(14) – La délivrance du péché.

Jacques GOILLOT

Article extrait le 07/2006 du forum Paix et Joie dans le Seigneur JESUS-CHRIST.

La délivrance du péché.

Aujourd’hui beaucoup de chrétiens, croient en Jésus-Christ, ont été baptisés, pensent où ont reçu, le Saint-Esprit, vont régulièrement à l’église, participent à toutes les réunions de leurs églises, prient chantent, reçoivent des paroles de Dieu, guérissent les malades, sont bénis, mais sont encore des « chrétiens pécheurs », certains chrétiens revendiquent même le fait d’être pécheur. Ils pensent être nés de nouveau, étant esclaves de leur péché, où habités par des démons.

Beaucoup d’enseignants qui sont dans les mêmes chaînes que ceux qu’ils enseignent prêchent d’un côté :
« Viens, fais comme-moi et tu seras libre de l’esclavage du péché », et de l’autre : « Seigneur soit apaisé envers moi qui suis un pauvre pécheur ! »

Ces enseignants créent toutes sortes de doctrines toutes plus belles, les unes que les autres, à leurs oreilles.
Pour eux nous serons pécheurs durant toute notre vie terrestre, pour eux, il y a deux natures dans l’homme, une qui l’attire vers le mal et la nature de Christ qui les pousse vers le bien. Toutes ces doctrines sont sensées amener les chrétiens (eux compris) plus ou moins rapidement vers une sainteté de plus en plus fine, mais jamais complète, car d’après eux, cette sainteté ne pourra être atteinte que dans le ciel.

La Bible nous dit que c’est maintenant que nous entrons dans le Royaume de Dieu qui est déjà là, au milieu de nous (Luc 17/21).

Il est pourtant clair que n’entreront dans le Royaume de Dieu, ni impur, ni idolâtre, ni cupide, etc.. Même le plus petit des cupides, impur ou idolâtre n’entrera pas dans le Royaume de Dieu (Ephésiens 5/5). Même celui qui ne pêche presque plus n’entrera pas dans le Royaume de Dieu. Seuls entrent dans le Royaume de Dieu, ceux qui sont saints, sans tâches, ni rides, ni rien de semblable (Ephésiens 5/27).

Mes chers frères et sœurs,

Un « chrétien pécheur » restera toujours un « chrétien pécheur », même s’il dit qu’il pêche de moins en moins, il restera toujours pécheur et hors du Royaume de Dieu.

Ce n’est ni les ministères de délivrance, ni les ministères de psychologies, ni l’assiduité à l’église, ni les bons conseils données par les bons messages qui pourront changer ce « chrétien pécheur, en un Saint, irrépréhensible et sans reproche », tout au plus il pourra s’améliorer un petit peu, mais il restera toujours un chrétien pécheur.

Jérémie 13/23 :
Un Éthiopien peut-il changer sa peau, Et un léopard ses taches ? De même, pourriez-vous faire le bien, vous qui êtes accoutumés à faire le mal.

C. H. Spurgeon Prédicateur du 19ème siècle dans son sermon intitulé : La délivrance du péché a écrit (voir lien en bas):

« Il en est ainsi avec le pécheur. Vous ne pourrez jamais le forcer à faire ce qu’un homme régénéré pourra faire tout naturellement. Vous pouvez l’enseigner, lui donner le bon exemple, mais il ne pourra jamais apprendre l’art de la sainteté, car ce n’est pas dans sa nature ! Celle-ci le conduit dans une autre direction. Mais lorsque le Seigneur fait de lui un homme nouveau, toutes choses deviennent différentes. »

Seule une transformation radicale, et totale peut accomplir ce miracle. Seul Dieu peut faire et fait cette transformation radicale qui est : La mort du « chrétien pécheur », et la naissance « d’un nouvel homme », juste et saint (Ephésiens 4/24), une nouvelle créature sainte sans tache ni ride ni rien de semblable. Dieu peut le faire et le fait pour tous ceux qui croient aussi instantanément qu’il a ouvert la mer rouge, ou qu’il a arrêté le cours du Jourdain qui était à son plus haut niveau dans cette période de l’année. Si vous ne croyez pas que Dieu peut le faire et le fait, vous resterez toujours un chrétien pécheur hors du Royaume de Dieu.

