ne « Le » connait, ni peut connaitre réellement les choses d’en Haut (Jean 14, versets 15 à 23). Tout homme animal, même vivant sous la garde de la Loi, n’a qu’une compréhension humaine, et une connaissance « partielle », des choses d’en Haut, au travers des écrits de la Bible, que l’ESPRIT-SAINT, veut bien lui révéler dans un premier temps, dans le but de l’amener à la repentance, et ainsi, recevoir le pardon de ses péchés, et une vie nouvelle (Jean 16, versets 7 à 15).

La confusion en l’enfant né de DIEU, après la nouvelle naissance.

L’enfant né de DIEU, quoiqu’il ait été régénéré par l’Esprit de Vie du Fils dans son être entier (Jean 6, versets 51 à 57), au moyen du renouvellement du SAINT-ESPRIT (Tite 3, versets 3 à 7), son esprit/âme nouveau (Ezéchiel 36, versets 25 à 27), conserve sa mémoire, qui est propre à sa personnalité. Tout être vivant, est unique selon sa personnalité. Dans la mémoire de l’esprit/âme de l’enfant né de DIEU, se trouve tout son passé vécu, tant bien, que mal, dans le péché, et les péchés de toutes sortes, commis avec son corps du péché d’autrefois, lorsqu’il était sans CHRIST dans sa vie. Si DIEU notre Père le permet ainsi, c’est parce que ce « mauvais passé », IL le fait concourir au bien de son enfant, qui l’aime (Romains 8, verset 28), et celui-ci, ne doit jamais être mis en oublie, par l’enfant né de DIEU (2 Pierre 1, verset 9). Il lui est nécessaire dans un premier temps de sa vie nouvelle, pour apprendre désormais par l’ESPRIT, à ne pas juger (selon la chair – Jean 8, versets 15 et 16). Son « passé », lui rappelle, d’où le Seigneur l’a tiré, et sa miséricorde envers lui, le gardant ainsi, dans la réalité de sa vie en CHRIST, qui n’est que Grâce (Psaume 113).

Dans la « personnalité » (esprit/âme) de l’enfant né de DIEU, régénérée et Justifiée par DIEU notre Père, ils se trouvent désormais, des choses anciennes, et des choses nouvelles (Matthieu 13, verset 52). Lorsque je parle de choses anciennes, je ne veux pas mentionner, les œuvres mauvaises de la chair pécheresse, dans lesquelles, tout homme animal, vivait, plus ou moins autrefois, et par lesquelles, Satan accuse l’enfant né de DIEU dans son cœur, au travers de sa conscience, surtout au commencement de sa vie nouvelle, afin de le troubler dans son esprit, pour lui faire douter de La Parole de DIEU (1 Jean 3, versets 18 à 21). En l’enfant né de DIEU, il n’y a « rien » de l’esprit de Satan en lui. Toutes ces œuvres mauvaises liées à la chair du péché, sont mortes une fois pour toutes, avec son corps du péché (Romains 6, versets 1 à 7).

Néanmoins, après sa nouvelle naissance, l’enfant né de DIEU encore faible dans sa foi, pendant un temps de sa croissance spirituelle, peut avoir des difficultés à discerner, entre « ses actions du corps » (venant de l’intérieur), que l’ESPRIT lui montre de renoncer, afin d’accomplir la volonté de DIEU, et les nombreuses mauvaises œuvres de la chair qui sont manifestes, celles-ci, venant de l’extérieur à sa personne, étant lancées par Satan et ses serviteurs, comme des flèches empoisonnées, dans le but de le tenter et le séduire dans son être intérieur, en pénétrant par le biais de son âme (ses sens, facultés, sentiments, terrestres, etc…), afin de corrompre son esprit Saint nouveau, pour le perdre éternellement.