Romains 1/17 :
Parce qu’en lui est révélée la justice de DIEU par la foi et pour la foi, selon qu’il est écrit : Le juste vivra par la foi.

Il faut le croire, cependant croire que l’on est mort, demande de renoncer à soi même et entraîne irrémédiablement la mort du vieil homme.

LA NOUVELLE NAISSANCE.

Cette transformation radicale et totale, s’appelle la nouvelle naissance. La nouvelle naissance c’est quelque chose d’irréalisable pour l’homme, cependant pour Dieu c’est une chose extrêmement simple.

La nouvelle naissance :
Ce n’est ni le baptême d’eau, ni l’assurance du salut, ni le baptême du Saint-Esprit.

La nouvelle naissance :
Ce n’est pas coudre une pièce de drap neuf sur un vieil habit (Matthieu 9/16), mais c’est jeter le vieil habit et en prendre un nouveau.

La nouvelle naissance :
Ce n’est pas mettre du vin nouveau, l’esprit, dans une vieille outre, la chair, mais c’est du vin nouveau, l’esprit, dans une outre neuve, le corps sanctifié (Matthieu 9/17).

La nouvelle naissance :
Est une transformation complète et radicale de l’homme tout entier, esprit, âme et corps, comme l’exemple cité par Spurgeon dans ce même sermon, une truie toute entière qui deviendrait un chat tout entier.

La nouvelle naissance :
Donne un nouvel homme, esprit, âme et corps, entièrement nouveau, c’est simple ! Si simple, que les hommes ne veulent pas et ne peuvent pas le croire. C’est un homme dont la nature d’Adam esclave du péché est ensevelie avec Christ et meurt, pour naître dans une nouvelle nature, la nature de Christ, délivré du péché, entièrement et totalement sainte et pure.

Colossiens 1/ 21 à 23 :
« Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises œuvres, il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair, pour vous faire paraître devant lui saints, irrépréhensibles et sans reproche, si du moins vous demeurez fondés et inébranlables dans la foi, sans vous détourner de l’espérance de l’Évangile que vous avez entendu, qui a été prêché à toute créature sous le ciel, et dont moi Paul, j’ai été fait ministre ».

Comme l’a écrit Spurgeon :

« Je pourrais citer le témoignage de femmes qui vivaient dans le péché, et qui sont à présent aussi pures que la neige ».

Si vous ne croyez pas que Dieu accompli cette nouvelle naissance par laquelle « les choses anciennes sont passées et toutes choses sont devenues nouvelles instantanément », vous resterez toute votre vie dans le péché, et hors du royaume de Dieu. Par sa mort sur la croix Jésus-Christ a fait mourir le vieil Adam. Christ par sa mort nous a obtenu le pardon de nos péchés, ainsi que la mort de notre vieil homme qui nous rendait esclave du péché. C’est une chose accomplie non seulement dans les lieux célestes, mais ici sur la terre une fois pour toutes pour tous ceux qui croient.

Romains 6/6 :
Sachant que (c’est une évidence) notre vieil homme a été crucifié avec Lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché(c’est écrit au passé),…

encore faut-il « CROIRE » totalement à ce qui est écrit ! Car si nous disons croire en Jésus-Christ sans croire ce qu’il dit dans sa Parole à quoi cela nous sert il ? Sans que le vieil habit soit jeté, pas de nouvel habit, autrement dit sans mort du vieil homme pas de nouvelle naissance.

Combien de temps faut-il pour mourir ?

Dieu ne nous fait pas mourir à petit feu un petit coup de couteau par ici un petit coup de couteau par là et ainsi de suite tout au long de notre vie. Dieu n’est pas un tortionnaire. Combien de temps les chrétiens vont ils rester dans l’aveuglement qui les maintient dans l’incrédulité et dans l’esclavage du péché ?

Soit nous sommes morts, soit nous ne le sommes pas ? Une minute avant notre mort nous étions encore en vie, une minute après c’est fini. Tant que vous croyez devoir mourir petit à petit vous êtes toujours vivants, et donc pas né de nouveau, et toujours esclave de votre péché. Tant que vous croyez être né de nouveau qu’en esprit (le vin nouveau), alors que le reste (la vieille outre) est encore à faire mourir, vous êtes toujours vivants et esclaves de votre péché.

Matthieu 9/17 :
On ne met pas non plus du vin nouveau dans de vieilles outres; autrement, les outres se rompent, le vin se répand, et les outres sont perdues; mais on met le vin nouveau dans des outres neuves, et le vin et les outres se conservent.

Où tu crois Jésus la Parole qui te dit :

« Quand je suis mort, tu es mort avec moi sur la croix, une fois pour toutes. »

Galates 2/20 :
« J’ai été crucifié avec CHRIST; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est CHRIST qui vit en moi;… »

Hébreux 10/10 :
« C’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de JESUS-CHRIST, une fois pour toutes… ».

Où tu tournes autour du pot :

Sans jamais mourir, sachant que si tu n’es pas mort et enseveli avec lui, tu ne pourras jamais marcher en nouveauté de vie (Romains 6/4), tu ne connaîtras jamais la nouvelle naissance. C’est une fois la mort du vieil homme accomplie que tu revêts le nouvel homme sanctifié, lavé, purifié, une fois pour toutes (1 Corinthiens 6/11 et Hébreux 10/10). C’est une fois la mort du vieil homme accomplie que tu peux marcher en nouveauté de vie. Ce n’est ni quand tu es à moitié mort, ni quand tu apprends à mourir, ou à crucifier ta chair, ni quand tu commences à rentrer dans la mort, le coma. C’est seulement quand tu es conforme à sa mort, que tu es conforme à sa résurrection (Romains 6/5).

La mort du vieil homme c’est Jésus-Christ qui l’a accompli sur la croix pour toi une fois pour toutes, et c’est uniquement par la foi, en croyant du cœur et en confessant de ta bouche, la Parole de Dieu qui est près de toi, dans ta bouche dans ton cœur que tu parviendras au salut, à la délivrance de ton corps du péché et de tous tes péchés, une fois pour toutes.

Spurgeon a écrit :

« Cher ami, le salut serait bien incomplet s’il ne réglait pas aussi le problème de notre nature déchue !
Quelle frustration aurait vécu les disciples dont les péchés sont pardonnés sans être libérés de leur vieil homme qui les pousse à pécher continuellement ? Quel DIEU aurait pu faire une chose pareille : Pardonner, les péchés tout en conservant ses enfants dans l’esclavage de la chair qui les pousse régulièrement à pécher ? »

La seule façon que le disciple a d’apprendre l’art de la sainteté comme l’écrivait Spurgeon :

« mais il ne pourra jamais apprendre l’art de la sainteté, car ce n’est pas dans sa nature ! Celle-ci le conduit dans une autre direction. Mais lorsque le Seigneur fait de lui un homme nouveau, toutes choses deviennent différentes. »

C’est d’entrer par la foi une fois pour toutes dans ce que Jésus-Christ lui a acquis à la croix. Recevoir une nouvelle nature entièrement pure et vierge, délivrée de l’esclavage du péché.

Luc 6/43-45 :
« Ce n’est pas un bon arbre qui porte du mauvais fruit, ni un mauvais arbre qui porte du bon fruit. Car chaque arbre se connaît à son fruit. On ne cueille pas des figues sur des épines, et l’on ne vendange pas des raisins sur des ronces. »

Matthieu 12/33-35 :
« L’homme bon tire de bonnes choses du bon trésor de son cœur, et le méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor; car c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle. »

Jésus ne parle pas de deux natures dans un même homme, mais de deux arbres complètement différents, il est impossible qu’un buisson à épines porte des figues ! Soit nous sommes l’un, soit nous sommes l’autre !

Spurgeon a écrit :

« Mais changer la nature même de l’arbre, et la composition de sa sève, serait un vrai miracle ! Pourtant, Dieu accomplit un tel prodige et un tel mystère dans la vie de celui qui croit en Jésus ! Si vous vous abandonnez à Son action divine, le Seigneur changera votre nature. Il anéantira le pouvoir de la vieille nature, et insufflera en vous une vie nouvelle. »

Jésus parle de deux hommes, entiers, esprit âme et corps, et complètement différents. Un bon qui tire de bonnes choses de son cœur, et un méchant qui tire de mauvaises choses de son mauvais cœur.