Non, je veux parler des « actions du corps », qu’un enfant né de DIEU, peut produire par sa volonté d’homme, du fait d’un entendement encore terrestre, d’un manque de connaissance de CHRIST (2 Corinthiens 5, verset 16). Toutes les « actions du corps », sont propres à chacun(e), elles sont liées à « la personnalité » terrestre de l’enfant né de DIEU, et peuvent varier en fonction de l’éducation, qu’il a reçu dès sa naissance terrestre, de l’enseignement, de son âge, de son pays d’origine, les coutumes, les traditions, etc…et tout ce qu’il a vécu…jusqu’au jour de sa conversion par le Seigneur. Au fur et à mesure de la connaissance spirituelle de l’enfant né de DIEU, l’ESPRIT-SAINT, va lui montrer toutes « ses actions du corps », qui ne sont pas en conformité, à l’image de celles de JESUS homme, qu’IL a vécu dans son propre corps (Romains 6, verset 5). L’enfant né de DIEU, aimant La Vérité, plus que sa vie, de sa propre volonté, il va renoncer à ces actions du corps dans sa vie terrestre, il va perdre « sa vie terrestre » (Jean 12, versets 23 à 26). Ainsi, ces actions du corps, vont disparaitre définitivement par l’action du SAINT-ESPRIT, dans la personnalité de l’enfant né de DIEU, étant « restaurée » (Psaume 23), ou « transformées », à l’image de la Sainteté de JESUS, le Fils de l’homme.

2 Corinthiens 3, versets 17 et 18 :
Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.
Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.

Conclusion.

Faire mourir les « actions du corps » ce n’est pas rejeter les « péchés » en soi, puisque « le péché » n’est plus en l’homme nouveau né. Faire mourir les « actions du corps », c’est pour l’enfant né de DIEU, renoncer à sa propre volonté, et à sa propre conception humaine, de ce qu’est La Vie Nouvelle en CHRIST, cela, à chaque fois que l’ESPRIT le lui montre, dans toutes ses attitudes humaines, qui font partie intégrante de sa personnalité. Autrefois sans CHRIST dans notre vie, nous vivions par le péché, dans les péchés de toutes sortes, et cela jusqu’au jour, où nous sommes passés par notre nouvelle naissance. Quelque soit l’âge que nous avions lors de notre conversion par CHRIST, pendant ce temps de vie sans DIEU, ni Loi, ni foi, nous avons tous et toutes, plus ou moins, pris des bonnes, des mauvaises, ou très mauvaises habitudes de vie. D’une part, venant de l’éducation que nous avons reçue, après notre naissance terrestre, et d’autre part, par notre propre conception de la vie dans le péché, dans laquelle nous nous plaisions plus ou moins, en satisfaisant les passions et les désirs de notre chair corrompue.

Ces « actions du corps » sont toutes les choses, que l’ESPRIT-SAINT montrera à l’enfant né de DIEU, dans sa « personnalité » nouvelle, mais qui sont des choses « anciennes » à sa vie nouvelle, et qui ont besoin d’êtres transformées à l’image de Vie de l’Esprit, et du Corps de CHRIST, par et dans lequel il vit par la foi et l’obéissance à l’ESPRIT. C’est pourquoi, l’enfant né de DIEU, ne doit prendre comme Modèle de Vie à imiter et suivre, que, JESUS le Fils de l’homme, qui dans les jours de sa chair d’homme nouveau né (esprit/âme et corps), a rétabli, en sa « chair » de « dernier Adam », la communion première de l’homme terrestre d’avec DIEU le Père et Créateur de toutes choses, en lui permettant par la foi et l’obéissance à La Parole de son Père, d’entrer dans son repos (Hébreux, chapitre 4), en faisant de lui son enfant, un homme spirituel, libre du péché dans « sa chair », c’est à dire, un Fils ou une Fille, possédant un esprit Saint, ayant une âme pure, dans un corps sanctifié, et éternel, par la présence de l’ESPRIT-SAINT en lui (Jean 14, versets 15 à 17, et Jean 6, versets 50 à 58). Néanmoins, même si toutes ces « actions du corps » ne sont pas « des péchés », elles peuvent devenir, « péché », si volontairement, l’enfant né de DIEU, refuse d’entendre l’ESPRIT, et rejette ses instructions, en se détournant de La Vérité.

Jacques 4, verset 17 :
Celui donc qui sait faire ce qui est bien, et qui ne le fait pas, commet un péché.

Tant que l’enfant né de DIEU n’a pas reçu la connaissance du bien ou du mal, par l’ESPRIT-SAINT en lui, dans « ses actions du corps », celles-ci ne lui sont pas imputées par DIEU son Père, comme étant de la désobéissance volontaire (du péché), puisqu’en lui (sa nouvelle nature), il n’a pas encore toute la connaissance de la Vie de l’Esprit de son Fils, par qui il vit. C’est pourquoi, en ce qui concerne la croissance, et la vie de l’enfant né de DIEU, c’est DIEU son Père, qui juge en lui, ce qui est mal, ou ce qui est bien à « Ses yeux de Père », et cela en fonction de son âge spirituel, et non pas, ce que l’homme animal, pense et juge, être bien ou mal, pour l’enfant né de DIEU, quelque soit son âge. L’enfant né de DIEU, par sa nature nouvelle en l’Esprit de Vie du Fils, aime à ne faire que la volonté de DIEU son Père. Ainsi, lorsque L’ESPRIT-SAINT, attire son attention sur ses « actions du corps », il obéit avec joie, en acceptant de perdre « sa vie » (sa personnalité terrestre, qui lui est propre), en renonçant à sa propre volonté, afin de recevoir « La Vie » de l’Esprit de Vie de CHRIST, à la place de « l’action du corps » qui a été livrée à la mort.

Matthieu 16, versets 24 et 25 :
Alors Jésus dit à ses disciples: Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive.
Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera.

C’est également cela qu’enseigne l’apôtre Paul à l’Eglise.

2 Corinthiens 5, versets 4 à 10 :
Car tandis que nous sommes dans cette tente, nous gémissons, accablés, parce que nous voulons, non pas nous dépouiller, mais nous revêtir, afin que ce qui est mortel soit englouti par la vie.
Et celui qui nous a formés pour cela, c’est Dieu, qui nous a donné les arrhes de l’Esprit.
Nous sommes donc toujours pleins de confiance, et nous savons qu’en demeurant dans ce corps nous demeurons loin du Seigneur-
car nous marchons par la foi et non par la vue,
nous sommes pleins de confiance, et nous aimons mieux quitter ce corps et demeurer auprès du Seigneur.
C’est pour cela aussi que nous nous efforçons de lui être agréables, soit que nous demeurions dans ce corps, soit que nous le quittions.
Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps.

Comme l’enseigne l’ESPRIT, au travers des écrits de la Bible, l’enfant né de DIEU, n’a plus à se dépouiller, de son vieil homme, ou des mauvaises œuvres de son corps du péché d’autrefois, puisque celui-ci est « détruit » une fois pour toutes, avec CHRIST dans le baptême en sa mort (Romains 6, versets 4 à 7, et Colossiens 2, versets 11 à 15). Désormais, l’enfant né de DIEU, étant totalement libre du péché dans son être tout entier, doit apprendre à se « revêtir » de « la chair » de CHRIST, homme (Jean 6, versets 27…et fin), en laissant ce qui est encore « mortel » en lui, (ses actions du corps), être englouties par La Vie de l’ESPRIT. S’il est vrai que cette « métamorphose » de notre personnalité, en « La Personnalité » de CHRIST homme, peut prendre un temps, en fonction de l’âge spirituel de chacun(e), néanmoins, ce temps dépend bien souvent de notre attitude, et choix de vie, à vivre, soit, en nous affectionnant aux choses d’en bas dans ce monde, ou, rechercher premièrement le Royaume de DIEU et Sa Justice, qui s’obtient uniquement par la foi (Romains, chapitre 8), en nous affectionnant uniquement aux choses d’en Haut.

L’enfant né de DIEU, a en lui « Le Consolateur », de ce fait quoiqu’il soit dans ce monde, il n’est plus de ce monde (Jean 17, versets 13 à 19). C’est pourquoi, même si cette ressemblance à l’image de JESUS le Fils de l’homme, lui semble encore bien « lointaine », par rapport à la Vérité, de ce que l’ESPRIT-SAINT en lui, lui montre de sa personnalité (Philippiens 3, versets 8 à 21), ce n’est pas pour cela qu’il est un homme (ou femme) encore « pécheur ». Non, l’enfant né de DIEU est Saint, dans son être tout entier, car DIEU ne lui donne pas son ESPRIT avec mesure (Jean 3, versets 31 à 36, et Galates 4, verset 6). L’enfant né de DIEU, ne doit pas se décourager, ni abandonner la foi, parce que Satan ou ses serviteurs l’accusent encore dans sa conscience, en lui remémorant sa vie passée, et le condamnant dans son cœur, DIEU notre Père, est plus grand que notre cœur.

1 Pierre 5, versets 6 à 11 :
Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu’il vous élève au temps convenable;
et déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous.
Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera.
Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde.
Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables.
A lui soit la puissance aux siècles des siècles! Amen!

L’enfant né de DIEU, appartient à DIEU, et à personne d’autre (1 Corinthiens 6, versets 19 et 20). DIEU connait parfaitement le cœur des hommes, LUI seul, fait Grâce à qui IL veut, ou condamne, qui IL veut, ce n’est pas Satan, ou ses serviteurs. L’enfant né de DIEU doit persévérer dans sa foi, par sa fidélité au Seigneur et Sa Parole, par rapport à la Lumière de la Vie de CHRIST, qu’il reçoit progressivement, par l’enseignement, que lui inculque l’ESPRIT-SAINT dans sa vie, même si pendant un temps, il passe par des épreuves de toutes sortes, qui provoquent en lui, bien des souffrances. La couronne de Justice est déjà prête, pour quiconque vaincra par sa foi, et son obéissance en La Parole de DIEU, l’ESPRIT. Vivre comme JESUS le Fils de l’homme, a vécu pendant les jours de sa chair, dans la foi et l’obéissance à la Volonté de DIEU son Père, au moyen de l’ESPRIT-SAINT en Lui, pour l’enfant né de l’Esprit de Vie de CHRIST, cela est aussi possible sur cette terre (Galates 4, verset 6). C’est à cela que travaillaient l’apôtre Paul, et tous les Frères et Sœurs de CHRIST, qui nous ont précédés dans la Gloire.

2 Corinthiens 3, verset 18 :
Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.

1 Jean 4, verset 17 :
Tel il est, tels nous sommes aussi dans ce monde: c’est en cela que l’amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l’assurance au jour du jugement.

Néanmoins, notre Seigneur JESUS, ne forcera jamais personne à LE croire :

2 Corinthiens 3, verset 17 :
Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.

Pour beaucoup, la difficulté à comprendre, provient du fait de vouloir « raisonner » humainement sur les choses d’en Haut, afin d’obtenir à tous prix, des réponses humaines, à ce qui ne s’explique pas par la pensée humaine (1 Corinthiens, chapitre 2). Agir ainsi, c’est mal faire, parce que, c’est être « incrédule », en ne demeurant pas fermement ancré dans l’enseignement de l’ESPRIT, par la foi et l’obéissance, en ce que DIEU notre Père dit à l’Eglise, par Sa Parole faite chair en son Fils, JESUS le Fils de l’homme. Sans « la foi », personne ne peut naitre nouveau sur cette terre !

Hébreux 11, verset 6 :
Or sans la foi il est impossible de lui être agréable; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’IL est le rémunérateur de ceux qui le cherchent.

Comme notre Seigneur JESUS le Fils de l’homme, l’enseigne dans les évangiles : « Tant que le grain de blé tombé en terre, ne meure pas…il reste seul » (Jean 12, versets 23 à 28). Ainsi en est-il pour tout homme animal, qui veut recevoir « La Vie », par la « régénération » de son être tout entier. Malheureusement, la plupart, se contentent uniquement du pardon des péchés, qu’ils ont reçus par leur repentance sincère, et demeurent dans ce faux évangile, qui leur enseigne, que leur être nouveau né, n’est que « partiellement » passé par la « régénération » de DIEU. Pourtant, quand bien même, ces faux frères, ces ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres de CHRIST, se faisant passer pour des ministres de justice (2 Corinthiens 11, versets 13 et 14), lorsqu’ils tordent volontairement le sens des écrits de l’apôtre Paul, pour leur propre perte, et celle de ceux qui les écoutent (2 Pierres 3, versets 14 à 18), cela ne change rien à ce que, « Les Ecritures » affirment clairement à ce sujet. En l’enfant né de DIEU, dans son être entier, il n’y a pas « le péché », ni « souillures » d’aucune sorte, il est une nouvelle créature Sainte, pure, et vierge du péché.

Ezéchiel 36, versets 25 à 27 :
Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés; je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles.
Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau; j’ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair.
Je mettrai mon Esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois.

Veillez et priez ! Bientôt vient la nuit, où plus personne ne pourra travailler…
(Matthieu 25, versets 1 à 13)

DIEU notre Père vous bénisse, et que Sa Paix manifestée en JESUS-CHRIST, son Fils bien-aimé notre Seigneur, soit votre partage.

Patrick PETITOT. (19-10-2011)

Ce contenu a été publié dans Patrick PETITOT. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.