« Méchant homme », non né de Dieu, nous pouvons tirer des choses qui à nos yeux semblent de temps en temps bonnes et de temps en temps mauvaises, mais aux yeux de Dieu, ce seront toujours des mauvaises choses. Aux yeux de Dieu, il est impossible que nous soyons le bon arbre, qui porte de temps en temps du bon fruit et de temps en temps du mauvais fruit. Aux yeux de Dieu, on ne peut pas être bon dans l’esprit et méchant dans l’âme et le corps.

Soit on est tout entier l’un, soit tout entier l’autre, comme l’a catégoriquement dit Jésus. Soit un figuier, soit un buisson à épines. Soit une truie, soit un chat, selon l’exemple donné par Spurgeon.

Soit nous sommes de l’homme « né de Dieu » (le nouvel homme) qui tire de bonnes choses de son cœur (celui ci sait qu’il n’a qu’une seule nature), soit nous sommes de l’homme « non né de Dieu » (le vieil homme) qui tire de temps en temps de bonnes choses à ses yeux et de temps en temps de mauvaises choses (celui ci pense qu’il a deux natures).

Luc 6/45 :
« L’homme bon tire de bonnes choses du bon trésor de son cœur, et le méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor; car c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle. »

Le nouvel homme naît parfait, c’est la nouvelle naissance, il naît de l’Esprit, c’est à dire créé par l’Esprit, il naît, Esprit, âme et corps, pur saint, sans taches, ni rides. Comme Jésus à sa naissance, il n’a plus la nature d’Adam, il a la même nature que Jésus il est une nouvelle créature, entièrement nouvelle, frère de Jésus.

Ephésiens 1/5 :
« En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui…, »

Le nouvel homme naît parfait, mais il n’a pas atteint la perfection.

Philippiens 2/12 à 15 :
12 Ce n’est pas que j’aie déjà remporté le prix, ou que j’aie déjà atteint la perfection; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j’ai été saisi par Jésus-Christ.
13 Frères, je ne pense pas l’avoir saisi; mais je fais une chose: oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant,
14 je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ.
15 Nous tous donc qui sommes parfaits, ayons cette même pensée; et si vous êtes en quelque point d’un autre avis, Dieu vous éclairera aussi là- dessus.

Ce nouvel homme bien que parfait habite dans une chair corruptible, comme Jésus lors de sa première venue. Le nouvel homme commence bébé, et grandit, enfant, adolescent, et adulte. Il sera tenté comme Jésus a été tenté. Ce nouvel homme, devra apprendre l’obéissance comme Jésus a appris l’obéissance par les choses qu’il a souffertes (Hébreux 5/8).

Ce nouvel homme marchant en obéissance au Saint-Esprit, fera automatiquement mourir les actions du corps, qui ne sont pas les actions de sa vieille nature qui est déjà morte, mais les actions de son nouveau corps purifié, faim, soif, sentiments etc,… comme Jésus l’a fait en ne cédant pas au diable quand il eut faim.

Ce nouvel homme, esprit âme et corps, doit veiller à s’écarter des souillures du monde, des choses de sa chair non corrompu, mais corruptible. Dieu le sanctifiera (mise à part) car s’il n’est plus du monde, il est encore dans le monde (Jean 17/15 à 19). Il peut marcher tous les jours de sa vie dans la justice et la sainteté (Luc 1/75) et ne jamais désobéir au Saint-Esprit comme Jésus son Modèle. Désormais, c’est sa nature, et c’est normalement ce qu’il fera, néanmoins étant créé comme Jésus, libre de choix, il peut aussi pécher et retourner dans la boue (2 Pierre 2/20).

Fraternellement en Jésus-Christ.

Jacques GOILLOT

***********************************

Les citations de Spurgeon sont tirées de cet article, voir le lien ci-dessous :

http://paroledevie.org/base/articles/html/A317_delivrance_peche.htm

 

Cette entrée a été publiée dans Jacques GOILLOT. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire